Lacus Curtius

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lacus Curtius
Vestiges du Lacus Curtius.
Vestiges du Lacus Curtius.

Lieu de construction Forum Romanum
Date de construction 445 av. J.-C.
Ordonné par Sénat romain
Type de bâtiment Aire sacrée
Le plan de Rome ci-dessous est intemporel.
Planrome2b.png
Lacus Curtius
Localisation du Lacus Curtius dans la Rome antique (en rouge)
Coordonnées 41° 53′ 32″ N 12° 29′ 06″ E / 41.892343, 12.485101 ()41° 53′ 32″ Nord 12° 29′ 06″ Est / 41.892343, 12.485101 ()  
Liste des monuments de la Rome antique

Le Lacus Curtius (curtilacus chez Festus Grammaticus) est un espace sacré à peu près au milieu du vieux Forum Romanum[1],[2].

Le Lacus Curtius est sur le forum un lieu entouré d’une clôture en treillage, où se trouvent une margelle de puits arrondie dite « putéal » et plusieurs autels. Un relief en marbre datant probablement de l’époque de César a été découvert à proximité en 1553, il représente le héros Curtius se jetant dans le gouffre. Historiquement, c’est près du Lacus Curtius que Galba est massacré en 69 par des soldats de sa garde[3].

Origines[modifier | modifier le code]

Plusieurs traditions antiques expliquent sa création : selon l’une, le lacus était un marais dans lequel aurait été acculé le roi sabin Mettius Curtius, lors de la guerre entre Romains et Sabins qui fit suite à l’enlèvement des Sabines. Mettius Curtius serait tombé avec son cheval dans le marécage et en serait sorti avec difficulté[4]. Dans ses travaux sur l’origine des noms de lieux romains, Varron mentionne l’existence de traditions romaines multiples, la chute de Mettius Curtius et deux autres versions[5]. Selon l’une, un gouffre s’était ouvert, et les oracles auraient dit que les dieux voulaient qu’un citoyen s’y sacrifiât. Marcus Curtius s’y serait jeté à cheval et en armes, offrant en sacrifice ce que Rome avait de plus précieux, sa jeunesse armée. La dernière version évoquée par Varron ne fait pas appel au surnaturel : la foudre étant tombé sur ce lieu, y imprimant la marque de Jupiter, le Sénat ordonna au consul de 445 av. J.-C. Caius Curtius d’enclore ce lieu devenu sacré[6].

La version héroïque consacrant Marcus Curtius que Tite-Live date de 362 av. J.-C.[7] fut largement reprise par les auteurs latins[8].

Plan du Forum Romain
Plan du forum à la fin de l'époque républicaine.
Plan du forum à la fin de l'Empire.


Notes[modifier | modifier le code]

  1. Filippo Coarelli, traduit de l’italien par Roger Hanoune, Guide archéologique de Rome, édition originale italienne 1980, Hachette, 1998, (ISBN 2012354289), p. 56
  2. Pietro Romanelli, Le forum romain, traduction d’Olivier Guyon, Istituto Poligrafico dello Stato, Rome, 1967, p. 37
  3. Plutarque, Vie de Galba, 31
  4. Denys d'Halicarnasse, Antiquités romaines, livre I, 42 ; Plutarque, Vie de Romulus ; Tite-Live, Histoire romaine, livre I, 13 ;
  5. Varron, De lingua latina, VI, 148-150
  6. Dion Cassius, Fragments, VII, 69
  7. Tite-Live, Histoire romaine, livre VII, 6
  8. Dion Cassius, Fragments, livre VII, 69 ; Festus Grammaticus, De la signification des mots, livre III ; Ampelius, Liber memorialis, XX