François-Auguste Parseval-Grandmaison

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Parseval et Grandmaison.

François-Auguste Parseval
Seigneur de Grandmaison

Description de cette image, également commentée ci-après

François-Auguste Parseval-Grandmaison

Activités Poète
Naissance 7 mai 1759
à Paris
Décès 7 décembre 1834
à Paris
Langue d'écriture Français
Distinctions Membre de la commission des Sciences et des Arts
Membre de l'Académie française

Œuvres principales

  • Poésies diverses composées en Égypte, en Angleterre et en France (1803)
  • Les Amours épiques, poème en six chants, contenant la traduction des épisodes sur l'amour composés par les meilleurs poëtes épiques (1804)
  • La Garantie (1804)
  • La Naissance du roi de Rome (1811)
  • Le Mariage de Napoléon (1819)
  • Philippe-Auguste, poème héroïque en douze chants (1825)

François-Auguste de Parseval, seigneur de Grandmaison[1],[2], né le 7 mai 1759 à Paris où il est mort le 7 décembre 1834, est un poète français. Il est le frère cadet du mathématicien Marc-Antoine Parseval.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il se destine tout d'abord à la peinture, qu'il étudie auprès du peintre David. Ruiné par la Révolution, il parvient à gagner sa vie comme portraitiste pendant la Terreur.

S'étant rallié à Napoléon, en l'honneur duquel il compose plusieurs poèmes, il est nommé membre de la commission des Sciences et des Arts qui accompagne Bonaparte lors de la campagne d'Égypte en 1798.

Il est chargé pendant quelques mois de la direction de la douane à Suez[3].

Élu membre de l'Académie française en 1811, il se consacre à la composition d'une épopée à laquelle il travaille plus de vingt ans. Lorsque Philippe Auguste, poème héroïque en douze chants paraît en 1826, cette célébration de la bataille de Bouvines compte dix mille alexandrins.

Il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise à Paris (11ème division).

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Poésies diverses composées en Égypte, en Angleterre et en France (1803)
  • Les Amours épiques, poème en six chants, contenant la traduction des épisodes sur l'amour composés par les meilleurs poëtes épiques (1804)
  • La Garantie (1804)
  • La Naissance du roi de Rome (1811)
  • Le Mariage de Napoléon (1819)
  • Philippe-Auguste, poème héroïque en douze chants (1825)

Il ne reste aujourd'hui de Parseval-Grandmaison plus rien de son œuvre, si ce n'est ce méchant quatrain, écrit à l'adresse du jeune Victor Hugo et qui se veut une parodie du vers hugolien :

Où, ô Hugo, cherchera-t-on ton nom ?
Justice enfin faite que n’a-t-on ?
Quand donc au corps qu’Académie on nomme
Grimperas-tu, de roc en roc, rare homme[4] ?

Il semble que le premier vers ait été plutôt le suivant: "Où, ô Hugo, hûchera-t-on ton nom ?" (= jusqu'où hissera-t-on ton nom) [5]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La généalogie de la famille de Parseval.
  2. Ses livres ont été publiés sous la signature de F. A. de Parseval, F. A. Parseval-Grandmaison, Parseval Grandmaison... La forme François-Auguste Parseval-Grandmaison est celle donnée par le site de l’Académie française.
  3. Édouard de Villiers du Terrage, Journal et souvenirs sur l'expédition d'Égypte, mis en ordre et publiés par le baron Marc de Villiers du Terrage, Paris, E. Plon, Nourrit, 1899, et L'expédition d'Égypte 1798-1801, Journal et souvenirs d'un jeune savant, Paris, Cosmopole, 2001 et 2003, p. 376
  4. Cité par Claude Gagnière in Pour tout l'or des mots, Paris, Éditions Robert Laffont, coll. « Bouquins », 1996
  5. Google Books...

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]