François Just Marie Raynouard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

François Just Marie Raynouard

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Monument par le sculpteur Victor Nicolas.

Activités Historien, philologue romaniste et dramaturge
Naissance 18 septembre 1761
Brignoles
Décès 27 octobre 1836 (à 75 ans)
Passy
Langue d'écriture français, occitan

François Just Marie Raynouard[1],[2] (né à Brignoles le 18 septembre 1761[3] et mort à Passy le 27 octobre 1836) est un historien, philologue romaniste et dramaturge français.

Ses travaux de publication et de traduction des œuvres des troubadours, qui prolongent ceux de Jean-Baptiste de La Curne de Sainte-Palaye (1687-1781), ont été essentiels pour la mode du style troubadour, et plus tard pour celui du félibrige.

Biographie[modifier | modifier le code]

Élève du petit séminaire d’Aix-en-Provence puis de la faculté de droit de cette ville, François Raynouard devient avocat au barreau de Draguignan. En 1791, il est élu député suppléant à l’Assemblée législative[4]. Emprisonné sous la Terreur à la prison de l’Abbaye pour ses sympathies girondines, il tire de cette expérience sa tragédie Caton d’Utique (1794). Il est libéré après le 9 thermidor et retourne dans sa ville natale où il reprend avec succès la profession d’avocat.

En 1803, il remporte le prix de poésie de l’Institut de France et vient à Paris. En 1805, sa tragédie Les Templiers plaît à Napoléon Ier et remporte un vif succès[5] à la Comédie-Française ainsi qu’en librairie et cela malgré les critiques de Geoffroy. Il est député au Corps législatif de 1806 à 1814 et représentant aux Cent-Jours. Il est élu à l’Académie française en 1807[6] et à l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1816. Il est nommé secrétaire perpétuel de l’Académie française en 1817[7].

En 1809, la pièce Les états de Blois ou la mort du duc de Guise déplaît à Napoléon et est interdite. À la fin de l'Empire, Raynouard abandonne le théâtre pour se consacrer à la philologie et à l'étude des langues du Moyen Âge, et notamment du vieux provençal[8],[9]. C’est dans ce domaine qu’il acquiert la renommée la plus durable par ses recherches sur les troubadours et les cours d'amour. Robert Lafont le présente, avec Honnorat, comme un des deux grands précurseurs du Félibrige : « Il serait fastidieux d'énumérer ce que l'école félibréenne, en ses premières propositions théoriques, doit à Raynouard et Honnorat, aux deux savants qui ont posé de l'entreprise, les bases idéologiques. En un mot, elle leur doit les raisons de son existence ; le souvenir de l'ancienne splendeur et le sentiment de la dignité retrouvée[10] ».

Raynouard était officier de la Légion d'honneur. Dans le 16e arrondissement de Paris, une rue et un square portent son nom[11]. À Brignoles, un monument[12] lui rend hommage sur la place Saint-Pierre près de sa maison natale, et le lycée[13] de la ville ainsi qu'un boulevard portent son nom.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • Caton d’Utique, tragédie, 1794
  • Les Templiers, tragédie, représentée à la Comédie-Française le 24 floréal an XIII (14 mai 1805). Consulter le texte en ligne
  • Éléonore de Bavière, tragédie, 1805
  • Les États de Blois ou la mort du duc de Guise, tragédie, 1809
  • Don Carlos, tragédie, non représentée
  • Débora, tragédie, non représentée
  • Charles Ier, tragédie, non représentée
  • Jeanne d’Arc à Orléans, tragédie, non représentée

Poésie[modifier | modifier le code]

  • Socrate dans le temple d’Aglaure, 1803 [lire en ligne]
  • L'immolation des templiers

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Recherches sur l’antiquité de la langue romane, 1816
  • Éléments de la grammaire de la langue romane, 1816
  • La Grammaire des troubadours, 1816
  • Des troubadours et les cours d’amour, 1817
  • Grammaire comparée des langues de l’Europe latine dans leurs rapports avec la langue des troubadours, 1821
  • Choix des poésies originales des troubadours, 6 vol., 1816-1821
  • Lexique de la langue des troubadours, 1824
  • Histoire du droit municipal en France, sous la domination romaine et sous les trois dynasties, 1829
  • Nouveau choix des poésies originales des troubadours, 1836-1844
  • Lexique roman, 6 vol., 1838-1844

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Pour le prénom "Just" qui doit remplacer le prénom "Juste", voir : Acte de naissance de François Just Marie Raynouard en 1761 et Fiche biographique de l'Assemblée nationale.
  2. Conformément à un usage répandu à son époque, il signait tous ses ouvrages "M. Raynouard" sans prénom usuel.
  3. Acte de naissance de François Just Marie Raynouard en 1761.
  4. Joseph Savarelli, Les administrateurs du département du Var, 1790-1897 : notices biographiques, Éditions Olivier-Joulian, 1897.
  5. René Merle, Raynouard de Brignoles, Chroniques varoises, La Marseillaise, 1995.
  6. Discours de réception à l'Académie française le 24 novembre 1807.
  7. Tyrtée Taster, Histoire des quarante fauteuils de l'Académie française, Éditions Lacroix, 1855.
  8. Émile Ripert, La Renaissance Provençale (1800-1860), Éditions Laffitte, 1882.
  9. Louis Bergeron et Guy Chaussinand-Nogaret, Grands notables du Premier Empire : notices de biographie sociale, Volume 18, Centre national de la recherche scientifique, 1988.
  10. Simon Calamel et Dominique Javel, La langue d'oc pour étendard, les Félibres (1854-2002), Éditions Privat, 2002, citation de la page 34.
  11. Auguste Doniol, Histoire du XVIe arrondissement de Paris, Éditions Hachette, 1902.
  12. Le Livre d'or du centenaire de Raynouard, Brignoles. Société Nouvelle des Imprimeries Toulonnaises, Toulon, 1939.
  13. L'histoire du lycée Raynouard à Brignoles.