Jean Baptiste Antoine Suard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Suard.
Jean-Baptiste-Antoine Suard
signature en 1789

Jean-Baptiste-Antoine Suard, né à Besançon le 15 janvier 1732 et mort à Paris le 20 juillet 1817, est un homme de lettres et journaliste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils du Maître écrivain et secrétaire de l'Université Edme Suard de Besançon, Suard vint à Paris vers l'âge de vingt ans et fut admis dans la société de Madame Geoffrin.

En 1754, il commença à publier en collaboration avec l'abbé Arnaud, l'abbé Prévost et l'avocat Pierre-Jean-Baptiste Gerbier, le Journal étranger, recueil contenant des extraits et des critiques d'ouvrages. Il le continua avec l'abbé Arnaud sous le même titre jusqu'en 1764, puis deux ans encore sous celui de Gazette littéraire de l'Europe. À partir de 1762, il rédigea la Gazette de France, dont le duc de Choiseul avait confié la rédaction à l'abbé Arnaud. Celui-ci ayant perdu son privilège en 1771, Suard obtint une pension de 2 500 livres grâce au crédit de d'Alembert.

Élu membre de l'Académie française en 1772 au fauteuil de Charles Pinot Duclos, Suard vit son élection annulée sous le prétexte qu'il était collaborateur de l’Encyclopédie, dans laquelle il n'avait en réalité rien écrit, mais en réalité parce qu'il devait son élection au parti de d'Alembert, contre lequel la coterie académique de Richelieu avait auprès de Louis XV l'appui de Madame du Barry. Il fut élu de nouveau en 1774 et, cette fois, Louis XV non seulement ratifia son élection mais le nomma censeur des pièces de théâtre, fonction qu'il occupa jusqu'en 1790. À ce titre, il eut à se prononcer sur Le Mariage de Figaro de Beaumarchais, dont l'audace l'effraya mais qui finit par être représenté.

Lorsque la Révolution française éclata, Suard n'attaqua pas frontalement les idées nouvelles mais écrivit dans le journal monarchique des Indépendants. Pendant la Terreur, il se retira dans sa maison de Fontenay-aux-Roses. C'est chez lui que Condorcet, qui était allé y chercher asile, fut arrêté après avoir trouvé fermée la porte donnant sur la campagne qu'on lui avait pourtant promis de laisser ouverte, circonstance qui fut diversement interprétée.

Sous le Directoire, Suard écrivit dans les Nouvelles politiques, une feuille royaliste. Proscrit le 18 fructidor, il se réfugia à Coppet puis à Anspach. Il revint en France après le 18 brumaire et devint rédacteur du Publiciste, qui parut jusqu'en 1810. Le 20 février 1803, il fut nommé secrétaire perpétuel de l'Académie française. Il sollicita de la Restauration de retrouver son poste de censeur des théâtres mais ne parvint qu'à se faire nommer censeur honoraire. On lui a attribué une part active dans l'épuration que subit alors l'Institut de France.

Il avait épousé Amélie Panckoucke, sœur de l'éditeur Charles-Joseph Panckoucke.

Œuvres[modifier | modifier le code]

La renommée de Suard a reposé à la fois sur son talent de conversation et sur ses articles de critique littéraire, non dépourvus d'ironie et de finesse, mais qui n'ont conservé qu'une réputation assez peu favorable et ne sont plus guère lus aujourd'hui. Il a collaboré aux recueils périodiques cités ci-dessus ainsi qu'aux Archives littéraires de l'Europe et au Journal de Paris.

Suard a également effectué plusieurs traductions de l'anglais. Il a édité un Choix des anciens Mercure (1757-1764, 108 vol.) et la troisième partie de la Correspondance de Grimm (1813, 5 vol.).

Lien externe[modifier | modifier le code]


Précédé par Jean Baptiste Antoine Suard Suivi par
Jean Ignace de La Ville
Fauteuil 26 de l’Académie française
1774-1817
François Roger