Zeugma (stylistique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Zeugma.

Le zeugma (du grec ancien ζεῦγμα / zeûgma, « joug, lien ») est une figure de style qui consiste à faire dépendre d'un même mot deux termes disparates qui entretiennent avec lui des rapports différents, en sous-entendant un adjectif ou un verbe déjà exprimé. Il s'agit donc d'une forme d'ellipse. On distingue le zeugma syntaxique, quand le terme non répété est utilisé dans le même sens que déjà exprimé, du zeugme sémantique, où le terme occulté est utilisé dans un sens différent de celui déjà exprimé. Cette dernière figure, appelée également attelage, associe le plus souvent deux compléments d'objet, l'un de sens concret et l'autre de sens abstrait, pour un effet humoristique voire ironique. Il est proche de la syllepse de sens, de l'hendiadys, de la concaténation et de l'anacoluthe.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Anatole Bailly fait venir l’emploi des rhéteurs grecs et le définit comme une construction par laquelle on mettait deux sujets en relation avec un seul attribut[1]. Le mot « zeugma » a été repris tel quel mais dans le genre neutre par les Latins dans la définition rhétorique que nous connaissons : « construction d’un terme avec plusieurs déterminants dont un seul convient »[2].

Le vocable « zeugma » est accepté par nombre de rhétoriciens contemporains mais on trouve toujours chez quelques auteurs la graphie moins tonique de « zeugme [3] ». Les deux mots cohabitent depuis le XVIIe siècle[4]. On note l’emploi assez récent du mot « attelage » qui est probablement la traduction du « zeugma » grec (joug) et semble faire double emploi. Cependant, Henri Morier, de son côté, a partagé les deux aspects en donnant le nom d’« attelage » à la figure de sens et le nom de « zeugme » à la figure de grammaire[5].

Définition[modifier | modifier le code]

Le zeugma est considéré comme une ellipse d'un mot ou d'un groupe de mots qui devraient être normalement répétés, ce qui a pour conséquence de mettre sur le même plan syntaxique deux éléments appartenant à des registres sémantiques différents :

Vêtu de probité candide et de lin blanc

(Victor Hugo, Booz endormi)

Les deux expressions probité candide et lin blanc (blanc renvoyant également à l'étymologie de candide en latin) relèvent de registres sémantiques différents: la première est abstraite (qualité de probité) et la deuxième est concrète (le lin est une fibre naturelle). Ces deux expressions sont rattachées par le même lien syntaxique qui est un participe : vêtu commençant le vers ; les deux expressions sont donc attelées au même mot recteur. C'est donc le contraste entre cette construction syntaxique identique et l'écart sémantique qu'elle suggère qui donne à la phrase sa spécificité, contraste se fondant sur l'ellipse dans le second membre de la phrase du verbe conjugué vêtu.

Faire un zeugme c'est rattacher deux éléments, qui ne peuvent être mis sur le même plan, sémantiquement, à un terme commun, éventuellement — mais non nécessairement — dans le cadre d'un parallélisme. Il s'agit alors d'une figure qui provoque un effet de surprise, souvent comique, parfois poétique. Pour parler de zeugme, il faut que les deux éléments rattachés n'entretiennent de prime abord aucun lien, sémantique.

Zeugme syntaxique[modifier | modifier le code]

C'est le fait de ne pas répéter un élément commun dans une phrase présentant deux membres parallèles. Ainsi, dans la phrase « L'un poussait des soupirs, l'autre des cris perçants », poussait n'est pas répété. On peut considérer ce procédé comme un raccourci, un moyen de simplifier la phrase, un équivalent littéraire de la factorisation mathématique[6]. Il est très fréquent et ne constitue pas une figure de rhétorique, parce qu'il n'attire pas l'attention. C'est au contraire la répétition du terme commun qui ferait figure.

« Il croyait à son étoile et qu’un certain bonheur lui était dû. »

— André Gide

« Ils savent compter l’heure et que la terre est ronde. »

— Musset

Zeugme sémantique[modifier | modifier le code]

C'est le fait de rattacher deux éléments, qui ne peuvent être mis sur le même plan, à un terme commun, éventuellement — mais non nécessairement — dans le cadre d'un parallélisme. Il s'agit alors d'une figure qui provoque un effet de surprise, souvent comique, parfois poétique. Pour parler de zeugma, il faut que les deux éléments rattachés n'entretiennent de prime abord aucun lien, sémantique ou syntaxique[7].

« Les marchands de boisson et d’amour. »

— Guy de Maupassant

« Contre ses persiennes closes, Mme Massot tricote, enfermée dans sa chambre et dans sa surdité. »

— Roger Martin du Gard

Enfin, un zeugme involontaire ne constitue pas un écart esthétique mais une faute de syntaxe, surtout à l'écrit.[réf. nécessaire]

Définition stylistique[modifier | modifier le code]

Le zeugme permet principalement d'associer les registres abstrait et concret en une même construction, par volonté ironique souvent. La figure appartient en effet à la classe des jeux de mots, proche du calembour ou du burlesque lorsque l'attelage est trivial.

Sémantiquement, le zeugme joue sur le double sens, au moyen d'une double construction. Le contexte permet de faire ressortir l'implicite, très présent dans la figure qui fait l'ellipse des mots importants pour accéder au sens.

Une figure des langues anciennes[modifier | modifier le code]

Le zeugma est utile dans la versification latine, ne serait-ce que pour la prosodie et la concision. Il est fréquent chez des poètes comme Virgile.

« ...oculos dextramque precantem
Protendens... »

— Virgile, Énéide, (XII, 930-1)

[levant les yeux et une main implorante…]

le verbe latin « protendens » est plus précis que le français : tendre (la main) et lever (les yeux) « en avant ». Le regard et la main sont conjoints dans une attitude de supplication.

« Arma virumque cano, Trojae qui primus ab oris Italiam fato profugus Laviniaque venit litora. »

— Virgile, Énéide,(I,1-3)

[Je chante les combats du héros qui a fui les rivages de Troie et qui, prédestiné, parvint le premier [en] Italie, [aux] bords de Lavinium…]

une traduction serrée n’est pas toujours possible. L’accusatif latin qui rend compte d’une destination se prive parfois d’une préposition telle « in » ou « ad ». Dans ce cas particulier, c’est le verbe « venit » qui régit les deux accusatifs, introduits chacun par une préposition différente : [in] Italia et [ad] Lavinia litora.

La figure de sens[modifier | modifier le code]

La figure « assortit un terme de plusieurs qualifiants ou circonstants sémantiquement hétérogènes[8]. ».

Un verbe et deux sujets ou compléments[modifier | modifier le code]

Il s’agit principalement de verbes gérant une idée concrète et une idée abstraite, cette dernière n’étant pas habituellement assortie, contrairement à la syllepse, aux diverses acceptions du verbe. Au-delà de la simple union entre deux compléments sémantiquement inconciliables, le principe du zeugma est de faire admettre une image qui, employée seule, serait a priori incohérente.

deux sujets 

« Sous le pont Mirabeau coule la Seine
Et nos amours »

— Guillaume Apollinaire, Alcools

les amours d’une personne ne peuvent couler comme de l’eau. La figure reprend l’illustration de l’eau qui passe sous le pont avec la valeur symbolique qui lui est la plus naturelle, celle du temps qui s’écoule impassible ; l’amour qui naît et qui meurt à travers la fuite du temps, prend tout son sens nostalgique à travers le zeugma.
deux compléments 

« Ces larges murs pétris de siècles et de foi. »

— Alphonse de Lamartine

de même, la pierre ne se crée pas à partir d’une chose abstraite comme la foi. Mais c’est bien la foi qui pousse à construire les lieux de culte et qui les entretient.

« Vos veuves aux fronts blancs, lasses de vous attendre,
Parlent encor de vous en remuant la cendre
De leur foyer et de leur cœur ! »

— Victor Hugo, Oceano nox

alliance audacieuse : le cœur comme un « cendrier » de cheminée ; comparaison heureusement transfigurée par l'évocation des regrets de l’amour défunt.

Un verbe et deux subordonnées[modifier | modifier le code]

Verbe régissant des subordonnées infinitive et conjonctive

« Ils savent compter l'heure et que la terre est ronde. »

— Alfred de Musset

« Elle lui a demandé de faire ses valises et qu'il parte immédiatement »

Verbe régissant un complément d'objet et une subordonnée 

« J'ai dit mon retour à Combourg et comment je fus accueilli par mon père. »

— Chateaubriand, Mémoires d'outre-tombe

comme souvent cette phrase peut être autrement formulée ; et l'auteur aurait pu aussi bien dire : « et la manière dont je fus accueilli »

« Ah ! savez-vous le crime et qui vous a trahie ? »

— Racine, Iphigénie

ce vers dramatique illustre une rupture syntaxique motivée par l'élan émotionnel du personnage (voir article anacoluthe).

La figure de grammaire[modifier | modifier le code]

Ce type de construction est toujours elliptique. Il évite d’avoir à répéter un même verbe, même si sa forme conjuguée doit être différente. La compréhension d’une telle phrase est un peu comparable à celle de la syllepse grammaticale. Littré fait la distinction entre « zeugma simple » où les verbes sous-entendus sont identiques et le « zeugma composé » où ils sont différents.

Verbe régissant des compléments qui ne s'accordent pas en nombre ou en genre 

« Je dépeuple l’État des plus heureux Monarques ;
La foudre est mon canon, les Destins mes soldats [« est » ; « sont »] »

— Pierre Corneille, L'Illusion comique, II,2,239

« Je mange une pomme, vous une orange. [« mange » ; « mangez »] »

« Je trouve cette jeune fille très intelligente mais je ne sais pas si son jeune frère l’est autant [s’il est aussi intelligent]. »

« Sous le pont Mirabeau coule la Seine
Et nos amours.[« coule » ; « coulent »] »

— Guillaume Apollinaire, Alcools

Verbe régissant par licence poétique deux régimes différents

Henri Morier a relevé un autre type de zeugma qui touche à la syntaxe. Mais si de grands poètes s’y sont aventurés, elle reste fondamentalement une faute de langage.

« Sa haine ou son amour, sont-ce les premiers droits
Qui font monter au trône ou [en] descendre les rois ? »

— Jean Racine, La Thébaïde

le changement de régime du verbe « descendre » est probablement motivé par la compacité de l’alexandrin. Si un grammairien rigoureux rechigne à cause du solécisme, le couple des contraires « monter-descendre » passe bien à la déclamation.

« Quoi ! vous parlez encor de vengeance et de haine
Pour celle dont vous-même allez faire une reine ? »

— Pierre Corneille, Rodogune

la paire d'oppostion « vengeance-haine » n'est pas favorable, car on parle de « haine pour » mais de « vengeance contre ».

Autres exemples[modifier | modifier le code]

« Il parlait en anglais et en gesticulant[9] »

L’alliance est assurée par la préposition « en » et renforcée par la symétrie syntaxique, aux fins d’humour.

« J’ai traversé la France et une crise de désespoir[10] ».

Dans la culture contemporaine, Pierre Desproges en a inventé en série dans son Dictionnaire superflu à l'usage de l'élite et des bien nantis. Entre autres, « Prenant son courage à deux mains et sa winchester dans l'autre, John Kennedy se tira une balle dans la bouche » (p. 62), ou « Après avoir sauté sa belle-sœur et le repas du midi, le Petit Prince reprit enfin ses esprits et une banane » (p. 63).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Rhéteurs grecs, édition de Walz (1836) et édition de Spengel (1856).
  2. Félix Gaffiot, Dictionnaire Latin-Français.
  3. Le lexicologue Émile Littré reconnaissait seulement la graphie « zeugme » mais le Robert donne les deux.
  4. Le Grand Robert, 1975.
  5. sens tout de même contraire à celui du zeugma en rhétorique latine.
  6. (en) Thomas Kane, The new Oxford guide to writing, Oxford University Press,‎ 1994, 327 p. (ISBN 9780195090598, lire en ligne), p. 145
  7. BDL : Zeugme
  8. Georges Molinié
  9. Frédéric Dard
  10. tiré de 500 jeux avec les mots ; Laurent Raval & Thierry Leguay ; Larousse (2004)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • P. Guiraud, Les jeux de mots, Paris, PUF, 1967
  • Sébastien Bailly, Les zeugmes au plat, Mille et une nuits, 2011

Bibliographie des figures de style[modifier | modifier le code]

  • Quintilien (trad. Jean Cousin), De L’institution oratoire, t. I, Paris, Les Belles Lettres, coll. « Budé Série Latine »,‎ 1989, 392 p. (ISBN 2-2510-1202-8).
  • Antoine Fouquelin, La Rhétorique françoise, Paris, A. Wechel,‎ 1557 (ASIN B001C9C7IQ).
  • César Chesneau Dumarsais, Des tropes ou Des différents sens dans lesquels on peut prendre un même mot dans une même langue, Impr. de Delalain,‎ 1816, 362 p. (ASIN B001CAQJ52)
    Nouvelle édition augmentée de la Construction oratoire, par l’abbé Batteux. Disponible en ligne.
  • Pierre Fontanier, Les Figures du discours, Paris, Flammarion,‎ 1977 (ISBN 2-0808-1015-4, lire en ligne).
  • Patrick Bacry, Les Figures de style et autres procédés stylistiques, Paris, Belin, coll. « Collection Sujets »,‎ 1992, 335 p. (ISBN 2-7011-1393-8).
  • Bernard Dupriez, Gradus, les procédés littéraires, Paris, 10/18, coll. « Domaine français »,‎ 2003, 540 p. (ISBN 2-2640-3709-1).
  • Catherine Fromilhague, Les Figures de style, Paris, Armand Colin, coll. « 128 Lettres »,‎ 2010 (1re éd. Nathan, 1995), 128 p. (ISBN 978-2-2003-5236-3).
  • Georges Molinié et Michèle Aquien, Dictionnaire de rhétorique et de poétique, Paris, LGF - Livre de Poche, coll. « Encyclopédies d’aujourd’hui »,‎ 1996, 350 p. (ISBN 2-2531-3017-6).
  • Henri Morier, Dictionnaire de poétique et de rhétorique, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Grands Dictionnaires »,‎ 1998 (ISBN 2-1304-9310-6).
  • Michel Pougeoise, Dictionnaire de rhétorique, Paris, Armand Colin,‎ 2001, 16 cm × 24 cm, 228 p. (ISBN 978-2-2002-5239-7).
  • Olivier Reboul, Introduction à la rhétorique, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Premier cycle »,‎ 1991, 15 cm × 22 cm, 256 p. (ISBN 2-1304-3917-9).
  • Hendrik Van Gorp, Dirk Delabastita, Georges Legros, Rainier Grutman et al., Dictionnaire des termes littéraires, Paris, Honoré Champion,‎ 2005, 533 p. (ISBN 978-2-7453-1325-6).
  • Groupe µ, Rhétorique générale, Paris, Larousse, coll. « Langue et langage »,‎ 1970.
  • Nicole Ricalens-Pourchot, Dictionnaire des figures de style, Paris, Armand Colin,‎ 2003, 218 p. (ISBN 2-200-26457-7).
  • Michel Jarrety (dir.), Lexique des termes littéraires, Paris, Le Livre de poche,‎ 2010, 475 p. (ISBN 978-2-253-06745-0).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]