Mont Washington (New Hampshire)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mont Washington.
Mont Washington
Mont Washington, photographié depuis Bretton Woods
Mont Washington, photographié depuis Bretton Woods
Géographie
Altitude 1 916 m
Massif Chaînon Presidential (montagnes Blanches, Appalaches)
Coordonnées 44° 16′ 15″ N 71° 18′ 13″ O / 44.27083, -71.30361 ()44° 16′ 15″ Nord 71° 18′ 13″ Ouest / 44.27083, -71.30361 ()  
Administration
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
État New Hampshire
Comté Coos
Ascension
Première 1642 par Darby Field

Géolocalisation sur la carte : États-Unis

(Voir situation sur carte : États-Unis)
Mont Washington

Le mont Washington est le point culminant du Nord-Est des États-Unis avec une altitude de 1 916 mètres. Il se situe dans les montagnes Blanches dans le comté de Coos. La plus grande partie du mont se situe dans la forêt nationale de White Mountain et le parc d'État du Mont-Washington.

Toponymie[modifier | modifier le code]

La montagne est appelée Agiocochook, la « demeure du grand esprit », par les Amérindiens[1]. Une expédition scientifique menée par le géologue Dr Cutler nomme le sommet mont Washington en 1784[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Topographie[modifier | modifier le code]

Alors que le versant occidental, que gravit le Cog Railway, est régulier depuis sa base, les autres versants sont plus complexes. Au nord, Great Gulf, le plus vaste cirque glaciaire de la montagne, est entouré par les « Northern Presidentials », à savoir les monts Clay, Jefferson, Adams et Madison. Ces sommets atteignent largement la zone alpine, au-delà de la limite des arbres. L'imposante arête Chandler s'étend au nord-est depuis le sommet du mont Washington pour former le mur sud de l'amphithéâtre. Il est arpenté par une route automobile jusqu'à la cime.

À l'est du sommet, un petit plateau connu sous le nom d'Alpine Gardens (littéralement « jardins alpins ») s'etend au sud de l'arête Chandler à environ 1 600 mètres d'altitude. Il est remarquale pour ses espèces de plantes endémiques aux prairies alpines des montagnes Blanches ou habituellement répandues dans les milieux arctiques. Le plateau se prolonge à l'est en plongeant dans deux cirques, les ravines Huntington et Tuckerman.

Au sud du sommet, un second plateau, plus vaste, Bigelow Lawn, s'étend entre 1 500 et 1 700 mètres d'altitude. Le sommet secondaire Boott Spur, puis l'arête Montalban incluant les monts Isolation et Davis, le prolongent au sud, tandis que les « Southern Presidentials », autrement dit les monts Monroe, Franklin, Eisenhower, Pierce, Jackson et Webster, s'étendent au sud-ouest jusqu'à Crawford Notch. Ces deux arêtes sont séparées par Oakes Gulf.

Géologie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Bâtiment original attaché avec des chaînes en hiver
Observatoire actuel du mont Washington

Le premier observatoire météorologique au sommet du mont Washington a été construit en 1870 par le Service des transmissions de l'armée de terre des États-Unis, l'ancêtre du service météorologique actuel. Il s'agissait du premier observatoire mondial permanent au sommet d'une montagne. Les données y ont été prises jusqu'en 1892 puis l'observatoire a été abandonné. Ce n'est qu'en 1932, que le bâtiment actuel a été construit par un groupe d'enthousiastes de la météorologie et que les mesures sont prises de façon ininterrompue[3].

Le mont Washington est témoin de l'une des plus mauvaises météos du globe. C'est d'ailleurs là qu'a été relevé le vent le plus fort au monde : 372 km/h[4], jusqu'à ce qu'il soit battu par un record de 408 km/h survenu à Barrow Island en Australie, le 10 avril 1996.

L'observatoire est opéré par des volontaires qui peuvent accéder au sommet en 90 minutes en été grâce à une route pavée. En hiver, la route est fermée à cause des accumulations de neige, le personnel est donc transporté à bord d'autoneiges munis d'une lame biaise permettant de se frayer un chemin dans les congères, lorsque les conditions le permettent[5]. Chaque volontaire séjourne huit jours à l'observatoire et travaille 12 heures par jour. L'équipe complète est de 4 à 6 personnes. Avant le développement de ces véhicules, les volontaires demeuraient au sommet de la montagne durant tout l'hiver.

Faune et flore[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le premier Européen à mentionner la montagne est Giovanni da Verrazzano, en 1524, qui l'aperçoit depuis l'océan Atlantique et le décrit comme une « haute montagne de l'intérieur ». L'Irlandais Darby Field affirme avoir réalisé sa première ascension en 1642[6].

Carte postale de 1904 représentant la seconde Summit House au sommet.
Carte postale de 1908 représentant la Tip-Top House.

Le Crawford Path, le plus ancien sentier de randonné des États-Unis, est créé en 1819 comme chemin muletier depuis les gorges de Crawford Notch jusqu'au sommet et est resté en usage depuis cette époque. Ethan Allen Crawford construit un gîte au sommet en 1821 qui résiste jusqu'à une tempête cinq ans plus tard[2]. Il faut attendre le milieu du XIXe siècle pour que la montagne devienne une destination touristique majeure du pays, avec la construction de nouveaux sentiers et de deux hôtels. la Summit House, un bâtiment en pierre de 20 mètres de long dont le toît est attaché par quatre lourdes chaînes, est ouverte en 1852. L'année suivante, la Tip-Top House est érigée pour lui faire concurrence. Reconstruite en bois avec 91 chambres en 1872-1873, la Summit House brûle en 1908 avant d'être remplacée par un bâtiment en granite en 1915[2]. Seule la Tip-Top House résiste au feu ; elle est désormais classée au National Register of Historic Places et a été récemment rénovée pour abriter des expositions. Parmi les attractions de l'époque victorienne figure également un chemin pour diligences tracé en 1861, constituant actuellement la Mount Washington Auto Road, ainsi que le Mount Washington Cog Railway, un chemin de fer à crémaillère mis en place en 1869, tous deux étant encore en service[7].

Pendant quarante ans, un journal apériodique appelé Among The Clouds, est publié par Henry M. Burt au sommet chaque été, jusqu'en 1917. Les tirages sont distribués par la voie ferrée puis aux hôtels et autres points de vente alentours.

En novembre 2010, Mount Washington devient une marque commerciale et des actions sont menées par les dépositaires afin d'en restreindre l'usage légal[8],[9],[10].

Activités[modifier | modifier le code]

Randonnée[modifier | modifier le code]

Touristes à l'abri pour les soins de Tuckerman Ravine.

Le mont Washington offre des possibilités infinies de randonnées, de toutes difficultés. C'est l'une des montagnes les plus fréquentées en Amérique (250 000 personnes se rendent au sommet chaque année)[11]. La « commercialisation » du sommet est d'ailleurs devenue un problème avec l'observatoire météorologique[12], le restaurant, la boutique de souvenirs, la gare pour son train à crémaillère, l’auto road panoramique avec son stationnement d'automobiles[13]. L'auberge rustique Lakes of the Clouds Hut, localisée sur l'épaule sud du mont Washington, offre l'hébergement aux randonneurs[14]. Ceci permet d'observer une très vaste zone alpine avec sa diversité botanique.

Ski de descente[modifier | modifier le code]

Skieurs dans le cirque de Tuckerman Ravine bowl.

Le mont Washington attire aussi des centaines de skieurs au printemps, alors que la neige est présente en abondance[15] dans le Tuckerman Ravine, au moins jusqu’à la fin juin. Comme il n'y a aucune remontée mécanique, les skieurs doivent grimper le Tuckerman Ravine avant d'effectuer une descente.

Escalade[modifier | modifier le code]

La montagne offre aussi des possibilités d’escalade de roche, de glace et d’alpinisme, principalement dans Huntington Ravine. Au printemps, les avalanches de neige sont courantes dans les ravins[16] et un bulletin est mis à jour constamment par les gardiens du parc sur les babillards des refuges et du centre d'accueil de Pinkham Notch.

Protection environnementale[modifier | modifier le code]

La quasi-totalité de la montagne se trouve dans la forêt nationale de White Mountain. Le parc d'État du Mont-Washington, une aire protégée de 240 hectares, entoure et inclut le sommet.

Culture populaire[modifier | modifier le code]

Le mont Washington a été l'objet de plusieurs peintures fameuses par l'école de la Nouvelle Angleterre connues sous le terme de White Mountain art (en). Inspirés par les paysages de l'Hudson River School, plusieurs artistes de l'époque victorienne se rendent dans les montagnes Blanches à la recherches de sujets de représentations. Conway devient leur base. Leurs créations se répandent dans le monde entier, en particulier au château de Hampton Court. L'intérêt suscité par leur travail attire les visiteurs vers le mont Washington et sa région, lançant le tourisme dans ces montagnes[17]

Des hommages musicaux ont également été rendus, comme la Symphony no. 64, Op. 422 (Agiochook), composée vers 1990 par l'Américain Alan Hovhaness et dédiée au mont Washington, que le compositeur avait gravi dans sa jeunesse.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. (en) Dartmouth College Library Collections
  2. a, b et c (en) « Condensed Facts About Mount Washington », Atkinson News Co., 1912
  3. (en) « About the Mount Washington Observatory », sur The Mount Washington Observatory (consulté le 26 avril 2013)
  4. « La Terre de tous les records », Science et Vie, page 125
  5. (en) « Frequently Asked Questions », sur The Mount Washington Observatory (consulté le 26 avril 2013)
  6. (en) Gazetteer of the State of New Hampshire 1817, USGW Archives C. Norris & Co., Exeter, New Hampshire, 1817
  7. (en) Frank Hunt Burt, Mount Washington; A Handbook for Strangers, éditions Frank H. Burt, Boston, Massachusetts, 1906, [lire en ligne]
  8. (en) Battle Brews Over Attempt To Trademark 'Mount Washington' - News Story, WMUR Manchester, 11 novembre 2010
  9. (en) Hotel Owners Say Concerns Over Mount Washington Name Overblown - News Story, WMUR Manchester, 12 novembre 2010
  10. (en) U.S. Trademark Applications Serial Nos. 7669738, 76690735, 76690740
  11. (en) Whites Mountains Guide, 28e édition
  12. (en) Mount Washington Observatory MW OBS
  13. (en) Mount Washington Observatory - Webcam Network
  14. (en) AMC, Lakes of the Clouds Hut
  15. Il y tombe en moyenne, chaque année, 635 cm de neige dans le Turckerman Ravine.
  16. (en) Mount Washington Avalanche Center
  17. (en) White Mountain Art & Artists