Étienne Aignan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Aignan (homonymie).

Étienne Aignan, né le 9 avril 1773 à Beaugency (Orléanais) et mort le 21 juin 1824 à Paris, est un homme de lettres et auteur dramatique français. Jean Tulard le décrit comme un « obscur polygraphe »[1], Tyrtée Tastet comme un « littérateur honnête et laborieux, mais d'un talent médiocre »[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille de robe, il étudie au collège d'Orléans et montre dès sa jeunesse un goût prononcé pour la poésie. En 1792, il est élu procureur-syndic de ce district à l'âge de 19 ans. Emprisonné en 1793, il est libéré après le 9-Thermidor.

En 1800, il est nommé secrétaire général de la préfecture du Loiret. Puis il devient secrétaire général adjoint de la préfecture du Cher. En 1808, il occupe les fonctions d'aide des cérémonies de l'empereur, puis celle de secrétaire à l'introduction des ambassadeurs, puis secrétaire général de la préfecture de Paris. Il collabore au journal La Minerve et écrit des tragédies. Ses œuvres sont jugées médiocres.

En 1814, il entre à l'Académie française, où il succède à Bernardin de Saint-Pierre. Son discours de réception, prononcé le , est jugé médiocre et froidement accueilli.

Il est l'auteur d'une traduction de l'Iliade et il traduit de l'anglais l' Essai sur la critique d'Alexander Pope et le Ministre de Wakefield d'Oliver Goldsmith ainsi que plusieurs autres romans ; il publie par ailleurs des ouvrages littéraires et historiques.

Principales œuvres[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Le Martyre de Marie-Antoinette d'Autriche, reine de France, tragédie en cinq actes (1793)
  • La Mort de Louis XVI, tragédie en 3 actes (1793).
  • Aux Mânes des neuf victimes d'Orléans. Chants funèbres exécutés pour la première fois sur le théâtre d'Orléans, le 29 prairial, an IIIe. de la République française, et suivis de notes historiques (1795) : livret/texte, mis en musique par Brochiez pour chanteurs solistes, chœur et orchestre (avec un récitant).
. A la mémoire des neuf gardes nationaux orléanais guillotinés sous la Terreur à la suite de l'affaire Léonard Bourdon.
  • L'Hôtellerie portugaise, opéra-comique, Paris, théâtre Feydeau, 7 thermidor an VI (1798)
  • Essai sur la critique, poëme en trois chants, suivi de deux discours philosophiques, traduction en vers libres de l'anglais de Pope (1801).
  • Le Ministre de Wakefield, d'Oliver Goldsmith, traduction nouvelle (1803).
  • Chimère et réalité, opéra-comique en 1 acte et en vers, Paris, théâtre Feydeau, 17 nivôse an XI (1803).
  • Le Connétable de Clisson, opéra en 3 actes, Paris, Opéra, 20 pluviôse an XII (1804).
  • Polyxène, tragédie en trois actes et en vers, Paris, Théâtre-Français, 23 nivôse an XII (1804).
  • Nephtali ou les Ammonites, opéra en trois actes (1806).
  • L'Iliade, traduite en vers français, suivie de la comparaison des divers passages de ce poëme avec les morceaux correspondants des principaux poètes hébreux, grecs, français, allemands, italiens, anglais, espagnols et portugais, 3 vol. (1809).
  • Brunehaut, ou les Successeurs de Clovis, tragédie en 5 actes et en vers, Paris, Théâtre-Français, 24 février 1810.
  • De la justice et de la police, ou Examen de quelques parties de l'instruction criminelle considérées dans leur rapport avec les mœurs et la sûreté des citoyens (1817).
  • De l'État des protestants en France depuis le XVIe siècle jusqu'à nos jours, avec des notes et éclaircissements historiques (1818).
  • Des Coups d'État dans la monarchie constitutionnelle (1819).
  • Histoire du jury (1822).
  • Bibliothèque étrangère d'histoire et de littérature ancienne et moderne, ou Choix d'ouvrages remarquables et curieux, traduits ou extraits de diverses langues, avec des notices et des remarques (3 vol.) (1823-28).
  • Extraits des Mémoires relatifs à l'histoire de France depuis 1757 (1825).

Sources[modifier | modifier le code]

  • J. Debarbouiller, « Aignan (Étienne) », in Charles Brainne (dir.), Les Hommes illustres de l'Orléanais: biographie générale des trois départements du Loiret, de l'Eure-et-Loir et de Loir-et-Cher, A. Gatineau, 1852, p. 259-261.
  • « Notice sur M. Aignan », in Pierre Marie Michel Lepeintre Desroches, Suite du Répertoire du Théâtre-Français :

avec un choix des pièces de plusieurs autres théâtres, arrangées et mises en ordre, Chez Mme veuve Dabo, 1822, tome 7, p. 178-179.

  • Gustave Vapereau, Dictionnaire universel des littératures, Paris, Hachette, 1876, p. 40.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Tulard, Le Sacre de l'empereur Napoléon: histoire et légende, Fayard, 2004, 195 pages, p. 69.
  2. Tyrtée Tastet, Histoire des quarante fauteuils de l'académie française: depuis la fondation jusqu'à nos jours, 1635-1855, Paris, Lacroix-Comon, 1855, tome 4, p. 26-27.

Lien externe[modifier | modifier le code]


Précédé par Étienne Aignan Suivi par
Bernardin de Saint-Pierre
Fauteuil 27 de l’Académie française
1814-1824
Alexandre Soumet