Pablo Palazuelo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Palazuelo.

Pablo Palazuelo

Naissance
Madrid, Flag of Spain (1785-1873 and 1875-1931).svg Espagne
Décès
Galapagar, Madrid, Drapeau de l'Espagne Espagne
Activités Peintre, graveur, sculpteur

Pablo Palazuelo, né le à Madrid, mort dans cette même ville le , est un peintre, graveur et sculpteur espagnol contemporain. Il est une figure-clé de l'art espagnol de la seconde moitié du XXe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1932, il débute ses études à l’Ecole d’Architecture de Madrid, mais en 1933 il les poursuit à Oxford, à la School of Arts and Crafts. Quand débute la guerre civile espagnole, en 1936, Palazuelo interrompt ses études d’architecture et rentre en Espagne pour faire son service militaire.

En 1939, contre les souhaits de sa famille, qui avait envisagé pour lui une carrière d'architecte, Palazuelo se consacre à la peinture. Ses premiers travaux sont figuratifs. En 1945, il fait sa première exposition lors de l'Exposition nationale des Beaux-Arts et il réalise ses premières peintures abstraites. En 1948, il obtient une bourse de l'Institut français pour étudier à Paris, où il passera près de vingt années de sa vie. Il s’installe au 13 rue Saint-Jacques à Paris, dans une petite chambre dont il fait son atelier et où il travaillera jusqu’en 1968.

En 1949 commence sa collaboration avec la prestigieuse Galerie Maeght. Il rencontre en 1950 Eduardo Chillida avec lequel il se lie d'amitié. En 1953, il crée ses premières compositions géométriques. Ces nouvelles formes l’amènent, un an plus tard, à faire sa première incursion dans la sculpture. 1955 est une année importante, car c’est l'année où il fait sa première exposition individuelle à la Galerie Maeght à Paris.

En 1969, il retourne en Espagne pour y obtenir la résidence permanente et en 1974 il s’installe dans un château, à Monroy près de Cáceres. Dans les années suivantes ses expositions sont de plus en plus fréquentes à Madrid (ThéoGallery), à Barcelone et à Paris (Galerie Maeght). En 1981, les Éditions Maeght publient une monographie consacrée à son travail, réalisée en collaboration avec Claude Esteban.

Palazuelo meurt le , à 91 ans, à son domicile de Galapagar, près de Madrid, où il a travaillé jusqu’au dernier jour.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Claude Esteban, Palazuelo (monographie), Maeght, 1980 (il existe deux éditions, l’une en français et l’autre en espagnol).
  • Derrière le Miroir n° 104, Palazuelo, L'architecture de rêve (catalogue de l’exposition), París, Maeght, 1958.
  • Derrière le miroir n° 184, Palazuelo, Emblavures de l'Infini, texte de Max Hölder (catalogue d’exposition), Paris, Maeght, 1970.
  • Derrière le miroir n° 207, Cinq livres gravés (divers artistes), Paris, Maeght éditeur, 1974.
  • Derrière le miroir n° 229, Palazuelo, Un hériter de Rimbaud, texte d’Yves Bonnefoy (catalogue d’exposition), Paris, Maeght, 1978.
  • Kevin Power, Pablo Palazuelo, Geometría y Visión (conversation avec Kevin Power), Diputación provincial de Granada, 1995 (texte en espagnol et en anglais).
  • Pablo Palazuelo, Escritos y conversaciones (Colección de Arquitectura), Colegio oficial de aparejadores y arquitectos técnicos, Murcia, 1998.
  • Cuadernos Guadalimar, Ediciones Rayuela, 1978.
  • Catalogue de l’exposition Modelos Estructuras y Formas, Centro Andaluz de Arte Contemporáneo 2005
  • Catalogue de l’exposition rétrospective du Museo Nacional Reina Sofía, 2005
  • Catalogue de l’exposition Palazuelo-Proceso de trabajo, Macba, 2006
  • Catalogue de l’exposition au Musée Casa de la Moneda, 1999
  • Catalogue de l’exposition Pablo Palazuelo. Paris, 13 Rue Saint-Jacques (1948-1968), Fundación Juan March, Palma, 2010.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Palazuelo éprouve une grande fascination pour le travail de Klee et de Kandinsky. Ses dessins, gravures, peintures, sculptures sont l'expression d'une abstraction souvent géométrique, où les lignes, les plans, les couleurs créent des tensions et des espaces. On y sent aussi l'influence de sa formation initiale d'architecte. Le développement de l'abstraction et l'utilisation de la géométrie dans son travail sont étroitement liés à un processus rationnel fondé sur la découverte (et non pas l’invention) de nouvelles formes. Cette découverte constante qui guide son travail se traduit par une tension qui se manifeste par des variations infinies de la forme.

Expositions[modifier | modifier le code]

  • 1967 Berlin, Baden-Baden, Madrid.
  • 1956 - Galerieía Beyeler.
  • 1973 - Galerie Iolas Velasco.
  • 1995 - Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofía.
  • 2005 - Modelos Estructuras y Forma au Centro Andaluz de Arte Contemporáneo.
  • Artium, Centro Museo de Arte Contemporáneo, Vitoria-Gasteiz
  • Carnegie Museum of Art, Pittsburg
  • Colection Art Contemporain Fundación La Caixa, Barcelona
  • Fundación Juan March, Madrid
  • Kunsthaus de Zurich, Zurich
  • Museo de Arte Abstracto, Cuenca
  • Museo de Arte Moderno, Rio de Janeiro
  • Museo de Arte Moderno de la Villa de París
  • Museo de Bellas Artes de la Chaux de Fonds, Suisse
  • Musée Fondation Maeght, Saint-Paul-de-Vence, France
  • Museo Guggenheim, Bilbao
  • Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofía, Madrid
  • Museu d'Art Contemporani, MACBA, Barcelona
  • Solomon R. Guggenheim Museum, New York

Bourses[modifier | modifier le code]

  • 1952 - Prix Kandinsky
  • 1958 - Prix Carnegie
  • 1982 – il reçoit la médaille des Beaux-Arts.
  • 1994 – il obtient le prix Tomas Francisco Prieto décerné par la Fábrica Nacional de Moneda y Timbre.
  • 1999 – il obtient le Prix National d’Arts Plastiques, ex aequo avec la sculptrice Cristina Iglesias.
  • 2004 - Prix Velázquez

Disque[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]