Temple des Dioscures

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Temple des Dioscures
(Temple de Castor et Pollux)
Les restes du temple des Dioscures, aussi appelé temple de Castor et Pollux
Les restes du temple des Dioscures, aussi appelé temple de Castor et Pollux

Lieu de construction Forum Romanum
Date de construction 484 av. J.-C.
Ordonné par Sénat romain
Type de bâtiment Temple
Le plan de Rome ci-dessous est intemporel.
Planrome2b.png
Temple des Dioscures  (Temple de Castor et Pollux)

Localisation du Temple des Dioscures dans la Rome antique (en rouge)

Coordonnées 41° 53′ 30″ N 12° 29′ 08″ E / 41.891689, 12.4856541° 53′ 30″ Nord 12° 29′ 08″ Est / 41.891689, 12.48565  
Liste des monuments de la Rome antique
Vue aérienne

Le Temple des Dioscures appelés aussi temple de Castor et Pollux, était un temple de type grec, situé sur le Forum romain, avec

Derrière se trouvait la bibliothèque du temple d'Auguste (actuellement l’église de S. Maria Antiqua).

Origine[modifier | modifier le code]

L'origine de ce temple coïncide avec la naissance de la République romaine. Tite-Live rapporte sans détailler qu’au Ve siècle av. J.-C. un temple avait été bâti suite au vœu du dictateur Aulus Postumius Albin pour remercier Castor de la victoire du Lac Régille contre les Latins en 499[1] ou 496 av. J.-C.[2], et consacré aux Dioscures aux ides de juillet (15 juillet) 484 av. J.-C.[3]. Tite-Live est néanmoins contredit par Denys d'Halicarnasse, qui indique le vœu d’un temple dédié à Cérès, Liber et Libera, dont l’emplacement précis est inconnu[4], et par Ovide, qui date la consécration du 6e jour avant les calendes (27 janvier)[5].

Selon la légende transmise par Plutarque[6], les deux héros seraient venus aider les troupes romaines sous la forme de cavaliers intrépides et le temple originel aurait été construit à l'emplacement où Castor et Pollux firent boire leurs chevaux à la fontaine de Juturne et annoncèrent la victoire du peuple romain sur le dernier roi de la Rome antique.

L’introduction du culte de Castor et de Pollux s’est probablement faite par le biais des Grecs présents en Italie du sud. Mais l’amour que les Romains avaient pour les chevaux vient des Étrusques. Ce dernier a beaucoup aidé à l’adoption des Dioscures, qui sont très liés aux chevaux.

Construction[modifier | modifier le code]

Le Temple de Castor et Pollux fit l’objet de nombreuses restaurations, dont à la fin du IIe siècle av. J.-C. celle de Lucius Caecilius Metellus Delmaticus, qui le décora également de tableaux et de statues[7], puis sous Auguste en l’an 6 celle de Tibère et de son frère Drusus[8], qui correspond à l'ultime bâtiment dont on peut voir les vestiges.

Il s'élevait sur un soubassement recouvert de tuf et de travertin, de 50 m par 30 m, avec sur chaque côté des escaliers étroits recouverts de marbre. Il était octostyle et périptère, c'est-à-dire avec huit colonnes corinthiennes en façade, et onze colonnes sur chaque côté. À l'intérieur (cella), deux rangées de colonnes bordaient chaque paroi. Les ruines actuelles laissent voir une partie du soubassement et trois colonnes de 12,5 m, portant un fragment de l’entablement.

Le temple abritait les statues de Castor et Pollux considérés comme les gardiens de la liberté de Rome.

Fonction[modifier | modifier le code]

Le temple était le symbole du succès militaire du peuple romain : chaque 15 juillet, les chevaliers romains commémoraient la victoire de Régille en défilant devant le temple des Dioscures[9].

Dominant le forum, le podium du temple fut fréquemment utilisé sous la République par les orateurs comme tribune pour s’adresser au peuple. Caligula pour s’exposer entre les dieux jumeaux fit ouvrir au fond du temple un accès au palais impérial[10]. Il aurait déclaré qu'ainsi les Dioscures étaient ses portiers[11].Claude le fit refermer. Sous l’Empire, le temple servit plusieurs fois de lieu de réunion impériale[12].

Il était aussi un centre économique :

  • Le Bureau des poids et des mesures était abrité dans le sanctuaire et une « table de mesures » (poids et longueur) était dans le pronaos. Elle était particulièrement utilisée par les commerçants de la Summa Sacra Via.
  • Des banquiers occupaient les locaux aménagés autour du temple.

L’espace sacré comprenait aussi la fontaine de l’ancienne source de Juturne, où Castor et Pollux auraient fait boire leurs chevaux après la bataille.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon Tite-Live.
  2. Selon Denys d'Halicarnasse.
  3. Tite-Live, Histoire romaine, livre II, 20 et 42
  4. Denys d'Halicarnasse, Antiquités romaines, livre VI, 17
  5. Ovide, Fastes, Chant I, 705
  6. Plutarque, Vie de Coriolan, 3
  7. Plutarque, Vie de Pompée, II
  8. Suétone, Vie de Tibère, 20
  9. Pietro Romanelli, Le forum romain, p 40
  10. Suétone, Vie de Caligula, 22
  11. Dion Cassius, Histoire romaine, livre 69, 28
  12. Histoire Auguste, Vie des deux Maximin, 16 ; Vie des deux Valériens, 5

Sources[modifier | modifier le code]

  • Tite-Live, traduction de Annette Flobert, Histoire romaine, livres I à V, Flammarion, 1995, (ISBN 2080708406)
  • Pietro Romanelli, Le forum romain, traduction d’Olivier Guyon, Istituto Poligrafico dello Stato, Rome, 1967, 112 pages

Voir aussi[modifier | modifier le code]