Solfège

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Dans la musique occidentale, le solfège (ou formation musicale, plus exactement une composante de la formation musicale) est l'étude des éléments permettant de lire, écrire, jouer ou chanter une partition. Le but du solfège est d'apprendre rythmes, notes, etc. en vue de la pratique du chant ou d'un instrument, mais aussi pour pouvoir entendre une œuvre musicale, son orchestration et son interprétation, sans autre support que son audition intérieure.

Solfège pratique et solfège théorique[modifier | modifier le code]

Le travail solfégique peut être analysé de la manière suivante : lecture des notes, reproduction des hauteurs, réalisation des rythmes, compréhension de la théorie régissant l'écriture.

  • Dans son sens pratique, le mot solfège désigne une méthode faite d'exercices de lecture musicale classés de manière progressive et devant être lus ou chantés en articulant le nom des notes. C'est ainsi que depuis le Moyen Âge, l'apprentissage de la lecture musicale est dénommé solfège — provenant du mot italien solfeggio, lui-même dérivé des noms de notes sol et fa. On attribue généralement l'origine du solfège à Guido d'Arezzo, moine italien du XIe siècle, qui aurait inventé ce procédé dans le but de faciliter l'enseignement du chant aux autres moines de son monastère.
  • Dans son sens théorique — donc, d'un point de vue encyclopédique —, le mot solfège désigne la « théorie de la notation musicale ». Considérée dans ses trois principales dimensions, rythmique, mélodique et harmonique, cette théorie doit permettre d'éclairer l'écriture, l'analyse, la lecture et la réalisation des partitions de la musique occidentale, depuis la Renaissance jusqu'au XXIe siècle. C'est cet ensemble de règles de notation que le présent article prétend étudier.

Musique occidentale[modifier | modifier le code]

On entend généralement par musique occidentale, la musique, savante ou populaire, écrite et pratiquée dans les pays européens ou d'influence européenne, depuis Charlemagne à nos jours.

  • La principale singularité de la musique occidentale est d'être dotée d'un système de notation d'une très grande précision, appelé solfège. Ce système est si riche et si complexe, que l'étude de la lecture musicale est devenue une discipline à part, incontournable, au même titre que l'étude de la technique instrumentale ou vocale proprement dite.

Partition[modifier | modifier le code]

  • Médium entre le compositeur et l'interprète, la partition est l'écrit sur lequel sont représentés les symboles musicaux devant être exécutés par le musicien. Elle se lit de la gauche vers la droite et du haut vers le bas, et contient les différentes parties — instrumentales ou vocales — devant être jouées ou chantées.
  • Comme tout écrit, la partition est une forme de représentation : la représentation des sons musicaux fondée sur un découpage temporel et fréquentiel.
    • Le découpage temporel est représenté par des symboles indiquant la durée relative des sons selon un axe horizontal.
    • Le découpage fréquentiel est représenté par la position de ces symboles dans l'axe vertical, position indiquant la hauteur relative de ces mêmes sons.
  • Lorsque le nombre de parties devient important — en musique orchestrale, par exemple —, on extrait de la partition complète les partitions séparées des différentes parties, destinées aux différents musiciens — ou groupes de musiciens. La partition complète d'une pièce musicale est appelée conducteur ; celui-ci, destiné en principe au seul chef d'orchestre, comprend la totalité des parties.

Plan de l'étude[modifier | modifier le code]

Traditionnellement, on définit la note de musique comme un son dont on apprécie les caractéristiques — en particulier, sa durée et sa hauteur. Parmi les quatre caractéristiques du son, les deux premières, durée et hauteur, doivent être notées avec la plus grande précision, c'est pourquoi elles constituent les deux principales sources de difficultés de l'apprentissage du solfège, aussi bien dans le domaine pratique que dans celui de la compréhension théorique. Ces deux sources de difficultés seront respectivement étudiées dans les articles suivants : Rythme (solfège) et solfège et intonation. Dans un troisième article, il conviendra de décrire le fonctionnement des gammes, des modes, des échelles, en un mot, de la Tonalité, et de donner les moyens d'effectuer l'analyse élémentaire d'une partition — Système tonal.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]