CAIC WZ-10

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec WS-10.
WZ-10
Image illustrative de l'article CAIC WZ-10
Un WZ-10 de l'armée de terre chinoise en 2012.

Rôle Hélicoptère d'attaque
Constructeur Drapeau : République populaire de Chine CAIC
Premier vol 29 avril 2003
Date de retrait Toujours en service
Équipage
2 (1 pilote, 1 tireur)
Motorisation
Moteur prototype : Pratt & Whitney Canada PT6C-67C
série : SAEC WZ9[1]
Nombre 2
Type Turbines à gaz
Puissance unitaire PT6 : 1 700 ch
WZ9 : ~1 340[1] ch
Nombre de pales 4
Dimensions
Diamètre du rotor 12.0 m
Longueur 14.1 m
Hauteur 3.85 m
Masses
À vide 5 540 kg
Charge utile 1 500 kg
Maximale 7 000 kg
Performances
Vitesse de croisière 230 km/h
Vitesse maximale 275 km/h
Plafond 6 000 m
Vitesse ascensionnelle + 600 m/min
Distance franchissable 294[1] km
Distance de convoyage 1 120[1] km
Armement
Interne Canon de 30 mm en tourelle
Externe Missiles antichars, missiles air-air, roquettes

Le WZ-10 (Wuzhuang Zhisheng-10) est un hélicoptère d'attaque produit par la République populaire de Chine. Il est conçu principalement pour des missions antichar, mais pourrait avoir des capacités air-air secondaires. Bien que l'on sache que le WZ-10 est une conception de troisième-génération, les évaluations de ses possibilités sont sujettes à caution. Certains[Qui ?] le considèrent comme étant inférieur aux conceptions occidentales contemporaines, telles que l'AH-64 Apache. D'autres sources placent le WZ-10 dans la même classe que le Tigre d'Eurocopter et d'autres hélicoptères d'attaque modernes.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire du développement de cet hélicoptère d'assaut par l'industrie de l'armement de la République populaire de Chine est très peu connue. Apparemment, les autorités chinoises avaient pris un soin tout particulier à développer cette arme dans un relatif secret. Le programme aurait commencé en 1994 et visait à équiper l'aviation des forces terrestres de l'armée populaire de libération d'une unité d'attaque mobile antichar. Le 15 mai 1997, Eurocopter France devint un partenaire du programme, en signant un contrat de 90 millions de dollars américains pour aider à la conception du système de rotor. Le 22 mars 1999, Agusta rejoignit le programme et fut chargé du système de transmission et des analyses vibratoires pour un contrat de 30 millions de dollars[1].

Au début des années 2000, CAIC commença à s'intéresser au Denel AH-2 Rooivalk sud-africain, cherchant même à en acheter un exemplaire en 2001. La vente fut refusée par Denel. Le premier vol fut effectué le 29 avril 2003 par le prototype no 2 après une série d'essais au sol commencé en mai 2002[1]. Après des modifications, les essais en vol reprirent en 2004. Les essais en vol seraient entrés en phase finale vers la fin 2007[1].

Entre 2001 et 2002, dix exemplaires du moteur PT6C-67C furent vendus par Pratt & Whitney Canada pour motoriser une version civile de l'appareil qui ne verra pas le jour[1].

La fabrication en série a commencé pour l'aviation des forces terrestres de l'armée populaire de libération chinoise : Quatre escadrons de douze appareils devaient être équipés fin 2012[1].

Conception[modifier | modifier le code]

Une photo publiée sur internet permet quelques observations générales au sujet de la conception WZ-10. Le WZ-10 semble avoir une disposition des sièges semblable aux autres hélicoptères d'attaque, avec le pilote et le dirigeant de système d'armes (Warfare Systems Offcier - WSO) assis en tandem. Le rotor principal se compose de cinq pales, tandis que le rotor anticouple en possède quatre. Les deux moteurs sont situés dans des nacelles de chaque côté du fuselage, légèrement en arrière du cockpit. L'armement intégré se compose d'un canon installé dans le nez de l'appareil, probablement d'un calibre de 23 ou de 30 mm, et deux moignons d'aile fournissent des points d'attache pour l'armement externe.

On suppose que le WZ-10 possède un habitacle moderne, avec des écrans à cristaux liquides et un système de commande fly-by-wire (commandes de vol électriques). Une série de capteurs est située dans le nez de l'appareil, dont probablement une caméra optique et infrarouge (FLIR) et un télémètre laser (comme sur l'AH-64). Il doit aussi probablement emporter un système de contre-mesures électroniques.

Les ailettes possèdent un ou deux points d'emport chacune, où les missiles antichar, probablement du type HJ-9 (comparable aux missiles TOW américain), peuvent être accrochés par groupe de quatre, ou des paniers à roquettes. On a évoqué également la possibilité qu'il utilise les nouveaux missiles HJ-10. Ceci améliorerait de manière significative les possibilités antichar de WZ-10, le HJ-10 étant censé être semblable à l'AGM-114 Hellfire. Des possibilités anti-aériennes rudimentaires sont probablement présentes avec le missile air-air TY-90, un petit missile utilisé contre les hélicoptères et les avions lents.

Des manœuvres de lutte antinavire ont lieu en 2013.

Culture Populaire[modifier | modifier le code]

Le WZ-10 apparaît dans les jeux Battlefield 4 et Battlefield 2 où il sert du côté chinois.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h et i Jane's Aircraft - Rotary-wing : mise à jour 11 février 2013

Voir Aussi[modifier | modifier le code]

Article connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :