Albert Spaggiari

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Albert Spaggiari (né le 14 décembre 1932 à Laragne-Montéglin dans les Hautes-Alpes et mort le 8 juin 1989 à Belluno en Italie) est un malfaiteur français d'origine italienne[1]. Il est connu pour avoir été le cerveau du « casse du siècle » survenu à la Société générale de Nice, en juillet 1976. Ancien soldat de la guerre d'Indochine, partisan de l'OAS, écrivain et photographe, il a échappé à la police française durant sa cavale qui a duré jusqu’à sa mort, après une évasion spectaculaire.

Biographie[modifier | modifier le code]

Albert Spaggiari est né en 1932 à Laragne-Montéglin (Hautes-Alpes). Alors qu'il n'a que trois ans, son père meurt (en 1935). Sa mère refait sa vie à Hyères (Var) où elle tient un magasin de lingerie. À l’âge de seize ans, il fugue pour rencontrer le célèbre bandit sicilien Salvatore Giuliano. Durant ce voyage, il fait quelques rencontres avec des personnages hauts en couleur, ce qui accroît encore son admiration pour la marginalité.

En 1950, à 17 ans, il s'engage chez les parachutistes et part pour l’Indochine française où il est affecté au 3e Bataillon de parachutistes coloniaux. Il y est deux fois blessé et une fois décoré.

C'est en 1953 en Indochine française, qu'il débute sa carrière de détrousseur. Le 31 janvier de cette même année, il se fait remettre, avec un complice, la caisse du Milk Bar, un bordel d'Hanoï dont les tenanciers s'étaient mal comportés avec des camarades parachutistes. Il est reconnu et arrêté.

Le 17 août 1954, il est condamné à 5 ans de travaux forcés et 20 ans d'interdiction de séjour en Indochine. En novembre de la même année, il quitte l'Indochine pour la France où il rejoint Marseille et sa prison des Baumettes.

En 1957, après deux remises de peine, il est libéré et s'installe à Hyères où il rencontre Audi, une infirmière qu’il épouse civilement le 27 janvier 1959. Albert trouve un travail à la société Fichet-Bauche, fabricant de coffres-forts. Celle-ci se trouve à Dakar au Sénégal. Albert reste dans cette ville jusqu'en mars 1960, puis il regagne la France en compagnie de son épouse.

Un an plus tard, il est chargé, selon ses dires, d’abattre le général de Gaulle mais reçoit un ordre d'annulation au dernier moment (il qualifie cette tentative avortée comme la plus grande déception de sa vie). Son nouveau combat devient l’Organisation armée secrète (OAS). Le 27 février 1962, il est arrêté à Villefranche-sur-Mer (Alpes-Maritimes) dans une imprimerie clandestine de tracts pour l’OAS. Il est incarcéré à la prison des Baumettes[2]. Il sort en 1965, et s'installe à Bézaudun-les-Alpes dans l'arrière-pays niçois. Il commence alors à militer dans les rangs nationalistes.

Il ouvre un magasin de photo à Nice dans le quartier Ferber en 1968. De ce fait, il travaille beaucoup avec la mairie pour les photos de mariage, ce qui explique certains de ses contacts avec les élus locaux. Puis vient le fameux « casse » de Nice.

L'anecdote laisse entendre qu'il était le photographe de la ville de Nice.

Le « casse du siècle »[modifier | modifier le code]

Inspiration et préparatifs[modifier | modifier le code]

Albert Spaggiari mène une vie calme, il travaille à son studio de photographie à Nice et vit dans une bergerie isolée dans les collines niçoises, proche du village de Bézaudun-les-Alpes, sur les flancs du mont Cheiron. La bergerie est baptisée « Les Oies sauvages » (Les S de la pancarte rappelant volontairement le symbole des SS), en l'honneur du chant de la Légion étrangère. Mais il se lasse vite de cette vie monotone ; pour cette raison, il conçoit et dirige une opération qui est ensuite appelée par le « casse du siècle » de Nice.

Le Paillon passe sous le palais des expositions. C'est par cet endroit que Spaggiari et ses complices rejoignirent les égouts de la ville.

L'idée de s'attaquer à la Société générale de Nice lui vient des romans à suspense qu'il dévore à cette époque, et notamment de Tous à l'égout de Robert Pollock qui décrit le cambriolage d'une banque dans laquelle les malfaiteurs s'introduisent en empruntant les égouts. Un ami conseiller municipal, et employé à la Société générale, lui apprend que la salle des coffres de l'agence de Nice située avenue Jean-Médecin est dépourvue de système d'alarme.

Albert Spaggiari se prend alors à rêver à un cambriolage de l'agence, qui emprunterait les égouts de la ville.

Deux ans avant le casse, pour évaluer le caractère réalisable de son projet, il loue un coffre à la Société générale dans lequel il place un réveil, qu'il règle pour sonner la nuit. Le but de la manœuvre vise à s'assurer de l'absence de systèmes de détection (sismique ou acoustique) à l'intérieur de la salle des coffres. Dans le même temps, il commence une exploration minutieuse des égouts en empruntant l'entrée en amont de la partie couverte du fleuve Paillon, sous le palais des expositions de Nice, qui rejoint, après deux kilomètres, les égouts de la ville.

Après plusieurs nuits de visite, il se persuade qu'il est possible de creuser un tunnel d'accès depuis les égouts passant sous la rue Gustave-Deloye, jusqu'à l'intérieur de la salle des coffres.

Albert Spaggiari décide alors de constituer une équipe pour mener le casse. Il se met en contact avec deux malfrats, Alain Bournat et Francis Pellegrin, qu'il charge de recruter une équipe dans le milieu marseillais.

Les travaux préliminaires de creusement du tunnel[modifier | modifier le code]

Les travaux, qui se révèlent importants, commencent. Le premier coup de burin de creusement du tunnel est donné le 7 mai 1976. Pendant presque trois mois, une quinzaine d’hommes, dont vraisemblablement des professionnels du terrassement, empruntent, de nuit, les égouts depuis l’entrée amont de la partie couverte du fleuve Paillon portant jusqu'à 50 kg de matériel (forets, burins, masses) à travers les 3 km de trajet sinueux dans les boyaux des égouts. Ils creusent dans un sol fait de terre, de poudingue et de pierre, un tunnel de 8 m de long aboutissant directement dans la salle des coffres. Il leur faut, pour finir, percer le mur de la salle des coffres, qui fait 1,80 m d’épaisseur.

Les travaux, réalisés entièrement à la main afin de rester discret, sont très durs, les ouvriers passant parfois plusieurs nuits à essayer d'entamer la même pierre. Le vendredi 9 juillet 1976, Valéry Giscard d'Estaing, alors président de la République, est en visite à Nice. L'important dispositif policier force Spaggiari à interrompre les travaux pour quelques jours et cela, une semaine avant la date qui est prévue pour le casse.

Le week-end de l’ouverture de la salle des coffres[modifier | modifier le code]

L'immeuble de la Société générale, rue de l'Hôtel-des-Postes.

Lorsqu'enfin les travaux se terminent, Albert Spaggiari fixe le week-end des 17 et 18 juillet 1976 pour donner l'assaut final aux coffres. L'électricité est installée dans la galerie, de gros chalumeaux et leurs bouteilles d'acétylène, des barres à mine, un vérin sont amenés pour ouvrir les coffres. À 21 h 30, le vendredi 16 juillet, le dernier morceau de mur menant dans la salle des coffres tombe. Le vérin est utilisé pour renverser le coffre qui s'appuyait sur le mur qui venait juste d'être percé.

L'équipe, qui campe tout le week-end dans la salle des coffres, ouvre en deux jours et trois nuits, 371 coffres (sur un total de 4 000). Le butin est évalué à 50 millions de francs (l'équivalent de 30 millions d'euros de l'année 2011[3]).

Spaggiari s'offre même le luxe de laisser ses complices travailler seuls le samedi soir pour aller dîner dans un restaurant de la ville avec une amie. Il revient dans la salle des coffres un peu plus tard. Selon certains témoignages, Spaggiari amena alors à ses hommes du vin et du pâté pour fêter leur victoire. Ils trouvèrent dans les coffres des photos dénudées de certaines célébrités locales qu'ils affichèrent sur les murs du coffre pour qu'elles soient vues par ceux qui y rentreraient.

Ce week-end là, il pleut dans la région niçoise. Ce détail prend de l’importance, puisque le niveau de l'eau est fortement monté dans les égouts et devient susceptible de bloquer le « gang des égoutiers » dans leur retraite. Albert Spaggiari qui ne veut pas prendre de risque inutile, entame l’évacuation de la salle des coffres le dimanche 18 juillet vers 2h du matin. Il avoue plus tard qu'il aurait voulu bénéficier de trois heures de plus et que cette retraite anticipée lui a laissé un goût d'inachevé.

L'équipe, avant de partir, prend le soin d'effacer toute empreinte et ne laisse qu'un maigre indice qui n’aide pas la police : le message inscrit sur le mur du coffre par Spaggiari «Ni armes, ni violence et sans haine». Néanmoins, de ce message insolite, la police déduit qu'il ne s'agit pas des pratiques habituelles des voyous du milieu traditionnel.

De nombreux aller-retour et près de 3 heures de travail et de trajet dans les égouts sont nécessaires pour sortir tout le butin à la surface avant le lever du jour, lundi 19 juillet 1976. Le niveau est monté dans les égouts et les comparses ont de l'eau jusqu'au cou.

Un 4 x 4 Land Rover a été placé par un complice sur la berge de la partie couverte du Paillon, espace utilisé comme voie d'entrée et de sortie des égouts. Il est chargé avec les 50 millions de francs du butin qui est partagé dans la journée par les complices dans une villa de l'arrière-pays niçois.

Remise en cause[modifier | modifier le code]

Selon plusieurs sources, Albert Spaggiari n'aurait jamais été le cerveau du casse de Nice. En 2007, Thierry Colombié, spécialiste du crime organisé en France et de la French Connection, l'écrit dans Beaux Voyous (Fayard). En 2010, Jacques Cassandri, alias Amigo, affirme dans son livre La Vérité sur le casse de Nice, que Spaggiari n'a jamais été le cerveau, et se revendique comme étant celui-ci[4]. Il écrit : « On savait que Spaggiari ne nous dénoncerait pas. Il avait un sentiment exacerbé de l’honneur. Et puis il était évident qu’il ne pouvait pas dire la vérité. Il aurait alors perdu son statut de vedette. » Ces révélations déclenchent une enquête menée par le juge d'instruction marseillais Charles Duchaine[4].

Développements ultérieurs[modifier | modifier le code]

Dans un premier temps, la police piétinera dans l'enquête faute d'indices. Le message laissé par Spaggiari sur les coffres de la Société générale, n'est pas pour les aider, tant il reflète mal l'état d'esprit normal du genre de bandits qui réussit ainsi un gros coup dans une banque à l'époque.

Spaggiari part d'abord en cavale aux États-Unis, quelques jours après le casse, mais il trépigne et se trouve en mal de reconnaissance. Il va ainsi commettre sa première imprudence. À Washington, il propose ses services à la CIA, pour par exemple, forcer des ambassades, en se présentant comme le cerveau du « casse du siècle » de Nice, sous le surnom de « Bert ». La CIA alerte la police française par télex.

La police recoupe le casse avec les informations d'un indic annonçant qu'une équipe s'apprêtait à faire un gros coup sur la région. Quelques semaines avant le casse, la gendarmerie de Plan-du-Var a effectivement appréhendé, sur les informations de cet indic, plusieurs individus suspects qui attendaient devant l'entrée d'une villa à Castagniers, mais n'a pu procéder à aucune interpellation faute de preuves. Parmi ces personnages, la police reconnaît Daniel Michelucci et Gérard Vigier, bandits du milieu marseillais, déjà connus des services de police. Quelques mois avant le casse, la police avait également procédé à un contrôle de routine dans Nice sur Daniel Michelucci et Gérard Vigier, alors qu'ils chargeaient un grand nombre de burins dans le coffre d'une voiture. La police procède donc à une perquisition dans la dite villa de Castagniers et y trouve des armes ainsi que des bottes portant de la terre, qui, analysée, s'avérera être la même que celle qui se trouve dans les égouts. Le quartier général de Spaggiari et de ses complices pendant les travaux vient d'être découvert. Un peu plus tard, la police arrête Francis Pellegrin et Alain Bournat alors qu'ils viennent de tenter de négocier à l'agence du Crédit agricole de Roquefort-les-Pins, des lingots numérotés provenant du casse. Les deux malfrats avouent rapidement et dénoncent Albert Spaggiari comme étant le cerveau du casse. La police reste incrédule, car Spaggiari, qui n'est pas connu des services de police, n'a apparemment pas la carrure pour commander ses complices marseillais, qui relèvent eux, du grand banditisme. Il subsiste d'ailleurs actuellement un doute sur le fait que Spaggiari ait été le seul cerveau de l'opération dite du « Gang des égoutiers »[5]. Mais aucun élément n'a jamais permis d'étayer cette thèse.

Spaggiari, qui ignore avoir été dénoncé, se trouve en tant que photographe de la ville, dans un voyage au Japon organisé par Jacques Médecin alors maire de Nice. Albert Spaggiari est arrêté à son retour du Japon le 27 octobre 1976, à l'aéroport de Nice et incarcéré à la prison de Nice. La police perquisitionne la bergerie de Bézaudun-les-Alpes où il vit avec sa femme, et y trouve sous un tas de fumier plusieurs armes de guerre (fusil mitrailleur, grenades, armes de poing...). Spaggiari nie les faits dans un premier temps, avant de les reconnaître enfin et après avoir insisté pour les avouer uniquement en présence d'un représentant officiel, en l'occurrence un des plus importants policiers de France, Honoré Gévaudan.

Celui-ci obtient notamment des aveux en faisant un marché avec Spaggiari : s'il avoue les faits, sa femme ne sera pas inquiétée pour la complicité de recel d'armes à la bergerie.

Albert Spaggiari choisit pour sa défense maître Jacques Peyrat, membre du Front national et futur maire de Nice. Selon ses dires de l'époque, le casse aurait été destiné à financer une organisation politique secrète d'extrême-droite italienne qu'il voulait créer, la Catena (« Chaîne » en italien), et dont le but était de contrer les attaques de l'extrême-gauche italienne de l'époque.

L’évasion[modifier | modifier le code]

Le palais de justice et la rue de la Préfecture par laquelle Spaggiari s'enfuit après avoir sauté de l'une des fenêtres de la façade nord[6] (façade de gauche sur la photo).

Albert Spaggiari est incarcéré à la prison de Nice en attendant son procès. Cela fait 5 mois déjà qu'il est en prison quand il confie à son avocat maître Jacques Peyrat son intention de s'évader. Celui-ci tente en vain de l’en dissuader. Ses copains d'Indochine et de l'OAS [Robert Desroches et Michel Brusot] avec qui il a conclu un pacte, décident de le faire évader en prenant la solution la moins risquée. Celle-ci consiste à intervenir alors qu'il se trouvera dans le bureau du juge d'instruction Richard Bouazis, au palais de justice de Nice. Pour cela, Robert Desroches transmet un croquis de l'évasion à Spaggiari en prison. Il y représente un individu en train de sauter par la fenêtre du bureau du juge au palais de justice, en s'aidant d'une gouttière.

Le 10 mars 1977, Albert Spaggiari, Robert Desroches et Michel Brusot mettent à exécution le plan d'évasion. À 15h, Spaggiari, fébrile en présence de son avocat Jacques Peyrat et du juge Richard Bouazis, demande d'abord au juge de faire sortir du bureau son escorte, sous prétexte de révélations à faire concernant des individus haut placés de la politique locale, ce que fait Richard Bouazis. Albert Spaggiari, fournit alors au juge qui l'entend trois gribouillis représentant un plan d'accès au tunnel des coffres, sur trois feuilles, en les présentant comme une preuve. Le juge les examine alors, mais semble ne pas comprendre les croquis. Spaggiari se lève donc en prétextant vouloir expliquer plus en détail au magistrat les documents qu'il lui a remis, il s'approche de la fenêtre du bureau et saute sept mètres plus bas sur le toit d'une voiture garée le long du trottoir[7]. Il parvient à s'échapper grâce à un complice qui l'attend en moto. Beau joueur, il envoie au propriétaire de la Renault 6 endommagée un mandat de 3 000 francs au nom d'Albert Mandrino, en guise de remboursement.

La moto l'amène jusqu'à un parc de stationnement souterrain situé sous la place Masséna, en plein centre de Nice et à moins de 1 km du palais de justice d'où il vient de s'échapper. Il est transféré dans le coffre d'une voiture qui l'amène dans une planque située près du port de Nice, en l'espèce, un appartement bourgeois dans le quartier du Parc Vigier où il retrouve ses deux amis qui ont organisé l'évasion. Il rejoint ensuite Paris. Spaggiari, en cavale, devient le premier bandit médiatique.

Des journaux de gauche affirmèrent que Spaggiari avait bénéficié d'aide parmi ses amis politiques, et en particulier de la part de l'ancien militant de l'OAS et maire de Nice, Jacques Médecin. Ces accusations, considérées comme ridicules par Robert Desroches, compliquèrent néanmoins la tâche de Jacques Médecin au second tour des élections municipales de 1977.

En 1995, Jacques Peyrat accusera Christian Estrosi, futur ministre, actuel maire de Nice, et ancien champion de moto d'avoir été le complice à moto de Spaggiari. Mais Estrosi parviendra à prouver qu'il était, ce jour-là, engagé dans une course à Daytona.

La cavale de Spaggiari[modifier | modifier le code]

Il se grime et passe 12 ans de cavale où il voyage beaucoup, sous la fausse identité de Romain Clément. Il passe du temps en Amérique du Sud, au Brésil, et en Argentine en particulier, pays pour lequel il se passionne et où il achète une grande propriété. Vivant toujours dans la crainte d'être retrouvé, il subit une opération de chirurgie esthétique par Ivo Pitanguy en Argentine.

Il voyage et se cache aussi en Espagne, au Chili et dans un chalet dans le Nord de l'Italie, tout en revenant régulièrement en France. Il s'ennuie un peu, il écrit Les Égouts du paradis en 1978 depuis sa planque en Argentine. Il se marie religieusement, à une admiratrice italienne qui l’aide à se planquer, notamment en France, près de Paris, dans une tour à Puteaux. Il joue beaucoup avec la presse en envoyant des photos depuis ses planques (Spaggiari en Père Noël...), ce qui amuse beaucoup la presse et les Français (moins la police...). En 1983, il donne, depuis une planque à Madrid, une grande interview filmée où il raconte tous les détails du casse du Gang des égoutiers. Pour la publication de son dernier livre Le Journal d'une truffe, il donne une interview à Bernard Pivot pour son programme télévisé Apostrophes, ce qui fait grand bruit (émission enregistrée en Italie, à Milan).

Le procès[modifier | modifier le code]

Le 23 octobre 1979, Spaggiari, toujours en cavale, est condamné par contumace à la prison à perpétuité. Cinq de ses complices sont jugés au procès et condamnés à huit ans de prison. Il s'agit de Pellegrin, Bournat, Poggi, Michelucci et Vigier, tous du milieu marseillais. On pense aujourd'hui[5] que les individus les plus impliqués étaient Michelucci et Vigier. Poggi aurait fait le lien avec le milieu marseillais et le duo Pellegrin / Bournat aurait eu des rôles subalternes de guetteurs. Plusieurs membres de l'équipe n'ont jamais été retrouvés.

Liens avec la police chilienne[modifier | modifier le code]

En 2000, des documents déclassifiés de la CIA et publiés par la National Security Archive prouvent les liens entretenus entre Albert Spaggiari et le régime chilien d'Augusto Pinochet, en particulier avec l'agent de la DINA Michael Townley, responsable de l'exécution de l'ex-ministre de Salvador Allende, Orlando Letelier, à Washington, D.C., en 1976 (accusé d'être impliqué dans le narco-trafic international), ainsi que de celui du général Carlos Prats, à Buenos Aires[8].

Ces complicités avec la junte militaire chilienne, ainsi qu'avec le régime d'Argentine expliquent ses voyages dans ce pays.

Mariage[modifier | modifier le code]

D'après le mensuel Le Choc du mois de mai 2008, l'abbé Philippe Laguérie, alors desservant de Saint-Nicolas-du-Chardonnet, a marié Albert Spaggiari qui considérait qu'« un curé, c'est forcément en soutane et ça parle latin ! ».

Mort[modifier | modifier le code]

Il meurt le 8 juin 1989, à 56 ans, d'un cancer de la gorge[5] alors qu'il se trouve en exil en Italie, après douze années passées à se grimer et à fuir. Sa compagne remonte son corps en France en camping-car sans éveiller les soupçons des douanes et le dépose à Hyères, chez sa mère le 10 juin. Il est enterré à Laragne-Montéglin, dans son village natal.

Écrits de Spaggiari[modifier | modifier le code]

  • 1977 : Faut pas rire avec les barbares
  • 1978 : Les Égouts du paradis
  • 1983 : Le Journal d'une truffe

Cinéma et télévision[modifier | modifier le code]

  • Les Égouts du paradis, 1979, de José Giovanni ; d'après le livre éponyme d'Albert Spaggiari.
  • The Great Riviera Bank Robbery, film britannique de Francis Megahy (1979). Cf. fiche IMDb.
  • Sans arme, ni haine, ni violence, de Jean-Paul Rouve, sorti en France le 16 avril 2008. Le personnage y apparaît nettement plus politiquement correct que dans la réalité.
  • Les Grandes Evasions, Spaggiari "L'agent secret", Marc Maouad & Roland Sicsic, Maydia Production 2009, Planète+Justice: Les révélations exposées par ce documentaire sont passées à peu près inaperçues, et pourtant, c'est la première fois qu'est officiellement évoqué le "manuscrit" écrit par plusieurs égoutiers. Maître Jean-Louis Pelletier, ami d'enfance de Spaggiari, a vu débarquer dans son cabinet parisien deux personnes qu'il prétendait ne pas connaitre. Ces deux hommes se sont présentés comme des "égoutiers" du casse de Nice. Ils lui ont confié le manuscrit de leurs mémoires en lui demandant si, malgré la prescription, ils encouraient un risque en faisant éditer ce livre. Ces personnes possèdent des commerces qu'ils ont acquis avec leur part du butin. Le recel étant un délit continu, ils pouvaient être poursuivis si la police venait à découvrir leur identité. Un premier livre de mémoire d'un égoutier, signé d'un certain "Amigo", est sorti en librairie en 2011. Très rapidement, les autorités ont reconnu Jacques Cassandri derrière le pseudonyme. Néanmoins, même si son récit corrobore le récit présent dans le manuscrit initial, il ne s'agit pas du même auteur. C'est en 2013 seulement que le livre de Didier Caulier, "Confessions d'un Braqueur", sort en librairie. Cette fois il s'agit bien du livre issu du manuscrit remis par Maître Pelletier. Notamment, il y est bien question des exigences de Spaggiari (pages 125 et 155): avoir accès à un coffre dont le titulaire était...l'ambassade du Chili... Cette information est à relier avec les documents de la CIA qui évoquent le lien entre Spaggiari et Michael Townley, le tueur de la DINA. Que contenait ce fameux coffre et à qui Spaggiari en a-t-il remis le contenu? Le casse de Nice a-t-il été réalisé à la demande des services secrets chiliens? Cette hypothèse évoquée dans ce film n'est sans doute pas aussi loufoque qu'elle en a l'air, puisqu'elle repose sur des témoignages publiés ainsi que des documents déclassifiés. Ce documentaire raconte le casse de Nice du point de vue inédit de ces fameux égoutiers.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • René-Louis Maurice, 5 milliards au bout de l'égout, Simoën, 1977
  • Ken Follett avec René Louis Maurice - The rats of Nice. Robbery under the streets of Nice - Under the Streets of Nice - Heist of the Century, 1978
  • Gilbert Picard, Spaggiari ou le casse du siècle, éditions Fleuve Noir, collection Crime Story N°5, 1992 (ISBN 2-265-04717-1)
  • Thierry Colombié, Beaux Voyous, l'histoire de la French Sicilian Connection, Fayard, 2007 (ISBN 978-2213631288)
  • Claude Cotard, Spaggiari ou la parade du fanfaron(isbn - 978-2-9600842-4-5)
  • Christophe Hondelatte, Albert Spaggiari, le casse du siècle : ni armes, ni violence et sans haine, Michel Lafon, collection Faites entrer l'accusé N°5, 2007 (ISBN 9782749905891)
  • Amigo, La vérité sur le casse de Nice, Les petits matins, 2010 (ISBN 9782915879766)
  • Pierre Démaret et Christian Plume, Objectif De Gaulle. Le chapitre 16 de ce livre, publié 3 ans avant le casse de Nice, est consacré à la tentative d'assassinat de De Gaulle par Albert Spaggiari. Editions Robert Laffont, 1973

Documentaire télévision[modifier | modifier le code]

À voir à Nice[modifier | modifier le code]

  • L'embouchure du Paillon à la sortie de sa partie couverte, marquant la limite entre la promenade des Anglais et le quai des États-Unis.
  • L'entrée amont de la partie couverte du Paillon, à la hauteur de la rue de la Gendarmerie, derrière le Palais des expositions. C'est par là que les ouvriers sont entrés, on la voit dans le film de Jean-Paul Rouve et elle n'a pas changé depuis 1977.
  • L'agence de la Société générale à l'angle de l'avenue Jean-Médecin et de la rue de l'Hôtel-des-Postes (n°34).
  • La façade du Palais de justice (Vieux-Nice), côté rue de la Préfecture (n°6). Les fenêtres ont depuis reçu des grilles.[réf. nécessaire]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Émission Faites entrer l'accusé, « Albert Spaggiari, le casse du siècle », n°04x12, diffusée sur France 2 le 29 juillet 2004.
  2. Site de l'ADIMAD
  3. somme convertie par correction de l'inflation observée entre les deux années, d'après le coefficient de transformation du franc d'une année en euro d'une autre année fourni par l'Insee (voir Pouvoir d'achat de l'euro et du franc sur insee.fr)
  4. a et b Denis Trossero, Fred Guilledoux, Romain Luongo, « Exclusif - Le vrai "cerveau" du casse de Nice en garde à vue », La Provence, 19 janvier 2011.
  5. a, b et c documentaire de France 2 Faites entrer l'accusé du 22 avril 2008, présenté par Christophe Hondelatte, qui a par ailleurs écrit un livre sur Spaggiari
  6. « Ce moniteur auto-école a vu s'évader Spaggiari », Nice-Matin, 8 avril 2008. Consulté le 4 décembre 2011.
  7. « Sept bouteilles de champagne pour le saut de "Bert" », Nice-Matin, 28 juillet 2008. Consulté le 6 décembre 2009.
  8. Un certain "Daniel", censé référencer dans la correspondance de Michael Townley Spagiarri aurait conduit des opérations pour le compte de la DINA : Popper and Branch identified "Daniel" as Albert Spaggiari, a French master criminal [...] both ALFA and "Daniel" conducted operations on behalf of DINA' (en) National Security Archives, rapport du 21 janvier 1982 sur la DINA, pp. 4-5