François-Xavier Fabre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fabre.
François-Xavier, baron Fabre, portant les insignes
d'Officier de la Légion d'honneur,
autoportrait
Musée Fabre - Le bâtiment et l'entrée principale (ancien collège des Jésuites)
Portrait de Lucien Bonaparte par François-Xavier Fabre

François-Xavier Fabre, né le et mort le à Montpellier en France, baron en 1828[1], était un peintre d'histoire, paysagiste et graveur français du mouvement artistique classique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Prix de Rome en 1787, il devient un « peintre florentin » et se rendit à Rome, puis à Florence. Il se lia d'amitié avec Alfieri et la comtesse d'Albany veuve du dernier des Stuarts. À partir de 1790, il travaille loin de Paris et de son maître David. Sa clientèle est cosmopolite et aristocratique en Italie. Il donne de ses modèles des images agréables, discrètement flatteuses, plutôt réalistes, conformément à la conception du portrait traditionnel mondain. Un de ses portraits les plus célèbres est celui du frère de Napoléon 1er, Lucien Bonaparte, prince de Canino, peint en 1808 et dont il fit trois versions dont une se trouve au Museo Napoleonico de Rome, une autre au Musée Fabre et la troisième dans une grande collection napoléonienne privée (les deux dernières provenant de la Canino collection).

Il se cantonne à un répertoire de tradition. Pour le style il s’inspire de celui de David des années 1780. Il se distingua par la sévérité du style, la pureté du dessin et la richesse de la couleur.

En 1824, à la mort de la comtesse d'Albany, il s'installe à Montpellier, sa ville natale, et offre à la ville ses collections de peintures et de livres à la condition qu'elles soient le point de départ d'un musée, l'actuel musée Fabre, et qu'il puisse habiter ce musée. Le maire de l'époque,Ange Jean Michel Bonaventure de Dax d'Axat, premier président de la Société des Beaux Arts, accepte la donation en janvier 1825 et après une délibération spécifique du conseil municipal le projet de Musée validé[2]. Après trois années d'importants travaux financés par la municipalité et confiés aux deux architectes de la ville de Montpellier, MM. Fovis et Boué, le musée ouvre ses portes en 1828 dans l'hôtel de Massilian, situé à l'est de l'Écusson, le centre historique de Montpellier, donnant sur l'Esplanade Charles-de-Gaulle. François-Xavier Fabre est fait baron à la même époque par lettres patentes du roi Charles X et Officier de la Légion d'honneur[1]. Il entre ensuite au conseil municipal. Il sera jusqu'à sa mort directeur du musée et de l'école des Beaux-Arts de la ville.

Les changements en art (le romantisme) et en politique (la révolution de 1830) le déçoivent. À sa mort en 1837, il lègue à la ville l'ensemble de ses collections avec la condition que le marquis de Nattes en soit directeur. Plus d'un millier de tableaux, dessins, gravures, objets d'art viendront ainsi enrichir le jeune musée de Montpellier.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • La Mort de Narcisse (1814) ;
  • Lucien Bonaparte (1808)
  • La Mort de Milon de Crotone ;
  • Philoctète dans l'île de Lemnos ;
  • La chaste Suzanne ;
  • Le Jugement de Pâris ;
  • Le portrait d'Alfieri ;
  • la Mort de Philopœmeft ;
  • le portrait d'Alfieri.
  • Œdipe et le sphinx

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Louis de La Roque, Armorial de la noblesse de Languedoc, Généralité de Montpellier, Volume 1 et 2, Paris, Félix Seguin, 1860
  2. [« Marquis de Dax d'Axat, Le Maire qui créa le Musée Fabre » lire en ligne], in « Harmonie », revue de la Communauté d'Agglomération de Montpellier, n° 290, janvier 2012, p. 38[1]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Lien vers une étude historique sur Fabre, son parcours et le musée, du Conservateur en chef Directeur du musée Fabre, M. Michel Hilaire[2]
  • Lien vers la description du musée Fabre tel qu'il était sous le Second Empire au milieu du XIX° siècle, par Eugène Thomas[3]
  • « Marquis de Dax d'Axat, Le Maire qui créa le Musée Fabre », in « Harmonie », revue de la communauté d'agglomération de Montpellier, no 290, janvier 2012, p. 38 [4]