Continental AG

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

46° 22′ 15″ N 84° 34′ 17″ O / 46.3708, -84.5714 ()

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Continental.

Continental AG

Description de l'image  Continental-Logo.svg.
Création 1871
Forme juridique Société anonyme
Slogan The future in motion.
Siège social Drapeau d'Allemagne Hanovre, Basse-Saxe (Allemagne)
Site web http://www.conti-online.com/
Chiffre d’affaires en augmentation30,4 milliards d'euros (2011)[1]
Résultat net en augmentation1,242 milliard d'euros (2011)

Continental AG, fondée le 8 octobre 1871, est une entreprise allemande de pneumatique dont le siège est à Hanovre. C'est le 1er fabricant de pneumatiques en Allemagne, le 2e au niveau européen et le 4e fabricant mondial, derrière Michelin, Bridgestone et Goodyear.

Activités[modifier | modifier le code]

Groupe de près de 150 000 personnes dans le monde, Continental AG est composé de trois grandes divisions : Continental Pneus, Conti Tech (élastomères techniques) et Continental Automotive Systems (circuits de freinage et électronique, batteries Li-ion). De plus, depuis le rachat de la division Automotive du groupe Siemens VDO en 2007, le CA annuel du groupe est passé de 13 à 24 milliards d'euros. L'ensemble des synergies stratégiques entre ces deux groupes a permis à ce nouvel ensemble de devenir le 5e équipementier mondial.

Continental investit également dans les systèmes de propulsion hybride et électrique : Continental a développé en partenariat avec Daimler AG la première batterie Li-ion dans l'automobile pour la Mercedes S400 Hybrid (W221, 2009) ainsi que pour la BMW Serie 7 (2009).

Continental AG possède comme marques de pneumatique de véhicule : Continental, Uniroyal (Europe), Blackstone, Semperit, Barum, General Tire, Euzkadi, Viking, Gislaved, Mabor ; et est actionnaire d'Eurotyre. Elle livre les pneus pour les constructeurs BMW, DaimlerChrysler, Ford, Renault, Peugeot, Saab, Toyota, Nissan, Smart, Opel, Porsche, etc.

Lieux de Production[modifier | modifier le code]

Présence industrielle de Continental dans le monde.

En Europe, il existe huit usines de pneus VL [2]:

Histoire[modifier | modifier le code]

L'usine moderne de Ratisbonne, en Allemagne.

Avant-guerre[modifier | modifier le code]

L'usine Continental de Hanovre, en Allemagne, se situe au cœur de la ville.

Le 8 octobre 1871, l'entreprise Continental S.A. est fondée. En 1882, le « cheval sautant » est déposé comme marque de fabrique. En 1892, Continental est la première société allemande à fabriquer des pneumatiques pour bicyclette appelés « pneumatics ». En 1898, la production de pneumatique automobile sans sculptures démarre à l'usine de Hanovre-Vahrenwald.

En 1900, le tissu Continental est utilisé pour assurer l'étanchéité des compartiments à gaz du premier dirigeable allemand LZ 1.

En 1901, un véhicule Daimler nommé pour la première fois Mercedes gagne la course automobile Nice-Salon-Nice sur des pneumatiques Continental.

En 1904, Continental présente un pneu automobile à bandes de roulements profilées, une première mondiale.

En 1905, Continental fabrique des pneus anti-dérapants à rivets, précurseur des futurs pneus à clous.

En 1907, première édition de l'Atlas routier continental pour automobiles et motocyclistes est lancée.

En 1908, Continental invente la jante démontable pour voiture de tourisme, une importante nouveauté permettant d'économiser temps et effort lors d'un changement de pneu.

En 1909, pour la première fois, sont confectionnés de pneus d'essais à partir d'échantillons de caoutchouc de synthèse mis au point par Bayer et vulcanisés avec succès par Continental. Louis Blériot est le premier à réussir le survol de la manche dans un avion construit avec du tissu Continental pour avion.

En 1912, débute les travaux de construction d'un bâtiment administratif à Vahrenwald d'après des plans de l'architecte Peter Behren. La ville de Hanovre a racheté ce bâtiment en 1986 pour y installer un centre de technologie.

En 1914, est marquée par la triple victoire de Daimler au grand prix de France sur les pneus Continental.

En 1921, pour son cinquantenaire, Continental est la première en Allemagne à lancer sur le marché le pneu à câbles textiles, dans lequel un tissu fin remplace la toile tissée, augmentant ainsi la souplesse du pneu.

En 1926, l'addition de noir de carbone procure au pneu une résistance supérieure à l'usure, une meilleure tenue au vieillissement ainsi que sa couleur noire caractéristique.

En 1928/1929, sont marquées par la fusion avec des grandes entreprises de l'industrie du caoutchouc et création de la société anonyme Continental Gummi-Werke AG, et par l'acquisition des usines de Hanovre-Limer et de Korbach, en Hesse.

En 1932, l'appellation Schwing-Metall de câbles élastiques en caoutchouc adhérisé sur le métal pour l'amortissement des chocs et des bruits de structure dans la suspension de moteurs, sont lancés.

En 1935/1940, est marquée par la victoire sensationnelle des voitures de course Mercedes et Auto Union équipées de pneus Continental. 4 victoires consécutives au grand prix d'Allemagne, 4 victoires à Tripoli (Afrique du Nord), 3 en Italie et de nombreux records de vitesse contribuent à la renommée internationale de coureurs tels que Caracciola, Rosemeyer et Stuck.

En 1936, la production de pneus à la base de caoutchouc de synthèse démarre.

En 1938, Continental pose de la première pierre de l'usine de pneus de Hanovre-Stöcken.

En 1943, Continental demande de brevet pour pneus sans chambre à air.

Après guerre[modifier | modifier le code]

En 1945, les dégâts sont considérables dans les usines de Hanovre-Vahrenwald et de Korbach suite aux bombardements alliés pendant la Seconde Guerre mondiale. Dès le 14 juin, le gouvernement militaire anglais donne l'autorisation de reprendre la production dans les usines de Hanovre.

En 1951, la production des bandes transporteuses à carcasse métallique Stahlcord démarre.

En 1952, en plus des pneus classiques, Continental propose pour la première fois des pneus M+S spécialement conçus pour la circulation en hiver.

Au début de l'année 1955, Continental est la première société allemande à démarrer la production de pneus sans chambres. Elle est également la première à mettre au point des membranes de suspension pneumatique pour autocars/autobus et poids lourds.

En 1960, la production en série de pneus à carcasse radiale démarre.

En 1961,l'usine de Dannenberg (Elbe) est achevée, pour, dans un premier temps, élaborer des produits en matières plastiques pour l'industrie automobile.

En 1964, une usine de pneumatiques à Sarreguemines est construite, avec l'installation d'une usine de produits industriels en caoutchouc à Northeim.

En 1967, le centre Contidrom, centre d'essais de pneumatiques, est inauguré. En 1994/1995, la longueur de ce terrain d'essais fait plus de 3,8 km de long. En 2001, un parcours d'appréciation du niveau sonore de 3,7 km de long y est mis en service.

En 1995, la division équipement automobile est créée.

Acquisition et diversification[modifier | modifier le code]

Le 5 décembre 2007, la filiale de Siemens, VDO est acquise par Continental AG pour 11,4 milliards d'euros[3], propulsant Continental AG au 5e rang des équipementiers automobiles au niveau du volume des ventes.

En 2008, la production en série de la première batterie Li-ion pour l'automobile commence dans l'usine de Nuremberg ; Son développement est assuré dans le centre technologique de Berlin.

Le 16 juillet 2008, Schaeffler Group lance une OPA sur Continental, que ce dernier refuse[4]. Le 21 août 2008, Schaeffler Group acquiert, en pratique, le contrôle de Continental AG[5].

Le 11 mars 2009, Continental annonce de la fermeture de deux sites de production en Europe, l'usine française de Clairoix, dans l’Oise, et une usine de production de pneus de camions à Hanovre, en Allemagne. Au total, 1 900 postes sont supprimés sur les 160 000 que compte le groupe dans le monde.

En février 2014, Continental acquiert l'entreprise américaine Veyance, spécialisé dans la mécanique et les courroies et emploie 9 000 personnes, pour 1,9 milliards de dollars[6]. Il l'intègre à sa division Contitech.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Site officiel
  2. (de)« Table des implantations », sur conti-online.com
  3. Le Monde, 5 décembre 2007
  4. Continental refuse l'offre de rachat de Schaeffler
  5. (en) Rowena Mason, « Schaeffler family buys out tyre giant Continental for €12bn », The Daily Telegraph,‎ 21 août 2008 (lire en ligne)
  6. Germany's Continental to buy U.S. firm Veyance for $1.9 billion, Andreas Cremer, Reuters, 10 février 2014

Lien externe[modifier | modifier le code]

(en) Site officiel