Vieux-Nice

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vieux-Nice
Vue d'une partie du Vieux-Nice
Vue d'une partie du Vieux-Nice
Administration
Pays Drapeau de la France France
Ville Nice
Canton Nice-1
Démographie
Population 6 040 hab. (1999)
Fonctions urbaines commerciale, culturelle, administrative, résidentielle
Géographie
Coordonnées 43° 41′ 48″ N 7° 16′ 33″ E / 43.696727, 7.275889 ()43° 41′ 48″ Nord 7° 16′ 33″ Est / 43.696727, 7.275889 ()  
Cours d’eau Paillon
Site(s) touristique(s) Mairie de Nice, Palais de la Préfecture, Palais communal, Opéra, Palais de justice, Palais du Vieux-Nice, Cathédrale Sainte-Réparate
Transport
Tramway Arrêts Opéra - Vieille ville et Cathédrale - Vieille ville
Localisation
Situation schématique du Vieux-Nice dans la ville
Situation schématique du Vieux-Nice dans la ville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vieux-Nice

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vieux-Nice

Le Vieux-Nice est la partie ancienne de la ville de Nice.

Il est animé le jour par de nombreux commerces, pouvant être aussi bien extrêmement typiques (vente d'olives et d'épices de toutes sortes, de légumes locaux ou de fleurs de la région) que très modernes (boutiques de vêtements à la mode, nombreux tatoueurs) ainsi que des galeries d'artistes. La nuit, il est un lieu de rendez-vous et de sortie pour les niçois. Ses ruelles étroites sont en effet jalonnées de restaurants, de pubs et de boîtes de nuit de toute sorte.

Ses habitants parlent aussi de la « vieille ville » (vièia vila en niçois). Autrefois, le surnom de babazouk lui était également donné, adaptation locale de l'expression arabe signifiant la « porte du souk ».

Le Vieux-Nice est bordé :

Le quartier comprend plusieurs bâtiments administratifs comme la mairie ou encore le Palais de justice. On y trouve aussi l'Opéra de Nice.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le plan de Nice de 1624 qui correspond à la Vieille ville d'aujourd'hui

Influence turinoise

source : Le forum d'urbanisme de Nice

Dès 2009, dans le cadre du 150e anniversaire du rattachement de l’ancien comté de Nice à la France, la ville de Nice entreprend son embellissement au travers d'importants travaux de rénovation.

La vie dans le Vieux-Nice[modifier | modifier le code]

Capitale azuréenne des fêtes nocturnes, les ruelles étroites du Vieux-Nice sont animées par des restaurants, bars, pubs et discothèques. Au matin, le caractère authentique de la ville reprend ses droits et les habitants vont faire leur achats sur le marché du cours Saleya.

La vieille ville a cependant lentement perdu son caractère de village depuis les années 1970, les commerces traditionnels de proximité, en particulier les tripiers autrefois très nombreux, ont disparu, faisant place à ceux destinés davantage aux touristes. On n'y entend presque plus parler niçois alors que la langue locale était très usitée jusque dans les années 1960.

La climatisation naturelle du Vieux-Nice[modifier | modifier le code]

Le quartier dispose d'une climatisation naturelle. Les constructeurs niçois ont en effet tiré parti des mouvements naturels des masses d’air et des vents marins pour climatiser la vieille ville[1].

En matière de mécanisme météorologique, un principe énonce que lorsque deux lieux proches ont des températures différentes, un déplacement d’air se crée, ce qui va rétablir l’équilibre thermique[1]. Or, en été, les toits sont surchauffés par le soleil. En revanche, quelques mètres plus bas, les ruelles étroites et profondes sont plus fraîches. Quelques degrés de différence suffisent pour mettre en mouvement l’air[1]. Celui-ci est alors aspiré vers le haut et le linge pendu aux fenêtres sèche avec rapidité. C'est le cas dans toutes les villes disposant d'un réseau de rues étroites.

Mais dans le Vieux-Nice, certaines particularités architecturales accentuent ce phénomène. Ainsi, les clairoirs, des ouvertures grillagées placées au-dessus des portes des maisons du Vieux-Nice qui par leur art et leur diversité contribuent au charme des lieux, ne sont pas seulement des éléments décoratifs. Associées à d’autres éléments architecturaux, elles participent activement à rendre supportable l’atmosphère des étroites ruelles et des habitations, particulièrement lors des canicules estivales[1].

Les clairoirs constituent une prise d’air, comme les volets niçois dotés dans leur partie basse d’un clapet entrebâillé vers la ruelle. L'air aspiré peut alors s’engouffrer respectivement dans le corridor et les pièces d’habitation et remonter dans la cour intérieure de l’immeuble[1]. Ce courant d’air à l’échelle d’une habitation est expulsé par une verrière placée sur le toit et qui elle-même contribue à renforcer encore l’effet de « cheminée thermique[1] ».

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Galerie de photos génériques[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Les rues du Vieux-Nice[modifier | modifier le code]

A[modifier | modifier le code]

Abbaye (Rue de l’)[modifier | modifier le code]

La rue fut nommée ainsi car elle constituait le centre administratif de l'abbaye de Saint-Pons située bien plus au nord dans la vallée du Paillon (l'actuel hôpital Pasteur). L'abbaye, fondée par Charlemagne, se trouva couverte de legs de la noblesse locale avant l'an mil. Ces activités furent scindées par la suite du monastère et rassemblées dans cette rue. Les immenses étendues furent peu à peu fractionnées ou vendues au fil des siècles.

C[modifier | modifier le code]

Charles-Felix (place)[modifier | modifier le code]

La place n'est que le fond oriental du Cours Saleya, aux pieds de la colline du château. Au fond la colline du château. Le peintre Henri Matisse y séjourna.

Collet (rue du)[modifier | modifier le code]

Située au sud de la place Saint-François, elle commence au même emplacement que la rue Droite mais longe le Paillon.

  • no 2ter rue du Collet : Maïoun Secondo
  • no 7 : La maison de l'ecclésiastique et historien Gioffredo

D[modifier | modifier le code]

Droite (rue)[modifier | modifier le code]

Elle n'a rien de "droit" mais son nom provient d'une mauvaise traduction de drecha qui signifie directe. C'était, en effet, la rue qui reliait la plage des Ponchettes située au sud jusqu'au bastion Pairolière situé sur la limite nord de la vieille ville. Les marchandises y transitaient sur cet axe étroit par porteurs, mulets ou charetons.

NIK-visite.gif Visite de la rue Droite
Nice-VieilleVille-PalaisLascaris-RueDroite.jpg

F[modifier | modifier le code]

Fausse (porte, escaliers)[modifier | modifier le code]

NIK-visite.gif Visite photo
NIKAIA-porteFausseD1.jpg

G[modifier | modifier le code]

Garibaldi (place)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Place Garibaldi.

Histoire : Après le minage des remparts de Nice, la vieille ville put s'ouvrir vers le nord par une large place construite sur un plan carré et arcades.

Gilly (voir Jules-Gilly)

J[modifier | modifier le code]

Jean-Jaurès (boulevard)[modifier | modifier le code]

De la Place Masséna à la rue Barla. Le boulevard emprunte les anciennes digues du Paillon. Axe de circulation actuel W ⇒ E. La création du boulevard Jean-Jaurès remonte vers 1825, sous les ordres de l’intendant sarde Alexandre Crotti de Costigliole. Le boulevard s’appelle alors boulevard des Bastions, puis boulevard du Pont-Vieux. Au début du XXe siècle, il s'appelle boulevard Mac-Mahon du nom du général devenu président de la république française.

NIK-visite.gif Visite de l'avenue Jean-Jaurès

Le boulevard Jean-Jaurès durant les travaux du nouveau tramway. Vue en direction du nord.
Le boulevard vers 1900, même direction.

Jules-Gilly (rue)[modifier | modifier le code]

C'est le dernier tronçon qui reliait le sud au nord de la ville au Moyen Âge, soit des Ponchettes à la porte Pairolière.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

NIK-visite.gif Visite photo

M[modifier | modifier le code]

Malonat (rue du)[modifier | modifier le code]

Montée de la rue du Malonat

La rue du Malonat s'élève en gradins depuis la rue de la Préfecture vers la colline du Château. Elle doit son nom aux « maloun » (nom niçois des « tommettes »), petites plaques hexagonales en terre cuite servant au pavage des rues ou au carrelage des maisons[2]. Pendant la Révolution et sous l'Empire, elle s'est appelée rue de la Fraternité, puis rue Oblique, avant de retrouver son nom initial[3].

La statue de Notre Dame du Malonat dans son oratoire

Au sommet de cette rue en impasse se dresse un oratoire dédié à Notre Dame du Bon Secours. Il a été élevé en 1854 par les habitants du quartier et leur chanoine, reconnaissants d'avoir échappé à une épidémie de choléra. En effet, le choléra était apparu à Nice en juillet 1854. Les malades avaient été installés dans un bâtiment proche, l'ancien couvent des Bernardines, et les habitants s'en étaient alors remis à la Vierge[4]. L'oratoire abrite une statue de Notre-Dame du Bon-Secours, dite aussi Notre-Dame du Malonat, faite en carton plâtre, comme le sont les chars et les grosses têtes du Carnaval niçois[5]. La première célébration de Notre-Dame du Malonat eut lieu le 2 août 1854, l'oratoire lui-même fut inauguré le 8 septembre 1854.

Depuis lors, une fête votive est organisée dans le quartier chaque année. Elle est prise en charge par des dames patronesses, les prioulessa[6]. Le centenaire de cette tradition a été célébré en mai 1954, année mariale et également centenaire du dogme de l'immaculée conception. Le cent-cinquantenaire, en 2004, a donné lieu à des festivités et à des conférences[4].

P[modifier | modifier le code]

Pairolière (rue)[modifier | modifier le code]

Bien connue des niçois et des touristes, c'est la rue commerçante de la vieille ville. Elle débute au nord près de la place Garibaldi, un ancien bastion protégeait l'entrée de la ville à cet emplacement. Elle rejoint au sud la place Saint-François.
Ce terme provient du niçois pairou (= chaudron). Au Moyen Âge, c'était la rue des chaudronniers.

La rue Pairolière à son début en direction de la place Saint-François, un dimanche (les commerces sont fermés).
La rue Pairolière en direction de la place Garibaldi (Nord).
NIK-reportage.gif Visite de la rue Pairolière

Pont-Vieux (rue du)[modifier | modifier le code]

Appelée simplement rue du pont vers le XVIe siècle elle portait antérieurement le nom de carriera Fustaria (= rue des Fustiers ou menuisiers). La construction du Pont-Neuf en 1824 obligea d'ajouter l'adjectif vieux pour singulariser la voie qui accédait au pont Saint-Antoine. En dehors de quelques gués, c'était la seule voie carrossable vers l'autre rive du Paillon et vers la France.

La rue du Pont-Vieux à son départ de la place Rossetti en direction N.
Le début de la rue du pont-vieux vers la place Rossetti (vers le sud).

11 rue du Pont-vieux

NIK-visite.gif Visite de la rue en partant du Paillon vers la place Rossetti

Jadis, il semblerait que le côté ouest était orné de portiques gothiques retombant sur des colonnes courtes. Il en subsiste des restes au nord. À l'extrimité nord se trouvait la porte Saint-Antoine qui reliait la rue au Pont Saint-Antoine. La porte fut démontée au XIXe siècle et remontée au Château créant une fausse ruine en contrebas de la Cascade.

Préfecture (rue de la)[modifier | modifier le code]

La rue de la Préfecture a porté le nom de rue Impériale sous le Premier Empire et le Second Empire (1860-1870 à Nice).

R[modifier | modifier le code]

Rossetti (place)[modifier | modifier le code]

C'est le cœur de la vieille ville touristique. On y trouve des restaurants sur trois côtés.
Initialement, un bloc de maisons bouchait la vue de la cathédrale Sainte-Réparate la rendant aussi difficile à voir que le palais Lascaris actuellement dans la rue Droite. Le don de cet ilot à la ville par la famille Rossetti permit sa démolition et de jouir de la vue que nous connaissons. En échange, la ville octroya le nom de la famille à la nouvelle place ainsi qu'à la rue qui grimpe vers le château.
En été, la place est maintenant occupée par les tentures des commerçants.

La cathédrale est derrière le photographe

Elle fait parfois l’objet de manifestations locales comme, par exemple, la crèche vivante de Noël.

Calena = La crèche de Noël, en niçois

Rossetti (rue)[modifier | modifier le code]

Partant de la place en grimpe vers l’est sur les contreforts de la colline du château. Un escalier ultime permet d’accéder à la rue du château, l’ancienne et unique voie d’accès à la citadelle. Pour le nom voir ci-dessus la place Rossetti.

La rue Rossetti dans le sens descendant, au fond, la place aux Herbes et la place Rossetti cachée à gauche.

S[modifier | modifier le code]

Saint-Hospice (rue)[modifier | modifier le code]

La rue Saint-Hospice va de la rue de la Providence à la ruelle Saint-François. Son nom est un hommage à saint Hospice, un ermite de la région de Nice.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Christophe Petitcollot, Nice : la cité sous le vent, Sciences et Avenir, no 475, septembre 1986, p. 76-79.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Christophe Petitcollot, Nice : la cité sous le vent, Sciences et Avenir, n°475, septembre 1986, pp. 76-79
  2. Rue, ruelle du Malonat, sur le site Nice Rendez-vous. Consulté le 17 février 2010.
  3. La fête du Malonat, sur le site officiel de la ville de Nice. Consulté le 17 février 2010.
  4. a et b La Fête Votive de Notre-Dame du Malonat, 150 ans de tradition religieuse dans le Vieux-Nice, sur le site Nice Rendez-vous. Consulté le 17 février 2010.
  5. Guillaume Lambert, Le rôle de l'Eglise en matière de soins dans le Comté de Nice et son particularisme au XIXe siècle, 2009, p.12. En ligne sur le site HAL (Hyper Article en Ligne), Centre pour la communication scientifique directe (CCSD), consulté le 17 février 2010.
  6. Dominique Bon, « La fête votive du Malonat dans le Vieux-Nice: la tradition des prioulessa de la vierge », in Le comté de Nice : de la Savoie à l'Europe, Le comté de Nice, de la Savoie à l'Europe - identité, mémoire et devenir, Actes du colloque de Nice, 24-27 avril 2002, sous la direction de Jean-Marc Giaume et Jérôme Magail, Serre Éditeur, 2006 (ISBN 9782864104674). Article en ligne sur Google Books, consulté le 17 février 2010.