Morgan Parra

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Parra.
Morgan Parra
Description de l'image USO-ASM - 20140927 - Morgan Parra.jpg.
Fiche d'identité
Naissance (26 ans)
à Metz (France)
Taille 1,8 m (5 11)
Surnom Le Merdeux [1][2]
Position Demi de mêlée
Demi d'ouverture
Carrière en junior
Période Équipe  
1993-2003
2003-2005
2005-2006
RC Metz
Stade dijonnais
CS Bourgoin-Jallieu
Carrière en senior
Période Équipe M (Pts)a
2006-2009
2009-
CS Bourgoin-Jallieu
ASM Clermont
62 (108)[3]
140 (946)[3]
Carrière en équipe nationale
Période Équipe M (Pts)b
2008- Drapeau : France France 59 (325)[4]

a Compétitions nationales et continentales officielles uniquement.
b Matchs officiels uniquement.
Dernière mise à jour le 10 mai 2015.

Morgan Parra est un joueur de rugby à XV international français né le à Metz. Il évolue au poste de demi de mêlée au sein du club français de l'ASM Clermont Auvergne à compter de 2009 après trois saisons avec le CS Bourgoin-Jallieu.

Né d'un père rugbyman, il pratique très jeune le rugby à XV. Il débute sa carrière professionnelle en novembre 2006 avec le CS Bourgoin-Jallieu et honore sa première sélection en équipe nationale à 19 ans. En 2009, il s'engage pour quatre saisons avec l'ASM Clermont Auvergne avec laquelle il remporte le championnat de France en 2010. Lors du Tournoi des Six Nations de la même année, il s'impose comme demi de mêlée titulaire de l'équipe de France et remporte la compétition en réalisant le Grand Chelem.

Repères biographiques[modifier | modifier le code]

D'origine portugaise par son père, Morgan Parra est né le à Metz où il est très tôt plongé dans le rugby au contact de son père, figure emblématique du rugby messin[5]. Il débute le rugby à quatre ans et demi et dispute ses premiers matchs à six ans[6]. Devenir joueur de rugby devient très tôt son rêve[7] et, à 14 ans seulement, il prend la direction d'un sport-études à Dijon[7] où il intègre le pôle Espoir[5].

Carrière sportive[modifier | modifier le code]

Premières années ( -2006)[modifier | modifier le code]

Après des débuts avec les Espoirs de Dijon, Morgan Parra est sollicité par le Montpellier RC et l'USAP mais rejoint finalement le C.S. Bourgoin-Jallieu en 2005[5]. Alors qu'il évolue avec les Espoirs berjalliens, le CSBJ demande une dérogation à la ligue du rugby afin de pouvoir le faire jouer avec l'équipe première avant sa majorité mais cette demande n'aboutit pas[8].

Parcours berjallien et premières capes (2006-2009)[modifier | modifier le code]

Morgan Parra dispute la finale du Challenge européen 2008-2009 avec le CS Bourgoin-Jallieu

Morgan Parra dispute son premier match avec l'équipe première de Bourgoin le face à Agen[8]. Quelques semaines plus tard, il fait ses débuts en Coupe d'Europe face aux Leicester Tigers le 8 décembre 2006[9]. Au fil des matchs, il gagne sa place au sein du club de l'Isère jusqu'à en devenir le demi de mêlée incontesté[10]. Il est parfois sollicité à l'ouverture[11]. Lors de sa première saison avec les Ciel et grenat, le CSBJ est éliminé en poule. Côté championnat, le club termine sixième de la phase régulière[12].

Morgan Parra honore sa première cape en équipe de France à 19 ans le contre l'équipe d'Écosse dans le cadre du Tournoi des Six Nations[13]. Il participe à trois rencontres du Tournoi[4] et se fait remarquer lors de sa première titularisation face à l'Angleterre[14]. Il incarne alors la nouvelle génération du rugby français[15] et l'on parle même de lui comme le successeur de Jean-Baptiste Élissalde[16]. La France termine troisième du Tournoi. En club, les Ciel et grenat signent leur plus mauvaise saison depuis 2001-2002[16]. Le CSBJ est éliminé en poule de la Coupe d'Europe et termine neuvième de la phase régulière du championnat[17]. Cette neuvième place n'est pas suffisante pour une place en Coupe d'Europe pour la saison suivante et Bourgoin ne participera pas à la compétition pour la première fois depuis sept ans[16]. Alors que les plus grands clubs le convoitent à la suite de son entrée réussie sur la scène internationale, Parra décide de rester à Bourgoin pour la saison 2008-2009[18]. En mai, il participe au Championnat du monde juniors 2008 au pays de Galles en tant que capitaine[19] mais une blessure contractée à la main l'empêche de mener les Bleuets jusqu'au bout de la compétition[20]. La France est éliminée en poule[21] et termine sixième. Quelques mois plus tard il est à nouveau appelé avec l'équipe première du XV de France afin de prendre part aux test matchs d'automne. Lors de la première rencontre contre l'Argentine, il rentre en fin de match mais contracte à nouveau une importante blessure à la main qui l'éloigne des terrains pendant un mois[22]. Retenu afin de disputer le Tournoi des Six Nations 2009, il participe aux cinq rencontres dont trois fois en tant que titulaire[4] et signe une bonne performance à chaque confrontation[14]. Ce Tournoi révèle ses facilités de jeu mais aussi les prémices d'une personnalité et d'un charisme digne d'un grand demi de mêlée[5]. En club, la saison 2008-2009 s'avère mouvementée puisque le CSBJ lutte jusqu'aux dernières journées pour le maintien en Top 14 mais atteint tout de même la finale du Challenge européen. Morgan Parra prend une grande part au beau parcours des Berjalliens dans cette compétition en inscrivant 58 points dont 3 essais[3]. Il signe notamment une demi-finale impeccable et un sans faute au pied (5/5) contre les Anglais de Worcester [23]. Le CSBJ s'incline finalement en finale contre les Northampton Saints. Parra y contracte une importante blessure à l'épaule à la suite d'un plaquage violent de Courtney Lawes qui l'oblige à quitter prématurément le terrain[24]. Cette blessure le prive de tournée d'été avec l'équipe de France[25].

Après trois saisons avec Bourgoin, Morgan Parra souhaite donner une nouvelle dimension à sa carrière et signe avec l'ASM Clermont Auvergne[26].

Grand chelem et champion de France (2009-2010)[modifier | modifier le code]

Morgan Parra avec l'ASM Clermont Auvergne en septembre 2009

En 2009, Morgan Parra signe pour quatre saisons avec l'ASM Clermont Auvergne[26]. Il a alors 20 ans. Un choix de carrière signifiant ses ambitions et sa volonté de relever de nouveaux défis[14]. Cependant il entame difficilement sa première saison avec les Jaunes et bleus à cause des suites de sa blessure en finale du Challenge européen avec Bourgoin[10]. D'autre part, ce même début de saison se fait dans l'ombre de l'ancien demi de mêlée emblématique de l'ASM Pierre Mignoni[7]. Après une période d'adaptation[7], Parra prend peu à peu ses marques[27] jusqu'en décembre où il signe son match référence : une rencontre de Coupe d'Europe remportée contre les Leicester Tigers où il inscrit un essai[7],[28]. Dès lors, il enchaîne les grosses performances[7] et s'impose en tant que titulaire incontournable de l'ASM[29]. Entre temps, il est retenu pour disputer les test match d'automne avec le XV de France. Julien Dupuy lui étant préféré, il dispute deux des trois rencontres en tant que remplaçant. En janvier, l'ASM se qualifie pour les quarts de finale de la Coupe d'Europe[30], assurant Morgan Parra de disputer les phases finales de cette compétition pour la première fois de sa carrière.

Morgan Parra contre USAP en 2010
Morgan Parra (numéro 9 bleu) introduit en mêlée face à l'Écosse lors du Tournoi des 6 nations 2010

Le Tournoi des Six Nations 2010 marque un tournant dans la carrière internationale de Morgan Parra. De retour à son meilleur niveau après ses débuts à Clermont[31], il devient titulaire de l'équipe de France[6] et remporte le Grand Chelem[32], le premier titre de sa carrière[33]. Il s'affirme au poste de demi de mêlée et mène de main de maître son paquet d'avants en alliant force de caractère et autorité[34]. Lionel Nallet, homme fort du pack français, le décrit avec humour comme « un petit chef autoritaire et sûr de lui, hargneux et gueulard »[34],[35]. L'ex-capitaine des Bleus voit en Parra le grand demi de mêlée dont le XV de France a besoin[34]. Avec l'ouvreur François Trinh-Duc, il met en place une complicité[33] et présente une charnière aboutie[36]. Seuls quelques mauvais choix de jeu au pied ou de passes lui sont reprochés en début de compétition[37]. Sur l'ensemble du Tournoi, Parra prend grande part au jeu au pied français[36] et endosse avec brio les responsabilités du buteur[38], un rôle dans lequel il s'avère indispensable[36]. Avec 61 points inscrits, il est le meilleur réalisateur du Tournoi à égalité avec le Gallois Stephen Jones[39]. Morgan Parra est nommé pour le titre de meilleur joueur du Tournoi des Six Nations 2010[40] mais c'est finalement l'Irlandais Tommy Bowe qui est désigné[Note 1],[41].

Quelques semaines plus tard, l'ASM assure sa place en phases finales du championnat de France[42] ce qui constitue une première pour Parra au même titre qu'en Coupe d'Europe. Les Jaunards échouent en quart de finale de cette dernière contre les tenants du titre irlandais du Leinster[43]. Cette défaite est imputée à la contre-performance de l'ouvreur de Clermont, Brock James, problème récurrent pour l'Australien lors des grands rendez-vous[44], qui manque 23 points au pied lors de cette rencontre[43]. En manque de confiance lors des matchs suivants, il bute alternativement avec Parra[Note 2],[45] qui termine la phase régulière du championnat avec un taux exceptionnel de 87,76 % de réussite[46]. Lors du barrage pour la demi-finale du championnat de France, alors que le pied de Brock James défaille à nouveau[47], Parra prend finalement le relais et signe un 5/5 au pied pour 15 points inscrits avec beaucoup de sang-froid[47]. Indispensable à la victoire des Jaunards, il fait un très grand match, aussi bien au pied que dans le jeu courant mais également de par son attitude charismatique qui mène l'équipe avec succès[48],[49]. À l'issue du match de barrage, Morgan Parra est promu buteur numéro 1 de l'ASM à la place de Brock James[50]. Du jamais vu pour l'ouvreur australien pourtant incontesté depuis 2006[44]. En ayant raison du RC Toulon en demi-finale et tandis que Brock James met fin une longue période de doute[51], l'ASM se qualifie pour une quatrième finale de championnat consécutive, la onzième au total et ce sans jamais l'avoir remporté[Note 3]. Face aux tenants du titre de l'USA Perpignan, Parra est très attendu et répond présent en signant un match pratiquement irréprochable[51]. Les Jaunards s'imposent et sont sacrés champions de France pour la première fois de leur histoire[52]. Morgan Parra est élu meilleur joueur de la saison 2009-2010, succédant ainsi à son coéquipier fidjien Napolioni Nalaga[53].

Coupe du monde 2011[modifier | modifier le code]

L'ère Philippe Saint-André (2011-2015)[modifier | modifier le code]

Morgan Parra s'impose en tant que demi de mêlée titulaire aux côtés de Brock James à Clermont-Ferrand et à ceux de François Trinh-Duc puis Rémi Talès en équipe de France.

Mais la saison 2013-2014 est très compliquée. En concurrence avec Thierry Lacrampe et Ludovic Radosavljevic, il perd du terrain en étant suspendu 4 semaines pour avoir commis un mauvais geste dans un match contre l'Union Bordeaux Bègles. Il manque le premier match de la tournée ďe novembre de l'équipe de France et se blesse peu de temps après. Il se remet plus tôt que prévu, mais n'est pas sélectionné dans un premier temps ; suite aux difficultés de Maxime Machenaud et Jean-Marc Doussain, il est finalement rappelé. Il ne pourra pas honorer son retour, étant à nouveau suspendu pour un mauvais geste.

L'année suivante, il se blesse juste avant les tests matchs, laissant la place à Sébastien Tillous-Borde et Rory Kockott. Quand il reprend, il retrouve vite son meilleur niveau et dispute, en année de coupe du monde, les trois premiers matchs du Tournoi des Six Nations, mais il se blesse à nouveau.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Le triomphe des joueurs de l'ASM Clermont Auvergne, champions de France 2010

À 23 ans seulement, Morgan Parra a remporté deux titres majeurs, l'un en équipe nationale et l'autre en club. Avec le XV de France, il remporte le Tournoi des Six Nations 2010 en réalisant le Grand Chelem. La même année, il devient champion de France avec l'ASM Clermont Auvergne et est élu meilleur joueur de la saison.

En club[modifier | modifier le code]

En équipe nationale[modifier | modifier le code]

Tournoi[modifier | modifier le code]

Détails du parcours de Morgan Parra dans le Tournoi des Six Nations.
Édition Rang Résultats équipe Résultats M. Parra Matchs M. Parra
Six Nations 2008 3 3 v, 0 n, 2 d 2 v, 0 n, 1 d 3/5
Six Nations 2009 3 3 v, 0 n, 2 d 3 v, 0 n, 2 d 5/5
Six Nations 2010 1 5 v, 0 n, 0 d 5 v, 0 n, 0 d 5/5
Six Nations 2011 2 3 v, 0 n, 2 d 3 v, 0 n, 2 d 5/5
Six Nations 2012 4 2 v, 1 n, 2 d 2 v, 1 n, 2 d 5/5
Six Nations 2013 6 1 v, 1 n, 3 d 1 v, 1 n, 3 d 5/5
Six Nations 2015 4 2v, 0n, 3d 1v, 0n, 2d 3/5

Légende : v = victoire ; n = match nul ; d = défaite ; la ligne est en gras quand il y a Grand Chelem.

Coupe du monde[modifier | modifier le code]

Détails du parcours de Morgan Parra en Coupe du monde.
Édition Rang Résultats France Résultats M. Parra Matchs M. Parra
Nouvelle-Zélande 2011 Finaliste 4 v, 0 n, 3 d 4 v, 0 n, 3 d 7/7

Légende : v = victoire ; n = match nul ; d = défaite.

Distinctions personnelles[modifier | modifier le code]

En club[modifier | modifier le code]

En équipe nationale[modifier | modifier le code]

Statistiques[modifier | modifier le code]

En club[modifier | modifier le code]

Depuis 2006, Morgan Parra a disputé 55 matchs en compétition européenne de club (Challenge européen ou Coupe d'Europe) au cours desquels il a inscrit 325 points dont 6 essais. Il a notamment participé à huit Coupes d'Europe[9].

En équipe nationale[modifier | modifier le code]

Depuis 2008, Morgan Parra a disputé 59 matchs avec l'équipe de France au cours desquels il a inscrit 325 points[4]. Il a notamment participé à sept Tournois des Six Nations (2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2015).

Records[modifier | modifier le code]

Records personnels[modifier | modifier le code]

Ces tableaux détaillent les records personnels de Morgan Parra au .

Records personnels de Morgan Parra
Type Score Compétition Lieu Date
nombre de points en sélection nationale 280 Sélection nationale
Drapeau : France France-Galles Drapeau : Pays de Galles
Stade de France (Saint-Denis - France)
nombre de sélections nationales 48 Sélection nationale
Drapeau : France France-Galles Drapeau : Pays de Galles
Stade de France (Saint-Denis - France)
nombre de points en un match de sélection nationale 23 Sélection nationale
Drapeau : France France-Canada Drapeau : Canada
McLean Park (Napier (Nouvelle-Zélande) - Nouvelle-Zélande)
nombre de points en Tournoi des Six Nations 165 Tournoi des Six Nations
Drapeau : France France-Galles Drapeau : Pays de Galles
Stade de France (Saint-Denis - France)
nombre de points dans un Tournoi des Six Nations 61 Tournoi des Six Nations 2010
Drapeau : France France-Angleterre Drapeau : Angleterre
Stade de France (Saint-Denis - France)
nombre de points dans un match de Tournoi des Six Nations 16 Tournoi des Six Nations 2010
Drapeau : France France-Italie Drapeau : Italie ; Tournoi des Six Nations 2011
Drapeau : Italie Italie-France Drapeau : France
Stade de France (Saint-Denis - France) ; Stadio Flaminio (Rome - Italie)  ;

Style et popularité[modifier | modifier le code]

Morgan Parra s'entraîne avec l'ASM Clermont Auvergne le 23 août 2010
Morgan Parra s'entraîne avec l'ASM Clermont Auvergne le 23 août 2010

Style[modifier | modifier le code]

Morgan Parra possède une excellente vision du jeu et une grande vitesse d'exécution[8],[54]. Techniquement performant, il est capable d'effectuer une passe précise des deux côtés[8]. Alors qu'il est un joueur de petit gabarit (1 mètre 80 pour 78 kilos)[54], il fait preuve d'un grand courage en défense[8]. Jusqu'en 2009, il est considéré comme un bon buteur[54] même s'il étrenne peu son coup de pied en club, la tâche étant laissée au spécialiste local (Benjamin Boyet au CSBJ puis Brock James[33]à l'ASM). C'est depuis 2010 qu'il est considéré comme un buteur d'exception[46]. Lors du Tournoi des Six Nations 2010, son coup de pied gauche[8] est indispensable au XV de France[36]. Il termine meilleur réalisateur de la compétition à égalité avec le Gallois Stephen Jones[39] contribuant ainsi grandement à la réalisation du Grand Chelem. La même année, il achève la phase régulière du championnat de France avec un taux exceptionnel de 43 réussites sur 49 coups de pied tentés[46].

Reconnaissance et popularité[modifier | modifier le code]

Depuis le Tournoi des Six Nations 2009, Morgan Parra monte progressivement dans l'estime médiatique et populaire. En 2009, son transfert du CS Bourgoin-Jallieu à l'ASM Clermont Auvergne est amplement suivi par la presse[55] et il compte déjà de nombreux admirateurs auvergnats avant même ses premiers matchs sous le maillot jaune et bleu[56]. En réalisant le Grand Chelem en 2010, sa notoriété grandissante le fait devenir le petit chouchou des médias et du public[57]. Il est alors en nomination pour le titre de meilleur joueur du Tournoi mais termine finalement troisième derrière l'Irlandais Tommy Bowe et son coéquipier du XV de France Imanol Harinordoquy[Note 1],[41].

Capitanat[modifier | modifier le code]

En 2007, Morgan Parra est le capitaine de l'équipe de France des moins de 19 ans. Il porte à nouveau le brassard l'année suivante avec l'équipe de France junior lors du championnat du monde 2008[19]. Une blessure contractée à la main lors du second match de poule l'empêche de mener les Bleuets jusqu'au bout de la compétition[20]. Privée de son capitaine, la France est éliminée en poule[21].

Polyvalence[modifier | modifier le code]

Formé au poste de demi d'ouverture[11], c'est au pôle Espoir du Stade dijonnais que Morgan Parra s'affirme en tant que demi de mêlée[5]. Depuis, il est essentiellement utilisé à ce poste même s'il est parfois exceptionnellement sollicité à l'ouverture à Bourgoin ou en équipe de France[11],[58]. Il dispute d'ailleurs la majeure partie de la Coupe du monde de rugby à XV 2011 à ce poste.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Morgan Parra termine troisième en récoltant 11,5 % des votes contre 50 % pour Tommy Bowe et 20,9 % pour Imanol Harinordoquy.
  2. Il s'agit des deux dernières journées de la phase régulière du Championnat de France de rugby à XV 2009-2010.
  3. 1936, 1937, 1970, 1978, 1994, 1999, 2001, 2007, 2008 et 2009.
  4. À égalité avec le Gallois Stephen Jones.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.rugby365.fr/xv-de-france/bleus-nallet-et-merdeux-48589.shtml
  2. http://www.france24.com/fr/20150225-tournoi-vi-nations-rugby-xv-de-france-pays-de-galles-parra-lamerat-dulin-guitoune
  3. a, b, c et d « Fiche joueur Parra Morgan », sur www.itsrugby.fr (consulté le 10 mai 2015)
  4. a, b, c, d et e (en) « Fiche de Morgan Parra », sur ESPNscrum (consulté le 6 avril 2015)
  5. a, b, c, d et e Maxime Rouquié, « Morgan Parra », sur www.rugbynistere.fr (consulté le 12 mars 2010)
  6. a et b « Parra, en passant par la Lorraine », sur www.lequipe.fr, L'Équipe,‎ (consulté le 18 mars 2010)
  7. a, b, c, d, e et f Jean-Paul Boithias, « Parra le chef d'orchestre », sur www.yakinfo.fr, Info Magazine,‎ (consulté le 12 mars 2010)
  8. a, b, c, d, e et f Yves Billet, « Parra, taille patron », sur www.leprogres.fr, Le Progrès,‎ (consulté le 18 mars 2010)
  9. a et b « Morgan Parra », sur www.ercrugby.com, ERC (consulté le 4 octobre 2011)
  10. a et b « Parra, l'espoir à ranimer », sur www.lequipe.fr, L'Équipe,‎ (consulté le 17 mars 2010)
  11. a, b et c « Parra glissera à l'ouverture », sur www.lequipe.fr, L'Équipe,‎ (consulté le 6 avril 2010)
  12. « Classement Top 14 - Saison 2006/2007 », sur www.lnr.fr, LNR,‎ (consulté le 4 avril 2010)
  13. « PARRA Morgan », sur www.ffr.fr, Fédération française de rugby (consulté le 9 novembre 2012)
  14. a, b et c Rugby fan, n°30 de novembre-décembre 2010, p. 62
  15. « Morgan Parra avec le XV de France », sur www.csbj-rugby.fr, CS Bourgoin-Jallieu,‎ (consulté le 2 avril 2010)
  16. a, b et c « Le bilan : Bourgoin », sur www.rugbyrama.fr, Midi olympique,‎ (consulté le 2 avril 2010)
  17. « Classement Top 14 - Saison 2007/2008 », sur www.lnr.fr, Ligue nationale de rugby,‎ 2008 (consulté le 4 avril 2010)
  18. « Parra reste à Bourgoin », sur www.lequipe.fr, L'Équipe,‎ 1er avril 2008 (consulté le 2 avril 2010)
  19. a et b « Parra en capitaine », sur www.lequipe.fr, L'Équipe,‎ (consulté le 4 avril 2010)
  20. a et b « Parra et Lauret abandonnent », sur www.lequipe.fr, L'Équipe,‎ (consulté le 4 avril 2010)
  21. a et b « La France éliminée », sur www.lequipe.fr, L'Équipe,‎ (consulté le 4 avril 2010)
  22. « Morgan Parra absent un mois », sur www.lequipe.fr, L'Équipe,‎ (consulté le 17 avril 2010)
  23. « Bourgoin est en finale », sur www.lequipe.fr, L'Équipe,‎ (consulté le 17 mars 2010)
  24. « Parra sérieusement touché », sur www.lequipe.fr, L'Équipe,‎ (consulté le 17 mars 2010)
  25. « Yachvili remplace Parra », sur www.lequipe.fr, L'Équipe,‎ (consulté le 17 mars 2010)
  26. a et b « Parra a signé », sur www.lequipe.fr, L'Équipe,‎ (consulté le 13 juillet 2009)
  27. Jean-François Paturaud, « CLERMONT / MORGAN PARRA : « Monter en puissance » », sur www.rugby365.fr,‎ (consulté le 12 mars 2010)
  28. « Clermont s'est fait peur », sur www.lequipe.fr, L'Équipe,‎ (consulté le 12 mars 2010)
  29. « Parra s'était vu «trop beau» », sur www.lequipe.fr, L'Équipe,‎ (consulté le 21 avril 2010)
  30. « Clermont en quart de finale », sur www.lequipe.fr, L'Équipe,‎ (consulté le 12 mars 2010)
  31. « Le temps de s'affirmer », sur www.lequipe.fr, L'Équipe,‎ (consulté le 19 mars 2010)
  32. « Centenaires et Chelemards », sur www.lequipe.fr, L'Équipe,‎ (consulté le 31 mars 2010)
  33. a, b et c Jean-François Paturaud, « Parra ce patron », sur www.rugby365.fr,‎ (consulté le 17 avril 2010)
  34. a, b et c « Nallet en toute tranquillité », sur www.lequipe.fr, L'Équipe,‎ (consulté le 19 mars 2010)
  35. « Parra taille patron », sur www.lequipe.fr, L'Équipe,‎ (consulté le 19 mars 2010)
  36. a, b, c et d L'Équipe, n°20 343 du 21 mars 2010, p. 1 à 8
  37. « Morgan Parra en aparté », sur www.lequipe.fr, L'Équipe,‎ (consulté le 19 mars 2010)
  38. « Parra «se bonifie...» », sur www.lequipe.fr, L'Équipe,‎ (consulté le 19 mars 2010)
  39. a et b « Tournoi des 6 nations 2010 - Statistiques générales », sur www.itsrugby.fr,‎ 2010 (consulté le 9 novembre 2012)
  40. « Morgan Parra, meilleur joueur du tournoi ? », sur www.asm-rugby.com, ASM Clermont Auvergne,‎ (consulté le 19 mars 2010)
  41. a et b « Bowe meilleur joueur », sur www.lequipe.fr, L'Équipe,‎ (consulté le 26 mars 2010)
  42. « Ça se précise », sur www.lequipe.fr, L'Équipe,‎ (consulté le 14 avril 2010)
  43. a et b « Clermont était si proche », sur www.lequipe.fr, L'Équipe,‎ (consulté le 10 avril 2010)
  44. a et b « Parra soutient Brock James », sur www.lequipe.fr, L'Équipe,‎ (consulté le 14 avril 2010)
  45. Jérémy Fadat, « Ledesma renonce, Rougerie arrière », sur www.rugbyrama.fr, Midi olympique,‎ (consulté le 11 mai 2010)
  46. a, b et c « Bilan sportif 2009-2010 », sur www.asm-rugby.com, ASM Clermont Auvergne,‎ (consulté le 9 mai 2010)
  47. a et b Emmanuel Commissaire, « Top 14 : Morgan Parra sauve Clermont face au Racing-Métro », sur www.sudouest.fr, Sud Ouest,‎ (consulté le 8 mai 2010)
  48. « Cotter :«Ce groupe grandit» », sur www.lequipe.fr, L'Équipe,‎ (consulté le 8 mai 2010)
  49. «Toulouse peut le faire», sur www.lequipe.fr, L'Équipe,‎ (consulté le 9 mai 2010)
  50. « Parra promu buteur n°1 », sur www.lequipe.fr, L'Équipe,‎ (consulté le 10 mai 2010)
  51. a et b L'Équipe, n°20 412 du 30 mai 2010, p. 2 à 6
  52. « L'aboutissement d'un rêve », sur www.lequipe.fr, L'Équipe,‎ (consulté le 1 juin 2010)
  53. « Parra meilleur joueur », sur www.lequipe.fr, L'Équipe,‎ (consulté le 5 octobre 2010)
  54. a, b et c « Fiche joueur PARRA Morgan », sur www.asm-rugby.com, ASM Clermont Auvergne (consulté le 15 avril 2010)
  55. « Morgan Parra déjà clermontois », sur www.infomagazine.com, Info Magazine,‎ 1er juin 2009 (consulté le 2 avril 2010)
  56. « Les "Jaunards" de retour », sur www.infomagazine.com, Info Magazine,‎ (consulté le 2 avril 2010)
  57. Jean-Sébastien Gallois, « Tonio Parra : « Morgan sait d’où il vient » », sur www.republicain-lorrain.fr, Le Républicain lorrain,‎ (consulté le 2 avril 2010)
  58. « Parra:«Mon plus grand défi» », sur www.lequipe.fr, L'Équipe,‎ (consulté le 20 septembre 2011)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]