Sacellum de la Vénus Cloacina

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sacellum de Vénus Cloacina
Dessin du sanctuaire par Hülsen (1906).
Dessin du sanctuaire par Hülsen (1906).

Lieu de construction Forum Romain
Date de construction République romaine
Type de bâtiment Autel
Le plan de Rome ci-dessous est intemporel.
Planrome2b.png
Sacellum de Vénus Cloacina
Localisation de l'autel dans la Rome antique (en rouge)
Coordonnées 41° 53′ 33″ N 12° 29′ 08″ E / 41.8925, 12.485641° 53′ 33″ Nord 12° 29′ 08″ Est / 41.8925, 12.4856  
Liste des monuments de la Rome antique
Denarius daté de 42 av. J.-C. À l'avers, le buste voilé de la Concorde. Au revers, deux statues de Vénus se tiennent sur une plateforme avec une balustrade.

Le Sacellum de Vénus Cloacina (en latin : Sacella Cloacinae ou Sacrum Cloacina) est un petit sanctuaire romain situé sur le Forum Romain. Il n'en reste qu'un petit soubassement circulaire où l'on rendait un culte à Cloacina (celle qui purifie), une divinité étrusque plus tard identifiée à la déesse romaine Vénus.

Localisation[modifier | modifier le code]

Le sanctuaire se situe le long de la Via Sacra sur le Forum Romain, tout près des Tabernae Novae qui sont remplacées par la basilique Aemilia. Certaines hypothèses le font coïncider avec l'entrée de l'égout principal de Rome, la Cloaca Maxima (voir le plan).

Fonction[modifier | modifier le code]

Pour les Romains, l'efficacité du système d'égout est très important pour le développement de la ville et le maintien d'une bonne hygiène qui permet de prévenir les épidémies. Ils rendent un culte à Cloacina qu'ils associent pour des raisons inconnues à Vénus et qui représente pour eux la divinité de la pureté et de la saleté. Le nom de Cloacina dérive peut-être du verbe latin cloare qui signifie « purifier » ou « nettoyer » ou bien du terme cloaca, « l'égout ».

Histoire[modifier | modifier le code]

À l'origine, la divinité étrusque Cloacina devait être associée au petit ruisseau qui partait de l'emplacement du Forum pour se jeter dans le Tibre dans le quartier du Vélabre, qui sera plus tard aménagé et deviendra la Cloaca Maxima.

L'autel dédié à Cloacina est mentionnée pour la première fois dans les sources antiques au cours de IIe siècle av. J.-C. par Plaute, dans une de ses pièces[1]. Mais une légende fait remonter son origine au VIIIe siècle av. J.-C., à l'époque du règne de Romulus. Toujours selon la légende, c'est à l'endroit qu'occupe le sanctuaire qu'en 449 av. J.-C., le père de la vertueuse Verginia, un boucher qui possédait une boutique parmi les Tabernae Novae, aurait poignardé sa fille afin d'éviter qu'elle ne tombe entre les mains d'Appius Claudius[2].

En 179 av. J.-C., durant les travaux d'agrandissement de la basilique Aemilia, le sanctuaire est préservé et intégré dans les marches d'accès. Les vestiges retrouvés entre 1899 et 1901 datent de cette reconstruction.

Description[modifier | modifier le code]

Des pièces de monnaie frappées vers 42 av. J.-C. par Lucius Mussidius Longus donnent une représentation détaillée du sanctuaire. Il s'agit d'un sacellum (petit autel découvert) entouré d'une balustrade en métal[3]. Les fondations circulaires sont en travertin et mesurent 2,40 mètres de diamètre. L'autel est recouvert de marbre[4]. Au moins deux statues (signa Cloacinae) sont érigées à proximité[5] sur un petit podium orné d'un oiseau. L'une d'elle semble tenir une fleur, les fleurs et les oiseaux étant des attributs souvent associés à la déesse Vénus.

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Shrine of Venus Cloacina » (voir la liste des auteurs)

  1. Plautus, Curculio, Acte 4 Scène 1.
  2. M. Grant, The Roman Forum, Weidenfeld & Nicolson, Londres, 1970, p. 18.
  3. Samuel Ball Platner & Thomas Ashby, A topographical dictionary of Ancient Rome, Oxford University Press, 1929, pp. 126-127.
  4. L. Richardson, A New Topographical Dictionary of Ancient Rome, The Johns Hopkins University Press, Baltimore, 1992, p. 92.
  5. Pline l'Ancien, L'Histoire Naturelle, Livre XV, 119.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Plan du Forum Romain
Plan du forum à la fin de l'époque républicaine.
Plan du forum à la fin de l'Empire.