Jean Bazaine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jean Bazaine

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Jean Bazaine en 1995.

Naissance 21 décembre 1904
Paris, Drapeau de la France France
Décès 4 mars 2001 (à 96 ans)
Clamart, Drapeau de la France France
Activités Artiste peintre
Formation École nationale supérieure des beaux-arts
Académie Julian

Œuvres réputées

Vitraux de l'église Saint-Séverin (1969)

Signature

Signature de Jean Bazaine

Jean Bazaine, né le 21 décembre 1904 à Paris 17e, mort le 4 mars 2001 (à 96 ans) à Clamart, est un artiste français.

Figure majeure de la nouvelle École de Paris et de la peinture d'avant-garde française du XXe siècle, sa peinture — non figurative — est un humanisme, une abstraction qui tend vers la couleur, l'atemporel et l'épure. Ses lignes et ses aplats témoignent (comme son discours) d'une certaine spiritualité et d'une attachante poésie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean Bazaine est l'arrière-arrière-petit-fils du peintre George Hayter, portraitiste de la reine Victoria. Après un court passage à l'École des beaux-arts de Paris, Jean Bazaine fréquente en 1922 l'Académie Julian puis travaille la sculpture chez Paul Landowski. À la Sorbonne, il suit les cours de l'historien d'art Henri Focillon. C'est en 1924 qu'il commence à peindre, dessinant au musée du Louvre ou d'après nature et s'intéressant par ailleurs au théâtre. Lors de sa première exposition en 1932, Pierre Bonnard lui confie: « je suis content de voir quelqu'un qui travaille dans ma voie, je suis si seul.[réf. nécessaire] » En 1934, il crée un atelier de peinture avec Maurice Morel[1]. Bazaine rencontre également Emmanuel Mounier et collabore par la suite à la revue Esprit de 1934 à 1938. En 1936, il découvre Saint-Guénolé à l'occasion d'un voyage effectué en compagnie de son épouse : il y installera un atelier vers 1950 où il séjournera près de six mois par an, passant le reste de son temps dans sa résidence de Clamart[2]. En 1937, il réalise avec Jean Le Moal une peinture murale dans le cadre de l'Exposition internationale de Paris, crée un premier vitrail pour une chapelle privée et fait la connaissance de Jacques Villon avec qui il se liera. De 1936 à 1938, il crée les décors et les costumes de plusieurs spectacles montés par Maurice Jacquemont. En 1939, Bazaine est mobilisé en Lorraine.

Chargé en 1941 de la section Arts plastiques à l'organisation Jeune France (infiltrée par les adversaires du régime de Vichy et dissoute dès 1942), Bazaine travaille notamment avec Jean Vilar et Maurice Blanchot. Avec André Lejard il organise ainsi en 1941, malgré les condamnations officielles de l' « art dégénéré », l'exposition « Vingt jeunes peintres de tradition française[3] », première manifestation à Paris de la peinture d'avant-garde sous l'Occupation. Avec Maurice Estève il entre en 1942 à la Galerie Louis Carré qui exposera aussi Charles Lapicque et Jacques Villon. Durant ces années, Bazaine se lie avec les poètes Eugène Guillevic, Pierre Seghers, Jean Follain, particulièrement avec André Frénaud et Jean Tardieu. En 1943, il fait la connaissance de Georges Braque qu'il rencontrera souvent après la Libération.

Bazaine travaille en 1941 et 1942 à la réalisation de trois vitraux pour l'église d'Assy (Haute-Savoie), construite par Maurice Novarina. L'incendie de son atelier détruit en 1945 la quasi-totalité de ses œuvres antérieures à 1942. D'importantes expositions de ses peintures sont organisées en 1946 et 1947 à Amsterdam, Copenhague et Stockholm, le faisant apparaître comme l'un des peintres les plus importants de la non figuration. En 1948 sont publiées ses Notes sur la peinture d'aujourd'hui, réflexions essentielles sur la démarche de la nouvelle peinture, qui seront souvent rééditées par la suite. Bazaine réalise en 1951 une mosaïque monumentale pour la façade de l'église du Sacré-Cœur d'Audincourt (Doubs), puis des vitraux pour son baptistère en 1954. Les séjours qu'il fait en 1953 et 1954 en Espagne, en 1955 à Rochetaillée (près de Saint-Étienne), à partir de 1956 en « Zeeland » ont chaque fois des retentissements sur sa peinture où les formes, d'abord vigoureusement structurées, s'assouplissent.

Aperçu des vitraux de Jean Bazaine pour l'église Saint-Séverin à Paris

À partir de 1958 des expositions rétrospectives des peintures de Bazaine sont présentées, en Suisse et aux Pays-Bas, en Allemagne et en Norvège, puis en 1965 à Paris au musée national d'art moderne. Il crée des mosaïques, en 1960 pour le bâtiment de l'Unesco à Paris, en 1961 pour le paquebot France, en 1963 pour la Maison de la Radio. En 1964, Bazaine reçoit le grand prix national des arts et commence à travailler à la réalisation, achevée en 1969, des vitraux de l'église Saint-Séverin à Paris. En 1967 il organise avec Alexander Calder une exposition-vente au profit de la Croix-Rouge vietnamienne, une autre en 1968, à laquelle participe notamment Édouard Pignon, en faveur des étudiants.

Bazaine publie en 1973 un deuxième livre, Exercice de la peinture et réalise l'année suivante une série de tapisseries, Blasons des douze mois. Après l'opération discutable de la restauration des vitraux de la cathédrale de Chartres, il fonde en 1976 avec Manessier l'« Association pour la défense des vitraux de France ». Pour la création des vitraux de la cathédrale de Saint-Dié (Vosges) qui lui est proposée, il rassemble en 1984 une équipe à laquelle participent Elvire Jan, Le Moal et Manessier. Durant les mêmes années il réalise une mosaïque pour le Sénat (palais du Luxembourg), et à la demande de Jack Lang la décoration en lave émaillée des murs et de la voûte de la station de métro Cluny-La-Sorbonne. En 1990 une rétrospective de son œuvre est présentée dans les Galeries nationales du Grand Palais à Paris. À partir de 1946 et particulièrement dans les années 1970 et 1980, Bazaine a illustré de dessins ou lithographies de nombreux livres, notamment d'André Frénaud, Raymond Queneau, Jean Tardieu, Marcel Arland, Jean-Claude Schneider, Claude Esteban, Pierre Oster Soussouev, Eugène Guillevic.

Le 26 juillet 1981 sont inaugurés les vitraux de la chapelle de la Madeleine à Penmarc'h auxquels Jean Bazaine a travaillé pendant deux ans[4]. Il est aussi l'auteur des vitraux de la chapelle de Noisy-le-Grand[5] en Seine Saint-Denis, conformément à l'idée de Joseph Wresinski que l'art est un besoin élémentaire aussi pour les plus démunis.

Jean Bazaine est mort le 4 mars 2001 à Clamart. Il fait partie des peintres réunis pour l'exposition « L'envolée lyrique, Paris 1945-1956 » présentée au musée du Luxembourg (Sénat), d'avril à août 2006[6]. Une exposition en hommage à Jean Bazaine a été présentée au musée de l'Abbaye Sainte-Croix des Sables-d'Olonne en 2006.

L'œuvre[modifier | modifier le code]

Après les natures mortes, la figure humaine, les paysages, les arbres, Bazaine oriente sa recherche vers les éléments, eau, terre, feu et air. Après 1968, son travail s'attache à la lumière.

Pour Bazaine, on ne fait pas la peinture que l'on veut, mais il s'agit de vouloir jusqu'au bout la peinture que l'on peut, celle que veut l'époque (1948).[réf. nécessaire]

Publications[modifier | modifier le code]

  • Le temps de la peinture (1938-1989), Éditions Aubier, Paris, 1990.
    réunit Notes sur la peinture d'aujourd'hui, Éditions Floury, Paris, 1948, et Éditions du Seuil, Paris, 1953 et 1960.
  • Exercice de la peinture, Éditions du Seuil, Paris, 1973.
  • Dix articles parus de 1938 à 1964 et une préface inédite (ISBN 2-7007-2825-4).
  • Bazaine, Hollande, album de dessins et aquarelles, texte de Jean Tardieu, Maeght éditeur, Paris, 1962.
  • Finistère, Éditions Porte du Sud, Paris, 1986 (ISBN 2869370075).
    Vingt-et-un dessins de Bazaine, précédés d'un entretien avec Jean Guichard-Meili.

Citations[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

« Les grands peintres, comme tous les grands novateurs, prennent le monde dans leur main et nous le rendent différent, [...], agrandi, élargi pour toujours. »

« L’art, avant d’être un instrument de volupté, est une affirmation des droits de l’homme. »

« Il n'y a pas en peinture de solution parce qu'il n'y a pas de problèmes. »

« La vie d'un peintre, c'est à rebours qu'elle se déroule : le peintre naît vieux. »

« La peinture est une manière "d'être", la tentation de respirer dans un monde irrespirable. »

« La peinture est une poésie qui se voit au lieu de se sentir, et la poésie est une peinture qui se sent au lieu de se voir. »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Famille chrétienne n°1832, du 23 février au 1er mars 2013, p.54
  2. Revue Ar Men n° 56
  3. À laquelle participent notamment Jean Bertholle, Léon Gischia, Charles Lapicque, Jean Le Moal, Alfred Manessier, Édouard Pignon et Gustave Singier.
  4. http://www.lavieb-aile.com/article-chapelle-de-la-madeleine-a-penmarc-h-les-vitraux-de-jean-bazaine-104010551.html
  5. Chapelle de Noisy-le-Grand
  6. Avec Lune et oiseau de nuit (1947), du musée de Düsseldorf, Paysage (1950) du Centre d'art Henie Onstad d'Oslo, Le Matin dans les bois (1954) [catalogue : (ISBN 8876246797)].

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Monographies[modifier | modifier le code]

  • Bazaine, Maeght éditeur, Paris, 1953, 100 p.
  • Bazaine, textes de Jean Tardieu, Jean-Claude Schneider et Viveca Bosson, Maeght éditeur, Paris, 1975, 190 p. (ISBN 2855870127).
  • Jean Bazaine, Couleurs et mots (entretiens avec Roger Lesgards, Henri Maldiney, Vonick Morel, Paul Ricœur et Catherine de Seynes-Bazaine), Le Cherche midi éditeur, Paris, 1997, 96 p. (ISBN 2862745413).
  • Jean-Pierre Greff, Bazaine, Éditions Ides et Calendes, Neuchâtel, 2002 (ISBN 2825801917).

Catalogues[modifier | modifier le code]

  • Bazaine, Estève, Lapicque, textes d'André Frénaud, Jean Lescure et Jean Tardieu, Carré éditeur, Paris, 1945.
  • Bazaine, textes d'André Frénaud et Henri Maldiney, Derrière le miroir, no 23, Maeght éditeur, Paris, novembre 1949.
  • Bazaine, préface de Marcel Arland, Derrière le miroir, no 55-56, Maeght éditeur, Paris, 1953.
  • Bazaine, préface de Bernard Dorival, Musée national d'art moderne, Paris, 1965.
  • Bazaine, préface de Bernard Dorival, Musées de Metz, 1972.
  • Bazaine, préface de Jean-Claude Schneider, Galerie Villand et Galanis, Paris, 1975.
  • Bazaine, texte de Hélène Lassalle, Musée des beaux-arts, Rouen, 1977, 60 p.
  • Bazaine, préface de Bernard Dorival, textes de Bazaine, Musée des Beaux-Arts, Quimper, 1982, 52 p.
  • Bazaine, textes de Jean-Pierre Greff et Jean-Claude Schneider, Galerie Adrien-Maeght, Paris, 1987 (ISBN 2869410522).
  • Bazaine, textes de Bernard Ceysson, Daniel Dobbels, Pierre Cabanne et Jean-Pierre Greff, biographie par Jean-Pierre Greff, Skira, Genève, et Centre national des arts plastiques, Paris, 1990, 180 p. (ISBN 2605001628).
  • Bazaine, préface de Claude Esteban, Louis Carré, Paris, 1991, 92 p. (ISBN 286574020X).
  • Bazaine, textes de Roger Munier et Jean-Pierre Greff, Louis Carré, Paris, 1992, 48 p. (ISBN 2965740269[à vérifier : ISBN invalide]).
  • Apolline de Malherbe , L'eau, Jean Bazaine, Panama Musées, Paris, 2005 (ISBN 2755700998).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]