Bataille de Dyrrachium (48 av. J.-C.)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bataille de Dyrrachium.
Bataille de Dyrrachium
Informations générales
Date 10 juillet 48 av. J.-C.
Lieu Dyrrachium (de nos jours Durrës, Albanie)
Issue Victoire de Pompée
Belligérants
Optimates Populares
Commandants
Pompée Jules César
Forces en présence
45 000 hommes 15 000 hommes
Pertes
inconnues 1 000 morts
Guerre civile de César
Batailles
Marseille (navale) · Ilerda · Bagradas · Marseille (siège) · Dyrrachium · Pharsale · Ruspina · Thapsus · Munda
Cette boîte : voir • disc. • mod.

La bataille de Dyrrachium (ou Dyrrhachium) opposa le 10 juillet 48 av. J.-C. César et Pompée. Elle fait partie d'une série d'affrontements entre les deux généraux qui culminèrent lors de la bataille de Pharsale, un mois plus tard.

César était victorieux en Espagne, mais ses lieutenants avaient eu moins de succès en Afrique et sur les bords de la mer Adriatique. César prit donc la conduite des opérations et décida d'attaquer directement Pompée. Il amena 15 000 hommes (parmi lesquels les légions qui prirent plus tard le nom de IX Hispana and IV Macedonica) d'Espagne à Brundisium (Brindisi en Italie du Sud).

La flotte pompéienne commandée par Bibulus verrouillait l’Adriatique. Profitant d'une surveillance relâchée en raison de la saison hivernale, César fit traverser un premier contingent[1] ; ses troupes débarquèrent dans la région de l'Épire le 4 janvier 48 av. J.-C. et occupèrent les villes d'Oricum et d'Apollonia[2]. À l'approche de Pompée, César, préféra éviter l'affrontement en ligne, car il était en infériorité numérique trop grande[1].

Bibulus étant décédé de mort naturelle et le danger étant moindre, des renforts purent arriver de Brundisium sous le commandement de Marc Antoine[1].

Se dirigeant vers le nord en direction de Dyrrachium (Durrës), il y découvrit Pompée retranché avec 45 000 hommes. Pompée n'engagea pas le combat et installa son camp sur une colline proche de Dyrrachium[3]. Sa flotte contrôlait l'Adriatique et le ravitaillait sans difficulté tandis que les forces de César qui assiégeaient son camp, souffraient bientôt de la faim[4],[5].

Les escarmouches se multiplièrent autour du camp de Pompée. Lors d'une tentative nocturne contre Dyrrachium, César fut surpris par une contre-attaque vigoureuse[1]. Pompée débarqua des soldats derrière les retranchements avancés de César et les attaqua des deux côtés[3]. Les unités de César rompirent le combat en désordre et avec de lourdes pertes, malgré les efforts de César pour empêcher les fuyards. Pompée n'exploita pas son succès, et laissa les césariens regagner leur camp. Selon César " La victoire était aujourd'hui assurée aux ennemis, si leur chef avait su vaincre "[6].

À cours de vivres, César fit retraite vers la Thessalie et Pompée se lança à sa poursuite. Leurs troupes s'affrontèrent lors de la bataille de Pharsale[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Dion Cassius, Histoire romaine, livre XLI, 44-51
  2. Plutarque, Vie de César, 43
  3. a et b Lucain, La Pharsale, VI
  4. a et b Velleius Paterculus, Histoire romaine, livre II, 51
  5. Plutarque, Vie de César, 45
  6. Plutarque, Vie de César, 46