Musée lorrain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Musée lorrain est le musée historique de la région Lorraine, l'un des trois grands musées de la ville de Nancy, avec le Musée des Beaux-Arts et le Musée de l'École de Nancy. Avec près de 60 000 visiteurs annuels, il a pour vocation de faire découvrir l'histoire de ce territoire, de la Préhistoire jusqu'au XIXe siècle, et de faire revivre le passé ducal de cette région, devenue française en 1766.

Musée lorrain
Image illustrative de l'article Musée lorrain
Informations géographiques
Pays Drapeau de la France France
Ville Nancy
Adresse 64 Grande Rue - 54000 Nancy
Coordonnées 48° 41′ 49″ N 6° 10′ 49″ E / 48.69694, 6.1802848° 41′ 49″ Nord 6° 10′ 49″ Est / 48.69694, 6.18028  
Informations générales
Date d’inauguration 1848
Collections Collections archéologiques, peintures, sculptures, tapisseries, mobilier, arts graphiques, faïences, arts et traditions populaires...
Protection Logo monument historique Classé MH (liste des monuments historiques de 1840, Palais des Ducs de Lorraine)
Informations visiteurs
Nb. de visiteurs/an 57650 (moyenne 2006-2012)
Site web Site officiel

À l'origine de la création du Musée lorrain, la Société d'archéologie lorraine, aujourd'hui Société d'histoire de la Lorraine et du Musée Lorrain, créée en 1848. Établi depuis plus de 160 ans dans l'ancien palais des ducs de Lorraine, en plein cœur de la Ville Vieille, à Nancy, le Musée lorrain présente sur une surface d'exposition de plus de 8000m² des collections variées :

Le Musée lorrain s'articule aujourd'hui en deux sites historiques voisins :

Historique des bâtiments[modifier | modifier le code]

Palais ducal[modifier | modifier le code]

L'ensemble ducal est aujourd'hui fort mutilé, malgré d'imposants vestiges[1]. Un château médiéval rebâti au XIVe siècle s'élevait déjà sur l'emplacement de l'actuel palais, dont nous ne savons que peu de choses, si ce n'est ce que la campagne de fouilles effectuée en 2001 dans la cour du Musée lorrain en a révélé. Ce château ne fut pas épargné durant les guerres de Bourgogne et souffrit particulièrement durant les sièges que Charles le Téméraire imposa à la cité ducale. De retour victorieux en ses états, le duc de Lorraine René II ne put même y loger, nous dit la Chronique de Lorraine, "parce que [la cour] estoit toute désolée, en plusieurs lieux on avait pris le bois pour chauffer ceux qui en la garnison estoient"[1] ; mais c'est seulement à la fin de son règne que René II décide de reconstruire complètement le château, entreprise largement poursuivie par son fils, le duc Antoine, et ses successeurs.

La partie méridionale du palais, toujours visible aujourd'hui en bordure de la Grande Rue, fut donc bâtie sous le règne d'Antoine, dans un style qui conjugue les dernières influences du gothique international et les prémisses de la Renaissance en Lorraine. Dans le cadre du projet de rénovation du Musée lorrain, toitures et façades ont ainsi été restaurées entre 2005 et 2012[2].

L'entrée principale se faisait par la Porterie, construite en 1511 - 1512 et très inspirée de celle de Blois, puisque le duc Antoine avait passé ses jeunes années à la cour de Louis XII. C'est au sculpteur Mansuy Gauvin, imagier habituel de la maison de Lorraine[3], que nous devons la statue équestre du duc Antoine qui orne le monument. L'original, comme le blason des ducs, fut cependant détruit à la Révolution française pour être remplacé en 1851 par une reconstitution du sculpteur Giorné Viard, dont le nom est toujours visible sur le socle. Le ou les auteurs des sculptures "très marquées d'italianisme"[3] (trophées d'armes, feuillages stylisées, rinceaux, coquilles, etc) qui décorent le reste du monument nous sont inconnus mais les motifs témoignent de la position de carrefour culturel qu'occupait la Lorraine de la Renaissance en Europe. À gauche de la Porterie, la petite porte Masco, du nom d'un ours du duc Léopold, qui y montait la garde au début du XVIIIe siècle[4]. Désormais, l'entrée principale du Musée lorrain se trouve un peu plus haut dans la rue.

Vestibule, ancienne entrée du Palais ducal, Musée lorrain.

Ces deux portes, ouvertes lors des grands événements de la vie culturelle locale (Journées européennes du Patrimoine…) conduisent à l'ancien vestibule du palais, couvert de quatre voûtes, dont les clefs sont décorées de médaillons contenant les profils des ducs René II et Antoine, avec titres et devise. Le sol, pavé de croix de Lorraine est postérieur (XIXe siècle).

Côté cour, la façade intérieure du palais repose sur des arcades, voûtées d'ogive, dont le décor fait écho à celui de la Porterie (coquilles, putti, feuillages, masques, palmettes, animaux…). La galerie conduit à une tour carrée, autre vestige Renaissance, appelée Tour de l'Horloge, surmontée d'une flèche aiguë récemment restaurée et qui abrite un large escalier à vis menant notamment à la grande Galerie des Cerfs du premier étage, dont on aperçoit depuis le jardin les fenêtres à croisées de pierre. Cette galerie de 400m² est aujourd'hui la plus vaste du Musée lorrain et accueille régulièrement les expositions temporaires. Son décor, aujourd'hui disparu, lui a donné son nom ; achevés en 1524 par Hugues de la Faye, "vingt-trois panneaux surmontés d'autant de médaillons"[5] mettaient en parallèle la vie d'un cerf et la vie du Christ. Nous restent cependant des dessins de l'artiste, concervés au Musée de l'Ermitage à Saint-Pétersbourg.

Vue cavalière du Palais ducal de Nancy, XVIIe siècle, Claude Deruet, Musée lorrain.

La partie septentrionale des bâtiments était quant à elle occupée au XIXe siècle par une gendarmerie où un incendie accidentel se déclara le 17 juillet 1871, gagnant ensuite la partie Renaissance où s'était installée la Société d'archéologie lorraine quelque deux décennies plus tôt, particulièrement éprouvée et restaurée par Boeswillwald entre 1872 et 1875. Cet événement explique notamment les quelques différences de style qu'on peut noter côté rue sur la partie nord du Palais ducal, reconstruite quant à elle en 1873 par l'architecte Prosper Morey. Côté jardin, l'architecte préserva la façade néo-classique que l'on doit au duc Léopold ; une école primaire supérieure investit ces locaux jusqu'en 1935, avant que le Musée lorrain ne s'y étende en 1937.

Le Musée lorrain possède l'original d'une vue cavalière du Palais Ducal et de ses dépendances que le peintre lorrain Claude Déruet, grava au milieu du XVIIe siècle ; on peut y observer l'étendu du palais au temps de sa splendeur, la qualité des jardins et parterres et l'ampleur des modifications et destructions opérées par le duc Léopold, dans son projet d'édifier en lieu et place de l'ancien palais Renaissance, un "nouveau Louvre". Ce projet ne fut jamais réalisé, Léopold quitta Nancy pour Lunéville, et c'est en cet état mutilé que le Palais ducal nous est parvenu aujourd'hui.

Au nord-est, le jardin est bordé par une série de bâtiments modernes, abritant la salle de conférence, l'atelier pédagogique et les collections archéologiques du Musée lorrain. Le projet de rénovation de ce dernier prévoit cependant de les remplacer par une nouvelle aile entièrement vitrée, conçue par l'agence Dubois & Associés, qui a remporté le concours international d'architecture lancé pour l'occasion[6].

Église des Cordeliers[modifier | modifier le code]

De l'autre côté de la petite rue Jacquot, au nord du Palais ducal, l'ensemble conventuel des Cordeliers forme la seconde partie du Musée lorrain. Souhaitant célébrer sa victoire sur Charles le Téméraire à la Bataille de Nancy en 1477, René II fait venir en la capitale ducale une branche réformée des Franciscains, issue de l'Observance, les Cordeliers, qu'il affectionne particulièrement. Les terrains sont achetés en 1485 - 1486 ; l'église est très rapidement construite et sera consacrée en 1487. Appartenant à la paroisse Saint-Epvre de Nancy, elle est toujours consacrée, ce qui constitue une particularité notable au sein d'un musée européen.

L'église ne témoigne aujourd'hui que peu de sa splendeur passée, ayant particulièrement souffert à la Révolution française. L'ornementation polychrome avait été particulièrement soignée, contrebalançant la simplicité de la forme architecturale articulée autour d'une nef unique. Bien qu'il s'agisse d'un document de propagande politique destinée à glorifier la maison de Lorraine, l'exceptionnelle série de gravures de la pompe funèbre du duc Charles III en donne un aperçu fameux[7].

L'église abrite une série de tombeaux, dont deux seulement sont d'origine : celui, en enfeu, de René II, bâtisseur de l'ensemble conventuel, et celui du cardinal de Vaudémont. Au milieu de la nef et dans les chapelles latérales, plusieurs tombeaux ornés de gisants, tous transférés d'établissements religieux locaux, souvent supprimés[8]. On y retrouve des membres des maisons de Lorraine et de Vaudémont, ainsi que de hauts fonctionnaires de la cour. Il était de coutume pour les aristocrates locaux de se faire enterrer au plus près du pouvoir ducal et divin[9]. Le célèbre graveur Jacques Callot fut ainsi inhumé avec son père et son grand-père dans le cloître du couvent[10]. Une stèle actuellement exposée au Musée lorrain en témoigne.

À gauche du chœur, la chapelle ducale, dite "chapelle ronde", voulue par le duc Charles III comme lieu de sépulture unique pour la famille de Lorraine. Les travaux débutèrent en 1608 et se poursuivirent en pointillé au XVIIe et XVIIIe siècle. Récemment restaurée[11], la chapelle ronde dévoile une élégante coupole qui n'est pas sans rappeler la Sagrestia Vecchia, la chapelle des Médicis en l'église San Lorenzo de Florence, ou la Rotonde des Valois à Saint-Denis[12].

Coupole de la chapelle ducale, Musée lorrain

Au seuil de la chapelle, une plaque de bois scelle l'entrée la crypte abritant les tombeaux des Ducs de Lorraine. L'accès y est interdit au public, car la crypte demeure propriété privée de la famille de Habsbourg-Lorraine, dont les membres s'y rendent régulièrement. Ainsi chaque troisième dimanche du mois d'octobre, une messe est dite en l'église des Cordeliers à la mémoire des Ducs de Lorraine, souvent en présence de membres de la famille. À l'entrée de la chapelle, une plaque de marbre rappelle le passage d'illustres visiteurs en ces murs : Marie-Antoinette d'Autriche, fille du dernier duc de Lorraine François III ou encore son frère, l'empereurJoseph II ; au XIXe siècle, les empereurs François II etFrançois-Joseph, les souverains de France Charles X, Louis-Philippe ainsi que l'impératrice Eugénie vinrent s'y recueillir[13].

La chapelle, symbole du pouvoir monarchique en Lorraine, fut saccagée à la Révolution française, et les dépouilles ducales jetées dans une fosse commune du cimetière de Boudonville[14] ou cimetière des III Maisons, non loin de là[13]. Elle fut restaurée sous Louis XVIII, à la demande de la famille de Habsbourg-Lorraine ; les corps des Ducs de Lorraine réintégrèrent alors leurs tombeaux lors d'une ultime pompe funèbre. Jusqu'à la Première guerre mondiale, la maison d'Autriche entretint un aumônier attaché à l'église[13].

En 1937, la nouvelle mouture du Musée lorrain reçu la garde des lieux, à la suite d'un accord entre la ville, le service des monuments historiques et l'évêque de Nancy.

En 1951, l'archiduc Otto de Habsbourg choisit l'église des Cordeliers pour célébrer son mariage avec la princesse Régina de Saxe-Meiningen.

Collections[modifier | modifier le code]

Palais ducal[modifier | modifier le code]

Le Palais ducal regroupe les collections d'histoire de l'art, de l'Antiquité au XIXe siècle. Le circuit de visite peut suivre un cheminement chronologique :

Église et couvent des Cordeliers[modifier | modifier le code]

Le couvent des Cordeliers abrite les collections d'art et traditions populaires du Musée lorrain, autour de la vie artisanale et quotidienne de la Lorraine rurale.

  • Au rez-de-chaussée, une section récente intitulée "De l'arbre à la chaise" évoque le travail du bois, très présent en Lorraine, du choix des essences, à la menuiserie et l'ébénisterie, en passant par l'abattage, le transport par schlitte ou flottage, et la reconstitution d'un atelier de menuisier (XVIIIe - XIXe siècle).
  • Au premier étage, des reconstitutions d'intérieurs typiques retracent la vie dans les campagnes lorraines du XVIe au début du XXe siècle ; on peut y voir une riche collection de mobilier (coffres, armoires lorraines, alcôves, saloirs, etc), des objets de la vie quotidienne liés à l'habitat et l'alimentation.
Moules à gaufre, XIXe siècle, section "Arts et traditions populaires", Musée lorrain.

Fréquentation[modifier | modifier le code]

Le graphique ci-dessous montre l'évolution de la fréquentation du Musée lorrain entre 2006 et 2012[16].

Évolution de la fréquentation du Musée lorrain entre 2006 et 2012

Programmation[17][modifier | modifier le code]

Le Services des Publics du Musée lorrain propose une programmation thématique régulière et exceptionnelle, à destination de tous les publics. Depuis l'été 2013, des audio-guides sont également disponibles à l'accueil.

Public adulte[modifier | modifier le code]

  • Chaque premier dimanche du mois, une visite guidée des collections principales est proposée à 14h30 (durée : 01h15).
  • Chaque dernier dimanche du mois, tous les deux mois en alternance avec le Musée des Beaux-Arts, une visite guidée thématique est proposée à 10h30 (durée : 01h15) : "Finir en beauté".
  • Les expositions temporaires font l'objet de visites guidées tous les week-ends, samedi et dimanche, à 15h00 (durée variable en fonction du contenu de l'exposition).
  • Le Musée lorrain participe par ailleurs aux temps forts de la vie culturelle locale, nationale et européenne (Nocturnes étudiantes, Nuit européenne des musées, Journées européennes du patrimoine…).

Jeune public et scolaires[modifier | modifier le code]

  • Depuis la rentrée 2011, les enseignants souhaitant faire profiter à leur classe d'une visite guidée peuvent faire leur réservation sur Internet (thème, date…)[18]. Le Musée lorrain accueille les enfants à partir de la moyenne section de maternelle, avec une offre thématique adaptée aux programmes scolaires et à chaque niveau[15].
  • Des visites thématiques "En famille" sont ponctuellement proposées à destination des enfants de 7 à 11 ans et de leurs parents, le dimanche (durée : 01h00).
  • Durant les vacances scolaires, des visites thématiques associées à des ateliers pédagogiques accueillent sur réservation des enfants de 4 à 6 ans et de 8 à 12 ans.
  • Par ailleurs, le Musée lorrain est partenaire de grands événements culturels, comme le Week-end Télérama ou les fêtes de la Saint-Nicolas qui donnent lieu à une programmation spécifique[19].

Expositions (depuis 2004)[modifier | modifier le code]

  • Stanislas, un roi de Pologne en Lorraine (17 décembre 2004 - 21 mars 2005)
  • Saint Nicolas, entre histoire et légende (6 décembre 2005 - 6 mars 2006)
  • 100 000 ans sous les rails, archéologie de la ligne LGV Est-européenne (21 décembre 2006 - 19 mars 2007)
  • Transparences, histoire du verre et du cristal en Lorraine (6 octobre 2007 - 20 janvier 2008)
  • Victor Prouvé, l'Art Nouveau mis en images (17 mai - 21 septembre 2008)[20]
  • Les Juifs et la Lorraine, un millénaire d’histoire partagée (9 juin - 20 septembre 2009), reconnue d'intérêt national par le Ministère de la Culture et de la Communication ; le Musée lorrain possède la première collection de judaica (objets liés au culte juif) de province, après celle du Musée d'art et d'histoire du Judaïsme de Paris. Il s'agit notamment d'un don que René Wiener, collectionneur, a fait au Musée lorrain en 1939[21]. Cette collection n'est actuellement pas visible.
  • De l'arbre à l'armoire, l’âge d’or du mobilier lorrain (27 novembre 2010 - 27 mars 2011)
  • Un exceptionnel ensemble d’orfèvrerie renaissance : Le trésor de Pouilly-sur-Meuse (17 décembre 2011 – 11 mars 2012)
  • Jean Prouvé à Nancy : construire des jours meilleurs (30 juin 2012– 15 novembre 2012)
  • Un nouveau monde, naissance de la Lorraine moderne (3 mai – 4 août 2013), reconnue d'intérêt national par le Ministère de la Culture et de la Communication ; cette exposition a été organisée dans le cadre des festivités "Nancy 2013 - L'effet Renaissance". Parmi plus de 200 œuvres, le gisant de Philippe de Gueldre, chef-d'œuvre des collections permanentes du Musée lorrain était présenté pour la première depuis sa restauration (2009 - 2013). Il a rejoint, le 03 décembre 2013, son emplacement originel dans l'église des Cordeliers[15].
  • Jusqu'au 21 septembre 2014, Été 1914 - Nancy et la Lorraine dans la guerre, exposition labellisée "Centenaire"[22].

Projet de rénovation[modifier | modifier le code]

Le Musée lorrain est engagé depuis plus d'une décennie dans un processus de rénovation et d'extension qui devrait aboutir en 2020 au remaniement complet des espaces d'exposition et à l'intégration du Palais du Gouvernement dans l'espace muséal.

L'agence parisienne Dubois & Associés, lauréate du concours international d'architecture lancé pour l'occasion a récemment dévoilé son projet[23] : une longue aile d'accueil vitrée, faisant le lien entre la cour du Palais ducal et le jardin du Palais du Gouvernement remplacera les bâtiments actuels et permettra un accès souterrain au musée, "comme au Louvre"[23]. L'agence a déjà à son actif la nouvelle extension du Musée des beaux-arts de Caen (1994) du Musée des Beaux-Arts de Lyon (1998) et le Musée Toulouse-Lautrec d'Albi (2007).

Avec un budget prévisionnel d'environ 40 millions d'euros et un premier coup de pioche prévu pour l'automne 2015, le projet serait l'un des plus grand chantiers culturels de France.

Galerie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b MAROT, Pierre, CHOUX, Jacques, Le vieux Nancy, Nancy : Presses universitaires de Nancy, Éditions du Pays Lorrain, 1993, p. 50.
  2. http://www.musee-lorrain.nancy.fr/le-projet-de-renovation/les-grandes-etapes/
  3. a et b MAROT, Pierre, CHOUX, Jacques, Le vieux Nancy, Nancy : Presses universitaires de Nancy, Éditions du Pays Lorrain, 1993, p. 67.
  4. Le Pays lorrain et le Pays messin, 12/1921, no 12, no 179, p. 562.
  5. MAROT, Pierre, CHOUX, Jacques, Le vieux Nancy, Nancy : Presses universitaires de Nancy, Éditions du Pays Lorrain, 1993, p. 68.
  6. http://www.musee-lorrain.nancy.fr/le-projet-de-renovation/le-projet/
  7. Aperçu du document présenté en ligne par le CRULH (Centre de Recherche Universitaire Lorrain d'Histoire) et la Bibliothèque diocésaine de Nancy : http://bib.livrelorrain.fr/pompe_funebre.swf
  8. MAROT, Pierre, CHOUX, Jacques, Le vieux Nancy, Nancy : Presses universitaires de Nancy, Éditions du Pays Lorrain, 1993, p. 86.
  9. MAROT, Pierre, CHOUX, Jacques, Le vieux Nancy, Nancy : Presses universitaires de Nancy, Éditions du Pays Lorrain, 1993, p. 82.
  10. MAROT, Pierre, CHOUX, Jacques, Le vieux Nancy, Nancy : Presses universitaires de Nancy, Éditions du Pays Lorrain, 1993, p. 71.
  11. http://www.musee-lorrain.nancy.fr/le-projet-de-renovation/les-restaurations/
  12. MAROT, Pierre, CHOUX, Jacques, Le vieux Nancy, Nancy : Presses universitaires de Nancy, Éditions du Pays Lorrain, 1993, p. 94.
  13. a, b et c MAROT, Pierre, CHOUX, Jacques, Le vieux Nancy, Nancy : Presses universitaires de Nancy, Éditions du Pays Lorrain, 1993, p. 72.
  14. cimetière de Boudonville
  15. a, b et c Service des Publics du Musée lorrain
  16. Service des Publics du Musée lorrain ; http://www.data.gouv.fr/DataSet/30382257
  17. http://www.musee-lorrain.nancy.fr/agenda/
  18. http://www1.nancy.fr/enligne/musees-scolaires.html
  19. http://www.nancy-tourisme.fr/sortir/grands-evenements/saint-nicolas/
  20. Anne-Laure Carré, Victor Prouvé, 1858-1943, catalogue des expositions éponymes présentées à Nancy du 17 mai au 21 septembre 2008, Paris/Nancy, Gallimard/Ville de Nancy, 2008, 299 p., Présentation du catalogue par Anne-Laure Carré mise en ligne le 27 septembre 2010
  21. Les Juifs et la Lorraine, un millénaire d’histoire partagée, Musée Lorrain, Nancy ; Somogy – Éditions d’Art, 2009, p. 164.
  22. http://centenaire.org/fr/la-mission/le-label-centenaire
  23. a et b http://www.estrepublicain.fr/actualite/2013/09/24/le-nouveau-musee-lorrain-sortira-de-terre-pour-2020

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]