Homéotéleute

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fairytale bookmark silver light.png Vous lisez un « bon article ».
L'homéotéleute est l'une des figures qui participe du rythme poétique (Paul Raphael Montford, Musique et Poésie).

Un homéotéleute (en grec ancien : ὁμοιοτέλευτος/homoiotéleutos[1], de ὅμοιος/hómoios : « semblable » et τελευτή/teleutế : « fin, finalité »[2]), parfois écrite « homoïotéleute »[3], ou encore « homoïotéleuton », est une figure de style qui consiste en la répétition d'une ou de plusieurs syllabes finales homophones, soit de mots, de vers ou de phrase.

La prose utilise particulièrement les ressources stylistiques de l'homéotéleute, comme dans cette phrase de Raymond Queneau, dans Exercices de style (chapitre « Homéotéleutes »), qui joue sur la répétition du groupe phonique « -cule » et de ses variables harmoniques « -ulbe » et « -ule » :

ex. : « Un jour de canicule sur un véhicule où je circule, gesticule un funambule au bulbe minuscule »[4].

L'homéotéleute est une ressource phonique dans la fabrication de jeu de mots, proche d'autres figures sonores comme l'allitération, l'assonance ou le tautogramme. La visée recherchée peut alors être le comique ou l'insistance. Utilisée en poésie, au théâtre, dans le conte, le roman ou dans les slogans publicitaires, l'homéotéleute participe surtout de la création d'un rythme poétique, en faisant résonner l'homophonie des mots mis en reliefs, dans les vers ou les phrases.

Nature et définitions[modifier | modifier le code]

Nature[modifier | modifier le code]

L'homéotéleute (terme parfois masculin selon les auteurs) opère une transformation phonique identique par la répétition d'un même ensemble de phonèmes (consonnes et voyelles ensembles) ou de syllabes dans un membre de phrase ou en fin de proposition comme dans : miraculeuse / merveilleuse ou étonnante / surprenante. En somme, elle consiste à placer à la fin des phrases (ou des vers pour la poésie), ou de ses membres, des mots de même finale[5]. En conséquence, cette succession de mots suffisamment proches les uns des autres est sensible à l'oreille, ce qui traduit la présence de la figure de style[6] :

ex. : « ...pipeur, buveur de pavés, ribleur s'il en était à Paris... »Rabelais, Pantagruel[7]

La figure peut porter sur n'importe quel emplacement syntagmatique mais concerne très souvent (définition stricte) des fins de segments phrastiques homophones. Elle vise un effet de mise en relief des termes répétés afin de créer soit un tout phonique cohérent, soit une harmonie imitative. Elle est proche de l'homéoptote qui est la répétition du même cas grammatical[2] comme dans : « bellis ac castris ». Enfin, les différents éléments d'une homéotéleute doivent appartenir à la même catégorie morpho-syntaxique : adjectifs, adverbes, substantifs, verbes, etc[8].

Définitions[modifier | modifier le code]

Rhétorique[modifier | modifier le code]

L'homéotéleute est, selon le rhéteur grec Gorgias, l'une des trois grandes figures rhétoriques dans le domaine sonore. Gorgias passe pour avoir introduit dans la prose les ressources de la poésie les figures poétiques, qui sont nommées de fait les « gorgianismes » et qui sont de trois types : les assonances, le parallélisme et l'antithèse. Les assonances comprennent : l'homéoteleute, l'homéopton (homéoptote) et la paromoeosis (paronomase)[9]. Cicéron en évoque l'usage par les sophistes dans De l'orateur. Il évoque la figure qui joue sur les « désinences semblables », ou encore la « correspondance de nombre ou similitude de désinence ». Ciécron explique que cette figure participe du rythme élégant du discours : « quand il y a, soit corrélation entre les membres de la phrase, soit opposition de contraires, soit retour de la même consonance ou de la même chute, la période se termine presque toujours par une cadence harmonieuse »[10].

Au sein de la rhétorique médiévale, elle est considérée comme la variante en prose du rythme poétique. Ramus notamment fait de la rime et de l'homéotéleute des figures équivalentes, la première pour la poésie (rythme poétique), la seconde pour la prose (rythme oratoire). Avec l'isocolon, l'homéotéleute est une figure de l'évocation poétique[11]. Dans ses Rhetorices Elementa (1533), le réformateur et rhétoricien allemand Philippe Melanchthon classe l'homéotéleute comme une figure de grammaire, aux côtés de l’ellipse, de l’hypallage ou de la paronomase[12].

Poétique[modifier | modifier le code]

En poétique, Georges Molinié classe l'homéotéleute dans la catégorie stylistique des figures microstructurales, c'est-à-dire qu'elles sont « attachées à des éléments formels précis dont elles dépendent et qu'elles renvoient à un microcontexte » (dans la phrase). Elle appartient au processus de la répétition de syllabes, à savoir des « syllabes finales de plusieurs mots identiques ». L'homéotéleute est donc proche d'autres figures microstructurales telles : le polyptote (base verbale identique, désinences différentes) — avec laquelle elle est souvent confondue (voir infra) — et la figure dérivative (base de mot identique, dérivation lexicale différente). Elle est aussi proche de l'anaphore et de l'épiphore[13].

Types et limites[modifier | modifier le code]

Rime et homéotéleute[modifier | modifier le code]

« Homéotéleutes » par Raymond Queneau (Exercices de style)[4]

Un jour de canicule sur un véhicule où je circule, gesticule un funambule au bulbe minuscule, à la mandibule en virgule et au capitule ridicule. Un somnanbule l'accule et l'annule, l'autre articule: « crapule », mais dissimule ses scrupules, recule, capitule et va poser ailleurs son cul. Une hule aprule, devant la gule Saint-Lazule je l'aperçule qui discule à propos de boutules, de boutules de pardessule.

Pour Bernard Dupriez, l'homéotéleute n'est « rien d'autre que la rime ou l'assonance introduites dans la prose »[5],[6]. Henri Suhamy rappelle en effet que la rime fait partie des hométotéleutes, qu'elle répète des phonèmes ou des syllabes[14]. La confusion entre rime et homéotéleute est ancienne, et apparaît même dans la rhétorique et la poésie romaines[15]. En versification latine, la rime est en réalité une homéotéleute plus insistante et plus repérable à l'oreille[16]. Pour Jean Dubois, la rime est un cas particulier d'homéotéleute, puisque cette dernière est, en termes d'éléments linguistiques, plus importante (la rime ne porte que sur l'identité phonique de la syllable finale)[17].

La figure peut également porter sur des rimes intérieures :

Et il frissonne, sans personne !...

(Jules Laforgue, L'Hiver, Derniers Vers)

Cependant, pour Patrick Bacry, l'homéotéleute n'en est pas pour autant une rime : pour que la figure se manifeste, « il ne suffit pas que les mots rapprochés s'achèvent de manière phonétiquement identique, il faut encore que la terminaison représente un même élément grammatical ou lexical », ou au moins que l'identité des mots soit graphique. Ainsi, l'identité phonétique, comme dans les mots « concret » et « craie », ne suffit pas pour former l'homéotéleute ; l'exemple des mots rapprochés : « concret » / « secret » par contre en constitue une. Enfin, l'homéotéleute est évidente lorsque les deux mots rapprochés comportent le même suffixe (« savamment » / « galamment »)[18] :

ex. : « ...un parler (...) non pédantesque, non fratesque [de moine], non plaideresque, mais plutôt soldatesque... »Montaigne, Essais, chapitre XXV, « De l'institution des enfans »

Ces terminaisons identiques peuvent être une désinence nominale (par exemple, en latin, il existe plusieurs accusatifs en « -am » permettant la proximité phonétique), ou une désinence verbale (formes de futur en « -rai », participes présents, en français par exemple)[19].

Homéotéleute et dérivation[modifier | modifier le code]

Ne fais pas tout
ce qu'ils font tous
   sans quoi
tout sera
   (à nouveau) fait
      à tous

(adaptation[20] du poème en langue allemande de Helmut Seethaler (homéotéleute de « alle(s) tun »)

L'homéotéleute peut aussi se fonder sur une identité des lexèmes reposant elle-même sur une dérivation lexicale :

ex. : « tels sont les hermétismes que notre exégèse résout, les équivoques que notre invocation dissout, les artifices que notre dialectique absout »Jacques Lacan, Écrits[21]

Les verbes utilisés : « résoudre », « dissoudre » et « absoudre » sont formés à partir du même verbe simple « soudre », disparu en français moderne[8].

Homéotéleute typographique[modifier | modifier le code]

Sans être une figure de style mais une coquille typographique, la répétition d'un mot, formée lors de la copie d'un texte, est une haplographie nommée homéotéleute, par métonymie de la cause. Il est dû à une erreur du copiste. Cet inconvénient disparaît avec l'utilisation systématique du duplicata[5].

Pour Claude Lafleur, en philologie, il existe deux types de variantes par homéotéleute. L'omission par homéotéleute tout d'abord, ou « saut du même au même », traduit l'erreur du copiste lorsqu'il ramène ses yeux vers son modèle et qu'il croit, en raison de la ressemblance, être revenu là où il s'était rendu et alors qu'en fait ses yeux se sont fixés ailleurs sur la page. L'addition par homéotéleute quant à elle ajoute un élément, pour la même raison de lecture. La première est notée, dans l'appareil des abréviations, om. per hom., la seconde add. per hom.[22].

Homéotéleute et polyptote[modifier | modifier le code]

L'homéotéleute est la figure inverse au polyptote, cette dernière rapprochant des racines identiques pourvues de terminaisons différentes alors que la première rapproche des mots différents possédant des terminaisons identiques[8] :

Temps passés Trépassés Les dieux qui me formâtes
Je ne vis que passant ainsi que vous passâtes

(Guillaume Apollinaire, Cortège, Alcools)

Le polyptote est ici formé sur le verbe « passer » conjugué à des temps différents, mais également sur une dérivation de « passés » et « trépassés » (de même racine mais de sens différents). Il consiste donc à faire apparaître dans la même phrase ou le même vers plusieurs fois le même mot à des cas grammaticaux différents. En français, qui ne dispose plus de cas, le polyptote s'entend pour des variations morpho-syntaxiques et en particulier pour les différentes formes conjuguées d'un même verbe[23].

Usage stylistique[modifier | modifier le code]

Jeux de mots[modifier | modifier le code]

L'homéotéleute peut être une ressource phonique dans la fabrication de jeu de mots. Elle est proche d'autres figures phoniques comme l'allitération, l'assonance ou le tautogramme[6]. La visée recherchée est alors le comique. La pièce du Malade imaginaire (1673) de Molière en use régulièrement, en particulier dans la confrontation entre Monsieur Purgon et Argan, à l'acte III, scène 5. La figure porte alors sur la racine étymologique savante de termes réels ou inventés, qui est de fait tournée en trivialité[3] :

Scène du Malade imaginaire

MONSIEUR PURGON : Et je veux qu'avant qu'il soit quatre jours, vous deveniez dans un état incurable.
ARGAN : Ah, miséricorde !
MONSIEUR PURGON : Que vous tombiez dans la bradypepsie.
ARGAN : Monsieur Purgon !
MONSIEUR PURGON : De la bradypepsie dans la dyspepsie.
ARGAN : Monsieur Purgon !
MONSIEUR PURGON : De la dyspepsie dans l'apepsie.
ARGAN : Monsieur Purgon !
MONSIEUR PURGON : De l'apepsie dans la lienterie.
ARGAN : Monsieur Purgon !
MONSIEUR PURGON : De la lienterie dans la dysenterie.
ARGAN : Monsieur Purgon !
MONSIEUR PURGON : De la dysenterie dans l'hydropisie.
ARGAN : Monsieur Purgon !
MONSIEUR PURGON : Et de l'hydropisie dans la privation de la vie, où vous aura conduit votre folie.

(Molière, Le Malade imaginaire, acte III, scène 5)

La figure aboutit souvent à des formules frappantes selon Patrick Bacry, comme dans cette phrase de Saint-Simon qui, s'adressant à un cardinal, lance qu'il est « un des plus capables et des plus papables ». L'homéotéleute en « -ables » est renforçée par « la paronomase puisque les mots « capables » et « papables » ne diffèrent que par leur initiale[19]. » La figure « cherche à frapper l'esprit et l'impression créée dépendra souvent du suffixe employé » selon Nicole Ricalens-Pourchot[18]. Cette dernière cite Jules Romains, qui cherche à ridiculiser les paroissiens d'Issoire en usant de deux homéotéleutes[24] :

ex. : « En face, il y avait le banc d'œuvre, et deux rangs d'hommes quadragénaires, quinquagénaires et sexagénaires, cossus, pansus et cuissus... »Jules Romains, Les Copains[25]

Suggestion de rythme[modifier | modifier le code]

L'homéotéleute est, dès les traités de rhétorique de la Renaissance, comprise comme une ressource du poète, distincte du rythme poétique. Pour Du Bellay, l'homéotéleute désigne l'homophonie finale du vers, alors que le rythme est compris dans le sens de cadence (mineure, majeure)[26].

La figure permet de mettre en relief les énumérations[5], comme dans cet extrait de la pièce Ubu roi (1896) :

ex. : « Tiens ! Polognard, soûlard, bâtard, hussard, tartare, calard, cafard, mouchard, savoyard, communard ! »Alfred Jarry, Ubu roi[27]

L'homéotéleute peut aussi souligner une gradation dramatisante, comme dans la rapide description de la pension Vauquer, chez Honoré de Balzac, dans Le Père Goriot (1835)[3] :

ex. : « elle pue le service, l'office, l'hospice »Honoré de Balzac, Le Père Goriot[28]

L'assonnance et la rime sont ainsi des cas particuliers de l'homéotéleute selon Jules Marouzeau[29]. Dans la prose, l'homéotéleute est souvent associée à l'isocolon pour créer un rythme particulier, binaire ou ternaire.

Genres concernés[modifier | modifier le code]

Poésie[modifier | modifier le code]

L'homéotéleute concerne principalement, comme toutes les figures de transformation phonique, la poésie. Elle est « un des principaux ressorts de la structuration phonique et rythmique du blason », et elle apparaît souvent dans les listes dialoguées destinées à célébrer mais en même temps tourner en dérision la personnalité visée[30].

L'homéotéleute est particulièrement utilisée en poésie arabe ; elle est nommée « « muwâfiq fi l-nihâya » », le verbe yuwâfiq signifiant « correspond, qui est identique », notamment chez Abdullah ibn al-Mu'tazz[31].

La figure est souvent combinée à d'autres ressources poétiques, comme dans ces vers de Paul Claudel :

Le temps qui meut et dispose tout
Se retire de nous comme la mer,
Et voici que sur la terre solide se tient debout
Pour la première fois un roi.

(Paul Claudel, Tête d'or[32])

La strophe met ici en œuvre trois procédés, conjugués ensemble de manière à bâtir une prosodie particulière et évocative. La rime en [u] (« tout / debout ») est renforcée par celle, interne au vers, du mot « nous ». Deux allitérations, l'une en [m] (« meut, comme la mer »), et l'autre en dentales sourdes et sonores ([t] et [d]) (« temps, dispose tout, se retire, terre, se tient debout ») participent à créer un rythme suggestif. Enfin, deux homéotéleutes, la première en [εr] (« comme la mer, terre ») et une seconde, finale, en [wa] (« fois / roi ») conclut l'extrait[33].

Dans la poésie moderne et expérimentale, elle est très souvent employée, notamment par l'Oulipo et les surréalistes :

ex. : « Il y avait cette rumeur de foule qui s'amuse et cette clameur de charlatans qui rusent et ce grondement d'objets qui s'usent »Raymond Queneau, Pierrot mon ami[34]

Conte et roman[modifier | modifier le code]

L'homéotéleute permet des jeux de sonorités dans la prose ; elle est très employée dans le conte, chez Perrault et la comtesse d'Aulnoy par exemple :

ex. : « un mortel, deux mortelles, tous trois également fidèles » Marie-Catherine d'Aulnoy, Le Mouton[35]

La répétition de finales identiques en [l], renforcées par la dentale sourde [t] (répétée deux fois, et accentuée une fois par sa correspondante sonore [d]), contribue à mettre en relief la gradation des personnages.

Le roman y a recours, comme figure permettant d'imiter le rythme poétique. Victor Hugo l'utilise ainsi dans Notre-Dame de Paris, pour accentuer les caractéristiques de la flèche de l'église de la Sainte-Chapelle, sur l'île de la Cité, aux abords de la cathédrale :

ex. : « Cette tour était la flèche la plus hardie, la plus ouvrée, la plus menuisée, la plus déchiquetée, qui ait jamais laissé voir le ciel à travers son cône dentelle. »Victor Hugo, Notre-Dame de Paris, livre troisième[36]

Slogan[modifier | modifier le code]

Les jeux de mots permis par l'homéotéleute sont adaptés à la rhétorique publicitaire :

ex. : « Pas d'erreur, c'est Lesieur »
ex. : « Bien dire fait rire, bien faire fait taire »
ex. : « Quand les automobiles sont immobiles, je file file toujours facile dans la ville sur mon V'Lille » (publicité diffusée dans le métro de Lille pour le V'Lille, équivalent lillois du Vélib parisien)

ou politique :

ex. : « La Corrèze avant le Zambèze » (Raymond Cartier).

Selon Claude Van Hoorebeeck, du groupe µ, l'homéotéleute est préférée à la rime car, contrairement à cette dernière, elle est totalement libre au regard des règles de versification. De plus, elle imprime un effet répétitif à l'interlocuteur[37].

Le langage populaire en use également, à travers des images frappantes :

ex. : « À la tienne, Étienne! »

Musique[modifier | modifier le code]

Le rap, genre musical consistant souvent à « faire les rimes les plus riches qui soient », fait « du travail de la rime sa caractéristique majeure, réactivant ainsi les attributs originels d'une poésie technique, lyrique et accentuée », selon Julien Barret. Le rap, qui égrène des couplets rimés séparés par des refrains et accompagnés de rythmes, recourt beaucoup à l'homéotéleute car les vers n'ont souvent pas de longueurs établies puisqu'il n'y a pas de chant. Cette figure de style permet l'accélération de certains passages en insistant sur les saccades mais en gardant la rythmique générale constante. Plusieurs rappeurs anglais ou francophones la pratiquent[38] :

Ex. : « Puis j'me glisse, m'immisce, entre les cuisses lisses de la miss. / Ses yeux se plissent et elle dit : « Stoppe ton vice » »MC Solaar, Obsolète [39]
Ex. : « La Sonora STARFLAM reste au programme / Proclame, clame : Sonora STARFLAM sí guapea / La Sonora STARFLAM reste au programme / rétame, crame, Sonora STARFLAM sí guapea. »Starflam, La Sonora [40]
Ex. : « Don't got a rep, my step, dont got enough pep »Eminem, 8-mile[41]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Définitions lexicographiques et étymologiques de « Homéotéleute » du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales
  2. a et b Dictionnaire des termes littéraires, 2005, Entrée « Homéotéleuté », p. 238.
  3. a, b et c Jean-Jacques Robrieux, 2004, p. 48-49.
  4. a et b Raymond Queneau, Exercices de style, Gallimard,‎ 1982, « Homéotéleutes », p. 35.
  5. a, b, c et d Bernard Dupriez, 2003, Entrée « Homéotéleute », p. 232-233.
  6. a, b et c Anne Quesemand, 2005, p. 54.
  7. François Rabelais, Œuvres de Rabelais, Garnier frères,‎ 1856 (lire en ligne), chap. XVI, p. 9.
  8. a, b et c Patrick Bacry, 1992, p. 215.
  9. Jean Molino, « Sur le parallélisme morpho-syntaxique. », Langue française, no 49,‎ 1981, p. 83-84 (DOI 10.3406/lfr.1981.5084, lire en ligne [PDF]).
  10. Cicéron, « De l'orateur, 206 », sur remacle.org (consulté le 17 mai 2011).
  11. Kees Meerhoff, 1986, p. 313.
  12. Michel Manien, « Entre grammaire et rhétorique: l’ellipse dans quelques traités de la Renaissance », dans Ellipses, Blancs, Silences. Actes du colloque du Cicada réunis par Bertrand Rougé, Pau, Publications de l’Université de Pau,‎ 1992, 9 p..
  13. Georges Molinié, 1993, p. 130-131.
  14. Henri Suhamy, 2004, p. 64.
  15. Niculae Ian Herescu, 1960, p. 169-170.
  16. Niculae Ian Herescu, 1960, p. 136.
  17. Jean Dubois, Dictionnaire de linguistique, Larousse,‎ 2001 (ISBN 978-2035320476), p. 353-354.
  18. a et b Nicole Ricalens-Pourchot, 2003, p. 72.
  19. a et b Patrick Bacry, 1992, p. 214.
  20. Traduction littérale : Ne jamais faire tout / ce que tous font / sinon il sera / (à nouveau) à tous / tout / fait. Ce poème sous-entend une critique du conformisme de masse, susceptible d'engendrer de nouvelles tragédies historiques.
  21. Jacques Lacan, « Fonction et champ de la parole et du langage en psychanalyse », dans Écrits, Paris, Seuil,‎ 1966 (1re éd. 1953), p. 281.
  22. Claude Lafleur, Quatre introductions à la philosophie au XIIIe siècle, textes critiques et étude historique, Paris, Vrin,‎ 1988, p. 88, repris in David Piché, Claude Lafleur, Étienne Tempier, La condamnation parisienne de 1277 : Sic et non, Vrin,‎ 1999 (ISBN 9782711614165), p. 30.
  23. Patrick Bacry, 1992, p. 198.
  24. Nicole Ricalens-Pourchot, 2003, p. 73.
  25. Jules Romains, Les Copains, Gallimard, coll. « Folio »,‎ 1972 (ISBN 978-2070361823), p. 228.
  26. Kees Meerhoff, 1986, p. 128.
  27. Alfred Jarry, Ubu roi, Édition de la Revue blanche,‎ 1900, p. 134-135.
  28. Honoré de Balzac, Le Père Goriot, Librairie nouvelle,‎ 1856, p. 14.
  29. « Glossaire des figures de style », sur espacefrancais.com (consulté le 12 mai 2011).
  30. Jean-Pierre Angoujard, 2003, p. 93.
  31. Gilbert Dahan et Irène Rosier-Catach, La rhétorique d'Aristote : traditions et commentaires de l'Antiquité au XVIIe siècle, Vrin, coll. « Tradition de la pensée classique »,‎ 1998 (ISBN 9782711613076), p. 248.
  32. Paul Claudel, Tête d’or, Paris, Gallimard, coll. « Folio théâtre »,‎ 2005, p. 146.
  33. Michèle Aquien, « Une forme paradoxale : le verset claudélien dans Tête d’Or », Études littéraires, vol. 39, no 1,‎ 2007, p. 90 (lire en ligne [PDF]).
  34. Raymond Queneau, Pierrot mon ami, Gallimard, coll. « Folio »,‎ 1989 (1re éd. 1945), p. 14.
  35. Marie-Catherine d'Aulnoy, Le Rameau d'or, L'Oranger et l'abeille, Le Mouton, in Elisabeth Lemire, Cabinet des fées, vol. 2, t. I, Picquier Poche,‎ 1996 (ISBN 978-2877305099), p. 186.
  36. Victor Hugo, Notre-Dame de Paris, vol. 1, t. II, Librairie Ollendorff,‎ 1904, p. 96.
  37. Claude Van Hoorebeeck, « Publicité et rhétorique : Des images pour convaincre » [PDF],‎ 1997, p. 56.
  38. Julien Barret, 2008, p. 80-85.
  39. MC Solaar, Obsolète, in album Prose combat, Polydor.
  40. Starflam, La Sonora, in album Survivant, EMI Belgium.
  41. Eminem, 8 Mile, in album 8 Mile Soundtrack, Shady Records.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Figure mère Figure fille
Répétition Homéotéleute typographique
Antonyme Paronyme Synonyme
Polyptote Homéoptote, Figure dérivative, Anaphore, Épiphore Rime, Dérivation lexicale

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie générale[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Patrick Bacry, Les Figures de style et autres procédés stylistiques, Paris, Armand Colin, coll. « Collection Sujets »,‎ 1992 (ISBN 2-7011-1393-8) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Bernard Dupriez, Gradus, les procédés littéraires, Paris, 10, coll. « Domaine français »,‎ 2003, 540 p. (ISBN 978-2-264-03709-1) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Van Gorp, Dirk Delabastita, Georges Legros, Rainier Grutman, et alii, Dictionnaire des termes littéraires, Hendrik, Honoré Champion,‎ 2005, 533 p. (ISBN 978-2745313256) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Anne Quesemand (ill. Laurent Berman), Elles sont tropes! : Figures et tournures de la langue française, Paris, Éditions Alternatives,‎ 2005 (ISBN 2-86227-464-X) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Jean-Jacques Robrieux, Les Figures de style et de rhétorique, Paris, Dunod, coll. « Les topos »,‎ 2004, 128 p. (ISBN 2-10-003560-6) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Nicole Ricalens-Pourchot, Dictionnaire des figures de style, Paris, Armand Colin, coll. « Lettres »,‎ 2003, 218 p. (ISBN 978-2200264574)
  • Henri Suhamy, Les Figures de style, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Que sais-je ? » (no 1889),‎ 2004 (ISBN 2-13-044604-3) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Georges Molinié, La Stylistique, Paris, Presses Universitaires de France, coll. « Premier cycle »,‎ 1993 (ISBN 2-13-045834-3) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article

Bibliographie spécialisée[modifier | modifier le code]

  • Kees Meerhoff, Rhétorique et poétique au 16e siècle en France, vol. 36, Brill,‎ 1986 (ISBN 9789004077065)
  • Niculae Ian Herescu, La poésie latine, Brill Archive,‎ 1960
  • Jean-Pierre Angoujard, Sophie Wauquier-Gravelines, Phonologie: champs et perspectives, Lyon, ENS Editions, coll. « Langages »,‎ 2003 (ISBN 9782847880311)
  • Julien Barret, Le Rap ou l'artisanat de la rime, L'Harmattan, coll. « Langue & parole »,‎ 2008 (ISBN 9782296067837)
Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 30 mai 2011 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.