Corbeau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Corbeau (homonymie)
Corbeau
Nom commun ou
nom vernaculaire ambigu :
L'expression « Corbeau » s'applique en français à plusieurs taxons distincts. Page d'aide sur l'homonymie
Corbeau sur une branche, Maruyama Ôkyo (1733-1795)
Corbeau sur une branche, Maruyama Ôkyo (1733-1795)
Taxons concernés

Plusieurs espèces parmi le genre Corvus

  • Voir texte

Corbeau est un terme vernaculaire composant le nom normalisé de plusieurs espèces du genre Corvus qui comprend aussi les corneilles. Ce terme est ambigu parce qu'il est aussi utilisé, par défaut, pour désigner diverses espèces de Corvidés à plumage noir de ce genre[1], voire aussi du genre Pyrrhocorax[2], bien que ces espèces possèdent des noms vernaculaires bien établis, comme les corneilles ou les choucas.

Dans la culture populaire, le grand, charognard et noir corbeau est chargé de symboles.

Étymologie et histoire du terme[modifier | modifier le code]

Le terme corbeau dérive de l'ancien français corp (anglo-normand corf) avec ajout d'un suffixe diminutif. Corp est lui-même issu, par l'intermédiaire d'une variante non attestée *corbu, du latin corvus[3] lequel sert à désigner le genre. Une forme ancienne de ce terme, encore utilisée dans les parlers de l'ouest de la France, est corbiau.

Physiologie, comportement et écologie[modifier | modifier le code]

Les caractéristiques générales des corbeaux sont celles du genre Corvus, avec des nuances pour chaque espèce : voir les articles détaillés pour plus d'informations sur leur description ou leur mode de vie.

Noms français et noms scientifiques correspondants[modifier | modifier le code]

Noms normalisés[modifier | modifier le code]

Liste alphabétique des corvidés portant précisément ce terme dans leur nom normalisé d'après la Commission internationale des noms français des oiseaux (CINFO).

Divers[modifier | modifier le code]

Liste alphabétique des noms vernaculaires ou noms normalisés obsolètes désignant aussi des corbeaux.

Dans la culture[modifier | modifier le code]

Un tas de branchettes accumulées au sommet d'un arbre
Un nid de corbeau au sommet d'un grand arbre
Article détaillé : Corbeau dans la culture.

Le corbeau est un oiseau réputé pour sa grande longévité (qui pourrait dépasser trente ans), son intelligence et son organisation sociale qui semblent très supérieures à la moyenne des oiseaux. Il n'a quasiment jamais été chassé, sauf dans les périodes de grande famine, sa chair étant considérée comme immangeable, sauf après une très longue cuisson.

Du fait du comportement charognard de ces espèces, le corbeau a aujourd'hui une mauvaise réputation en Occident. Ceci n'a pas toujours été le cas puisque Hugin et Munin, deux grands corbeaux dans les mythologies nordiques étaient les messagers des dieux[4].

En architecture, le corbeau a donné son nom à l'élément de console, le « corbeau », ainsi que l'encorbellement, qui lui est associé, tous deux issus de l'ancien français corbel. Placé en couronnement d'un mur, ils rappellent le comportement de l'oiseau qui se percherait au dessus d'un mur.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) S. Madge et H. Burn, Corbeaux et Geais — Guide des Corbeaux, Geais et Pies du monde entier, Paris, Vigot,‎ 1996, 184 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Entrée « Corbeau » dans le Dictionnaire de l'Académie française, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales
  2. Serge Jodra, « Les Corbeaux », sur Imago Mundi,‎ 2007 (consulté le 6 janvier 2013) : « le nom de Corbeaux peut être appliqué à deux genres de Passeriformes »
  3. Définitions lexicographiques et étymologiques de « corbeau » du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales
  4. Jackie Chappell, « Living with the Trickster: Crows, Ravens, and Human Culture », PLoS Biology, vol. 4, no 1,‎ 2006, e14 (résumé)