Thierry Dusautoir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Thierry Dusautoir

Portrait de Thierry Dusautoir pris en 2013
Fiche d'identité
Naissance
à Abidjan (Côte d'Ivoire)
Taille 1,88 m (6 2)
Surnom(s) The Dark Destroyer (Le Sombre Destructeur/Le Destructeur Sombre)
Position Troisième ligne aile
Carrière en junior
Période Équipe  
1997-2001 SA Trélissac
Carrière en senior
Période Équipe M (Pts)a
2001-2003
2003-2004
2004-2006
2006-
Bordeaux-Bègles
Colomiers
Biarritz
Toulouse
33 (0)[1]
9 (0)[1]
53 (30)[1]
182 (70)[1]
Carrière en équipe nationale
Période Équipe M (Pts)b
2006- Drapeau : France France 65 (30)

a Compétitions nationales et continentales officielles uniquement.
b Matchs officiels uniquement.
Dernière mise à jour le 6 février 2014.

Thierry Dusautoir, né le à Abidjan (Côte d'Ivoire[2]), est un joueur de rugby à XV français né d'un père français et d'une mère ivoirienne. Il joue en équipe de France et évolue au poste de troisième ligne aile au sein de l'effectif du Stade toulousain. Il mesure 1 m 88 et pèse 100 kg. C'est probablement le meilleur plaqueur français actuel : il a notamment réussi 29 plaquages[3] (38 si l'on comptabilise les assistances au plaquage[4]) lors du quart de finale contre la Nouvelle-Zélande de la Coupe du monde 2007. Il n'a pas joué au rugby avant l'âge de 16 ans, le judo étant son sport favori jusque là.

Il est diplômé de l'École nationale supérieure de chimie et physique de Bordeaux (ENSCPB) devenue l'Ecole Nationale Supérieure de Chimie, de Biologie et de Physique (ENSCBP) de l’Institut Polytechnique de Bordeaux (IPB).

Il a été élu meilleur joueur du monde pour l'année 2011 par l'International Rugby Board[5].

Reconnaissance[modifier | modifier le code]

Il est véritablement passé sous les projecteurs après le quart de finale victorieux contre la Nouvelle-Zélande lors de la Coupe du Monde 2007, où il a marqué un essai et réussi le chiffre énorme de 38 plaquages, devenant ainsi le principal contributeur de ce succès (20 à 18) sur les favoris du tournoi. Performance d'autant plus remarquable qu'il n'était pas initialement dans l'équipe mais avait été appelé en remplacement d'Elvis Vermeulen, blessé. Deux ans plus tard, il était capitaine de l'équipe nationale pour la victoire de la France 27-22 sur la Nouvelle-Zélande à Dunedin. En 2011, c'est la reconnaissance internationale avec le titre IRB de meilleur joueur de l'année, tous postes confondus.

Débuts et Pro D2[modifier | modifier le code]

À l'âge de 16 ans, après 12 ans de judo et une ceinture marron, il commence le rugby au Sport Athlétique de Trélissac, puis passe rapidement en Pro D2 au CA Périgueux. Après cette formation en terre périgourdine, Thierry Dusautoir débute en 2001 sa carrière en Top 16 (aujourd'hui Top 14) au sein de l'équipe de Bordeaux-Bègles, où il occupe un poste de titulaire.

Premiers succès avec Colomiers[modifier | modifier le code]

Le club bordelais subissant une rétrogradation financière en Pro D2 à la fin de la saison 2002-2003, Thierry Dusautoir rejoint le club de la banlieue toulousaine de l'US Colomiers qui fait depuis 5 ans de l'ombre au Stade toulousain et poursuit ainsi sa carrière au plus haut niveau national. A Colomiers, il éclate tant sur la scène nationale qu'européenne. Malheureusement pour lui et pour son club, sa saison est marquée par de nombreuses blessures qui l’empêchent de revêtir la tunique frappée du coq et ainsi d'honorer sa première sélection malgré de multiples convocations lors des tournées et du tournoi des 6 nations. Malgré un effectif de grande qualité composé de joueurs tels que Jean-Philippe Grandclaude, Patricio Albacete, Julien Arias, Benjamin Thiéry ou encore Farid Sid, l'US Colomiers est frappée d'une double relégation financière et sportive et Thierry Dusautoir quitte le club après une année.

2004 - 2006 : Top 14 avec le Biarritz Olympique[modifier | modifier le code]

La saison suivante, à 23 ans, il rejoint le Biarritz olympique, champion en 2002 et désireux de reconquérir le Brennus. Dès sa première saison, il obtient un temps de jeu raisonnable et remporte son premier titre de champion de France lors d'une mémorable finale face au Stade français, marquée par le duel entre les deux buteurs, Dimitri Yachvili, côté biarrot et David Skrela, côté parisien (37-34, après prolongation). Sa seconde saison au B.O. marque un tournant dans sa progression : il occupe désormais une place de titulaire en 3e ligne aux côtés de Serge Betsen et Imanol Harinordoquy, tous deux membres du XV de France. Le club basque conserve son titre en étrillant le Stade toulousain (40-13) et atteint pour la première fois la finale de la H-Cup (défaite 23-19 face à la province irlandaise du Munster au Millennium Stadium de Cardiff).

C'est donc en toute logique que Thierry Dusautoir est appelé par Bernard Laporte pour disputer la tournée d'été (alors disputée après la fin du Top 14, avec l'intégralité des joueurs disponibles). Il revêt son premier maillot bleu en Roumanie en juin 2006 et marque son premier essai (victoire 62-14).

2006 - : Stade Toulousain, XV de France et Meilleur Joueur du Monde[modifier | modifier le code]

Thierry Dusautoir plaquant Nick Evans des Harlequins pendant la 4e journée de la H-Cup 2011-2012.

Il rejoint à l'été 2006 le Stade toulousain, en quête du Bouclier depuis 2001. Il dispute 33 matchs en club mais n'apparaît qu'une fois, lors de la tournée d'automne, en équipe nationale alors que se profile la coupe du monde en France.

Après une première saison moyenne avec Toulouse, il ne fait dans un premier temps pas partie du groupe de 30 joueurs retenus par Bernard Laporte pour disputer le tournoi mondial. Il remplace sur blessure Elvis Vermeulen (bien qu'ils n'évoluent pas au même poste, Vermeulen ayant un profil de numéro 8). Cet événement marque un tournant décisif dans sa carrière et son statut au sein des Bleus. Dusautoir est titulaire et ne déçoit pas. Il marque deux essais en phase éliminatoire face à la Namibie (victoire française 87-10) puis son talent de troisième-ligne aile explose à la face de la planète ovale lors du quart de finale face aux All Blacks : Dusautoir effectue 29 plaquages[3] et, cerise sur le gâteau, il redonne l'espoir à son équipe en marquant le premier essai français à la 54e minute (victoire 20-18, 6 octobre 2007 à Cardiff). Lors de ce match, les avants français font preuve (notamment après avoir pris l'avantage au score) d'une imperméabilité défensive remarquable, résistant vingt minutes durant aux assauts des Néo-Zélandais campant aux portes de l'en-but français. Thierry Dusautoir devient le successeur de Serge Betsen dans le rôle du chasseur de n°10.

Thierry Dusautoir à l'échauffement avec le Stade toulousain

Il enchaîne en 2008 avec le Tournoi des Six Nations (4 matchs, sous les ordres du nouveau sélectionneur, Marc Lièvremont) et une très bonne saison en club : les Toulousains récupèrent le Brennus (victoire 26-20 face à Clermont) et atteignent la finale de la H-Cup (nouvelle défaite face au Munster pour Thierry Dusautoir, 16-13). Il est désormais très régulier à haut niveau et considéré parmi les meilleurs flankers du monde.

La saison 2008-2009 démarrant très bien pour le Stade toulousain (victoires significatives contre le Stade français en Top 14 et contre Bath en H-Cup, notamment), Dusautoir fait partie du groupe de la tournée d'automne 2008 : Lièvremont en fait son vice-capitaine, et la sortie de Lionel Nallet donne à Thierry Dusautoir son premier capitanat du XV de France (face à l'Argentine, le 8 novembre 2008, victoire 12-6). Il est capitaine de l'équipe de France lors de la tournée dans l'hémisphère sud de 2009 (Victoire face aux All Blacks). Il connaît une fin de saison difficile en club (quart en H-Cup, demie en Top 14).

Le 20 octobre 2009, en remplacement de Lionel Nallet, il est à nouveau désigné capitaine du XV de France qui remporte le Grand chelem lors du tournoi des six nations 2010. À la fin de la saison il est sacré champion d'Europe avec Toulouse face à Biarritz au Stade de France.

Le 23 octobre 2011, il marque l'unique essai français lors de la finale perdue (8-7) de la coupe du monde de rugby face à la sélection des All Blacks néo-zélandais à l'Eden Park d'Auckland. Il est sacré homme du match à l'issue de la rencontre. Le 24 octobre 2011, il est élu joueur de l'année 2011 par l'IRB[5], il est le second Français à obtenir cette distinction après Fabien Galthié en 2002.

En club[modifier | modifier le code]

Dusautoir célébrant le titre de champion de France de Toulouse, en juin 2011.

En équipe nationale[modifier | modifier le code]

Il a honoré sa première cape internationale en équipe de France le contre l'équipe de Roumanie.

Thierry Dusautoir lors de la coupe du monde de rugby 2011

Palmarès[modifier | modifier le code]

En club[modifier | modifier le code]

En équipe nationale[modifier | modifier le code]

  • Équipe de France A :
    • 2006 : 2 sélections (Irlande A, Italie A)
    • 2004 : 2 sélections (Italie A, Angleterre A)
  • Équipe de France -21 ans : participation au championnat du monde en 2001 en Australie, en 2002 en Afrique du Sud
  • Équipe de France Universitaire

En coupe du monde :

Édition Rang Résultats France Résultats T.Dusautoir Matchs T.Dusautoir
France 2007 Quatrième 4 v, 0 n, 3 d 3 v, 0 n, 2 d 5/7
Nouvelle-Zélande 2011 Deuxième 4 v, 0 n, 3 d 4 v, 0 n, 2 d 6/7

Légende : v = victoire ; n = match nul ; d = défaite.

Édition Rang Résultats France Résultats T.Dusautoir Matchs T.Dusautoir
Tournoi des six nations 2008 3 3 v, 0 n, 2 d 2 v, 0 n, 2 d 4/5
Tournoi des six nations 2009 3 3 v, 0 n, 2 d 2 v, 0 n, 1 d 5/5
Tournoi des six nations 2010 1 5 v, 0 n, 0 d 5 v, 0 n, 0 d 5/5
Tournoi des six nations 2011 2 3 v, 0 n, 2 d 3 v, 0 n, 2 d 5/5
Tournoi des six nations 2012 4 2 v, 1 n, 2 d 2 v, 1 n, 2 d 5/5
Tournoi des six nations 2013 6 1 v, 1 n, 3 d 1 v, 1 n, 3 d 5/5

Légende : v = victoire ; n = match nul ; d = défaite ; la ligne est en gras quand il y a Grand chelem.

Liste des essais[modifier | modifier le code]

Essai Adversaire Lieu Stade Compétition Date Résultat
1 Drapeau : Roumanie Roumanie Bucarest, Roumanie Roumanie Stade Cotroceni Test match 17 juin 2006 Victoire
2 Drapeau : Namibie Namibie Toulouse, Drapeau de la France France Stadium (Toulouse) Coupe du monde 16 septembre 2007 Victoire
3 Drapeau : Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande Cardiff, Drapeau du Pays de Galles Pays de Galles Millenium Stadium Coupe du monde 6 octobre 2007 Victoire
4 Drapeau : Pays de Galles Galles Paris, Drapeau de la France France Stade de France Tournoi des six nations 27 février 2009 Victoire
5 Drapeau : Samoa Samoa Paris, Drapeau de la France France Stade de France Test match 21 novembre 2009 Victoire
6 Drapeau : Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande Auckland, Drapeau de Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande Eden Park Coupe du monde 23 octobre 2011 Défaite

Vie privée[modifier | modifier le code]

Thierry est marié depuis le 6 juillet 2013[6] avec sa compagne Sofia[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d « Thierry Dusautoir », sur www.itsrugby.fr (consulté le 13 octobre 2011)
  2. Comme Pépito Elhorga.
  3. a et b Dusautoir retient les leçons sur le site de L'Équipe
  4. Dusautoir. Chasseur de démons sur le site de La Dépêche
  5. a et b « Dusautoir captain planet », sur coupe-du-monde.tf1.fr (consulté le 24 octobre 2011)
  6. http://www.sports.fr/rugby/top-14/scans/toulouse-le-stade-bientot-a-la-noce-656327/
  7. http://www.gala.fr/l_actu/news_de_stars/reportage_exclu_-_le_rugbyman_thierry_dusautoir_en_lune_de_miel_294642

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]