Ferrari 365 Daytona

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Daytona.
Ferrari 365 GTB/4 Daytona
Ferrari 365 Daytona
Ferrari 365 GTB/4 Daytona

Marque Drapeau : Italie Ferrari
Années de production 19681973
Production 1 406[1] exemplaires
Classe Sportive de prestige
Usine(s) d’assemblage Maranello, Italie
Moteur et transmission
Énergie Essence
Moteur(s) V12 Colombo 60°
Position du moteur Longitudinal avant
Cylindrée 4 390 cm3
Puissance maximale 352 ch (259 kW)
Couple maximal 431 nm à 5500 trm Nm
Transmission Propulsion
Boîte de vitesses Manuelle 5 vitesses
Poids et performances
Poids à vide 1 500 kg
Vitesse maximale 281 km/h
Accélération 0 à 100 km/h en 5,7[2] s
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) Coupé
Cabriolet
Châssis Châssis tubulaire en acier
Suspensions indépendante à double triangulation avec ressorts hélicoïdaux et amortisseurs
Freins 2 disques ventilés avant et arrière
Dimensions
Longueur 4 425 mm
Largeur 1 760 mm
Hauteur 1 245 mm
Empattement 2 400 mm
Voies  AV/AR 1 440 mm  / 1 453 mm
Chronologie des modèles
Précédent Ferrari 275 Ferrari Berlinetta Boxer-Ferrari 550 Suivant
Le V12 de la Ferrari 365 "Daytona"

La Ferrari 365 Daytona est une voiture sportive de grand tourisme du constructeur automobile italien Ferrari. Elle fut produite en série et commercialisée entre 1968 et 1973. On en distingue deux versions, le coupé baptisé 365 GTB/4 et le cabriolet spider baptisé 365 GTS/4.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

La 365 GTB/4 a été surnommée Daytona, en souvenir de la victoire des prototypes Ferrari 330 P4 aux 24 heures de Daytona aux États-Unis en 1967 avec les pilotes Lorenzo Bandini et Chris Amon et opposant Ferrari à Ford. Cette dénomination n'a cependant aucun caractère officiel.

Historique[modifier | modifier le code]

En 1966, Ferruccio Lamborghini sort sa légendaire Lamborghini Miura, GT à moteur V12 central-arrière transversal qui révolutionne le monde des GT, dépassant la 275 GTB de Ferrari[3]. Le succès de ce modèle pique au vif Enzo Ferrari qui décide de répliquer par sa nouvelle 365 GTB/4 Daytona à moteur V12 avant, un des chefs-d’œuvre de la marque dessiné par Gian-Battista Pinin Farina.

Elle est dévoilée au Mondial de l'automobile de Paris 1968. Succédant à la 275 GTB/4, la Daytona est, comme sa devancière, une voiture de conception classique, c'est-à-dire une berlinette à moteur avant, conformément à la vision qu'a Enzo Ferrari d'une automobile de sport. Ce manque d'audace lui sera reproché à sa sortie. Sa carrosserie est conçue avec un arrière très court et un capot très long, ce qui en faisait une voiture très moderne pour l'époque[3].

Environ 500 exemplaires dit « plexi » : ses quatre feux avant profilés sous un carénage renouvelaient magnifiquement le principe des phares carénés des GTB et GTO, tandis que la seconde version, à feux basculants fut produite à environ 800 exemplaires pour pouvoir être exporté sur le marché américain[3].

Le modèle sera remplacé par la 365 GT4 BB à moteur en position centrale arrière. Ainsi, il faudra attendre la sortie en 1996 de la 550 Maranello pour retrouver l'architecture classique de berlinette 2 places à V12 à l'avant chère au Commendatore.

Ce dernier fait, auxquels s'ajoutent la rareté de ce modèle, son palmarès en course et l'intérêt que suscite encore aujourd'hui sa ligne sont à l'origine d'une côte soutenue : actuellement, elle se négocie fréquemment à des prix entre 200 000 euros et 250 000 euros.

Moteur[modifier | modifier le code]

Le moteur est un V12 de 4,4 litres à quatre arbres à cames en tête et carter sec mais à deux soupapes par cylindre, simple allumage et chambre de combustion hémisphériques. Le tout est alimenté par 6 carburateurs Weber double corps de 40 mm. L'architecture de transmission est de type transaxle, la boîte de vitesse est donc positionnée sur le pont arrière, ceci afin de garantir une bonne répartition des masses entre les trains avant et arrière. Le réservoir fait 98 L.

Carrosserie[modifier | modifier le code]

Pininfarina a réussi un design particulièrement racé, très évocateur de puissance et de virilité. La voiture reprend la silhouette de la 275 GTB/4 avec plus de force et de sensualité et une surface vitrée en sensible progrès. Cambrée sur ses assisses arrière à l'image d'un fauve, la Daytona jouit d'un style félin mariant habilement agressivité et souplesse des formes. Précédant un capot s'étirant à l'infini, la proue est ceinturée d'un bandeau en perspex, qui accueille quatre phares apparents et domine une bouche fendue par deux demi-phare. Quant aux flancs, ils sont judicieusement allégés par un sillon courant le long de la caisse. L'artifice sera repris sur la 365 GT4 2 + 2. La voiture arbore de nouvelles roues en étoile à cinq branches, clin d'œil à la formule 1. Celles-ci sont chaussées de pneumatiques Michelin, une première qui marque le début d'une longue collaboration entre Maranello et la marque française. Pour le marché américain, le bandeau en perspex sera remplacé par des phares amovibles.

Versions[modifier | modifier le code]

Il existe deux versions de la Ferrari 365 Daytona : une version coupé et une version cabriolet dit Spider. Leurs nombres respectifs exact est de 1 284 pour la version Coupé et 122 pour la version Cabriolet, soit un total de 1 406 voitures.

Variantes[modifier | modifier le code]

  • Berlinette GTB/4
  • Spider GTS/4

Concurrentes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. 365 GTB4, sur ferrari.com
  2. [1]
  3. a, b et c FERRARI 365 GTB/4 Daytona verte.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]