Anchorage

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour la ville du Kentucky, voir Anchorage (Kentucky).
Anchorage
Héraldique
Héraldique
Drapeau
Drapeau
Image illustrative de l'article Anchorage
Administration
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
État Drapeau de l'Alaska Alaska
Borough Anchorage
Maire Dan Sullivan
Code ZIP 99501–99524, 99529-99530, 99599
Code FIPS 02-03000
GNIS 1398242
Indicatif(s) téléphonique(s) local (locaux) 907
Démographie
Population 291 826 hab. (2010[1])
Densité 57 hab./km2
Population aire urbaine 380 821 hab. (2010)
Géographie
Coordonnées 61° 13′ 06″ N 149° 53′ 57″ O / 61.218333333333, -149.8991666666761° 13′ 06″ Nord 149° 53′ 57″ Ouest / 61.218333333333, -149.89916666667  
Altitude 31 m
Superficie 507 900 ha = 5 079 km2
· dont terre 4 396 km2 (86,55 %)
· dont eau 683 km2 (13,45 %)
Fuseau horaire AKST (UTC-9)
Divers
Fondation 1914
Municipalité depuis 23 novembre 1920
Devise Big Wild Life[Note 1]
Surnom The City of Lights and Flowers[Note 2]
Localisation
Carte du borough
Carte du borough

Géolocalisation sur la carte : Alaska

Voir la carte administrative d'Alaska
City locator 14.svg
Anchorage

Géolocalisation sur la carte : Alaska

Voir la carte topographique d'Alaska
City locator 14.svg
Anchorage
Liens
Site web http://www.muni.org

Anchorage (officiellement Municipalité d'Anchorage) est une ville et un borough des États-Unis, située dans l’État de l'Alaska. En 2008, sa population était estimée à 279 243 habitants[1] et 359 180 habitants pour l'aire métropolitaine[2], ce qui en fait la ville la plus peuplée d'Alaska. Après New York, elle est la ville qui regroupe la plus forte population (40 %) par rapport à celle de l’État. La ville a été nommée quatre fois All-America City, en 1956, 1965, 1984/1985 et 2002 par la National Civic League[3]. Au niveau fiscal, Kipplinger l'a également nommée meilleure ville des États-Unis[4].

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom complet d'origine est Knik Anchorage qui signifie en anglais : « mouillage[5] de Knik » (Knik était l'ancien village inuit qui se trouvait là et dont le nom signifie « feu »)[6].
En 1914, lors de sa création, Anchorage n'est qu'un port, un mouillage pour la construction du chemin de fer de l'Alaska Railroad.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Présence russe sur le territoire[modifier | modifier le code]

Les Russes se sont établis dans le sud de l'Alaska au début du XIXe siècle. En 1867, le secrétaire d'État américain William Henry Seward négocie l'achat de l'Alaska car la Russie impériale avait une dette de 7,2 millions de $ (soit moins de deux cents par acre ou encore 4,20 $ le km2). L'opération fut critiquée par les politiques et nommée « la folie de Seward », « la glacière de Seward » ou encore « Walrussia ». En 1888, de l'or est découvert le long du Turnagain Arm, au fond du Cook Inlet. En 1912, l'Alaska intègre les États-Unis en tant que territoire[7].

En 1914, le président Woodrow Wilson autorise la construction du chemin de fer de l'Alaska Railroad et l'établissement de la chambre de commerce et d'industrie. Un village de tentes s'établit alors à Ship Creek Landing près de l'embouchure de la rivière Ship Creek et du site de la future gare, puisque ce port, alors modeste, est choisi comme base de départ et siège de la ligne de chemin de fer. Très vite, la population atteint alors 2 000 habitants. À partir du 9 juillet 1915, les premières maisons de ville sont vendues. Anchorage connaît d'abord plusieurs noms différents mais l'U.S. Post Office décide d'officialiser le nom actuel. Au début, la ville est placée sous l'administration du gouvernement fédéral, mais les citoyens locaux font pression sur ce dernier pour transférer le pouvoir à une municipalité qui est finalement instituée le 23 novembre 1920[8].

Durant la Première Guerre mondiale, la population et l'industrie d'Anchorage ont périclité. Cependant, la fin des travaux de construction de l'Alaska Railroad en 1923, redonne un nouvel élan à l'expansion économique de la ville durant les années 1920[8].

Entre-deux guerres et croissance : 1930-1964[modifier | modifier le code]

Entre 1930 et 1950, le transport aérien devient de plus en plus important. En 1930, l'aéroport change de nom et devient Merril Field. Au cours des années 1930, l'aéroport est devenu l'un des plus fréquentés des États-Unis. Le 10 décembre 1951, l'aéroport international d'Anchorage ouvre et effectue un trafic aérien transpolaire entre l'Europe et l'Asie[9].

Le Fourth Avenue Theatre construit en 1947

À partir des années 1940, la présence militaire américaine en Alaska est renforcée. Les Américains construisent les bases de Fort Richardson et Elmendorf Air Force Base. Beaucoup d'investissements militaires se produisent durant la Seconde Guerre mondiale, en raison de l'invasion japonaise, et se poursuivent plus tard en 1950, à cause de la Guerre froide[10].

Durant les années 1940 et 1950, Anchorage se développe et commence à devenir une ville. Elle passe de 3 000 habitants en 1940 à 47 000 en 1951. La criminalité et le coût de la vie ont également augmenté pendant cette période. En 1949, le premier feu de circulation est installé dans la Fourth Avenue. En 1951, l'autoroute de Seward est ouverte à la circulation[11]. La KTVA, première station de télévision de la ville, commence à émettre dès 1953[12]. En 1954, l'Alyeska Resort est ouverte[13].

Le 3 janvier 1959, l'Alaska devient le 49e État des États-Unis. Quelque temps après, Anchorage doit faire face à une crise immobilière, qui sera stoppée par l'expansion de l'agglomération d'Anchorage[14]. En janvier 1964, Anchorage devient une ville et un borough[15].

Anchorage a tenté, en vain, d'accueillir les Jeux olympiques d'hiver en 1992 et pour la dernière fois en 1994[16].

Tremblement de terre de 1964[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Séisme de 1964 en Alaska.
Le tremblement de terre de 1964

La ville connaît un tremblement de terre le 27 mars 1964, de magnitude 9,2 le plus important d'Amérique du Nord. Le séisme n'a duré que quelques minutes mais a détruit beaucoup d'immeubles de la ville. Depuis, la hauteur des bâtiments est limitée à 21 étages. Il y a eu d'importants glissements de terrain, et des tsunamis ont ravagé les fjords alentour. Cette catastrophe, appelée Good Friday Earthquake car il s'est produit un Vendredi saint, a coûté la vie à 115 personnes. Les dommages ont coûté 300 millions de $ et la reconstruction a été le principal objectif des années 1960[8],[17]. Il s'agit du deuxième tremblement de terre le plus important de l'histoire après le séisme du Chili[18].

Reconstruction et découverte du pétrole : 1965-1999[modifier | modifier le code]

En 1968, du pétrole est découvert à Prudoe Bay sur la côte nord de l'Alaska, un baril a été vendu des millions de dollars en 1969 pour l'État. En 1974 débute la construction de l'oléoduc trans-Alaska et s'achève en 1977 pour un coût total de 8 millions de $. La découverte du pétrole et la construction de l'oléoduc donnent un nouvel aspect à la région et Anchorage devient le siège de compagnies pétrolières. L'aéroport international d'Anchorage Ted-Stevens connaît un essor économique et Anchorage devient un carrefour aérien dans le monde du fait de sa situation géographique[9]. Il est aujourd'hui le quatrième aéroport mondial pour le fret, qui s'élevait en 2003 à 2,07 millions de tonnes[19].

En 1975, la ville et le borough s'unifient. Dans cette unification, elle inclut Eagle River, Eklutna, Girdwood, Glen Alps et plusieurs autres communautés. La nouvelle zone porte le nom de Municipalité d'Anchorage[8]. En 1980, la population d'Anchorage passe à 184 775 habitants.

Au début des années 1980, Anchorage connaît une période de croissance grâce à l'afflux de la production pétrolière. Des projets d'embellissement de la ville, combinés avec une planification communautaire, permettent la construction d'infrastructures et l'augmentation de la qualité de vie. Ces projets ont permis la construction d'une nouvelle bibliothèque, d'un civic center, d'une salle de sports, d'une salle de spectacle, d'une station de ski et du Kincaid Outdoor Center[8]. Cependant, à la fin des années 1980, le prix du pétrole chute et entraîne Anchorage dans une période de récession.

Après une croissance fondée sur la seule manne pétrolière, l'Alaska a traversé dans les années 1990 une dépression économique. À Anchorage, tous les produits de consommation et les services étaient plus chers qu'à New York. La récession a entraîné une chute de la cote immobilière. Des appartements proposés à 40 % de leur prix ne trouvaient pas d'acheteur.

En 1996, Anchorage accueille les Jeux d'hiver d'Arctique à Chugiak et Eagle River et en 1999, l'Alaska Native Center ouvre.

XXIe siècle[modifier | modifier le code]

Le 8 juillet 2000, l'aéroport est renommé Ted Stevens Anchorage International Airport en l'honneur du sénateur de l'Alaska le plus ancien, Ted Stevens. Bien que le développement de la ville doive maintenant se tourner vers l'urbanisation de tout l'espace de l'Anchorage bowl (surnom local pour la région d'Anchorage), il reste de nombreux espaces peu peuplés et de vastes zones dédiées aux parcs et espaces verts.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Vue satellite d'Anchorage
Anchorage, au fond du Cook Inlet

Anchorage est située au sud de la partie centrale de l'Alaska, à 61 degrés de latitude nord, soit sensiblement au même niveau que Stockholm, Oslo, Helsinki et Saint-Pétersbourg mais pas aussi septentrionale que Reykjavik et Mourmansk. La ville est située sur une plaine côtière et s'étend jusqu'aux pentes des monts Chugach. La ville est bâtie sur une péninsule triangulaire, au fond du Cook Inlet (dans le golfe de Cook) bordée par deux bras de mer, le bras de Turnagain et le bras de Knik, et à l'est par les monts Chugach qui englobent une partie du parc national Chugach. Elle est située au nord-est de la péninsule d'Alaska et de l'île Kodiak juste au nord de la péninsule Kenai, au nord-ouest de la baie du Prince-William ainsi que l'Alaska Panhandle et au sud du Mont McKinley.

Topographie[modifier | modifier le code]

Le littoral est constitué de vasières. Les touristes sont prévenus de ne pas marcher dans ces endroits à cause des fortes variations des marées et des glaciers de limon et quelques imprudents ont marché sur la vase qui avait une apparence solide et ont été engloutis par les sables mouvants en 1961 et 1988[20].

Malgré l'espace limité de la péninsule sur laquelle est bâtie Anchorage, la ville a su conserver nombre d'espaces verts, ce qui la rend attrayante à ceux qui aiment la nature.

La vie culturelle y est également très active, notamment d'un point de vue musical. On y trouve un orchestre symphonique, une compagnie d'opéra aussi bien que de la musique traditionnelle irlandaise. Il existe deux musées principaux : l'Anchorage Museum of History and Art et l'Alaska Native Heritage Center.

Environnement[modifier | modifier le code]

Faune[modifier | modifier le code]

Un élan dans une cour

La ville d'Anchorage est un espace de vie sauvage, l'urbanisme empiète de plus en plus sur la nature, cela force les animaux sauvages à vivre près de l'homme. Ainsi, selon les experts[21], on recense environ 250 ours noirs et 60 grizzlis dans la zone urbaine et aux alentours. Il n'y est pas rare d'apercevoir des ours ou bien des élans, dont la population peut varier entre 250 et 1 000 individus selon la saison. Ils représentent un danger pour les conducteurs, environ 100 élans sont tués chaque année dans des accidents de la circulation. La population est bien préparée à ce genre de rencontre, on dénombre très peu d'accidents et de victimes côté humain, seulement deux personnes sont mortes piétinées par cet animal ces dernières années. Le Alaska Departement of Fish and Game tue quelques élans agressifs chaque année dans la ville. Le mouflon de Dall peut être fréquemment aperçu le long de la route entre Anchorage et Seward Girdwood. Enfin, il existe aussi une population de loups estimée à 30 individus. En 2007, plusieurs chiens ont été tués par des loups alors qu'ils se promenaient avec leur maître[22]. Cette proximité n'est pas sans conséquences : il est déconseillé de laisser les ordures et encore moins de la nourriture près des habitations afin de ne pas attirer les ours. Il est assez fréquent de trouver des barrages de castor dans les ruisseaux ou de voir des renards à proximité des zones boisées au printemps. Le long de l'autoroute de Seward, en allant vers Kenai, il n'est pas rare d'apercevoir des baleines dans le Turnagain Arm[23].

Climat[modifier | modifier le code]

Centre-ville en hiver

Anchorage subit un climat subarctique (Dfd selon la classification de Köppen) mais aussi de fortes influences maritimes qui donnent des températures modérées. Les températures moyennes en été varient de 13 °C à 26 °C (12,8 °C à 25,5 °C). Les températures moyennes en hiver varient de −15 °C à 1,1 °C (−15 °C à −1,1 °C). Anchorage peut ne pas avoir de gelées pendant plus de 100 jours.

Les températures moyennes en janvier à l'aéroport d'Anchorage (PANC) sont de −13 °C à °C (−12,8 °C à −5,6 °C) avec une moyenne de neige de 1 800 mm (71 pouces). Les records de neige datent de l'hiver 1954-1955 avec 3 373 mm de neige (132,8 pouces). La température la plus froide a été enregistrée à Merrill Field le 3 février 1947 et était de −38,9 °C (−38,9 °C).

Les températures estivales sont assez clémentes (par rapport aux États-Unis contigus et à l'intérieur de l'Alaska), il peut pleuvoir fréquemment. Les températures moyennes en juillet vont de 11 °C à 19 °C (11,1 °C à 18,9 °C). La température la plus chaude a été enregistrée le 25 juin 1953 à 33,3 °C (33,3 °C). La moyenne annuelle des précipitations est de 406 mm (16 pouces). La latitude d'Anchorage provoque des journées estivales très longues et des journées hivernales très courtes. Le ciel de la ville est souvent nuageux en hiver, ce qui baisse la luminosité solaire[24].

En raison de sa proximité avec des volcans actifs, les risques de cendres sont importants bien que très rares. La plus récente activité volcanique est centrée autour des multiples éruptions du Mont Redoubt au cours de mars-avril 2009, provoquant un nuage de cendres de 7 600 m (25 000 pieds) et une accumulation de ces cendres dans la région du Cook Inlet. Auparavant, l'évènement le plus actif de ces dernières années était une éruption du mont Spurr en août 1992, localisé à 126 km à l'ouest de la ville[25]. Cette éruption a déposé 3 mm de cendres sur la ville. Le nettoyage de ces cendres demanda beaucoup d'eau et eut beaucoup de problèmes avec les eaux usées de la ville.

Ci-dessous, le relevé météorologique de la ville d'Anchorage :

Relevé météorologique d'Anchorage (Alaska) (61°10'N/150°01'W ; 35 mètres)
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −13,1 −11,4 −7,7 −1,9 3,8 8,4 10,9 9,7 5,3 −1,8 −9,4 −12,2 −1,6
Température moyenne (°C) −9,5 −7,4 −3,5 2,1 8,1 12,4 14,7 13,5 9,1 1,4 −6 −8,7 2,1
Température maximale moyenne (°C) −5,9 −3,4 0,6 6 12,4 16,4 18,4 17,2 12,9 4,7 −2,7 −5,3 5,9
Record de froid (°C)
date du record
−37
1975
−39
1999
−31
1971
−26
1985
−17
1964
−2
1961
1
1964
−1
1984
−7
1992
−21
1956
−29
1956
−38
1964
−39
1975
Record de chaleur (°C)
date du record
13
1961
14
1991
13
1984
22
1976
28
1969
33
1969
29
1989
29
1978
23
1957
18
1993
17
1979
12
1999
33
1969
Précipitations (mm) 20,1 19,8 17,5 17 18,5 29 43,4 62 68,6 51,6 28,2 28,4 404
Record de pluie en 24 h (mm)
date du record
21
1961
29
1956
32
1986
20
1989
25
1980
41
1962
51
1956
70
1997
34
1982
43
1952
29
1964
35
1955
70
1997
Record de neige en 24 h (cm)
date du record
198
1987
330
1996
363
1976
203
1977
23
1985
0
0
0
76
1992
213
1982
234
1996
353
1998
363
1976
Nombre de jours avec précipitations 8,1 7,2 6,8 5,5 7 8,2 11,3 13,8 14,5 12,3 9,3 11,1 115,1
dont nombre de jours avec précipitations ≥ 5 mm 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,4 0,7 1,4 1,4 1,1 0,3 0,2 6
Humidité relative (%) 59,5 73,5 68,5 61,5 58 58 64 70 72 71 72 75,5 74,5
Nombre de jours avec neige 7 5,9 5,8 3,4 0,2 0 0 0 0,2 4,3 7 8,8 42,6
Source : World Climate[26],[27],[28],[29]


Démographie[modifier | modifier le code]

Départ de l'Iditarod 2003 dans le centre-ville d'Anchorage
Historique des recensements
Ann. Pop.  %±
1920 1 856
1930 2 277 22.7%
1940 3 495 53.5%
1950 11 254 222.0%
1960 44 237 293.1%
1970 48 081 8.7%
1980 174 431 262.8%
1990 226 338 29.8%
2000 260 283 15.0%
Est. 2008 279 243 [1] 7.3%
Bureau du recensement des États-Unis[30],[31]

Pendant la période 2005-2007, l'Étude des Communautés Américaines, ménée par le Bureau du recensement des États-Unis, a recensé que 69,8 % de la population était blanche américaine dont 66,4 % non-hispaniques, les afro-américains représentent 6,3 % de la population d'Anchorage dont 6,1 % sont non-hispaniques. La communauté amérindienne représente 5,5 % de la population dont 5,3 % ne sont pas hispaniques. La communauté asio-américaine représente 6,1 % dont 6 % ne sont pas hispaniques et les Océano-Américains représente 1 %. Les autres communautés représentent 2,7 % de la population dont 0,1 % sont non-hispaniques. Les personnes ayant deux origines ou plus regroupent 8,5 % de la population dont 7,4 % ne sont pas de la communauté hispanique. Les Hispaniques et Latino-Américains totalisent 7,7 % de la population d'Anchorage[32],[33].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie s'est développée autour des activités publiques et militaires (il y a deux bases importantes à proximité), du pétrole et du tourisme en période estivale.

Transports[modifier | modifier le code]

Transport aérien

L'Aéroport international d'Anchorage Ted-Stevens est le 4e plus gros aéroport mondial en termes de trafic marchand après ceux de Memphis, Hong Kong et Tokyo. Il est de plus un hub pour la compagnie aérienne Alaska Airlines.

Transport maritime

Le Port d'Anchorage est le premier d'Alaska en termes de volume puisque 95 % de toute marchandise (hors pétrole) transitant en provenance ou à destination de l'État passe par lui.

Transport ferroviaire

La ville reste la plaque tournante du chemin de fer d'Alaska avec l'Alaska Railroad.

Transport urbain

Anchorage est desservi par les 14 lignes d'autobus de la compagnie publique People Mover.

Politique[modifier | modifier le code]

Dan Sullivan (Républicain) est maire d'Anchorage depuis le 1er juillet 2009. Il a succédé à Matt Claman, maire par intérim depuis le 3 janvier de la même année, à la suite de l'élection au Sénat des États-Unis de Mark Begich qui fut à la tête de la ville de 2003 à 2009.

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'éducation du public à Anchorage, Eagle River, Fort Richardson et Elmendorf Air Force Base est gérée par le district scolaire d'Anchorage, le quatre-vingt septième plus grand district des États-Unis, avec près de 50 000 élèves fréquentant 88 écoles. Il existe également un certain nombre d'écoles privées, religieuses ou pas. Anchorage a quatre installations d'enseignement supérieur d'études universitaires ou de diplômes de maîtrise: l'Université d'Anchorage, l'Alaska Pacific University, le Charter College, et le campus d'Anchorage, basé sur l'université Wayland Baptist du Texas. D'autres installations de formation continue existent à Anchorage, incluant les Grainger Leadership Institute, neuf entreprises Star, CLE International, Nana Worksafe et DBA PackBear Barr & Co.

90% des adultes d'Anchorage possèdent le diplôme de fin d'études secondaires (équivalent du BAC), 65% ont suivi un à trois ans d'études universitaires, et 17% sont titulaires de diplômes supérieurs.

Santé[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

Sport[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Personnalités nées à Anchorage[modifier | modifier le code]

Iconographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La grande vie à l'état sauvage
  2. La cité des lumières et des fleurs

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) « Estimations annuelles de la population des villes de l'Alaska », United States Census Bureau (consulté le 2 avril 2010)
  2. (en) « Tableau démographique de la population de l'aire métropolitaine d'Anchorage », U.S. Census Bureau (consulté le 2 avril 2010)
  3. (en) « Gagnants de l'All-America City Award », National Civic League (consulté le 2 avril 2010)
  4. (en) « Top 10 Tax-Friendly Cities », Kipplinger (consulté le 2 avril 2010)
  5. « ancrage » et par extension « port »
  6. Dictionnaire des noms de lieux – Louis Deroy et Marianne Mulon (Le Robert, 1994) (ISBN 285036195X)
  7. (en) « A Brief History of Alaska Statehood », sur xroads.virginia.edu (consulté le 2 avril 2010)
  8. a, b, c, d et e (en) « Histoire d'Anchorage », sur site de la municipalité d'Anchorage (consulté le 2 avril 2010)
  9. a et b (en) « Histoire de l'aéroport International d'Anchorage », sur site de l'aéroport (consulté le 3 avril 2010)
  10. (en) « Histoire d'Elmendorf Air Base », sur site de la base militaire (consulté le 3 avril 2010)
  11. (en) « Histoire de Seward », sur site officiel de la ville de Seward (consulté le 3 avril 2010)
  12. (en) « Évènements du 11 décembre 1953 », sur brainyhistory (consulté le 3 avril 2010)
  13. (en) « About Alyeska », sur site de la station de ski (consulté le 3 avril 2010)
  14. (en) Cherie Northon, A Cultural and Historical Geography of Campbell Creek, Anchorage, Alaska (lire en ligne), p. 17
  15. (en) « Histoire d'Anchorage », sur usacitiesonoline (consulté le 3 avril 2010)
  16. (en) « Résultats des votes du comité olympique », sur aldaver (consulté le 3 avril 2010)
  17. (en) « Le séisme en Alaska », sur earthquake.usgs.com (consulté le 3 avril 2010)
  18. (en) « Les séismes les plus destructeurs depuis 1900 », sur earthquake.usgs.com (consulté le 3 avril 2010)
  19. André Gamblin, Images économiques du monde 2005, Armand Colin (ISBN 2-200-26765-7), p. 373
  20. (en) Larry Kaniut, Danger Stalks the Land: Alaskan Tales of Death and Survival, St. Martins Press,‎ 1999 (ISBN 0-312-24120-8), p. 2-6 et 287-291
  21. (en) « Bears among us: Too close for comfort ? », sur adn.com (consulté le 2 avril 2010)
  22. (en) James Halpin, « North-Side Wolf Pack Attacks, Kills Dogs North of Anchorage », sur wolfsongnews.org,‎ 11 décembre 2007 (consulté le 6 avril 2010)
  23. (en) « Living with Wildlife in Anchorage: A Cooperative Planning Effort », sur site de l'Alaska Dept. of Fish and Game (consulté le 6 avril 2010)
  24. (en) « Pourcentage possible de luminosité solaire », sur noaa (consulté le 6 avril 2010)
  25. (en) « L'éruption du Mont Spurr en 1992 », sur Alaska Volcano Observatory (consulté le 6 avril 2010)
  26. (en) World Climate, « Anchorage, AK, Alaska, USA:Climate, Global Warming, and Daylight Charts and Data », sur Climate-charts (consulté le 2 avril 2010)
  27. (en) « Relevé climatique d'Anchorage », sur Climate-zone.com (consulté le 6 avril 2010)
  28. (en) « Relevé climatique d'Anchorage », sur noaa (consulté le 6 avril 2010)
  29. (en) « Relevé climatique d'Anchorage », sur weather.com (consulté le 6 avril 2010)
  30. (en) « Historical Census Statistics On Population Totals By Race, 1790 to 1990, and By Hispanic Origin, 1970 to 1990, For Large Cities And Other Urban Places In The United States (Alaska) », sur Bureau du Recensement des États-Unis (consulté le 7 avril 2010)
  31. (en) Riley Moffatt, Population History of Western U.S. Cities & Towns, 1850–1990, Lanham, Maryland, Scarecrow,‎ 1996 (ISBN 0-810-83033-7)
  32. (en) « Recensement de la ville d'Anchorage », sur U.S Census Bureau (consulté le 8 avril 2010)
  33. (en) « Origines de la population d'Anchorage », sur U.S Census Bureau (consulté le 8 avril 2010)

Liens externes[modifier | modifier le code]