Soukhoï Su-7

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Soukhoï Su-7
{{#if:
Image illustrative de l'article Soukhoï Su-7

Constructeur Drapeau : URSS Soukhoï
Rôle Chasseur-bombardier
Statut Retiré du service
Premier vol 7 septembre 1955
Mise en service 1962
Nombre construits 1 847
Équipage
1 pilote
Motorisation
Moteur Lyulka AL-7F-1
Nombre 1
Type Turboréacteur avec postcombustion
Poussée unitaire 94 kN
Dimensions
Szuhoj Szu-7.svg
Envergure 9 31 m
Longueur 16 60 m
Hauteur 4 99 m
Surface alaire 34 m2
Masses
À vide 8 000 kg
Carburant 3 000 kg
Avec armement 12 750 kg
Maximale 13 950 kg
Performances
Vitesse maximale 2 120 km/h
Plafond 18 500 m
Vitesse ascensionnelle 11 076 m/min
Rayon d'action 1 875 km
Armement
Interne 2 canons de 30mm avec 80 coups chacun
Externe 2 000 kg de bombes, roquettes, missiles, réservoirs, etc.

Le Soukhoï Su-7 (code OTAN Fitter A) est un chasseur-bombardier à ailes en flèches conçu par l'URSS pendant les années 1950. Il a été construit à plus de 1 800 exemplaires utilisés par une dizaine de pays différents.

Le Su-7 est très proche du Soukhoï Su-9 qui dispose lui d'une aile delta. À la fin des années 1960, le Su-7 a été amélioré pour donner naissance au Soukhoï Su-17 à géométrie variable.

Conception[modifier | modifier le code]

Le Soukhoï Su-7 est issu de la même demande que celle qui a abouti au MIG-21. Emise en août 1953, cette demande concernait un avion de chasse supersonique avec soit une aile en flèche soit une aile delta. Le bureau d'étude de Soukhoï proposa deux projets de chaque type :

  • les T-1 et T-3 à aile delta, qui aboutirent au Soukhoï Su-9
  • les S-1 et S-3 à ailes en flèches
Un Su-7 (à gauche) et un MIG-21 (à droite)

C'est le S-1 qui fut retenu et donna naissance au Su-7. Il avait une aile avec une flèche de 60°, une entrée d'air frontale avec un cône ajustable, et devait recevoir le nouveau réacteur AL-7F d'environ 10 tonnes de poussée.

Un premier prototype fit son vol inaugural le 7 septembre 1955, avec une version provisoire sans postcombustion du réacteur. En janvier 1956, une première série d'essais était terminée et le réacteur AL-7F définitif installé. Mis en compétition avec le futur MIG-21, le Su-7 était en avance dans son développement et décrocha une première commande, après avoir montré sa capacité à atteindre la vitesse de 2 070 km/h. Les avions de présérie furent testés de septembre 1956 à fin 1958. Le réacteur AL-7F s'avérait peu fiable, en conséquence il fut décidé d'installer une version améliorée AL-7F-1 sur les avions de série. Après quelques autres modifications, les livraisons aux unités opérationnelles commencèrent durant l'été 1959.

Entre temps, l'armée de l'air soviétique avait émis une nouvelle demande pour un avion d'attaque au sol, et Soukhoï avait proposé une version modifiée du Su-7. Les principaux changements étaient un renforcement de la structure de l'avion et du train d'atterrissage. Un prototype désigné C22-1 fit son premier vol en mars 1959 avec un réacteur AL-7F, et fin avril avec un réacteur AL-7F-1. Après une série d'essais, la production en série fut lancée et les premiers exemplaires livrés durant l'été 1960. L'avion fut déclaré opérationnel en janvier 1962.

Ces premiers Su-7 avait une autonomie très limité, et Soukhoï travaillait pour résoudre ce problème. Un prototype S22 apparut en 1961, avec des réservoirs de carburants dans les ailes et des pylônes d'emport modifiés pour permettre d'installer des réservoirs externes. Un peu plus tard, des modifications supplémentaires furent faites pour emporter plus de carburant dans le fuselage et améliorer l'avionique. Désignée Su-7BM, cette nouvelle version entra en service en 1963 et fut la première à être exportée (Pologne et Tchécoslovaquie). Elle fut suivie en 1967 par le Su-7BMK destinée à l'export, avec une avionique dégradée, dont sept pays se portèrent acquéreurs.

Le système de skis du Su-7BKL

Soukhoï s'attaqua ensuite à l'autre défaut du Su-7 : la longueur importante de piste dont il avait besoin (2 400 mètres pour un décollage à pleine charge). Un système de soufflage des volets fut testé, mais n'apporta pas d'amélioration suffisante. La solution finalement retenue fut l'ajout d'une fusée à poudre pour améliorer l'accélération lors du décollage, et l'installation de deux parachutes pour le freinage. En parallèle, des essais furent réalisés avec un train d'atterrissage équipé d'une sorte de skis, permettant l'utilisation de terrains non préparés. Ceci abouti à la version Su-7BKL, mise en production à partir de 1965.

Le premier vol d'une version biplace destinée à l'entraînement eu lieu le 25 octobre 1965, et la production en série commença dès le mois de mai suivant. Désignée Su-7U (code OTAN "Moujik"), cette version fut également déclinée en version d'export.

Variantes[modifier | modifier le code]

  • Su-7 Fitter A : première version de série (20 exemplaires)
  • Su-7B : version destinée à l'attaque au sol (431 exemplaires)
  • Su-7BM : version avec capacité en carburant augmentée (290 exemplaires)
  • Su-7BMK : version destinée à l'export (441 exemplaires)
  • Su-7BKL : version capable d'utiliser des terrains non préparés (267 exemplaires)
  • Su-7U Moujik : version biplace pour l'entraînement (367 exemplaires)
  • Su-7UMK : version biplace destinée à l'export (44 exemplaires)

Utilisateurs[modifier | modifier le code]

Utilisateurs du Su-7

Engagements[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Ordre de désignation

Su-7 - Su-9/Su-11 - Su-15 - Su-17/Su-20/Su-22 - Su-24 - Su-25 - Su-27 et dérivés

Articles connexes

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. combat armed force paf voyage at pafcombat.com