Temple de César

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Temple de César
Vestiges du podium du temple vu depuis le Palatin.
Vestiges du podium du temple vu depuis le Palatin.

Lieu de construction Forum Romain
Date de construction 29 av. J.-C.
Ordonné par Auguste
Type de bâtiment Temple
Le plan de Rome ci-dessous est intemporel.
Planrome2b.png
Temple de César
Localisation du temple dans la Rome Antique (en rouge)
Coordonnées 41° 53′ 31″ N 12° 29′ 10″ E / 41.89194, 12.4862441° 53′ 31″ Nord 12° 29′ 10″ Est / 41.89194, 12.48624  
Liste des monuments de la Rome antique
Denarius au revers duquel est représenté la façade du temple de César. L'étoile est bien visible au milieu du tympan, en dessous apparaît la statue de César.

Le temple de César ou temple du Divin César (en latin : Aedes Divi Iulii) est un temple romain édifié sur le Forum Romain à la fin du Ier siècle av. J.-C., en l'honneur de Jules César.

Localisation[modifier | modifier le code]

Le temple ferme le dernier côté encore ouvert du Forum Romain, à l'est, entre la basilique Aemilia et le temple des Dioscures[1]. En avant du podium est construit une tribune, les Rostres de César divinisé (Rostra ad Divi Iulii), qui fait face aux Rostres impériaux de l'autre côté de l'esplanade du Forum (voir le plan).

Fonction[modifier | modifier le code]

Le temple est dédié au culte de la comète (baptisée sidus Iulium[a 1]) qui est apparue peu après l'assassinat de César et qui est considérée comme la manifestation de l'âme de César divinisé.

« Rome est le seul lieu de l'Univers qui ait élevé un temple à une comète, celle que le dieu Auguste jugea de si bon augure pour lui. Elle apparut lors des débuts de sa fortune, pendant les jeux qu'il célébrait en l'honneur de Vénus Genitrix, peu de temps après la mort de son père César [...] Il [Auguste] exprima en ces termes la joie qu'elle lui causait : « Pendant la célébration de mes jeux, on aperçut durant sept jours une comète dans la région du ciel qui est au Septentrion. [...] Suivant l'opinion générale, cet astre annonça que l'âme de César avait été reçue au nombre des divinités éternelles ; c'est à ce titre qu'une comète fut ajouté à sa statue, que peu de temps après nous consacrâmes dans le forum. » »

— Pline l'Ancien (traduction de Dubochet, 1850), Histoire naturelle, Livre II, XXIII, 4

Histoire[modifier | modifier le code]

Après l'assassinat de César dans la Curie de Pompée sur le Champ de Mars, son corps est exposé sur le Forum Romain[2]. La foule, bouleversée par la mort du dictateur, érige un bûcher improvisé à proximité de la Regia, qui a été en quelque sorte le quartier général de César investi de la fonction de Pontifex Maximus. Dans un premier temps, peu après le 15 mars 44, une colonne de marbre jaune de Numidie et un autel portant l'inscription parenti patriae sont érigés à l'endroit du bûcher[2],[a 2],[a 3], mais vers la fin du mois d'avril 44, Dolabella ordonne la destruction des monuments honorifiques[a 4].

En 42 av. J.-C., peu après la bataille de Philippes, le Sénat ordonne, à la demande des triumvirs (Marc Antoine, Octave et Lépide), la construction d'un temple[a 5] à l'emplacement des monuments honorifiques détruits, dédié à Jules César qui a été divinisé, premier exemple de divinisation posthume à Rome. Dès 44, un quatrième flaminat majeur est créé afin de s'occuper du culte du divin César, le premier flamine nommé est Marc Antoine. Le temple est dédié par Auguste le 18 août 29, peu après sa victoire à la bataille d'Actium.

Le temple est détruit dans un incendie sous Septime Sévère qui le fait restaurer.

Les vestiges du temple sont mis au jour à l'occasion des fouilles entreprises sur le Forum en 1872. D'autres fouilles sont menées entre 1888 et 1899 sous la direction de Giacomo Boni, puis en 1950.

Description[modifier | modifier le code]

Le temple, probablement d'ordre corinthien mais peut-être d'ordre ionique, se dresse sur un podium composé de blocs de tuf disposés en opus caementicium. Il est difficile de préciser à quel ordre appartiennent les colonnes du temple et il est possible qu'il ait été changé lors de la restauration de Septime Sévère. Quoi qu'il en soit, les fragments de corniches retrouvés sur le site sont typiques de l'ordre corinthien. Il s'agit en tout cas d'un temple hexastyle prostyle[3] avec deux colonnes sur les côtés du pronaos. Les colonnes devaient faire environ 12 mètres de haut. D'après Vitruve, il sert de référence pour déterminer l'espace à laisser entre les colonnes pour un temple pycnostyle[a 6] :

« Le temple pycnostyle est celui dont l'entre-colonnement comprend un diamètre et demi de la colonne à sa base : tel est le temple du divin Jules [...] »

— Vitruve, De Architectura, Livre II, III, 2

Fragments de la corniche corinthienne du temple.

Le podium, qui mesure 30 mètres de long pour 26,97 mètres de large, forme une plateforme en avant du pronaos à laquelle on accède par deux escaliers latéraux. Au centre, le podium est creusé d'un hémicycle dans lequel est construit un autel circulaire qui marque l'emplacement du bûcher de César. Quelques années après la construction du temple, l'hémicycle est muré afin de mettre un terme à la coutume consistant se servir de l'autel comme un refuge. La façade avant du podium est probablement ornée de rostres des navires de Marc Antoine et de Cléopâtre capturés lors de la bataille d'Actium[2],[a 7]. Il y a probablement confusion entre le podium du temple et les Rostra ad Divi Iulii qui portent ces éperons et pourrait être une structure architecturalement indépendante du temple.

La cella du temple abrite une grande statue de César qui est représenté tenant dans sa main droite le lituus augural, vêtu de la robe du Pontifex Maximus et couronné d'une étoile (sidus Iulium), faisant référence à la comète qui aurait été observée peu après sa mort. L'étoile est également représentée sur le tympan du temple[2]. Dans la cella on trouve également une peinture d'Apelle de Cos, la Vénus Anadyomène. Trop détériorée pour être restaurée sous Néron, elle est substituée par une œuvre de Dorotheus. Les murs sont ornés d'une autre peinture d'Apelle, représentant les Dioscures accompagnés d'une Victoire.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • Sources modernes :
  1. R. Bianchi Bandinelli & M. Torelli, L'arte dell'antichità classica, Etruria-Roma, Utet, Turin, 1976, p. 58.
  2. a, b, c et d Filippo Coarelli, Rome and environs, an archaelogical guide, University of California Press, 2007, p. 79.
  3. J. W. Stamper, The architecture of Roman temples, Cambridge University Press, 2005.
  • Sources antiques :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Plan du Forum Romain
Plan du forum à la fin de l'époque républicaine.
Plan du forum à la fin de l'Empire.