Figure de style

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Une figure de style, du latin figura, est un procédé d’expression qui s’écarte de l’usage ordinaire de la langue et donne une expressivité particulière au propos. On parle également de figure de rhétorique ou de figure du discours. Si certains auteurs établissent des distinctions dans la portée des deux expressions, l’usage courant en fait des synonymes.

Des vagues représentées par des chevaux blancs : substitution opérée par la métaphore
Substitution opérée par la métaphore : « Ils viennent les chevaux de la Mer ! » Jean Tardieu (La Grande marée de printemps, recueil Margeries, 2009). Huile sur toile, (1893) par Walter Crane.

Les figures de style, liées à l'origine à la rhétorique, sont l’une des caractéristiques des textes qualifiés de « littéraires ». Elles sont cependant d’un emploi commun dans les interactions quotidiennes, écrites ou orales, du moins pour certaines d’entre elles, comme l’illustrent par exemple les métaphores injurieuses du capitaine Haddock.

De manière générale, les figures de style mettent en jeu : soit le sens des mots (figures de substitution comme la métaphore ou la litote, l’antithèse ou l’oxymore), soit leur sonorité (allitération, paronomase par exemple) soit enfin leur ordre dans la phrase (anaphore, gradation parmi les plus importantes). Elles se caractérisent par des opérations de transformation linguistique complexes, impliquant la volonté stylistique de l'énonciateur, l'effet recherché et produit sur l'interlocuteur, le contexte et l'univers culturel de référence également.

Chaque langue a ainsi ses propres figures de style ; leur traduction pose souvent des problèmes de fidélité par rapport à l'image recherchée. Par conséquent, cet article ne traite que des figures de style en langue française.

Les figures de style constituent un vaste ensemble complexe de procédés variés et à l’étude délicate. Les spécialistes ont identifié, depuis l’Antiquité gréco-romaine (avec Cicéron, Quintilien) des centaines de figures de style et leur ont attribué des noms savants, puis ont tenté de les classer (Fontanier, Dumarsais).

La linguistique moderne a renouvelé l’étude de ces procédés d’écriture en introduisant des critères nouveaux, d'identification et de classement, se fondant tour à tour sur la stylistique, la psycholinguistique ou la pragmatique. Les mécanismes des figures de style sont en effet l'objet de recherches neurolinguistiques et psychanalytiques.

Article connexe : Liste des figures de style.

Sommaire

Définition et caractéristiques[modifier | modifier le code]

Principe : un écart par rapport à l'usage normal de la langue[modifier | modifier le code]

L'auteur (du latin auctor, auctoris) est, étymologiquement, « celui qui augmente, qui fait avancer »[1]. L'apport de l'écrivain provient pour partie de son style, c'est-à-dire de l'ensemble des moyens d'expression qu'il utilise dans son propos et qui traduisent sa personnalité ; ce que résume la formule célèbre de Buffon : « Le style est l'homme même »[2]. Cette manière d'écrire propre se fonde en particulier sur l'utilisation des figures de style, du latin figura, mot désignant la forme d'un objet[F 1]. Celles-ci sont des écarts par rapport à la langue commune[F 1],[D 1]. L'auteur amplifie son discours en recourant aux figures, notamment par l'utilisation du langage imagé, mais pas seulement. C'est Pierre Fontanier le premier qui a développé la théorie de la figure-écart[K 1]. De nombreuses figures de style ont également pour intérêt d'agir sur le rythme, la construction syntaxique ou la répétition. On peut par exemple repérer deux figures de style dans le vers :

Ma seule Étoile est morte, – et mon luth constellé
Porte le Soleil noir de la Mélancolie.

(Gérard de Nerval, Les Chimères, El Desdichado)

L'expression « Soleil noir de la Mélancolie » permet à Nerval d'imager deux idées. Il y a en effet un oxymore, figure réunissant deux mots aux connotations contraires (« soleil » et « noir ») et une métaphore (analogie entre le « soleil noir » et la « mélancolie », maladie de l'ennui), qui permettent au lecteur de percevoir la sensibilité de l'auteur et son univers mental, marqué, ici, par l'étrangeté et le mal de vivre. En conséquence, la figure de style est une composante essentielle du style chez un écrivain, mais aussi, et plus généralement, chez tout locuteur et au sein de langage lui-même :

« La formation des figures est indivisible du langage lui-même, dont tous les mots abstraits sont obtenus par quelque abus ou quelque transfert de signification, suivi d'un oubli du sens primitif. »

— Paul Valéry[3]

La recherche de la nature de cet écart, et surtout de la norme à laquelle il se ressent, a été l'objectif de la plupart des études et analyses modernes[I 1],[K 2].

Dénomination : de la « figure rhétorique » à la « figure stylistique »[modifier | modifier le code]

Articles connexes : Rhétorique et Stylistique.

L'expression « figure de style », du latin figura[Étymologie 1], est elle-même la réunion de deux tropes :

« L’expression « figure de style » est un ensemble de deux figures de style accolées, une métaphore et une métonymie : le « style » était jadis un poinçon pour graver des caractères dans la cire, donc dire « style » au lieu d’écriture est une métonymie (l’outil à la place de l’usage) ; figure vient de figura, « dessin », donc il y a dérivation de sens, métaphore, car on passe d’une idée à sa représentation. »

— Henri Suhamy[D 2]

L'usage commun confond en effet les expressions de « figures de style » et de « figures de rhétorique » mais certains auteurs établissent une distinction entre les deux. Ainsi, dans son ouvrage Éléments de rhétorique, Jean-Jacques Robrieux distingue les figures de rhétorique, qui jouent un « rôle persuasif » et qui forment une classe de procédés fonctionnels, des figures autres dites non-rhétoriques et qui peuvent être « poétiques, humoristiques et lexicales »[4]. La distinction académique sépare elle aussi les figures de rhétorique, visant la persuasion, des figures stylistiques, visant l'« ornement du discours »[5].

Pourtant, à l'origine, la figure de style est l'une des composantes de l'elocutio, partie de l'art rhétorique qui s'attache au style et aux ornements du discours. Pour Cicéron elle est le propre de l'orateur et « adapte à ce que l'invention fournit des mots et des phrases appropriées[6]. » C'est donc la partie la plus littéraire de la rhétorique[7]. La figure de style est le lieu d'une bonne expression et de l'ornement (« ornatus »). Selon la rhétorique classique, l'élocution concerne ainsi le choix des mots et la composition des phrases (les membres de phrases ou « cola » doivent être équilibrés), le rejet des archaïsmes et des néologismes, l'usage de métaphores et des figures adaptées aux propos (à condition toutefois qu'elles soient claires, autrement il s'agit de fautes d'expression), enfin, le rythme doit être souple et au service du sens. La Rhétorique à Herennius recommande ainsi « l'élégance, l'agencement des mots, la beauté »[8]. Les figures de rhétorique (ou « schèmata » en grec[Étymologie 2]) proviennent donc de la qualité de l'orateur. Elles procurent en premier lieu un plaisir (ou « delectatio ») car « leur mérite manifeste [est] de s'éloigner de l'usage courant » selon Quintilien[10] mais servent avant tout la persuasion et l'argumentation. De ce fait, la notion de « figure de rhétorique » est à examiner au sein de la catégorie plus vaste des figures de style.

Emploi à l'écrit et à l'oral[modifier | modifier le code]

La figure de style est spécifiquement un procédé d'écriture — à distinguer de la « clause de style »[D 3] —, qui met en jeu l'« effort » du locuteur pour constituer la figure, son intention stylistique en somme, et l'« effet » sur l'interlocuteur qui fait appel à sa sensibilité[H 1]. Les figures de style sont donc définies comme un sous-ensemble de la stylistique[Note 1],[H 2], constitué par des écarts par rapport à l'usage commun de la langue, un emploi remarquable des mots et de leur agencement. Elles concernent ainsi un rapport particulier entre le « signifiant » (le mot) et le « signifié » (le sens). Les figures de style sont cependant présentes constamment[D 4], hors la littérature et même dans l'expression non poétique comme le montre George Lakoff[12]. Par exemple, dans la métonymie journalistique : « L'Élysée a fait savoir »[F 2]. Elles le sont encore davantage dans la langue orale, qui cherche à retenir l'attention du récepteur et qui use des procédés d'ironie, des jeux de mots, des clichés, de locutions figées ou de raccourcis de langage comme dans l'expression imagée : « Il pleut des cordes ». Cependant, pour Bernard Dupriez, « ce n'est qu'occasionnellement que les figures modifient la langue »[G 1].

Dans cette vanité, le crâne est le symbole de la mort et les objets renversés sont la métaphore du décès.

Cet écart par rapport à la « norme linguistique » induit cependant des limites d'acceptabilité pour une figure de style. En effet, si la figure s'écarte trop de la norme elle tombe dans le registre des solécismes[Note 2],[F 3]. Mais le sens est aussi une limite : en effet la phrase peut être grammaticalement correcte mais asémantique (sans sens). L'expression poétique « inventant » des formes, elle échappe à ces restrictions. Certains textes surréalistes l'illustrent parfaitement, tel ces vers :

À la poste d'hier tu télégraphieras
que nous sommes bien morts avec les hirondelles.
facteur triste facteur un cercueil sous ton bras
va-t-en porter ma lettre aux fleurs à tire d'elle.

(Robert Desnos, La Liberté de l'Amour, Les Gorges froides)

C'est également le cas de l'anacoluthe comme dans la dernière strophe de L'Albatros de Charles Baudelaire : « Exilé sur le sol au milieu des huées // Ses ailes de géant l'empêchent de marcher ». Reste que pour évaluer une figure par rapport à cette norme, il faudrait définir « un degré zéro de l'écriture » selon Roland Barthes[13],[D 5] et de l'usage linguistique, ce qui n'est pas possible puisque chaque locuteur teinte son propos de sa subjectivité propre. C'est dans les textes littéraires qu'on rencontre plus particulièrement les figures de style employées pour leur fonction esthétique et leur effet sur le « signifié » : chaque genre possède ses figures spécifiques ou favorites. Les romans usent de procédés descriptifs ou allusifs comme l'analepse ou la digression, la poésie privilégie des figures jouant sur les sonorités (allitération, homéotéleute) ou les images (métaphore, personnification) alors que l’art dramatique du théâtre utilise quant à lui des figures mimant les tournures orales ou permettant de moduler l'intensité de l'action. Cependant, beaucoup de figures de style sont transverses à tous les genres et à toutes les périodes.

Plusieurs fonctions[modifier | modifier le code]

Sculpture de la cathédrale de Laon (exemple d'allégorie)
Sculpture de la cathédrale de Laon, représentant la rhétorique (allégorie).

Les figures de style apportent un enrichissement du signifié par l'originalité formelle qu'elles présentent ; c'est « l'effet de sens »[I 2]. Elles ont par exemple une force suggestive remarquable dans le cas de la métaphore (« Ma femme aux cheveux de savane », André Breton, à comparer avec l'expression informative : « Ma femme a des cheveux châtains ») comme elles peuvent frapper l'esprit par le raccourci que constitue l'association des contraires dans l'oxymore (« Le superflu, chose très nécessaire », Voltaire) ou produire un effet comique avec le zeugme (« On devrait faire l'amour et la poussière », Zazie). Elles représentent un effort de pensée et de formulation comme l'explique Littré[D 6] ; elles sont :

« Certaines formes de langage qui donnent au discours plus de grâce et de vivacité, d'éclat et d'énergie »

D'autres figures peuvent créer l'émotion du lecteur par l'effet d'insistance produit comme dans l'anaphore (« Paris ! Paris outragée ! Paris brisée ! Paris martyrisée ! mais Paris libérée ! », De Gaulle) ou le jeu sur les sonorités dans l'allitération (« Les crachats rouges de la mitraille », Rimbaud). Dans d'autres cas, l'intérêt sera plus purement esthétique comme dans la reprise juxtaposée de l'anadiplose :

Comme le champ semé en verdure foisonne,
De verdure se hausse en tuyau verdissant,
Du tuyau se hérisse en épi florissant

(Joachim Du Bellay, Les Antiquités de Rome)

Ainsi, les figures de style sont à mettre sur le même plan que d'autres caractéristiques linguistiques comme les procédés de rythme (période poétique, cadence dans la prose), les procédés de la syntaxe (choix du type de coordination ou de subordination), les procédés sémantiques et logiques (syllogisme, tautologie, champs sémantiques etc.) ou les procédés de versification (rime, synérèse/diérèse, etc.)[A 1].

Linguistique et stylistique des figures de style[modifier | modifier le code]

Pluralisme des acceptions[modifier | modifier le code]

Le mécanisme de formation des figures de style étant délicat à conceptualiser, il existe de nombreuses définitions de la notion. La linguistique moderne en retient trois :

« Effet de signification produit par une construction particulière de la langue qui s'écarte de l'usage le plus courant ; les figures de style peuvent modifier le sens des mots, modifier l'ordre des mots de la phrase etc. »

— définition no 1[14],[A 2],

« Les figures de style sont des procédés d’écriture employés pour frapper l’esprit du lecteur en créant un effet particulier »

— définition no 2[15],[A 3],

« La figure est une forme typique de relation non linguistique entre des éléments discursifs »

— définition no 3[16].

Ce pluralisme des définitions conduit à des typologies différentes et variées. Néanmoins la plupart s'appuient sur trois aspects : l’effet produit et recherché par l’émetteur sur le récepteur en premier lieu (par exemple : la surprise, le rire ou la peur)[L 1] ; le procédé mis en œuvre, participant d’un style esthétique (chaque écrivain utilise en effet un « stock figuratif » donné), et enfin la dimension sémantique (l'idée véhiculée). Bacry insiste sur l'importance du contexte, dépendant lui-même du cadre culturel[A 4].

Figures microstructurales et macrostructurales[modifier | modifier le code]

Les typologies fournies par les travaux classiques se caractérisent par leur grande hétérogénéité. Des auteurs modernes explorent d'autres approches[17] et classent les figures selon le « niveau discursif »[Note 3],[L 2] où elles évoluent en distinguant entre, d'une part, les figures microstructurales (isolables sur un élément précis du discours, souvent positionnées au niveau de la phrase) et les figures macrostructurales d'autre part (non-isolables sur un élément précis du discours, qui dépassent les limites de la phrase et dont l'interprétation dépend de la prise en compte du contexte[18],[19],[A 5]). La taille des figures permet en effet de les distinguer : « Dès que les figures se compliquent, elles se dessinent plus nettement, acquièrent des propriétés et deviennent plus rares », d'où leur raffinement singulier[G 2].

Certaines figures, dites macrostructurales, sont souvent formées de figures plus mineures : l'ironie, qui est une figure difficile à classer[20],[C 1], par exemple ou encore l'allégorie, l'hypotypose. Les figures microstructurales réalisent des effets localisés et subtils. La distribution des figures de style au sein du discours peut se présenter sous la forme d'un spectre se complexifiant : au niveau du mot se trouvent les tropes). Puis, certaines figures concernent le syntagme en entier, comme l'oxymore. Elles peuvent aussi concerner une proposition entière (exemple : inversions). Enfin, au niveau du texte on peut trouver des figures complexes comme l'ironie ou hypotypose. Des figures très techniques comme les tropes ou le chiasme par exemple peuvent constituer des figures plus complexes, s'étendant sur des phrases entières, comme l'hypotypose, figure caractéristique qui peut concerner une dizaine de figures « mineures »[L 3],[C 2].

Les axes linguistiques d'après Roman Jakobson
Les axes syntagmatique et paradigmatique de la langue, d'après Roman Jakobson[A 6].

Les figures de style opèrent sur deux axes linguistiques[modifier | modifier le code]

Articles connexes : Paradigme et Syntagme.

On peut se représenter les opérations aboutissant à la formation de figures et d’effets de sens en les positionnant sur un double axe qui est constitutif de la langue (décrit par Ferdinand de Saussure puis par Roman Jakobson[21],[22]). L'axe syntagmatique d'abord matérialise les figures in praesentia, les éléments discursifs coprésents dans un discours (exemple : un mot est répété, un mot est mis en comparaison, etc.) Ici deux ou plusieurs objets se désignent dans les strictes limites de la syntaxe et selon des règles de morphologie, de phonétique, de lexicologie et de grammaticalité (de sens). Cet axe décrit des figures que l’on donne comme étant in praesentia (présentes linguistiquement). L’appel fait par ces opérations à l’univers symbolique et extra-linguistique est très faible, l’image est contenue dans la phrase. Bacry résume la propriété de cet axe en partant du point de vue du producteur d'énoncé :

« À chaque moment d'une phrase donnée le locuteur (...) opère un choix parmi tous les vocables qui peuvent s'accorder avec la syntaxe de [la] phrase »

— Patrick Bacry[A 7]

L'axe paradigmatique (figures in absentia) matérialise des éléments ne faisant plus référence au discours mais à tout ce qu’il y a autour : univers énonciatif, contexte, sentiments partagés, symboles. Ici la figure établit des relations fortes entre des éléments présents dans le discours (mot, groupe de mots, phonèmes, morphèmes) et des éléments absents de celui-ci. Le récepteur doit donc se représenter cette référence manquante, qui lui demande de mettre en œuvre son univers mental et des connaissances partagées. Cet axe décrit des figures dites in abstentia, virtuelles, contextuelles. L’image est ici la plus forte possible alors que la contrainte morpho-syntaxique est relâchée. Les tropes représentent les figures opérant exclusivement sur cet axe.

Il existe des figures mixtes, opérant sur les deux axes, comme la métaphore ou la métonymie, qui ont un statut à part[A 8].

Les figures opèrent sur tous les signes linguistiques[modifier | modifier le code]

Allégorie de Cupidon
Cupidon est dans ce tableau l’allégorie de la liaison entre Vénus et Mars.

Les transformations des figures de style interviennent enfin sur les quatre signes linguistiques :

Sur le graphème d'abord, en effet plusieurs figures modifient les lettres de l'alphabet, comme les méthodes oulipiennes ou le palindrome,

Sur le phonème ensuite (accents, sons, syllabes, voyelles et consonnes, groupes vocaliques et consonantiques, pieds versifiés). Les principales figures sont ici d'ordres poétique et rythmique comme l'allitération et l'assonance (jeu sur les sons), l'homéotéleute, la gradation également.

Sur le morphème c'est-à-dire sur les mots, groupes de mots, particules et conjonctions, codes typographiques, ponctuation, étymologie, ainsi de la hypotaxe, l'asyndète ou la figura etymologica.

Enfin, sur le sème soit la connotation, la polysémie, le lexique, le vocable, les antonymie, synonymie, ou paronymie, sur les champs sémantiques aussi. C'est le cas des figures les plus connues : métaphore, comparaison, oxymore.

Néanmoins il s'agit ici moins d'un critère de définition, puisqu'on exclut de fait l'effet et l'intention, que d'une façon de les repérer ou de révéler à quel niveau du discours les figures de style interviennent. Cette classification est surtout employée en pédagogie, pour l'enseignement didactique des figures de style les plus employées, notamment dans l'exercice du commentaire composé[23],[24].

Figures et procédés de style[modifier | modifier le code]

Articles connexes : Stylistique et jeu de mots.

En dehors des modes de classement traditionnels existent des figures de style aux propriétés et à la nature inclassables. Souvent définies comme des « procédés de style » elles forment un ensemble quasi infini et aux limites ténues, combinant plusieurs aspects[A 9],[C 3]. Tout d'abord les spécificités d'écriture d'un auteur (son style) peuvent définir des procédés de style considérés souvent comme des figures de style à part entière[F 4]. Par exemple, le langage imagé et truculent de San Antonio est lui-même l'assemblage de nombreuses figures. Par ailleurs, les « contraintes » oulipiennes, du nom de l'Ouvroir de Littérature Potentielle, qui sont des figures sans effet et sans but, mais qui entrent dans le manifeste esthétique du mouvement (telles l'anagramme ou le lipogramme, entre autres) sont classés comme des figures de style alors qu'elles opèrent de simples manipulations de langue. En soi elles se suffisent en elles-mêmes, par le fait qu'elles permettent d'éprouver la souplesse du langage.

La cimaise ayant chaperonné
Tout l'éternueur,
Se tuba fort dépurative
Quand la bixacée fut verdie :
Pas un sexué pétrographique morio
De moufette ou de verrat[25].

Calligramme
Le calligramme de Guillaume Apollinaire est une figure de style transformant les graphèmes, en les disposant selon un dessin.

Le recours au dessin, comme dans le cas des calligrammes ou des lettres-images notamment est une autre source de création stylistique, de même que la manipulation de la syntaxe[A 10] : par déconstruction (écriture de Louis Ferdinand Céline par exemple), par écriture automatique (le poème Bouée de Louis Aragon par exemple), ou par hermétisme (comme dans le poème de Stéphane Mallarmé intitulé Hommage), par vers libre ou vers brisés. L'utilisation des jeux de mots permet également une vaste palette d'effets de style. Enfin, les opérations sur le signe graphique[K 3], comme les Onomatopées, la modification de la typographie (blanc typographique spécifique au roman poétique), l'usage de la ponctuation non standard ou la suppression de la ponctuation (esthétique de la poésie expérimentale moderne, dite « blanche » notamment ou du Nouveau Roman) constituent des procédés considérés souvent comme des figures de style.

Typologie et classement[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des figures de style.

La classification des figures de style est complexe et les diverses approches toujours contestables[D 2],[K 4]. Par exemple pour la rhétorique classique, issue des Grecs et des Latins, les figures relèvent des topoï discursifs alors que pour la stylistique, une figure se fonde sur un usage et sur un mécanisme mais aussi sur l'effet produit. Il existe aussi d'autres classifications, plus originales et émanant d'universitaires. Les typologies fournies par les travaux classiques ou par les manuels se caractérisent par leur grande hétérogénéité en effet. Ils s'accordent cependant le plus souvent sur certains regroupements à partir de procédés linguistiques comme l'analogie, la substitution, la reprise phonique etc[A 11].

Les principales figures de style sont le plus souvent regroupées en fonction de leurs principes de base :

Figures jouant sur le sens des mots[modifier | modifier le code]

Principe de base Nom Définition Exemple
Analogie l'image fondée sur l'équivalence, l'image consiste en un rapprochement de deux champs lexicaux qui met en évidence un élément qui leur est commun

« Les souvenirs sont cors de chasse
Dont meurt le bruit parmi le vent »

— Guillaume Apollinaire, Cors de chasse

la comparaison la comparaison comporte trois éléments : le comparé - l'outil de comparaison - le comparant (éventuellement inversés)

« La musique souvent me prend comme une mer »

— Charles Baudelaire, Les Fleurs du mal, LXIX. — La Musique

la métaphore image sans outil de comparaison – on distingue la métaphore annoncée (ex.1) où le comparé et le comparant sont présents et la métaphore directe (ex.2) dans laquelle le comparé est sous-entendu, d'où une grande force de suggestion mais aussi un risque d'incompréhension qui rend nécessaire le contexte

« Ce toit tranquille, où marchent des colombes,
Entre les pins palpite, entre les tombes »

— Paul Valéry, Charmes, Le Cimetière marin

le contexte permet de comprendre que « toit » renvoie à « mer » et « colombes » à « voiles de bateaux ».
Substitution la personnification ou l'animation évocation d'une chose ou d'une idée sous les traits d'un être humain, ou d'un animal

« Je vis les arbres s'éloigner en agitant leurs bras désespérés »

— Marcel Proust, À l'ombre des jeunes filles en fleurs, Deuxième partie

« [...] la grande République
Montrant du doigt les cieux ! »

— Victor Hugo, Les Châtiments, À l’obéissance passive

l'allégorie représentation concrète d'un élément abstrait

« Mon beau navire, ô ma mémoire »

— Guillaume Apollinaire, Alcools, La Chanson du mal-aimé

le symbole image référence

« Le poète est semblable au prince des nuées qui hante la tempête »

— Baudelaire, Les Fleurs du mal, L’Albatros

l'image filée (ou métaphore filée) s'étend sur plusieurs éléments

« [...] et Ruth se demandait,
[...]
Quel Dieu, quel moissonneur de l’éternel été
Avait, en s’en allant, négligemment jeté
Cette faucille d’or dans le champ des étoiles »

— Victor Hugo, La Légende des siècles, Booz endormi

l’hypallage épithète impertinente constituant une métaphore par le décalage de la relation logique entre les éléments d'une phrase

« le mélancolique animal »

— Jean de La Fontaine, Le Lièvre et les Grenouilles

« Automne malade »

— Guillaume Apollinaire, Alcools, Automne malade

« Qu'au son des guitares nomades
La gitane mime l'amour »

— Louis Aragon, Le Roman inachevé, À chaque gare de poussière...

le cliché image considérée comme usée
  • « La neige étend son blanc manteau »
  • la formule célèbre de Gérard de Nerval : « Le premier homme qui a comparé une femme à une fleur était un poète, le deuxième un imbécile ».
la métonymie elle remplace un terme par un autre qui a un rapport logique mais qui n'a aucun élément matériel commun. Elle peut substituer le contenant au contenu (ex), le symbole à la chose (les lauriers = la gloire), l'objet à l'utilisateur (le premier violon), l'auteur à son œuvre (un Zola), l'effet à la cause (Socrate a bu la mort = la ciguë)…

« C'était au temps où Bruxelles chantait »

— Jacques Brel, Bruxelles

la synecdoque c'est une variété de métonymie, parfois confondue avec elle ; elle est fondée sur le principe de l'inclusion. Elle permet d'exprimer la partie pour le tout (ex.1) ou la matière pour l'objet (ex.2)
  • ex.1 :

« Mon bras qu’avec respect toute l’Espagne admire,
Mon bras, qui tant de fois a sauvé cet empire, »

— Corneille, Le Cid, acte I, scène 4

  • ex.2 :

« Ah ! quelle cruauté, qui tout en un jour tue
Le père par le fer, la fille par la vue ! »

— Corneille, Le Cid, acte III, scène 4

l'antonomase nom propre employé comme nom commun

« C'est l'ennui de me voir trois ans et davantage,
Ainsi qu'un Prométhée, cloué sur l'Aventin »

— Du Bellay, Les Regrets, Ce n'est que le fleuve…

l'euphémisme atténuation pour éviter de heurter ; procédé utilisé par exemple comme marque poétique et qui passe souvent par une périphrase avec également une fonction métaphorique

« La Parque t'a tuée, et cendres tu reposes »

— Ronsard, Sur la mort de Marie, V - Comme on voit sur la branche au mois de May la rose

la litote atténuation qui suggère le plus en disant le moins, souvent à l'aide d'une tournure négative (ex.1). Également procédé d'ironie (ex.2)
  • ex.1 : « Va, je ne te hais point » (= je t'aime) (Corneille) - « Ce n'est pas drôle » (= c'est dramatique)
  • ex.2 : « Ensuite la mousquèterie ôta du meilleur des mondes neuf à dix mille coquins… » (= extermina) - (Voltaire, Candide, Chapitre 3)
la périphrase remplacement du mot par une expression explicative, fonction poétique et métaphorique ou atténuation

« Les Filles du limon tiraient du Roi des Astres
Assistance et protection »

— La Fontaine, Le soleil et les grenouilles

l'antiphrase expression d'une idée par son contraire avec une ironie clairement perceptible d'où nécessité du contexte ou de l'intonation

« Tout ce joli monde se retrouvera là-haut
Près du bon dieu des flics »

— Jacques Prévert, Paroles, Le Temps des noyaux

Figures jouant sur la place des mots[modifier | modifier le code]

Principe de base Nom Définition Exemple
Insistance l'épanadiplose reprise à la fin d'une proposition du même mot que celui situé en début (ex. 1), par opposition à l'anadiplose qui est une reprise juxtaposée (ex. 2)
  • ex. 1 (épanadiplose) : « L'homme peut guérir de tout, non de l'homme » (Georges Bernanos)
  • ex. 2 (anadiplose) :

« Comme le champ semé en verdure foisonne,
De verdure se hausse en tuyau verdissant,
Du tuyau se hérisse en épi florissant »

— Du Bellay, Les Antiquités de Rome, 30

l'épanalepse reprise d'un groupe de mots au début d'une proposition (construction emphatique)

« Songe, songe, Céphise, à cette nuit cruelle... »

— Jean Racine, , Andromaque, acte III, scène 8

l'anaphore reprise de mots dans des constructions semblables avec un effet de rythme sensible

« Puisque le juste est dans l'abîme,
Puisqu'on donne le sceptre au crime,
Puisque tous les droits sont trahis,
Puisque les plus fiers restent mornes,
Puisqu'on affiche au coin des bornes
Le déshonneur de mon pays... »

— Victor Hugo, Les Châtiments, Livre deuxième, V : Puisque le juste est dans l'abîme

l'épiphore reprise d'un mot ou de plusieurs mots dans deux ou plusieurs phrases ou vers qui se succèdent

« Longue comme des fils sans fin, la longue pluie
Interminablement, à travers le jour gris,
Ligne les carreaux verts avec ses longs fils gris,
Infiniment, la pluie,
La longue pluie,
La pluie. »

— Émile Verhaeren, Les Villages illusoires, La pluie

l'accumulation juxtaposition (ex. 1), avec éventuellement un effet de gradation croissante ou décroissante, et d'acmé (point culminant, ex. 2) ou climax
  • ex. 1 :

« adieu veau, vache, cochon… »

— La Fontaine, La Laitière et le Pot au lait

  • ex. 2 :

« Va, cours, vole, et nous venge. »

— Corneille, Le Cid, acte I, scène V

le parallélisme structure en miroir montrant l'identité ou l'opposition (proche de l'antithèse)

« Mon cheval sera la joie
Ton cheval sera l'amour »

— Victor Hugo, La Légende des siècles, Les Chevaliers errants, Éviradnus, XI : Un peu de musique

l'hyperbole amplification traduisant l'émotion ou apportant un souffle épique (ex. 1), éventuellement avec un effet ironique ou plaisant (ex. 2)
  • ex. 1 :

« Semble élargir jusqu'aux étoiles
Le geste auguste du semeur »

— Victor Hugo, Les Chansons des rues et des bois, Saison des semailles. Le soir

« Ô République universelle,
Tu n'es encor que l'étincelle,
Demain tu seras le soleil ! »

— Victor Hugo, Les Châtiments, Lux

  • ex. 2 :

« Vous êtes le Phénix des hôtes de ces bois »

— La Fontaine, Le Corbeau et le renard

Opposition le chiasme parallélisme et inversion, souligne l'union ou l'opposition

« Parler en mangeant, manger en parlant »

— Balzac

« Tu m'emmènes, je t'enlève... »

— Victor Hugo, La Légende des siècles, Les Chevaliers errants, Éviradnus, XI : Un peu de musique

l'antithèse parallélisme et opposition

« Je vis, je meurs ; je me brûle et me noie ; »

— Louise Labé, Anciens poètes de France

l'oxymore variété d'antithèse à l'intérieur d'un groupe nominal, d'une expression

« Les chers corbeaux délicieux »

— Arthur Rimbaud, Poésies, Les Corbeaux

« Le superflu, chose très nécessaire »

— Voltaire, Le Mondain

le zeugme (ou zeugma) Ellipse d'un mot ou d'un groupe de mots qui devraient être normalement répétés, ce qui a pour conséquence de mettre sur le même plan syntaxique deux éléments appartenant à des registres sémantiques différents

« Un pauvre bûcheron, tout couvert de ramée,
Sous le faix du fagot aussi bien que des ans
Gémissant [...] »

— La Fontaine, La Mort et le bûcheron

Figures jouant sur les sonorités et qui relèvent plus proprement de l'art poétique[modifier | modifier le code]

Principe de base Nom Définition Exemple
Reprise de sons l’allitération répétition dans plusieurs mots d'une sonorité consonantique avec un effet de rythme marqué, pouvant créer une harmonie imitative

répétition expressive des /r/ :

« Tandis que les crachats rouges de la mitraille
Sifflent tout le jour par l'infini du ciel bleu ;
Qu'écarlates ou verts, près du Roi qui les raille,
Croulent les bataillons en masse dans le feu ; »

— Arthur Rimbaud, Poésies, Le Mal

l’assonance [stylistique] répétition d'une voyelle dans plusieurs mots d'une même phrase (ex. 1) ; [poétique] rimes qui s’accouplent sur un groupe vocalique formé d’une voyelle tonique identique et d'un phonème consonantique variable (opposé : contre-assonance) reprise du son /an/ :

« Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant »

— Paul Verlaine, Poèmes saturniens, Melancholia — VI : Mon rêve familier

l'homéotéleute répétition d'un son ou d'un groupe de sons à la finale de plusieurs mots successifs

« cette tour était la flèche la plus hardie,
la plus ouvrée,
la plus menuisée,
la plus déchiquetée,
qui ait jamais laissé voir le ciel
à travers son cône dentelle »

— Victor Hugo, Notre-Dame de Paris

Proximité des sons la paronomase jeu sur la proximité des sons (paronymie)

« Et l’on peut me réduire à vivre sans bonheur,
Mais non pas me résoudre à vivre sans honneur. »

— Corneille, Le Cid, acte II scène 2

« Comme la vie est lente
Et comme l'Espérance est violente »

— Guillaume Apollinaire, Alcools, Le Pont Mirabeau

Figures jouant sur la syntaxe[modifier | modifier le code]

Principe de base Nom Définition Exemple
Rupture de construction l'ellipse et l’asyndète juxtaposition sans lien grammatical (parataxe) qui marque de l'émotion ou la spontanéité (ex.1), ou constitue un raccourci frappant (ex.2)
  • ex.1 Ellipse :

« Ça a débuté comme ça. Moi, j'avais jamais rien dit. Rien. C'est Arthur Ganate qui m'a fait parler. Arthur, un étudiant, un carabin lui aussi, un camarade. »

— Louis-Ferdinand Céline, Voyage au bout de la nuit, incipit

  • ex.2 Asyndète : « Métro, boulot, dodo »
l'anacoluthe non-respect de la syntaxe courante, par exemple non rattachement de l'adjectif au nom

« Exilé sur le sol au milieu des huées
Ses ailes de géant l'empêchent de marcher »

— Charles Baudelaire, Les Fleurs du mal, L’Albatros

Figures jouant sur le discours[modifier | modifier le code]

Principe de base Nom Définition Exemple
Discours recréé la prosopopée donner la parole à un absent

« Écoutez. Je suis Jean. J'ai vu des choses sombres »

— Victor Hugo, Les Contemplations, Livre VI, IV : « Écoutez. Je suis Jean. J’ai vu des choses sombres »

Hugo fait parler saint Jean, bouche d'ombre de l'Apocalypse

Silence non tenu la prétérition parler de quelque chose après avoir annoncé que l'on ne va pas en parler

« Je n'essaierai donc pas de vous décrire quel sombre enthousiasme se manifesta dans l'armée insurgée après l'allocution de Biassou. Ce fut un concert distordant de cris, de plaintes, de hurlements. Les uns se frappaient la poitrine, les autres heurtaient leurs massues et leurs sabres… »

— Victor Hugo, Bug-Jargal, ch. XXIX

Interpellation feinte la question rhétorique fausse question destinée à garder ou à susciter l'intérêt du lecteur interpellé

« Fit-il pas mieux que de se plaindre ? »

— La Fontaine, Le Renard et les Raisins

Tropes et non-tropes[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Trope.
Une métaphore filée compose le poème Hymne à la beauté de Charles Baudelaire, Les Fleurs du mal.

Historiquement, les figures de style sont des tropes, idée que L'Encyclopédie de Diderot évoque[26]. Les tropes[Étymologie 3],[K 5] rassemblent cependant un échantillon assez restreint de figures, telles la métaphore et la métonymie[A 12]. Il s'agit surtout de figures reposant sur l'analogie et constitutives du langage imagé. La distinction entre les tropes et les non-tropes (figures où aucun « changement de sens » ne semble apparaître) persiste dans la didactique française jusqu'à Pierre Fontanier[F 5]. Il distingue en effet les tropes des non-tropes qui sont définis de manière négative et les nomme les « autres que tropes » et introduit par-là un déclin de la rhétorique[27]. La classe de ces non-tropes regroupe la majeure partie des figures existantes et connues habituellement. Fontanier les classe selon la transformation qu'ils mettent en œuvre. Patrick Bacry reprend cette distinction qui sous-divise les figures de style en[A 13] : figures de construction[Note 4], figures de la ressemblance[Note 5], figures du voisinage[Note 6], figures de l'ordre des mots[Note 7], figures du lexique[Note 8], figures du contenu sémantique[Note 9] et figures de l'organisation du discours[Note 10]. Patrick Bacry, mais aussi Bernard Dupriez ou Michel Pougeoise, proposent de les classer au moyen d'une grille multi-critères combinant : la nature de la figure (ce qui la fait) ; la condition de son apparition (son repérage dans le discours) ; l'effet qu'elle produit enfin[A 11].

Autres classements proposés par l'analyse linguistique moderne[modifier | modifier le code]

Selon la grammaire générative[modifier | modifier le code]

Cette approche plus complète, issue des travaux de la grammaire générative et combinatoire, est développée dans l'article « liste des figures de style ».

La linguistique moderne utilisant l’analyse combinatoire du langage aboutit ainsi à un système cohérent qui permet une classification plus exhaustive des figures de style[28]. Cette classification comporte deux axes : un axe de transformation lui-même sous-divisé en « identique » et « non-identique », composé des différentes opérations possibles sur la phrase et les mots concernés par la figure ; un axe dit de niveau qui correspond au sujet grammatical (« graphique », « phonique » ou « morpho-syntaxique ») ou sémantique, sur lequel porte l’opération de transformation. Les opérations aboutissant à des figures de style jouant sur les trois premiers niveaux redéfinissent la « forme » des mots et des objets grammaticaux : graphèmes (la graphie des mots, les lettres), phonèmes (les sons) et morpho-syntaxe (constitution des mots et leurs combinaisons) ; les opérations portant sur la sémantique (le sens) jouent elles sur le contenu et regroupent plus largement les tropes qui rassemblent les figures qui transforment le sens propre d’un mot en un sens figuré.

Il existe aussi des classements plus originaux, souvent le fait d'un auteur. Richard Arcand par exemple, dans Les Figures de style. Allégorie, ellipse, hyperbole, métaphore… se distingue par sa prise de position originale dans le milieu littéraire. Il classe en effet les figures selon une double entrée : « des procédés aux figures » (classement qui part du mécanisme linguistique en œuvre et aboutit aux figures correspondantes) et des « effets aux figures »[29]. Il identifie ainsi systématiquement les effets de réception visés par les figures ; sa table d'orientation en guise d'annexe apporte une visibilité pédagogique remarquable à un discours qui devenait trop technique. Pour Marc Bonhomme, il existe un « degré d'ambiguïté » inhérent à toute figure de style[30]. Auteur des Figures clés du discours, il considère que la portée stylistique de la figure ne peut se comprendre sans référence à l'acte d'énonciation discursif.

Par niveaux syntaxiques et par effets illocutoires[modifier | modifier le code]

De façon générale, le discours est un ensemble de mots qui peut être étudié sous divers points de vue. Il se compose d’un ensemble de niveaux linguistiques décomposables dans l’absolu, entretenant des relations morpho-syntaxiques (les règles de grammaire) et sémantiques (contexte linguistique) : le mot, le groupe de mots (syntagme), la phrase (ou proposition), le texte. Si ce découpage fait débat, il reste le plus admis. Les figures peuvent être définies, dans leurs mécanismes et leurs effets, selon le ou les niveau(x) où elles évoluent. Ainsi, les figures du signifiant opèrent sur le mot, le phonème ou le morphème, au niveau minimal donc, c'est le cas de la paronomase, de l’épenthèse, l’aphérèse, la syncope. Les figures syntaxiques opèrent sur les groupes de mots et syntagmes, au niveau dit « phrastique » (de la phrase) ; c’est le cas de l’épanorthose, du parallélisme, de l’ellipse. Les figures sémantiques opèrent sur le sens intra-linguistique (présent dans le texte), dans des relations d’images ; c’est le cas de l’oxymore, de l’hypallage et de la métonymie. Les figures référentielles agissent elles sur le contexte extra-linguistique (hors le texte), dans des relations d’images également, souvent par décalage ; cas de l’ironie, de la litote. Ces quatre niveaux permettent, par croisement d’avec les deux axes précédents déterminant la nature des figures (présentes/absentes), d’obtenir un effet particulier, par un mécanisme particulier, signifiant un sens particulier : une figure de style.

La classification des figures de style peut aussi se faire selon le critère des effets qu'elles produisent chez l'interlocuteur. Il existe ainsi quatre classes[A 14] : l’attention (par un écart à la norme, la figure frappe l'interlocuteur, c'est le cas de l'inversion par exemple), l'imitation (imitation d'un contenu d'un texte par la forme qui lui est donné (c'est la notion d'harmonie imitative), par exemple dans l'allitération), la connotation[Étymologie 4] enrichit le sens par polysémie, comme dans le cas des tropes. Par ailleurs, la majeure partie des figures existantes induit ce type d'effet et enfin les catachrèses : certaines figures ne recherchent aucun effet, car l'écart à la norme sur lequel elles reposent est tout simplement accepté par l'usage. C'est le cas de certaines métonymies reconnues, et de métaphores devenues clichés comme l'expression devenue incontournable « Les ailes de l'avion » reposant à l'origine sur une métaphore. Les catachrèses enrichissent ainsi la langue, à partir d'un emploi qui était alors figure de style mais devenu normatif[L 4],[A 15].

Historique[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Rhétorique grecque[modifier | modifier le code]

Platon, par Raphaël
Platon par Raphaël.

Platon est le premier à évoquer les figures de style à travers ses dialogues, notamment le Gorgias et le Phèdre. Il s’intéresse à ce qui permet dans le discours de clarifier sa pensée (le λόγος, logos) afin d’exprimer au mieux l’idée à communiquer dans une approche herméneutique ou maïeutique[J 1]. Platon distingue deux arts rhétoriques, l’un sérieux l’autre sophistique ; la différence résidant dans le bon emploi des figures logiques et de l’effet recherché chez le récepteur (convaincre dans la véritable rhétorique, séduire dans le sophisme). Platon définit par-là le cadre des figures de style de construction (celles dites argumentatives) ; de plus son recours constant à des images et analogies comme l’allégorie de la caverne, les exemplifications également, en font esthétiquement parlant un modèle d’utilisation stylistique, au-delà d’un simple recours argumentatif de la rhétorikè teknikè (la technique rhétorique grecque).

C'est Aristophane de Byzance qui établit le premier un répertoire lexicographique contenant de nombreuses figures. Les grands orateurs mirent en œuvre la force suggestive et argumentative des figures, tels Démosthène, Lysias ou Isocrate.

Aristote, par Raphaël
Aristote par Raphaël.

Aristote est quant à lui le premier, dans sa Rhétorique, à étudier l’effet des figures de style sur les récepteurs[J 2], à travers les trois genres de persuasion sociale au moyen du langage, construit vers un effet soit logique, soit affectif. Son autre œuvre de renom, la Poétique qui a trait au genre théâtral et à la notion d’imitation (mimèsis en grec) continue la réflexion sur les effets illocutoires[Note 11]. Il définit par-là les conditions d’un « langage relevé d’assaisonnements » agissant soit sur le rythme, soit sur la mélodie ou le chant. Aristote perçoit par-là les figures de style majeures, celles que l’évidence relève car jouant sur la modulation des mots (rythme, mélodie et chant). Aristote va donc permettre à ses épigones — médiévaux notamment — de classer les figures de style au moyen de leurs effets recherchés.

Rhétorique latine[modifier | modifier le code]

Les orateurs romains définissent une nouvelle rhétorique afin de satisfaire aux conditions prescrites lors des prises de paroles publiques par le protocole latin[J 3]. Reprenant Aristote, les romains vont rendre davantage pratique la rhétorique.

Buste de Cicéron
Buste de Cicéron.

Cicéron, notamment dans son ouvrage fondateur De l’invention, divise un discours efficace en trois parties : narratio, confirmatio et peroratio. Chacune s’explique par la mise en œuvre de figures particulières liées à l’utilisation des arguments et des preuves. Deux niveaux d’effets sont envisagés : le pathos, πάθος en grec ancien, (jouer sur les sentiments de l’auditeur) et l’Ethos ἔθος (l’orateur se présente sous une certaine apparence). De là découle une gamme de capacités détenues par l’orateur pour animer son discours, parmi lesquelles : l’elocutio qui correspond au choix des mots et à la mobilisation des figures de style. Pour Cicéron, donc, celles-ci deviennent un instrument conscient utilisé par l’émetteur, dans le but de provoquer un effet chez le récepteur. D’autres ouvrages de l’orateur romain poursuivent la réflexion autour des catégories du discours : Brutus ou Dialogue des orateurs illustres, Des Orateurs parfaits et surtout Les Topiques[31] qui s’attachent aux arguments et à leur mise en forme ; de là découleront les figures dites « topiques », proches des images et des « topoi » (clichés, lieux communs…).

Dans la Rhétorique à Herennius, premier manuel de l'art de parler, l'auteur, anonyme, codifie la rhétorique et propose une méthode de constitution du discours, au moyen, notamment, de figures de rhétorique[32],[33].

« Tous les styles de discours, le style élevé, le moyen, le simple sont embellis par les figures de rhétorique dont nous parlerons plus loin. Disposées avec parcimonie, elles rehaussent le discours comme le feraient des couleurs. Placées en trop grand nombre, elles le surchargent[34] »

Il définit deux types de figures de style : les figures de mots et les figures de pensées que les romains nomment tropes (définition assez large évoquant le fait de « tourner » le mot d’une certaine façon, d’y imposer une image et une déformation donc). Il distingue une série de figures, qu’il nomme précisément, qui vont du portrait à la litote[35]. Certaines figures acquièrent le nom qu’elles garderont dans nos classifications modernes (hyperbole, personnification, comparaison…).

Quintilien dans son Institutions oratoires nourrit les réflexions médiévales et de la Renaissance. Il distingue les figurae sententiarum et les figurae verborum, soit : les « figures de pensée » et les « figures de mots », donnant au mot figure une assise rhétorique qui est la sienne aujourd'hui[I 3]. Sa figure dite de l’« Hexamètre mnémotechnique de Quintilien » permet de cadrer l’utilisation d’effets et la pertinence d’arguments. Il définit deux types de figures : dans une acceptation large d'abord, la figure est une forme particulière du discours, ce qui correspond à l’étymologie même de la figura et du trope. Deuxièmement, dans une acceptation étroite ou stricte elle permet à l’auteur de faire évoluer la poétique des figures de style. En effet pour Quintilien, une figure induit un écart par rapport à une norme du discours, une transformation non conventionnelle. Il jette par-là les bases du style et propose que la figure de style soit un point de vue réfléchi et esthétique adopté par l’émetteur, une valeur ajoutée de sens en d’autres mots[16]. Ces écarts linguistiques qu’il nomme les « barbarismes » sont générateurs d’effets :

« Quelques-uns ne considèrent pas comme solécismes ces trois vices de langage, et ils appellent l'addition, pléonasme ; le retranchement, ellipse ; l'inversion, anastrophe ; prétendant que, si ces figures sont des solécismes, on peut en dire autant de l'hyperbate[36] »

Il définit des niveaux de transformations conduisant à un surcroît de sens. Plus généralement, Quintilien passe en revue l’ensemble des figures connues à l’époque, héritées des grecs[J 4],[37]. Quintilien distingue le langage pur — les « mots propres », selon ses termes, — et les « mots métaphoriques », qui en sont une transformation :

« Les mots propres sont ceux qui conservent leur signification primitive ; les métaphoriques sont ceux qui reçoivent du lieu où ils sont placés un sens autre que celui qu'ils ont naturellement. Quant aux mots usités, ce sont ceux dont l'emploi est le plus sûr. Ce n'est pas sans quelque danger qu'on en crée de nouveaux ; car s'ils sont accueillis, ils ajoutent peu de mérite au discours ; et s'ils ne le sont pas, ils nous donnent même du ridicule[38] »

L’historien latin Tacite, dans son Dialogue des orateurs, forme des figures de style liées à la description afin d’animer ses portraits d’empereurs romains (il crée l’hypotypose notamment)[J 5]. Il crée en quelque sorte le genre narratif usant d’images et annonciateur des romans. Le Traité du Sublime, attribué au Pseudo-Longin est l’acte de naissance de la notion de style littéraire, perçu comme gratuit et esthétique mais nécessaire pour provoquer l’émotion. Longin aura une puissante influence sur le Classicisme, sur Nicolas Boileau notamment, qui le traduit en français et commente son apport dans Réflexions critiques sur Longin (1694-1710)[J 6]. Ce dernier définit le sublime comme l’essence de l’art littéraire et poétique, qui doit être élevé afin de se démarquer du langage oral vulgaire et populaire : « le sublime ravit, transporte, produit une certaine admiration mêlée d'étonnement et de surprise... Quand le sublime vient à éclater, il renverse tout comme la foudre »[39]. Longtemps le style vrai et conventionnel sera assimilé au « sublime » (Racine, Malherbe…) et les images participent de manière importante dans la constitution d’un beau style afin d’évoquer les idées nobles (notamment religieuses).

Moyen Âge et Renaissance[modifier | modifier le code]

Pléiade[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Pléiade (XVIe siècle).

La Renaissance est une période riche en traités rhétoriques. Peu à peu, les tropes et figures vont être l'objet d'une science naissante : la grammaire[40]. Les auteurs de la Pléiade usent de nouvelles figures de style comme la personnification ou l'anaphore comme dans ces strophes du poème tiré des Antiquités de Rome de Joachim Du Bellay :

Rome de Rome est le seul monument,
Et Rome Rome a vaincu seulement.
Le Tybre seul, qui vers la mer s’enfuit,

Reste de Rome. O mondaine inconstance !
Ce qui est ferme, est par le temps destruit,
Et ce qui fuit, au temps fait résistance

Les figures de sonorités purement poétiques comme l'assonance ou l'allitération, sont également très employées, suivant le principe d’enrichissement de la langue française, exalté par Joachim Du Bellay dans son traité Défense et illustration de la langue française (1549). À la même époque, en 1539, l’édit de Villers-Cotterêts impose l’utilisation de la langue française, langue nationale, pour tous les actes administratifs. La Pléiade préconise la formation d'une langue nationale, le français, dotée d'une souplesse et d'une richesse comparables à celles de la langue latine[41]. Dès lors les poètes autour de Du Bellay et de Pierre Ronsard ne cesseront d'enrichir la langue, parfois à l'excès, de néologismes et de nouvelles images, en rupture avec les clichés de l'époque. Bien plus, La Pléiade se fonde sur la notion d’inspiration, suivant les mots d'Horace, et prône l'« innutrition », expression de leur invention qui désigne le fait d'assimiler les mots et les images des Anciens et de les adapter à la langue du poète ; une imitation créatrice en définitive. Néanmoins c'est bien le renouveau que cherchent les poètes, suivant la consigne de l'auteur de la Défense :

Je choisirai cent mille nouveautés
Dont je peindrai vos plus grandes beautés
Sur la plus belle idée.

(Du Bellay, L’Olive (1553))

Par ailleurs Du Bellay, après en avoir fait la défense, veut « illustrer » la langue française. Celle-ci ne peut se produire que par l’ornementation, que Pierre Ronsard définit ainsi :

« Les ornant et enrichissant de Figures, Schèmes, Tropes, Métaphores, Phrases et périphrases eslongnées presque du tout, ou pour le moins séparées, de la prose triviale et vulgaire (car le style prosaïque est ennemy capital de l’éloquence poëtique), et les illustrant de comparaisons bien adaptées de descriptions florides, c’est-à-dire enrichies de passements, broderies, tapisseries et entrelacements de fleurs poëtiques, tant pour représenter la chose que pour l’ornement et splendeur des vers »

— Pierre Ronsard, Sonnets pour Hélène, II. 60-64

Il pointe là directement l'importance des figures de style dans le renouvellement de la langue et dans la force de l'expression, dans sa clarté aussi. Elles sont pour les auteurs de la Pléiade une source d'abondance, de copia. Du Bellay et Pierre Ronsard aiment à les comparer à un fleurissement ou à des « épiceries » : pour eux, les tropes relèvent la langue comme si le texte était un plat à déguster.

Ramus et le Collège de Presles[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Collège de Presles.

Pierre de La Ramée (dit Ramus) et ses disciples, Omer Talon et Antoine Fouquelin, fondent dès 1545 le groupe des grammairiens du Collège de Presles qui, jusqu'en 1562, publie des ouvrages d'étude rhétorique intitulés les Ciceronianus où ils proposent, entre autres, une typologie des tropes et des procédés d'éloquence[42]. Antoine Fouquelin notamment dans sa Rhétorique française[43] (1555) est l'un des premiers en France à se tourner non plus vers la valeur des figures mais vers la nature des mécanismes figuraux ; on peut dire qu'avec Fouquelin, la rhétorique se veut scientifique et classificatrice[44]. Il distingue les « figures de sentence », de la « réticence » et de la « correction ». On a déjà avec Fouquelin, une tentation scientifique de nommer et classer les figures et tropes par leur mécanisme linguistique. Pour Chaïm Perelman Ramus « enlève à la rhétorique d'Aristote ses deux parties essentielles, l'invention et la disposition, pour ne lui laisser que l'élocution »[45]. Ramus permet donc « une rhétorique des figures »[J 7].

Période classique[modifier | modifier le code]

Sublime[modifier | modifier le code]

La stricte codification des règles dramatiques et poétiques surtout, sous l’impulsion de théoriciens tels Nicolas Boileau ou François de Malherbe conduisent à une première classification des figures de style, dont le critère principal est qu’elles ne doivent pas obscurcir les idées de l’auteur mais au contraire exprimer avec davantage de clarté le message. Le registre doit toujours rester du domaine du sublime, fidèle aux prescriptions de Longin. Le père Bernard Lamy évoque, lui, lors du débat sur l'ordre naturel des mots et son rapport à la logique formelle, dans son ouvrage La Rhétorique ou l'art de parler[46], que les figures de style sont le langage particulier des passions. Finalement, la force de l'impression qu'elles exercent sur l'auditeur tient à leur capacité de subvertir l'ordre naturel des mots dans la phrase. C'est le cas pour Lamy de l'antithèse, de l'hyperbate, de la suspension, au détriment de l'exposition claire des idées. Plus tard Fénelon, suivant Lamy, annonce que la sécheresse de la prose française est due au fait que l'on respecte par trop l'ordre naturel des idées dans la proposition, et que l'on ostracise la figure de l'inversion, pourtant source de variété et d'éloquence ; le style provenant donc pour lui du non-respect de la linéarité du discours[J 8].

Figures de style et genres littéraires[modifier | modifier le code]

Parallèlement se développent les figures de style de pensée, avec Molière notamment, et plus largement celle de l’ironie. Le courant marginal de la Préciosité inonde la littérature de nouvelles figures tendant au jeu de mot gratuit et inutile, dont quelques-unes cependant demeureront dans la culture (hyperbole, euphémisme etc.). L'Astrée d'Honoré d'Urfé et Clélie, histoire romaine de Madeleine de Scudéry en sont les expressions du genre. L’antonomase est couramment employée par les moralistes comme La Bruyère, de même que les figures de l’animation et du portrait (ethopée, prosopopée principalement). Jean de La Fontaine excelle quant à lui à employer les figures de construction qui apportent de la souplesse à ses Fables (accumulation, gradation) et celles de pensée apportant de l’analogie et de l’image (apologue, gnomisme). Le développement du genre argumentatif, avec les genres du sermon et du pamphlet, conduit les auteurs à mettre au jour une gamme variée de figures opérant sur le niveau syntaxique (hypallage, prétérition). Le développement social du roman apporte finalement nombre de figures de contraste (oxymore, antithèse) et d’analogie, avec notamment Marguerite de Navarre et son Heptaméron, Charles Sorel et son Francion, Madame de La Fayette, enfin, avec La Princesse de Clèves, premier roman du genre.

XVIIIe et XIXe siècles[modifier | modifier le code]

À la période médiévale, succèdent de nombreux traités et manuels de rhétorique qui tentent de proposer une classification des ornements du discours. Bernard Lamy le premier dans La Rhétorique ou l’Art de parler (1675) expose que la force de l'impression que les figures exercent sur l'auditeur tient à leur capacité de subvertir l'ordre naturel des mots dans la phrase. César Chesneau Dumarsais (Traité des Tropes, 1730) détaille l’usage des tropes dans le discours, en appuyant des exemples. L'Écossais Hugh Blair (Rhétorique, 1783), Gabriel-Henri Gaillard(La Rhétorique des Demoiselles, 1807), Pierre Fontanier avec son Manuel classique pour l’étude des Tropes (1827), François De Caussade (Rhétorique et Genres littéraires, 1881) et Paul Prat (Éléments de Rhétorique et de Littérature, 1889) enfin publient des traités de rhétorique qui préparent les analyses modernes[47]. Deux auteurs en France sont particulièrement significatifs : Dumarsais et Fontanier.

César Chesneau Dumarsais[modifier | modifier le code]

César Chesneau Dumarsais dans son Traité des tropes (1730)[48], son œuvre principale, expose d’abord ce qui constitue le style figuré, et montre combien ce style est ordinaire, et dans les écrits et dans la conversation ; il détaille l’usage des tropes[J 9] dans le discours, en appuyant ses observations d’exemples[H 3]. Il appelle trope une espèce particulière de figure qui modifie la signification[J 3]. La figure est ainsi, au sens propre et conformément à son étymologie, la forme extérieure d'un corps. Il définit le « trope » (notion non encore différenciée de celle de figure de style) comme :

« des figures par lesquelles on fait prendre à un mot une signification qui n'est pas précisément la signification propre de ce mot[49]. »

Néanmoins, Dumarsais demeure sur l’aspect sémantique et n’entrevoit jamais, ou rarement, le mécanisme linguistique à l’œuvre dans la figure de style, et de ce fait il omet nombre de celles-ci. Son apport réside dans le fait qu'il ait montré l'universalité des figures ; n'importe quel type de production, écrite ou orale, a en effet recours à des figures de langage« Il n'y a rien de si naturel, de si ordinaire et de si commun que les figures dans le langage des hommes »[I 4]. Il popularise également l'idée que les pensées sont produites et façonnées par le langage[J 10].

Pierre Fontanier et Thomas De Quincey[modifier | modifier le code]

Pierre Fontanier, éditeur du célèbre Commentaire des tropes de Du Marsais, est le premier théoricien des figures de style, au travers de deux ouvrages de référence[I 5]. En 1821, il publie le Manuel classique pour l’étude des tropes, qui est adopté comme manuel dans l’enseignement public (pour la classe de rhétorique). Puis en 1827, dans Les Figures du discours, il s’attache le premier à en proposer une classification scientifique et y distingue sept classes[50]. Il réduit les tropes à trois figures exemplaires : la métonymie, la synecdoque et la métaphore ; mais son intérêt réside surtout dans le fait qu’il a su proposer des définitions précises pour les figures recensées (il regroupe ainsi 82 figures). Son système de classification est le premier à être systématique et fondé sur des opérations logiques comme la cause, la conséquence, le contenant, la possession[51] mais aussi sur le sentiment, sur l'effet que la figure fait naître chez le récepteur[H 4]. Fontanier a ainsi pu décrire une véritable théorie des tropes — sans être pour autant exhaustif dans leur énumération — qui a beaucoup contribué aux classifications modernes, notamment des structuralistes comme Gérard Genette[52],[J 11].

Thomas De Quincey, essayiste anglais, publie dans son Essai sur la rhétorique, le langage, le style (somme d’essais publiés de 1828 à 1851) une théorie moderne et référencée des figures du langage. Pour lui, le style est « l’incarnation de la pensée », et sa pensée tend alors nettement vers la philosophie phénoménologique naissante, à l’aulne de l’empirisme. Néanmoins, De Quincey ne propose pas à proprement parler de système de classification, mais il ouvre le monde des figures de style, par celles alors considérées des tropes, à l’étude des actes de pensée dont dérive le style :

« Il arrive parfois que les images ne soient ni le simple vêtement étranger d’une pensée, ni de nature à être détachées de la pensée, mais qu’elles soient le coefficient qui construit absolument la pensée, parce qu’il s’ajoute à quelque chose d’autre en donnant à cette pensée une existence tierce et distincte »

— Thomas De Quincey, Essai sur la rhétorique, le langage, le style

La figure est pour lui « un intellect en mouvement ». Nettement organiciste de l’art d’écrire, de Quincey considère les figures de style comme évoquant et donnant accès à la junctura (terme provenant d’Horace désignant le rapport entre les phrases) des auteurs, à leurs esprits particuliers, leurs visions du cosmos en somme. Déjà proche des structuralistes et de Paul Ricœur, il invente de nouveaux concepts pour des tropes qui préfigurent les recherches modernes, à partir du postulat que c’est leur arrangement et disposition dans la phrase qui conditionne leurs fonctions et motivent leurs effets rhétoriques. Ainsi il parle de « processus textile », donnant naissance à la métaphore du texte comme tissu architectonique.

Au XXe siècle[modifier | modifier le code]

Expérimentation : surréalisme et Oulipo[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Surréalisme et Oulipo.

À côté des auteurs et poètes qui se saisissent naturellement de la potentialité du langage à découvrir de nouvelles tournures de pensée ou de transformation linguistique, le XXe siècle voit apparaître différents courants spécialisés qui, à la confluence des nouvelles théories sociologiques, psychanalytiques et linguistiques vont réinterpréter le mécanisme de formation des figures, hors vision esthétique. De manière générale, tout au long du XXe siècle, « la rhétorique a été réduite à ce qu'elle a de plus linguistique, c'est-à-dire la théorie des figures », au mépris du discours en lui-même et de sa dimension relationnelle et sociale[53].

Le surréalisme est le mouvement poétique moderne fondateur d’une réinterprétation des figures de style. Basé sur l’axiome selon lequel la langue est à réinventer, les surréalistes vont employer systématiquement les analogies et tropes, coupés de toute référence sémantique conventionnelle. Les jeux sur les sonorités ou les graphies vont leur permettre de constituer de nouveaux genres de textes qui seront repris par le second mouvement novateur en la matière : l’Oulipo. Laboratoire d’expérimentation linguistique, les auteurs de l’Oulipo vont créer de toutes pièces une nouvelle gamme de figures sur la base du concept de la contrainte comme la méthode S plus n (à partir de la « méthode S + 7 » mise au point par Jean Lescure dès 1961), la littérature combinatoire — qui permit à Raymond Queneau d’écrire Cent Mille Milliards de Poèmes, — mais aussi des poèmes booléens basés sur la théorie des ensembles. Les auteurs oulipiens forment ainsi une classe nouvelle de figures graphiques (lipogramme, anagramme) ou morpho-syntaxique (palindrome), revisitant des techniques anciennes souvent ignorées par la littérature conventionnelle, aboutissant à générer de nouveaux types de textes voire de nouveaux genres[54]. Georges Perec a écrit Quel petit vélo à guidon chromé au fond de la cour ? qui propose de multiples usages de figures de style[55]. L'ouvrage collectif La Littérature potentielle propose également une liste de nouvelles figures et de contraintes oulipiennes qui dévoilent la plasticité des figures de style.

Redécouverte : Gérald Antoine et Henri Morier[modifier | modifier le code]

Le XXe siècle consacre la redécouverte des figures de style, ainsi que de la rhétorique. Pour Bernard Dupriez, cette redécouverte se fait en deux étapes. « En France, le premier pas vers un renouveau dans l'étude des figures de style remonte à 1959. M. Gérald Antoine[56], qui était alors professeur à la Sorbonne, proposa d'étudier les grands écrivains au point de vue de leurs procédés »[57].

Le second pas est la publication du Dictionnaire de poétique et de rhétorique d'Henri Morier, proposition de classement parmi les plus complètes[H 5]. Henri Morier, professeur d’histoire de la langue française à l'université de Genève, fondateur du Centre de Poétique, réalise en effet avec son dictionnaire un ouvrage majeur depuis Pierre Fontanier. Son ambition est de réinventer la rhétorique, dans une dimension davantage technique, éclairée par les découvertes et les avancées linguistiques modernes. Il exhume notamment des figures disparues et tente de définir chaque procédé[D 7].

Figures de style et linguistique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Linguistique.

Le linguiste Roman Jakobson, créateur des fonctions du langage et du schéma communicationnel, considère que les figures de style usent de la fonction poétique et référentielle de la langue. Il distingue également deux pôles : le « pôle métaphorique » et le « pôle métonymique », dominant toute la structure du langage et permettant respectivement d’opérer des sélections et des combinaisons. Cette double notion lui a permis d’aboutir aux axes du syntagme et du paradigme[K 4].

De la même manière, le philosophe Paul Ricœur dans La Métaphore vive (1975) analyse le processus de création cognitive aboutissant à la métaphore, qui représente le prototype de toutes les autres figures, la transformation originelle en somme. Ricœur est à l’origine d’une nouvelle conception, plus universelle, de la métaphore, davantage transdisciplinaire. Selon lui la métaphore témoigne d'un processus cognitif n’aboutissant pas qu’à un simple phénomène linguistique de transport de sens, mais lié notamment à l’imagination ou à la mémoire.

Le Groupe µ a fourni, dans les années 1970, une typologie raisonnée de toutes les figures rhétoriques, rassemblée dans l’ouvrage Rhétorique générale[58]. Le groupe de « l’école de Liège » est en effet composé des linguistes Jacques Dubois, Francis Édeline, Jean-Marie Klinkenberg, Philippe Minguet, F. Pire, Hadelin Trinon et vise une approche transdisciplinaire ; ils sont ainsi les premiers à théoriser les figures de style comme des procédés traduisibles dans tous les Arts, avec la notion de « sémiotique visuelle ». Pour ces auteurs, les figures de style sont des « métaboles », notions génériques permettant de regrouper sous une même nature toutes les figures existantes ; le terme désignant « toute espèce de changement soit dans les mots, soit dans les phrases ». Leur typologie est fondée sur la base de quatre opérations fondamentales : suppression, adjonction, suppression-adjonction, permutation. Ils ont forgé de nouveaux concepts pour regrouper les figures, déterminant les quatre types d’opérations linguistiques possibles : le métaplasme (modification phonétique ou morphologique d’un mot qui altère son intégrité par addition, suppression, substitution ou permutation), le métataxe (modification syntaxique d’un énoncé qui altère son intégrité par addition, suppression, substitution ou permutation) et le métalogisme (modification sémantique d’un énoncé qui altère sa cohérence interne ou sa valeur référentielle par addition, suppression, ou substitution).

Le group Mu en 1970
Le Groupe Mu en 1970.

Structuralisme[modifier | modifier le code]

Article détaillé : structuralisme.

Le structuralisme, avec Roland Barthes, conduit à formaliser une poétique (réflexion construite sur la création littéraire) centrée sur le contexte. Des figures de style créées par néologisme apparaissent, perçues comme des articulations du discours mettant en œuvre, dans un cadre énonciatif, la subjectivité de l’auteur. Gérard Genette travaille dans ses Figures (3 volumes) à étudier l’assemblage de procédés stylistiques en grands ensembles textuels aboutissant à isoler des grandes tendances de genres[59]. L’apport de Barthes réside principalement dans une classification retenant comme critère unique une double transformation. Il distingue deux grandes familles de figures : les métaboles (substitution d’un signifiant à un autre comme les jeux de mots, métaphores et métonymies) et les parataxes (modifications des rapports existant entre les signes comme les anaphores, ellipses et anacoluthes). Barthes réalise une définition linguistique de la figure de style : « La figure de rhétorique étant définie comme une opération qui, partant d’une proposition simple, modifie certains éléments de cette proposition »[60]. Cette vision de la figure de style est donc largement mécaniste et structuraliste, la transformation se faisant selon deux dimensions : la nature de la relation (jouant sur le contenu, le signifié) et la nature de l’opération (jouant sur la forme, sur le signifiant). De là, Barthes décrit deux plans nécessaires à l’effet de style : les opérations rhétoriques englobant les figures de diction et les figures de construction provenant de l’ancienne rhétorique, mais mettant en œuvre quatre transformations fondamentales qui sont : l’adjonction, la suppression, la substitution et l’échange et les relations : d’identité, de différence, de similarité et d’opposition. Ce plan se fonde, au niveau le plus élémentaire, sur la notion de sème et sera repris par Algirdas Julien Greimas (Sémantique structurale, 1966) ou Jean Cohen (Structure du langage poétique, 1966)[K 6]. La portée de l’apport de Barthes et des structuralistes en général réside dans leur volonté de réduire les faits de langue à des mécanismes primordiaux, en lien avec les théories sexuelles de Sigmund Freud. La nature des relations notamment (identité/différence) s’entend par exemple pour Barthes au niveau du complexe d’Œdipe et explique l’effet sur le récepteur. Néanmoins on peut reprocher en ce sens le relativisme de Barthes, le psychologisme de sa vision d’un phénomène qui appartient finalement au domaine esthétique et à l’acte créatif. On remarquera que Jacques Lacan s'inscrit également dans une perspective structuraliste, notamment par le fait qu'il reprend le concept de signifiant à la linguistique structurale de Ferdinand de Saussure.

Recherches modernes[modifier | modifier le code]

Les recherches modernes sont marquées par une grande diversité des approches, et par un souci de classification opératoire des figures. Catherine Fromilhague les nomme les « néo-rhétoriques »[I 6].

Chaïm Perelman et Lucie Olbrechts-Tyteca (1958), dans leur Traité d'argumentation rappellent la valeur argumentative de la figure, conformément à la théorie d'Aristote ; la figure devient une composante fondamentale (et non plus un « ornement » facultatif) de l'acte d'énonciation, intégrant même une portée transphrastique (au-delà de la phrase). Ils posent par ailleurs que toute figure de rhétorique est un condensé d'argument : par exemple, la métaphore condense l'analogie.

Le groupe d'étude roumain, constitué de P. Servien et S. Marcus, la Bulgare Julia Kristeva également, interrogent la notion d'écart, préparant les travaux du groupe µ[K 7]. Gui Bonsiepe (Visual/verbal Rhetoric, 1965) propose lui une division des figures en « syntactiques » et « sémantiques »[61].

Olivier Reboul s'essaye lui à une Introduction à la rhétorique (1991), ouvrage universitaire majeur. Il y cherche, après avoir exposé plusieurs siècles de rhétorique et de codification du discours, à réconcilier l'argumentation héritée d'Aristote — qui cherche à persuader, — et celle des figures de style, qui forme le style[62]. Reboul propose de revoir la définition des figures de rhétorique seules (ce qui n'inclut pas toutes les figures). Il définit celles-ci comme « Un procédé de style permettant de s'exprimer d'une façon à la fois libre et codifiée » ; rejetant la notion d'écart comme constitutive de la figure[K 7], il précise « libre » car le locuteur n'est pas tenu d'y recourir pour communiquer et « codifiée » car chaque figure constitue une « structure connue, repérable, transmissible », et toujours liée au pathos.

Georges Molinié, dans son Dictionnaire de rhétorique (1992), élabore une méthodologie semblable à celle d'Henri Morier. Il est à l'origine de la distinction des figures entre celles étant microstructurales (comme dans « Ce matin, dans le métro, un mammouth était assis à côté de moi ») et celles étant macrostructurales (« Cette fille est vraiment très belle » par exemple)[K 8].

Michel Meyer dans Histoire de la rhétorique des Grecs à nos jours (1999) porte une réflexion philosophique et historique sur les figures de style, dans le cadre de l’argumentation, fondement de la rhétorique.

Figures de style et sciences humaines[modifier | modifier le code]

En neurologie[modifier | modifier le code]

Titien (allégorie du temps)
Titien : allégorie du temps.

Pour la neurophysiologie, après les recherches de Paul Broca (aire de Broca) et celles de Carl Wernicke (aire de Wernicke) sur les aphasies, l’usage des tropes révèle l’intensité du trouble langagier. Broca identifie une série de symptômes purement langagiers traduits en figures de style comme la logorrhée, le jargon ou le stéréotype (répétition) qui renseignent sur les mécanismes de compréhension sémantique. Le linguiste Roman Jakobson reprend dans les années 1950 les travaux de Broca et développe par-là la théorie de deux axes (paradigmatique/syntagmatique) dans une perspective pragmatique[63]. Jakobson fonde par-là les premiers fondements d’un pont jeté entre la sémiotique d’une part et la neurologie d’autre part[64]. D'autres recherches explorent la relation des figures de style avec la perception, notamment dans la synesthésie[65].

La neurologie moderne, grâce à l’imagerie par résonance magnétique et aux expériences de simulation, montre que l’image est propre au mental. Ainsi, un courant dit de la sémantique cognitive s'attache à montrer comment notre organisation conceptuelle repose sur des processus essentiellement métaphoriques[I 4]. La métaphore et la métonymie[G 3] sont précisément au cœur de ces recherches[66]. Jean-Luc Nespoulous, chercheur au Laboratoire Jacques-Lordat, Institut des Sciences du Cerveau de Toulouse, montre que l'absence de métaphore nuit à la compréhension d'un énoncé complexe[67]. Bottini (1994[68]) de son côté évoque le rôle important que jouerait l'hémisphère droit dans l’appréciation de la métaphore : le traitement de la figure impliquerait des ressources cognitives additionnelles. Des expériences sur le temps de lecture, plus long pour les énoncés métaphoriques que pour les énoncés littéraux (de Janus & Bever en 1985) et sur l'influence cognitive du contexte, qui permet de mieux comprendre, et plus rapidement, le sens métaphorique (par Keysar et Gluksberg en 1990[69]) témoignent de l'actualité des recherches sur l'origine et la localisation cérébrale de la métaphore. Les recherches aboutissent à la conclusion que le traitement global est moins spécialisé que prévu, et que la métaphore naît de la coopération des deux hémisphères.

En psychologie et psycholinguistique[modifier | modifier le code]

Article connexe : psycholinguistique.

La psychologie clinique également a toujours pris en considération l’importance des tropes et de leurs modalités (débit, rythme, sonorités, kinésie…) dans la compréhension des phénomènes psychopathologiques comme l’hystérie et surtout la schizophrénie. Eugen Bleuler notamment, qui a étudié la schizophrénie, distingue les étiologies par un ensemble de troubles et symptômes langagiers[70]. Le schizophrène, en effet, use de tropes spécifiques telle l’analogie ou le néologisme, qui renseignent son rapport au sens, l'antiphrase et l'énantiosémie[71]. Des linguistes comme Olivier Reboul émettent l’hypothèse que l’emploi de figures de style relève du jeu et du plaisir, proche d’une régression de l’artiste vers un état antérieur, voire enfantin[72]. La psychanalyse y a ainsi recours pour accéder à l'univers mental du patient. La psycho-sociolinguistique prouve, par son intégrité épistémologique même, l’importance pour la science de fusionner linguistique (modalités d’utilisation des tropes) et psychosociologie (modalités communicationnelles)[73]. Le groupe renseigne dès lors sur l’usage des tropes et des distorsions qui en sont la fondation linguistique. Les figures populaires s’expliquent dès lors par des moyens économiques de communiquer, ainsi que par des solutions préservant les communautés ou réseaux sociaux.

L'analyse pragma-énonciative des figures étudie les mécanismes énonciatifs dans la production des figures. Karim Chibout propose une typologie de plusieurs figures de style impliquant des liens sémantiques complexes entre unités linguistiques mises en jeu et exigeant la mobilisation de ressources mentales diverses[74]. Pour Catherine Détrie, dans une perspective praxématique, la figure appartient aux processus d'« appropriation linguistique de l'univers sensible » et elle rend compte des phénomènes de « construction interactive du sens »[75] qui a lieu au sein des représentations cognitives. Marc Bonhomme a lui montré que la figure de style appartient à la fois à un processus de paradigmatisation et à un processus d'exemplarisation mettant en jeu des mécanismes de prégnance psycho-linguistiques. Finalement, une figure de style s'apparente comme un compromis de singularité (il s'agit d'une production individuelle et originale) et de régularité logico-syntaxique[76].

En psychologie clinique, un certain nombre d'écoles de thérapie mentale préconisent de raconter des histoires, en relation métaphorique avec la difficulté du patient, comme l'école de Milton Erickson, qui y a recours dans sa méthode de l'hypnose. Joyce C. Mills et Richard J. Crowley en exploitent les ressources thérapeutiques, dans Métaphores thérapeutiques pour enfants[77].

En psychanalyse[modifier | modifier le code]

Avec le psychanalyste Jacques Lacan apparaît la notion d'une relation étroite entre la rhétorique et l'inconscient : « Qu’on reprenne donc l’œuvre de Freud à la Traumdeutung pour s’y rappeler que le rêve a la structure d’une phrase, ou plutôt, à nous en tenir à sa lettre, d’un rébus, c’est-à-dire d’une écriture, dont le rêve de l’enfant représenterait l’idéographie primordiale. [...] C’est à la version du texte que l’important commence, l’important dont Freud nous dit qu’il est donné dans l’élaboration du rêve, c’est-à-dire dans sa rhétorique »[78]. « La métaphore est constitutive de l'inconscient », énonce-t-il par ailleurs. Jacques Lacan a ainsi ouvert la voie de l'exploration métaphorique en psychanalyse, notamment dans La Métaphore du sujet (1960). Pour Lacan, « l'inconscient est structuré comme un langage », et le désir a deux façons d'être exprimé : par la métaphore ou par la métonymie et qu'il nomme « lois du langage » de l’inconscient. Il postule en effet que l'inconscient, qui présente la même structure que le langage, peut également être défini par un axe syntagmatique et un axe paradigmatique, dans une image schématique similaire à celle que Roman Jakobson édifia pour la langue. En ce sens, Lacan reprend-il Ferdinand de Saussure pour donner une fonction psychique au concept de signifiant. Dans cet ordre d'idée, les figures, selon Irène Tamba[79], « mettent en jeu les pulsions primordiales qui commandent le fonctionnement régulier de l'imaginaire humain »[I 7].

Domaines des figures de style[modifier | modifier le code]

Musique[modifier | modifier le code]

La musique de la période romantique utilise fréquemment la digression. C'est le cas de Chopin ou de Liszt par exemple[80]. Des figures, comme l'épanadiplose par exemple, ou l'anaphore, sont à la base des comptines :

« Alouette, gentille alouette ! Alouette je te plumerai[81]... »

Les arts musicaux, tels que le rap ou le slam, utilisent les figures de style, en particulier la paronomase et l'analogie). Selon le romancier et essayiste Thomas Ravier, le rappeur Booba est même l'inventeur d'une figure de style : la métagore[82].

Publicité[modifier | modifier le code]

Article détaillé : slogan publicitaire.

La publicité a recours de manière massive aux figures et aux tropes comme, parmi les principales, l'hyperbole dite publicitaire, l'allégorie ou la métaphore, en particulier pour imager le message transmis au consommateur[83]. La rhétorique publicitaire appartient, selon Roland Barthes, à un domaine plus vaste : celui de la rhétorique visuelle, fixe (affiches) comme animée (clips publicitaires). Barthes fonde dans les années 1960, sous l’impulsion du structuralisme, la « rhétorique de l’image »[84], et y transfère les outils d’analyse du texte. Il montre que, comme dans un énoncé écrit, il y a en jeu dans l’image publicitaire deux niveaux de lecture, typiques du champ stylistique : la connotation et la dénotation. Par conséquent, avant d’avoir une fonction iconique, la publicité a une fonction avant tout symbolique, saisissable dans un univers linguistique[84]. Barthes montre que certaines figures de style sont à la base du langage publicitaire, et parmi elles surtout l’asyndète et la métonymie : « Il est en effet probable que parmi les métaboles (ou figures de substitution d’un signifiant à un autre, c’est la métonymie qui fournit à l’image le plus grand nombre de ses connotateurs ; et parmi les parataxes (ou figures du syntagme), c’est l’asyndète qui domine »[84]. Barthes applique en effet les axes paradigmatique et syntagmatique à l’étude de l’image.

Dans la lignée de Barthes, Jacques Durand montre que les effets recherchés font appel aux mêmes représentations et aux mêmes processus cognitifs qu’en littérature. Dans Les Formes de la communication (1981), il montre que la publicité est une « nouvelle rhétorique », sa continuité historique et sociale[85]. Durand, reprenant les études sémiotiques, élabore un tableau de classement identifiant les principales figures de style constitutives du pouvoir de persuasion de la publicité[86]. Il recense quatre mécanismes primordiaux : identité, similarité, opposition et différence, qu’il expose dans son article paru dans la revue Communications[60].

Enfin, en pédagogie, pour plus de proximité culturelle avec l’élève, le matériel publicitaire permet une approche didactique pertinente à l’école qui conjugue lecture critique de l’image et apprentissage des grands processus de transformation de la langue, par le biais des figures de style, deux axes constitutifs des référentiels pédagogiques[87].

Dans le cinéma et la peinture[modifier | modifier le code]

Le cinéma également transpose sur le plan visuel des mécanismes discursifs hérités des figures de style et notamment la métonymie, comme c'est souvent le cas des gros plans sur un objet. Patrick Bacry prend comme exemple une scène du film Lancelot du Lac de Robert Bresson. Le metteur en scène ne montre du combat des chevaliers que les sabots des chevaux qui galopent ainsi que quelques écus brisant l'assaut de lances[A 16]. L’oxymore ou encore la digression sont également utilisés pour les mêmes raisons que dans le roman[88]. L'ellipse, la digression ou l'hypotypose sont aussi couramment utilisées[D 8]. Le Groupe µ a notamment permis la compréhension des opérations cognitives à l’origine des figures de style comme étant des objets mentaux traduisibles dans le registre de l’image en mouvement. Ils élaborent alors une la sémiotique visuelle, dont le Traité du signe visuel. Pour une rhétorique de l’image est l’ouvrage fondateur[89].

Les autres arts visuels utilisent des figures davantage tropiques, comme la métaphore dans le mouvement surréaliste (les tableaux de René Magritte sont parmi les plus explicites). L’allégorie est sans conteste la figure la plus utilisée en peinture, comme dans La Liberté guidant le peuple d'Eugène Delacroix mais la peinture connaît aussi le symbole et l'antithèse[D 8]. Nombres d’œuvres représentent de véritables scènes vivantes dans lesquelles le peintre cherche à animer la scène (hypotypose), des analogies (comparaison) comme les tableaux d'Arcimboldo ou l'oxymore (dans la technique du clair-obscur par exemple). La bande-dessinée utilise par ailleurs l'expressivité des figures de style, comme celle de l'onomatopée, pour illustrer les actions.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La stylistique se définit comme la « discipline qui a pour objet le style, qui étudie les procédés littéraires, les modes de composition utilisés par tel auteur dans ses œuvres ou les traits expressifs propres à une langue »[11]
  2. Le solécisme est une faute de grammaire caractérisé par le fait qu'elle ne respecte pas les propriétés de l'axe syntagmatique (ordre des mots).
  3. Le niveau discursif concerne, dans un texte, le sens intraphrastique, donné par la lecture immédiate de l'ordre des mots, et s'appuyant sur une thématique. Il s'oppose au niveau référentiel, dont le sens ne peut être compris qu'en se référant au hors-texte.
  4. Telles : prolepse, anacoluthe, parenthèse, imitation, asyndète, hypallage, énallage, ellipse, zeugme, apposition, épithète d'ornement, amphibologie.
  5. Telles : personnification, allégorie, prosopopée.
  6. Telles : métonymie, synecdoque, antonomase, périphrase, euphémisme, pléonasme, hendiadys et syllepse parmi les plus importantes.
  7. Telles : inversion, chiasme, parallélisme, hyperbate, palindrome.
  8. Divisées en trois catégories : celles affectant l'ordre des mots et la construction (répétition, gradation, antithèse, oxymore), celles affectant le sens (antanaclase, calembour, néologisme, polyptote, figura etymologica, kakemphaton) et celles affectant les sonorités (assonance, allitération, harmonie imitative, onomatopée, paronomase, homéotéleute, contrepèterie).
  9. Telles : litote, antiphrase, astéisme, hyperbole, tautologie, lapalissade, lieu commun, cliché, amphigouri.
  10. Telles : prétérition, réticence, suspension, digression, épiphonème, épiphrase, correction, palinodie, hypotypose, citation, paraphrase, parodie.
  11. La « force illocutoire » regroupe les effets de style que l’auteur cherche à créer chez son auditeur ou lecteur.

Étymologies[modifier | modifier le code]

Définitions lexicographiques et étymologiques de « Trope » du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales

  1. Le substantif latin figura signifie « dessin d’un objet », par extension sa « forme ».
  2. Le mot grec « schèmata » désigne en réalité les gestes, la manière d'être, la forme et la position d'une personne explique Anne Surgers[9]
  3. Le substantif « trope » provient du grec trepô, verbe signifiant « tourner », par extension « ce qui change de sens ».
  4. Le substantif « connotation » désigne les « notations accompagnatrices » d'un mot.

Références[modifier | modifier le code]

Ouvrages utilisés[modifier | modifier le code]

  • Patrick Bacry, Les Figures de style et autres procédés stylistiques, Paris, Belin, coll. « Collection Sujets »,‎ 1992, 335 p. (ISBN 2-7011-1393-8)
  1. p. 267.
  2. p. 3.
  3. p. 21.
  4. p. 19-20.
  5. p. 8.
  6. p. 51.
  7. p. 47-48.
  8. p. 49 et 57.
  9. p. 262.
  10. p. 265-266.
  11. a et b p. 10-11.
  12. p. 9-10.
  13. Sommaire, p. 332-335.
  14. p. 24.
  15. p. 26.
  16. p. 98.
  • Georges Molinié et Michèle Aquien, Dictionnaire de rhétorique et de poétique, Paris, LGF - Livre de Poche, coll. « Encyclopédies d'aujourd'hui »,‎ 1996, 350 p. (ISBN 22531-3017-6)
  1. Entrée « Figure », p. 176.
  2. Entrée « Figure », p. 177.
  3. Entrée « Niveau », p. 266.
  • Henri Suhamy, Les Figures de style, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Que sais-je ? » (no 1889),‎ 2004 (ISBN 2-13-044604-3)
  1. p. 70.
  2. a et b p. 6.
  3. La clause de style désigne les formules de politesse que 'on place en fin des lettres, p. 5-6.
  4. Henri Suhamy cite la célèbre phrase de Dumarsais : « il se fait plus de figures en un seul jour de marché à la halle, qu'il ne s'en fait en plusieurs jours d'assemblées académiques », p. 17.
  5. p. 11.
  6. p. 5.
  7. p. 17-18.
  8. a et b p. 19.
  • Van Gorp, Dirk Delabastita, Georges Legros, Rainier Grutman, et alii, Dictionnaire des termes littéraires, Hendrik, Honoré Champion,‎ 2005, 533 p. (ISBN 978-2745313256)
  1. a et b Entrée « Figure », p. .203-205.
  2. Entrée « Métonymie », p. 304.
  3. Entrée « Solécisme », p. 450.
  4. « (...) le concept de style peut renvoyer à une combinaison d'aspects linguistiques aussi divers que le choix des mots, l'emploi de figures de rhétorique, la structure des phrases, le ton et l'affect », in entrée « Style », p. 457.
  5. p. 457.
  1. p. 6.
  2. p. 9.
  3. p. 293.
  • Étienne Karabétian, Histoire des stylistiques, Paris, Armand Colin,‎ 2000 (ISBN 2-200-25023-1)
  1. p. 19, § « L'apparition de la notion d'écart et l'émergence des valeurs affectives ».
  2. Pour une présentation rapide du mot, apparu en français en 1872, voir l'introduction, p. 6 à 13.
  3. Avec Dumarsais s'amorce également le passage d'une conception de la figure comme écart à celle d'un ornement, p. 19.
  4. p. 24.
  5. p. 128-135.
  • Catherine Fromilhague, Les Figures de style, Paris, Armand Colin, coll. « 128 Lettres »,‎ 2007 (ISBN 978-2-2003-5236-3)
  1. p. 14.
  2. p. 16.
  3. p. 10.
  4. a et b p. 13.
  5. p.  11.
  6. p. 11-12.
  7. I. Tamba, Le Sens figuré, PUF,‎ 1981, p. 192, cité p. 13.
  1. p. 27.
  2. p. 37.
  3. a et b p. 212.
  4. p. 69-71.
  5. p. 101-102.
  6. p. 171.
  7. p. 135-142.
  8. p. 189.
  9. p. 211.
  10. p. 212-213.
  11. p. 238.
  1. Même si le concept a été attribué à Paul Valéry, c'est Pierre Fontanier le premier qui l'a expliqué, p. 11.
  2. p. 13-14.
  3. p. 7.
  4. a et b p. 15.
  5. p. 18-19.
  6. p. 13.
  7. a et b p. 14.
  8. p. 15-16.
  1. « Il y a figure, dans un énoncé, quand, pour le récepteur, l'effet de sens produit ne se réduit pas à celui qui est normalement engagé par le simple arrangement lexico-syntaxique de cet énoncé », p. 113.
  2. p. 113-114.
  3. p. 148.
  4. p. 150-152.

Autres sources utilisées[modifier | modifier le code]

  1. « Définition du Gaffiot », sur DicFro,‎ 1934 (consulté le 7 avril 2010).
  2. Georges-Louis Leclerc de Buffon, Discours sur le style, prononcé à l'Académie française,‎ 25 août 1753 (lire en ligne).
  3. Paul Valéry, Variété V, Nrf, Gallimard, 1944, p. 290.
  4. Jean Jacques Robrieux, Éléments de rhétorique et d'argumentation, Dunod,‎ 1993 (ISBN 2-10001480-3), p. 122.
  5. Michel Pougeoise, Dictionnaire de rhétorique, Armand Colin,‎ 2001 (ISBN 9782200252397), p. 132.
  6. Rhétorique à Herennius, I, 3.
  7. Aron Kibédi-varga, Rhétorique et littérature, Klincksieck,‎ 2002 (ISBN 978-2252034057), p. 16 : l'élocution « recouvre à peu près ce que nous entendons aujourd'hui par stylistique ».
  8. Rhétorique à Herennius, IV, 17.
  9. Anne Surgers, Et que dit ce silence ? La rhétorique du visible, Presses Sorbonne Nouvelle,‎ 2007 (ISBN 9782878543896), p. 41.
  10. Quintilien, II, 13, 11.
  11. « définition du Trésor Informatisé de la Langue Française », sur CNRTL (consulté le 7 avril 2010).
  12. George Lakoff et Mark Johnson (1986).
  13. Roland Barthes (1972).
  14. « Entrée « Figure de style » », sur Lettres.org (consulté le 23 septembre 2008).
  15. Josée Larochelle et Edwin Rossbach, « Histoire de la littérature française - Les figures de style », sur la-litterature.com (consulté le 23 septembre 2008).
  16. a et b Laurent Jenny, « Méthodes et problèmes - Les figures de rhétorique », sur unige.ch,‎ 2003 (consulté le 23 septembre 2008).
  17. Michèle Tillard, « Tableau récapitulatif des figures de style » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur Page personnelle de M. Tillard. Consulté le 23 septembre 2008.
  18. « Les figures de style et de rhétorique » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur REJ-Poésie. Consulté le 30 janvier 2009.
  19. « Figures micro et macro structurales in Glossaire des figures de rhétorique », sur Espace Français (consulté le 30 janvier 2009).
  20. « La métaphore, la métonymie ou la synecdoque, pour ne considérer ici que les trois autres tropes majeurs, n’ont jamais constitué le noyau d’un débat comparable à celui qui depuis l’époque antique entoure l’ironie et dont les polémiques actuelles ne sont que les manifestations les plus récentes », in Pierre Schoentjes, « Ironie et nostalgie. Hégémonie de l'ironie ? », sur Fabula, Université de Gand,‎ 2008 (consulté le 30 janvier 2009).
  21. Roman Jakobson, Chapitre « Deux aspects du langage et deux types d’aphasie », p. 60.
  22. « Les axes linguistiques : explication », sur CNRS-LIMSI (consulté le 30 janvier 2009).
  23. [PDF] « Les figures de style : les figures de base étudiées dans les collèges et lycées », sur Ebook en herbe (consulté le 30 janvier 2009).
  24. Pour les fiches détaillées et thématiques concernant l'enseignement de la stylistique : « Lexique littéraire, genres, chronologies, rhétorique, figures de style », sur Le Point du FLE (consulté le 30 janvier 2009).
  25. Oulipo, Oulipo, la littérature potentielle,‎ 1973, La Cimaise et la Fraction, réécriture de la fable La Cigale et la Fourmi de Jean de La Fontaine suivant la méthode S+7.
  26. L'Encyclopédie, Article « Trope ».
  27. Il s'agit « Erreur de perspective qui s’est prolongée des origines de la science des figures jusqu’à nos jours et qui est peut être en partie responsable de l’éclipse subie par la rhétorique depuis près de deux siècles », in Jean Cohen, « Théorie de la figure », Communications, Seuil, no 16,‎ 1994, Théorie de la figure, p. 24.
  28. « Tropes et figures par fonction », sur hku.hk (consulté le 23 septembre 2008).
  29. Richard Arcan, Index, p. 188-189.
  30. [PDF] Marc Bonhomme, « De l'ambiguïté figurale », sur Annales littéraires de l'université de Franche-Comté, Presses Universitaires de Franche-Comté,‎ 2002 (consulté le 30 janvier 2009).
  31. « Les topiques de Cicéron, adressées à C. Trébatius » (consulté le 24 septembre 2008).
  32. Henri Bornecque (traducteur), « Les techniques de la rhétorique - Rhétorique à Herennius »,‎ 1932 (consulté le 24 septembre 2008).
  33. Cicéron recommande ainsi « l'élégance, l'agencement des mots, la beauté », in Rhétorique à Herennius, IV, 17.
  34. Quintilien, livre IV, 16.
  35. Carine Duteil-Mougel, « Introduction à la rhétorique - Figures de pensée (Rhétorique à Hérennius) », sur Texto,‎ septembre 2005 (consulté le 24 septembre 2008).
  36. Quintilien, chapitre V, « Des qualités et des vices du discours », §40.
  37. Quintilien, « Quintilien, Institutions oratoires », sur Université Catholique de Louvain, Collection Nisard,‎ 1842 (consulté le 24 septembre 2008), p. 1 à 48.
  38. Quintilien, chapitre V, « Des qualités et des vices du discours », §71.
  39. Vianella Guyot, Académie de Grenoble « Tacite, sous le masque de l'histoire, la rhétorique » (consulté le 24 septembre 2008).
  40. Kees Meerhoff, « Rhétorique et poétique au XVIe siècle en France », sur books.google.fr,‎ 1986 (consulté le 7 avril 2010).
  41. Bernolle Marie-Anne, « La Pléiade et le renouvellement de la poésie », sur Académie de Versailles (consulté le 7 avril 2010).
  42. [PDF] Etelka Szabo, La Théorie et la taxonomie des tropes dans les ouvrages rhétoriques du Collège de Presle, Kar,‎ 2007 (lire en ligne).
  43. Antoine Fouquelin, « La Rhétorique Françoise », sur UQAR,‎ 1555 (consulté le 30 janvier 2009).
  44. Arnaud Bernardet, « La rhétorique en procès : entre historicité et transcendance », sur hatt.nom.fr (consulté le 7 avril 2010).
  45. Chaïm Perelman et Lucie Olbrechts-Tyteca, Traité de l'argumentation. La nouvelle rhétorique, Paris, Éditions de l'Université de Bruxelles, coll. « UB lire Fondamentaux »,‎ 2008 (ISBN 978-2-8004-1398-3), p. 20.
  46. Bernard Lamy (1675).
  47. Maria Cornelia Bârliba, « Les figures rhétoriques – critères pour une typologie », Noesis - Travaux du comité roumain d'histoire et de philosophie des sciences,‎ 2005, p. 59 (lire en ligne).
  48. César Chesneau Dumarsais (1816).
  49. César Chesneau Dumarsais, p. 18.
  50. Maria Cornelia Bârliba, « Les figures rhétoriques – critères pour une typologie », Noesis - Travaux du comité roumain d'histoire et de philosophie des sciences,‎ 2005, p. 4 et 5 (lire en ligne).
  51. Gérard Genette dans l'introduction à : Pierre Fontanier, Les Figures du discours, Flammarion,‎ 1996, p. 6.
  52. « Le souci fondamental de Fontanier, qui s'était déjà exprimé avec force dans sa critique de Dumarsais, c'est en effet de définir ce concept le plus rigoureusement possible, dans son extension et sa compréhension, et de dresser un inventaire scrupuleusement fidèle, dans le détail de ses exclusions et de ses annexions, à la lettre et à l'esprit de la définition » explique Gérard Genette, dans l'introduction à : Pierre Fontanier, Les Figures du discours, Flammarion,‎ 1996, p. 9.
  53. Joëlle Gardes-Tamine, La Rhétorique, Armand Colin, coll. « Cursus »,‎ 1996 (ISBN 2-200-01461-9), p. 11.
  54. « Définition du palindrome », sur Oulipo.net (consulté le 7 avril 2010).
  55. Georges Perec (1982).
  56. Gérald Antoine, « La stylistique française. Sa définition, ses buts, ses méthodes », Revue de l'enseignement supérieur, no 1,‎ 1959.
  57. Dupriez ajoute que Gérald Antoine fait l'étude stylistique des répétitions chez Paul Claudel et de la coordination chez André Gide, in « Les figures de style », Études françaises, vol. 3, no 4,‎ 1967, p. 414.
  58. Maria Cornelia Bârliba, « Les figures rhétoriques – critères pour une typologie », Noesis - Travaux du comité roumain d'histoire et de philosophie de sciences,‎ 2005, p. 6 et 7 (lire en ligne).
  59. Gérard Genette (1966).
  60. a et b Jacques Durand, « Rhétorique et image publicitaire », Communications (consulté le 11 avril 2010).
  61. (en) Gui Bonsiepe, « Visual/verbal Rhetoric », Semantic analysis, Ulm, no 2,‎ 1965.
  62. Aline Mura-Brunel, Karl Cogard, Université de Pau et des pays de l'Adour, Centre de poétiques et d'histoire littéraire, « Limites du langage », p. 9 (consulté le 7 avril 2010).
  63. (en) Roman Jakobson, The Metaphoric and Metonymic Poles, coll. « Fundamentals of Languageéditeur=Mouton & Co »,‎ 1956.
  64. Roman Jakobson, Langage enfantin et aphasie, éditions de Minuit,‎ 1969 (ISBN 978-2707302410).
  65. Vilayanur S. Ramachandran et Edward Hubbard, « La synesthésie ou la confusion des sens », Cerveau et psycho, no 14,‎ mars-avril 2006, p. 72-77.
  66. [PDF] Véronique Rey, « Cerveau et métaphore » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur cerveaupointcomm.net. Consulté le 23 septembre 2008.
  67. (en) G. Le Dorze, J.-L. Nespoulous, « Anomia in moderate aphasia : Problems in accessing the lexical representation », Brain and Language, no 37,‎ 1985, p. 381-400.
  68. (en) G. Bottini, R. Corcoran, R. Sterzi, E. Paulesu, P. Schenone, P. Scarpa, R. S. Frackowiak & C. D. Frith, « The role of the right hemisphere in the interpretation of figurative aspects of language. A positron emission tomography activation study », Brain, vol. 117, no 6,‎ 1994, p. 1241-1253.
  69. (en) Gluksberg et Keysar, « Understanding metaphorical comparisons : beyond similarity », Psychological Review, vol. 97, no 1,‎ 1990.
  70. Fabrice Leroy et Daniel Beaune, « Langage et schizophrénie : intention, contexte et pseudo-concepts », Bulletin de psychologie, t. 58, no 479,‎ 2005, p. 567-577.
  71. Josette Larue-Tondeur, Ambivalence et énantiosémie, Thèse de doctorat, Université de Nanterre - Paris X,‎ 2009 ((PDF) lire en ligne).
  72. Olivier Reboul, Introduction à la rhétorique, PUF, coll. « Premier cycle »,‎ 1991, p. 125.
  73. Jean Caron, Précis de psycholinguistique, PUF, coll. « Quadrige »,‎ 2008 (ISBN 978-2-13-056499-7), p. 6.
  74. Karim Chibout, La Polysémie lexicale : observations linguistiques, modélisation informatique, études ergonomique et psycholinguistique, Thèse de Doctorat, Paris-Sud/LIMSI, Orsay,‎ 1999.
  75. Catherine Détrie, « Sens figuré et figuration du monde », Cahiers de praxématique, no 35,‎ 2000, p. 3.
  76. Marc Bonhomme, Pragmatique des figures du discours, Champion,‎ 2005, p. 35-38 et 70.
  77. Joyce C. Mills et Richard J. Crowley, Métaphores thérapeutiques pour enfants, Desclée de Brouwer, coll. « Re-Connaissances »,‎ 1995 (ISBN 2220037207).
  78. Lacan continue : « (...) Ellipse et pléonasme, hyperbate ou syllepse, régression, répétition, anaphore, apposition, tels sont les « déplacements » syntaxiques, métaphore, catachrèse, antonomase, allégorie, métonymie et synecdoque, les « condensations » sémantiques, où Freud nous apprend à lire les intentions ostentatoires ou démonstratives, dissimulatrices ou persuasives, rétorsives ou séductrices, dont le sujet module son discours onirique », in L’instance de la lettre dans l’inconscient ou la raison depuis Freud, Seuil, coll. « Le champ freudien »,‎ 1966.
  79. Irène Tamba (1981).
  80. Françoise Escal, La musique et le romantisme, Editions L'Harmattan, coll. « Univers musical »,‎ 2005 (ISBN 9782747579360), p. 211-212.
  81. Anne Quesemand, 2005, p. 50.
  82. Stéphanie Molinero, Les publics du rap : enquête sociologique, L'Harmattan,‎ 2009, p. 85.
  83. Marc Bonhomme (1997).
  84. a, b et c [PDF] Roland Barthes, « Rhétorique de l’image », sur oasisfle.com,‎ 1964 (consulté le 11 avril 2010).
  85. Jacques Durand (1981).
  86. Stéphanie Dansereau, « La rhétorique visuelle : l’art de la parole feinte » (consulté le 7 avril 2010).
  87. [PDF] Rûta Elþbieta Katalynaitë, « La publicité en tant que matériel pédagogique dans l’enseignement du français » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur leidykla.vu.lt. Consulté le 11 avril 2010.
  88. Jacques Gerstenkorn (1995).
  89. Goupe µ (1992).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie des figures de style[modifier | modifier le code]

  • Quintilien (trad. Jean Cousin), De L’institution oratoire, t. I, Paris, Les Belles Lettres, coll. « Budé Série Latine »,‎ 1989, 392 p. (ISBN 2-2510-1202-8).
  • Antoine Fouquelin, La Rhétorique françoise, Paris, A. Wechel,‎ 1557.
  • César Chesneau Dumarsais, Des tropes ou Des différents sens dans lesquels on peut prendre un même mot dans une même langue, Impr. de Delalain,‎ 1816, 362 p.
    Nouvelle édition augmentée de la Construction oratoire, par l’abbé Batteux. Disponible en ligne.
  • Pierre Fontanier, Les Figures du discours, Paris, Flammarion,‎ 1977 (ISBN 2-0808-1015-4, lire en ligne).
  • Patrick Bacry, Les Figures de style et autres procédés stylistiques, Paris, Belin, coll. « Collection Sujets »,‎ 1992, 335 p. (ISBN 2-7011-1393-8).
  • Bernard Dupriez, Gradus,les procédés littéraires, Paris, 10/18, coll. « Domaine français »,‎ 2003, 540 p. (ISBN 2-2640-3709-1).
  • Catherine Fromilhague, Les Figures de style, Paris, Armand Colin, coll. « 128 Lettres »,‎ 2010 (1re éd. Nathan, 1995), 128 p. (ISBN 978-2-2003-5236-3).
  • Georges Molinié et Michèle Aquien, Dictionnaire de rhétorique et de poétique, Paris, LGF - Livre de Poche, coll. « Encyclopédies d’aujourd’hui »,‎ 1996, 350 p. (ISBN 2-2531-3017-6).
  • Henri Morier, Dictionnaire de poétique et de rhétorique, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Grands Dictionnaires »,‎ 1998 (ISBN 2-1304-9310-6).
  • Michel Pougeoise, Dictionnaire de rhétorique, Paris, Armand Colin,‎ 2001, 16 cm × 24 cm, 228 p. (ISBN 978-2-2002-5239-7).
  • Olivier Reboul, Introduction à la rhétorique, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Premier cycle »,‎ 1991, 15 cm × 22 cm, 256 p. (ISBN 2-1304-3917-9).
  • Hendrik Van Gorp, Dirk Delabastita, Georges Legros, Rainier Grutman et al., Dictionnaire des termes littéraires, Paris, Honoré Champion,‎ 2005, 533 p. (ISBN 978-2-7453-1325-6).
  • Groupe µ, Rhétorique générale, Paris, Larousse, coll. « Langue et langage »,‎ 1970.
  • Nicole Ricalens-Pourchot, Dictionnaire des figures de style, Paris, Armand Colin,‎ 2003, 218 p. (ISBN 2-200-26457-7).
  • Michel Jarrety (dir.), Lexique des termes littéraires, Paris, Le Livre de poche,‎ 2010, 475 p. (ISBN 978-2-253-06745-0).

Traités et ouvrages historiques[modifier | modifier le code]

Généralités sur les figures de style[modifier | modifier le code]

  • Patrick Bacry, Les Figures de style : et autres procédés stylistiques, Paris, Armand Colin, coll. « Collection Sujets »,‎ 1992 (ISBN 2-7011-1393-8)
  • Richard Arcand, Les Figures de style. Allégorie, ellipse, hyperbole, métaphore..., Québec, Les Éditions de l'Homme,‎ 2004 (ISBN 2-7619-1935-1)
  • Ricalens-Pourchot, Dictionnaire des figures de style, Armand Colin,‎ 2003 (ISBN 978-2200264574)
  • Henry Ricalens, Lexique des figures de style, Armand Colin,‎ 2010 (ISBN 978-2200249366)
  • Irène Tamba, Le Sens figuré, Presses Universitaires de France, coll. « Linguistique nouvelle »,‎ 1981 (ISBN 978-2130369042)
  • Roland Barthes, Le Degré zéro de l'écriture, Seuil,‎ 1972 (ISBN 978-2020006101)
  • Anne Quesemand (ill. Laurent Berman), Elles sont tropes ! : Figures et tournures de la langue française, Paris, Éditions Alternatives,‎ 2005 (ISBN 2-86227-464-X) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article

Ouvrages spécialisés[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Recensement et classement des figures de style[modifier | modifier le code]

Glossaires et lexiques des figures de style[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « article de qualité » depuis sa version du 25 mai 2010 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.