Mont McKinley

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir McKinley.
Mont McKinley
Le mont McKinley vu du nord.
Le mont McKinley vu du nord.
Géographie
Altitude 6 194 m[1]
Massif Chaîne d'Alaska
Coordonnées 63° 04′ 10″ N 151° 00′ 27″ O / 63.0695, -151.0074 ()63° 04′ 10″ Nord 151° 00′ 27″ Ouest / 63.0695, -151.0074 ()  [2]
Administration
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
État Alaska Alaska
Borough Denali
Ascension
Première par une expédition menée par Hudson Stuck avec Harry Karstens, Walter Harper et Robert Tatum
Voie la plus facile West Buttress Route (glace/neige)
Géologie
Roches Roches cristallines recouvertes de glace

Géolocalisation sur la carte : Alaska

(Voir situation sur carte : Alaska)
Mont McKinley

Géolocalisation sur la carte : États-Unis

(Voir situation sur carte : États-Unis)
Mont McKinley

Le mont McKinley ou Denali dans une langue locale athapascane est la plus haute montagne d'Amérique du Nord. Situé au centre de l'Alaska, aux États-Unis, il culmine à 6 194 mètres au-dessus du niveau de la mer.

Son altitude, son climat extrême et sa situation géographique arctique en font un des sommets les plus difficiles à escalader au monde et ce n'est qu'en 1913 que la montagne fut pour la première fois vaincue par l'homme. Depuis 1917, la montagne fait partie intégrante de la zone protégée du parc national de Denali.

Toponymie et étymologie[modifier | modifier le code]

Le mont McKinley est aussi communément appelé Denali, qui signifie « celui qui est haut » en langue athapascane, et qui est généralement le nom reconnu par l'État d'Alaska. En 1896, la montagne est officiellement appelée mont McKinley, d'après l'ancien gouverneur de l'Ohio et futur président des États-Unis William McKinley. Lorsque le parc national de Denali est établi par l’Alaska National Interest Lands Conservation Act, le , l’Alaska Board of Geographic Names décide de réattribuer l'ancien nom de Denali à la montagne. Pourtant, l’U.S. Board on Geographic Names maintient McKinley qui a l'avantage touristique de différencier la montagne du parc où elle se situe. Ce choix est confirmé le par la Chambre des représentants des États-Unis[3]. Les autochtones ont tendance à utiliser Denali et distinguent les deux selon le contexte.

Le sommet est aussi connu sous le nom de Bolshaya Gora (Большая Гора), signifiant « grosse montagne », en russe.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Le mont McKinley est le point culminant de l'Amérique du Nord. Il est situé approximativement au centre de l'Alaska, dans le borough de Denali, aux États-Unis, au sein de la chaîne d'Alaska, à 200 kilomètres au nord d'Anchorage et 260 kilomètres au sud-ouest de Fairbanks, respectivement première et deuxième villes de l'État par leur population. Il culmine à 20 320 pieds[1], soit 6 194 mètres au-dessus du niveau de la mer.

Les plus importants sommets environnants sont le mont Foraker (5 304 mètres, 23 kilomètres au sud-ouest), le mont Hunter (4 442 mètres, 13 kilomètres au sud), le mont Huntington (3 731 mètres, 13 kilomètres au sud-sud-est), le Moose's Tooth (3 150 mètres, 24 kilomètres au sud-est) et le mont Dickey (2 909 mètres, 19 kilomètres au sud-est).

Topographie[modifier | modifier le code]

Le mont McKinley

Le mont McKinley présente un plus gros volume et une plus haute élévation que le mont Everest. Même si le sommet du « toit du monde » dépasse d'environ 2 700 mètres le mont McKinley, mesure prise au niveau de la mer, sa base se situe sur le plateau tibétain, à environ 5 200 mètres d'altitude, soit une élévation verticale de 3 600 mètres. La base du mont McKinley est grossièrement un plateau à 700 mètres d'altitude, soit une élévation verticale de 5 500 mètres.

Animation représentant le mont McKinley en trois dimensions.

Il possède deux pics significatifs : le sommet Sud est le plus élevé, alors que le sommet Nord a une altitude de 19 470 pieds, soit 5 934 mètres, et une hauteur de culminance d'approximativement 402 mètres. Il est parfois compté séparément comme un fourteener[4]. Il est rarement escaladé, excepté lors d'approches par l'itinéraire du versant septentrional du massif. Les autres pics mineurs sont le South Buttress (4 842 mètres d'altitude, 102 mètres de proéminence), l'East Buttress high point (4 490 mètres d'altitude, 116 mètres de proéminence), l'East Buttress most topographically prominent point (4 465 mètres d'altitude, 183 mètres de proéminence) et le Browne Tower (4 429 mètres d'altitude, 23 mètres de proéminence). Aucun d'eux ne constitue un objectif en lui-même.

Cinq larges glaciers, dont certains atteignent 70 à 80 kilomètres de long, descendent les pentes de la montagne. Le glacier Peters se trouve sur le versant nord-ouest alors que le glacier Muldrow se situe au nord-est. Immédiatement à l'est du glacier Muldrow et aboutissant sur le versant oriental du massif, se trouve le glacier Traleika. Le glacier Ruth se situe au sud-est de la montagne et le glacier Kahiltna au sud-ouest[5].

Géologie[modifier | modifier le code]

La chaîne d'Alaska est formée par la subduction, à un rythme de 5 centimètres par an, de la plaque pacifique sous la plaque nord-américaine, entraînant la déformation de cette dernière. Le mont McKinley est constitué de granite et de schiste, résultat du métamorphisme dans le massif, et, à une dizaine de kilomètres en profondeur, d'un pluton âgé de 56 millions d'années[6],[7]. Il continue à pousser la montagne vers le haut, à un rythme de un millimètre par an. En raison de ce phénomène, les roches sédimentaires, datant de 100 à 400 millions d'années, ont été repoussées aux alentours[8].

Ces roches granitiques subissent un processus secondaire de désagrégation par cristallisation et oxydation en raison des conditions climatiques comparables au milieu antarctique en termes de nombre de cycles gel-dégel annuel, plus prononcé sur le versant méridional, davantage exposé au rayonnement solaire. Ce phénomène résulte de la fonte de la neige et la création d'une humidité superficielle sur la roche. Il est plus prononcé au pied des falaises, où la neige s'entasse abondamment, sur les versants sud où la température de la roche est la plus élevée et le taux de saturation des fissures minimal[9].

En raison de l'activité tectonique, environ 600 séismes d'une magnitude supérieure à 1 sur l'échelle de Richter se produisent chaque année dans la région. 70 % d'entre eux sont compris entre 1,5 et 2,5, et leur épicentre est fréquemment compris entre 0 et 15 kilomètres de profondeur. La magnitude des tremblements de terre ne dépasse que très rarement 4,5. Toutefois, le , une secousse de 6,1 s'est produite à 112 kilomètres de profondeur, juste sous le mont McKinley. Le 23 octobre et le , deux secousses de 6,3 et 7,9 se produisent à 50 kilomètres de profondeur, à l'est du parc, ce qui fait de cette seconde la plus puissante de l'État d'Alaska de mémoire d'homme. Une des failles majeures qui résulte de ces mouvements tectoniques est la faille du Denali. L'Alaska Earthquake Information Center étudie l'activité sismique dans la région. Trois sismographes sont déjà installés dans le périmètre du parc et d'autres équipements sont prévus afin de s'adapter aux événements[10].

Climat[modifier | modifier le code]

Mont McKinley et taïga

Le sommet est caractérisé par un climat extrêmement froid et par un risque de mal aigu des montagnes inhabituel causé non seulement par l'altitude mais également par sa latitude élevée[11]. À l'équateur, un sommet de cette altitude aurait 47 % de la quantité de dioxygène disponible au niveau de la mer[12], mais en raison de sa latitude, la pression au sommet du mont McKinley est encore plus basse[13].

Durant l'été, le soleil est présent pendant 22 heures et les températures peuvent grimper au-delà de °C[14]. En revanche, l'hiver, la température descend régulièrement en deçà de -40 °C[15], le record mesuré étant de -73 °C[14].

Le mont McKinley a la particularité de recevoir des précipitations neigeuses plus abondantes sur le versant méridional. Cela s'explique par le fait que l'air plus chaud et humide vient de l'océan Pacifique, au sud, et est stoppé par l'immense barrière rocheuse de la chaîne d'Alaska. L'humidité se condense alors rapidement et entraîne de fortes chutes de neige responsables de la formation des glaciers. Ainsi, la flore et la faune sont plus abondantes sur le versant septentrional de la montagne[14].

Jusqu'à 2 000 mètres, des corbeaux, pinsons et certaines mousses ou lichens sur les rochers peuvent être rencontrés. Au-delà, le milieu est stérile[16].

Histoire[modifier | modifier le code]

Occupation amérindienne[modifier | modifier le code]

Les premiers occupants de la région sont des Amérindiens Athabaskans. Ils étaient nomades et venaient régulièrement chasser dans les bas plateaux au nord du mont McKinley, au printemps et à l'automne. Ils cueillaient également les baies, faisaient sécher le poisson et récoltaient des plantes comestibles. Durant les mois neigeux, ils redescendaient dans les vallées fluviales[17]. Leur présence est attestée depuis 12 000 ans. Ils se sont au fur et à mesure constitués en cinq tribus : la chaîne d'Alaska séparait les territoires des Dena’inas et des Ahtnas au sud et à l'est des Lower Tananas, Koyukons, et Kolchans au nord. Les premiers Occidentaux, explorateurs, trappeurs et mineurs prospecteurs, arrivent au début des années 1900[18].

Première ascension[modifier | modifier le code]

De 1896 à 1902, des repérages sont effectués Robert Muldrow, George Eldridge, Alfred Brooks. La première tentative d'ascension recensée du mont McKinley est l'œuvre du juge James Wickersham en 1903, via le glacier Peters et la face Nord, désormais connue sous le nom de Wickersham Wall. Cette voie présente un énorme risque d'avalanche et n'a finalement été escaladée qu'en 1963.

Le célèbre explorateur Dr. Frederick Cook prétend avoir gravi la montagne en 1906. Sa revendication est considérée avec beaucoup de suspicion dès le départ. Il a été démontré plus tard qu'elle était frauduleuse, avec des preuves cruciales fournies par Bradford Washburn qui faisait des relevés d'un pic secondaire.

En 1910, quatre autochtones (Tom Lloyd, Peter Anderson, Billy Taylor et Charles McGonagall), connus en tant qu'expédition Sourdough, tentent l'ascension malgré un total manque d'expérience. Ils passent approximativement trois mois sur la montagne. Toutefois, le récit de la journée de leur présumé succès est impressionnant : portant un sac de beignes, un thermos de cacao chacun et un poteau en épicéa de 4,20 mètres, deux d'entre eux atteignent le pic Nord et érigent le mât près du sommet. Selon eux, l'ascension leur a pris 18 heures, un record qui n'a toujours pas été battu en 2006. Personne ne crut leur succès, en partie parce qu'ils prétendirent à tort avoir escaladé les deux pics, jusqu'à la première véritable ascension en 1913.

Portrait de Hudson Stuck, auteur de la première ascension réussie du mont McKinley

En 1912, l'expédition Parker-Browne est sur le point d'atteindre le sommet, rebroussant chemin à quelques dizaines de mètres en raison de conditions climatiques extrêmes. Cette décision leur a probablement sauvé la vie puisqu'un violent tremblement de terre rompit le glacier qu'ils avaient descendu quelques heures auparavant.

La première ascension survient le par l'expédition menée par Hudson Stuck. Le premier homme au sommet est Walter Harper, un amérindien d'Alaska. Harry Karstens et Robert Tatum atteignent également le but. Ce dernier commenta plus tard : « La vue depuis le sommet du mont McKinley est comme regarder par la fenêtre de l'enfer[19] ». Ils ont emprunté la voie du glacier Muldrow ouverte par les précédentes expéditions, et aujourd'hui principalement utilisée. Stuck confirme, à l'aide de jumelles, la présence d'un large mât près du pic Nord, mettant un terme définitif aux suspicions nées de l'expédition Sourdough, même si le poteau n'a jamais été aperçu avant ou depuis lors. Stuck découvre également que l'expédition Parker-Browne n'était qu'à 60 mètres du but.

Autres exploits[modifier | modifier le code]

Il faut attendre 1932 pour voir la deuxième ascension réussie, par Alfred Linley, Harry Liek, Grant Pearson et Erling Strom. Les deux pics sont gravis durant l'expédition. La première femme en haut du mont McKinley est Barbara Washburn en 1947 alors que son mari est le premier à atteindre le sommet deux fois[20].

En 1951 a lieu la première ascension de la West Buttress Route, dirigée par Bradford Washburn. La très longue South Buttress Route est ouverte en 1954, la désormais populaire et moyennement technique West Rib en 1959 et la plus célèbre des voies techniques, la Cassin Ridge en 1961, constituant un évènement remarquable dans l'alpinisme en Alaska. En 1963, deux équipes réalisent la première ascension de deux voies différentes dans le Wickersham Wall[20].

En 1967 se déroule la première ascension hivernale, via la West Buttress, par Dave Johnston, Art Davidson et Ray Genet. La même année, sept des douze membres de l'expédition Joe Wilcox périssent dans un orage près du sommet. À cette époque, cela constitue la troisième pire catastrophe de l'histoire de l'alpinisme en termes de vies perdues. La première solitaire est réussie par le Japonais Naomi Uemura en 1970. Il meurt en 1984 lors de la réalisation de la première hivernale en solitaire, après avoir atteint le sommet. Vernon Tejas est le premier à revenir sain et sauf d'une telle tentative, en 1988[21]. En 1984, Tono Križo, František Korl et Blažej Adam de l'association slovaque d'alpinisme escaladent la voie directe, connue aujourd'hui sous le nom de Slovak Route, sur la face sud de la montagne, à la droite de la Cassin Ridge[22]. En 1990, l'Alaskienne Norma Jean Saunders devient la première femme à recenser officiellement une ascension en solitaire du mont McKinley, en empruntant la West Buttress[20].

Activités[modifier | modifier le code]

Alpinisme[modifier | modifier le code]

Le camp supérieur de la West Buttress Route, à 5200 mètres d'altitude

Le sommet est aujourd'hui gravi par 1 200 alpinistes par an en moyenne, restant une entreprise dangereuse, avec un taux d'échec de pratiquement 50 %. En 2003, la montagne avait coûté la vie à près de cent personnes[23]. 80 % des expéditions utilisent la West Buttress Route, ouverte en 1951 par Bradford Washburn, après une longue analyse de photographies aériennes de la montagne. L'ascension demande généralement entre deux et quatre semaines. Les nuages masquent souvent le sommet, et pour l'atteindre, il faut de l'acharnement. Il est recommandé de tenter l'ascension en mai ou juin, tandis qu'en juillet et août les précipitations neigeuses sont abondantes et les risques d'avalanches élevés[16].

Station météorologique[modifier | modifier le code]

En 1990, le Club alpin japonais installe une station météorologique sur une crête près du sommet du mont McKinley, à une altitude de 5 710 mètres. En 1998, cette station est offerte au Centre de recherche international arctique à l'Université d'Alaska Fairbanks. En juin 2002, une station climatologique est mise en place à 5 790 mètres d'altitude. Elle a été conçue pour transmettre des informations en temps réel à l'usage des alpinistes et de la communauté scientifique. Depuis son établissement, des améliorations annuelles des équipements ont été accomplies avec des instruments spécialement fabriqués pour les conditions extrêmes de climat et d'altitude[24]. Cette station climatologique est l'une des deux seules dans le monde situées au-delà de 5 500 mètres.

Parc national[modifier | modifier le code]

Le mont McKinley vu du parc national de Denali
Article détaillé : Parc national de Denali.

Le Mont McKinley National Park est créé le . À cette époque, seule une partie du mont fait partie intégrante du parc national. Un monument national nommé Denali National Monument est créé à proximité en décembre 1978 avec l'accord du président Jimmy Carter. Le , le parc national du Mont McKinley et le monument national Denali sont fusionnés au sein du parc national de Denali (Denali National Park and Preserve) par l'Alaska National Interest Lands Conservation Act.

Le parc s'étend sur 24 585 km², soit la taille de quatre départements français et possède une faune variée. La région abrite une grande variété d'oiseaux et 39 espèces de mammifères. Une importante population de grizzlys et d'ours noirs est présente sur le territoire du parc. Il constitue le terrain de parcours des troupeaux de caribous ou de mouflons de Dall. On peut également observer des élans et des loups. De petits animaux adaptés au milieu naturel peuplent le parc national tels que la marmotte des Rocheuses, les écureuils de l'Arctique (Spermophilus parryii), les castors et les pikas[25]. Le parc de Denali abrite également l'une des plus riches réserves d'oiseaux. De la fin du printemps à la fin de l'été, de nombreuses espèces migratoires vivent dans la région : Bombycillidae (Jaseur d'Amérique), durbec des pins, traquet, lagopède alpin, cygne siffleur, aigle royaletc.[26] Les nombreux cours d'eau offrent diverses espèces de poissons (truites, saumons) et d'amphibiens[27].

À la base de l'écosystème, 1 500 espèces de fougères, d'herbes rases, de buissons, de plante à fleurs, de lichens, de mousses, d'arbres recouvrent les sols autour des sommets. L'endémisme de ces plantes a été préservé des espèces européennes par l'isolement de la région. Ayant franchi le détroit de Béring, leur origine est asiatique et unique en Amérique du Nord[28].

Le mont McKinley dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Dans la série de romans Twilight (Fascination, Tentation, Hésitation), écrite par Stephenie Meyer, le Denali est le refuge d'un sabbat de vampires. Dans le second tome, il constitue la destination des Cullens après leur départ de Forks.

Le mont McKinley est aussi le décor du film muet The Chechahcos sorti en 1924 et réalisé par Lewis H. Moomaw, sur fond de ruée vers l'or du Klondike. Cheechako signifie « nouvel arrivant » en langue chinook.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Jonathan Waterman, High Alaska, AAC Press, 1988
  • (en) Dow Scoggins, Discovering Denali
  • (en) R. J. Secor, Denali Climbing Guide, Stackpole Books, 1998 (ISBN 0-8117-2717-3)
  • (en) Bradford Washburn, Mount McKinley: The Conquest of Denali, Harry N. Abrams, Inc., 1991 (ISBN 0-8109-3611-9)
  • (en) Colby Coombs et Bradford Washburn, Denali's West Buttress: A Climber's Guide to Mount McKinley's Classic Route
  • (en) Jonathan Waterman, Surviving Denali: A Study of Accidents on Mount McKinley 1903-1990, American Alpine Club, 1991
  • (en) Jonathan Waterman, In the Shadow of Denali: Life and Death on Alaska's Mt. McKinley, 1994
  • (en) G. D. Kaye, Using GIS to estimate the total volume of Mauna Loa Volcano, Hawaii, 98th Annual Meeting, Geological Society of America, 2002
  • (en) Art Davidson, Minus 148°: First Winter Ascent of Mt. McKinley, 7e éd., Mountaineers Books, 2004 (ISBN 0-89886-687-1)
  • (en) D.D. Hudson Stuck, archidiacre du Yukon, The Ascent of Denali, The 1913 Expedition that First Conquered Mt. McKinley, réédité par Wolfe Publishing Co., 1988 (ISBN 0-935632-69-7)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Elevations and distances - Elevations of Named Summits Over 14,000 Feet Above Sea Level
  2. (en) Feature Detail Report for: Mount McKinley, United States Geological Survey
  3. (en) To provide for the retention of the name of Mount McKinley - 110th Congress, 1st Session, H. R. 198
  4. (en) Peaks Above 14,000 Feet in the United States
  5. Carte topographique de l'United States Geological Survey Mt. McKinley A-3
  6. (en) What made Denali so tall ? Structural geology of the high peaks of the Alaska Range
  7. (en)[PDF] General Geologic Features
  8. (en) Denali National Park and Preserve - Geologic Formations
  9. (fr)(en) Processus secondaires de cristallisation et d’oxydation du granite près du sommet du Mont McKinley, Alaska
  10. (en) Denali National Park and Preserve - Geologic Activity
  11. (en) Denali, the summit of North America - The seven summits, the highest peaks of the seven continents
  12. (en) An interactive high altitude pressure model
  13. (en) Ward, Milledge et West, High Altitude Medicine and Physiology, 2002
  14. a, b et c (en) Climate of Mount McKinley National Park
  15. (en) Mt. McKinley Weather Station - Weather data
  16. a et b (en) McKinley - Climate and Flora/Fauna
  17. (en) Denali National Park & Preserve Alaska - Geology fieldnotes
  18. (en) Denali National Park and Preserve - History & Culture
  19. (en) Coombs, 1997
  20. a, b et c (en) National Park Service - Climbing History
  21. (en) Lew Freedman, Dangerous Steps: Vernon Tejas and the Solo Winter Ascent of Mount McKinley, Stackpole, 1990
  22. (en) American Alpine Journal, 1985, p. 174
  23. (en) Joe Glickman, Man Against the Great One, New York Times,
  24. (en) Mt. McKinley Weather Station - Project History
  25. (en) Denali National Park and Preserve - Mammals
  26. (en) Denali National Park and Preserve - Birds
  27. (en) Denali National Park and Preserve - Amphibians
  28. (en) Denali National Park and Preserve - Plants
Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 23 janvier 2008 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
Thème de qualité
10 articles
           Bon article Sept sommets
Seven summit map-fr.svg
Article de qualité Kilimandjaro
Article de qualité Puncak Jaya
Bon article Aconcagua
Bon article Elbrouz
Bon article Everest
Bon article Massif Vinson
Bon article Mont Blanc
Bon article Mont Kosciuszko
Bon article Mont McKinley