Temple de Minerve Medica

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Medica.
Temple de Minerve Medica
Temple de Minerve Medica
Temple de Minerve Medica

Lieu de construction Esquilin
Date de construction IVe siècle
Type de bâtiment Nymphée
Le plan de Rome ci-dessous est intemporel.
Planrome2b.png
Temple de Minerve Medica

Localisation du nymphée (en rouge)

Coordonnées 41° 53′ 38″ N 12° 30′ 43″ E / 41.894, 12.51241° 53′ 38″ Nord 12° 30′ 43″ Est / 41.894, 12.512  
Liste des monuments de la Rome antique

Le temple de Minerva Medica est une ruine romaine antique datant du IVe siècle situé sur l’Esquilin, entre la via Labicana et le mur d'Aurélien.

Fonction[modifier | modifier le code]

Contrairement à ce que son nom indique, ce n’est pas le temple de Minerve Medica, cité par Cicéron, mais un nymphée qui fait partie à l'origine des Jardins Liciniani. Ce bâtiment est mal identifié depuis le XVIIe siècle. Le nom vient de la statue de Minerve guérisseuse que l’on y a découvert. Le médecin et anatomiste Jules Cloquet visite le temple en 1837 et indique « qu’on y a trouvé la Minerve au serpent qui est au Vatican » (statue en marbre de Paros dite Giustiniani Minerva) et que ce sont des « ruines peu intéressantes » [1].

Description[modifier | modifier le code]

C’est un bâtiment dodécagonal en brique (opus latericium) de 24 m de diamètre pour 33 m de haut. On retrouve ce type de structure dans le dôme du Panthéon ou la salle à manger de la Domus aurea.

Il est cité dans l’article Voûte du Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle de 1856 d’Eugène Viollet-le-Duc.

Représentations[modifier | modifier le code]

Le temple a été représenté plusieurs fois :

  • Les Ruines du Palais des empereurs et Temple de Minerva Medica à Rome, tableau de Cornelis van Poelenburgh (vers 1586-1667, huile sur bois)[2].
  • Temple de Minerva Medica, tableau attribué à Codazzi Niccolo Viviano (1642-1693, huile sur toile).
  • Veduta del Tempio ottangolare di Minerva Medica, gravure de 1760 de Giovanni Battista Piranesi (46.6 × 70.1 cm).
  • Temple de Minerva Medica près de Rome tableau de Jean-Baptiste Camille Corot (1826, huile, Angers)[3].
  • The Temple of Minerva Medica, mezzotinte et eau-forte sur papier vélin de Joseph Mallord William Turner (1811).

On le retrouve aussi dans plusieurs compositions :

  • en arrière-plan de Caprice architectural avec prédicateur dans des ruines romaines de Giovanni Paolo Panini (96 cm × 134 cm, huile sur toile, 1745, Louvre)[4].
  • dans Le Fanal exhaussé gravure sur cuivre de William Byrne d’après Claude Joseph Vernet (45 × 55,5, 1772, BNF) [5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le voyage en Italie, journal de voyage d’un touriste français en 1837 de Jules Cloquet
  2. Ruines du Palais des empereurs et Temple de Minerva Medica à Rome sur la base Joconde du ministère de la culture.
  3. Temple de Minerva Medica près de Rome sur la base Joconde.
  4. Caprice architectural avec prédicateur dans des ruines romaines sur Insecula.
  5. Le Fanal exhaussé - Byrne d’après Vernet sur Galatea.

Lien externe[modifier | modifier le code]