Alcides Ghiggia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Alcides Ghiggia
Alcides Ghiggia 2006.jpg
Alcides Ghiggia en 2006.
Biographie
Nom Alcides Edgardo Ghiggia
Nationalité Drapeau : Uruguay Uruguayen
Drapeau : Italie Italien
Naissance 22 décembre 1926 (87 ans)
Lieu Montevideo (Uruguay)
Taille 1,69 m
Période pro. 19481967
Poste Ailier
Parcours professionnel 1
Saisons Club M. (B.)
1948-1953 Drapeau : Uruguay Peñarol 169 (26)
1953-1961 Drapeau : Italie AS Roma 201 (19)
1961-1962 Drapeau : Italie AC Milan 004 0(0)
1962-1967 Drapeau : Uruguay Danubio FC 128 (12)
Sélections en équipe nationale 2
Années Équipe M. (B.)
1950-1952 Drapeau : Uruguay Uruguay 012 0(4)
1957-1959 Drapeau : Italie Italie 005 0(1)
Équipes entraînées
Années Équipe Stats
1980 Drapeau : Uruguay Peñarol
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.

Alcides Edgardo Ghiggia, né le 22 décembre 1926 à Montevideo, est un footballeur uruguayen.

Évoluant au poste d'ailier droit, il remporte avec l'équipe d'Uruguay la Coupe du monde de 1950, au cours de laquelle il marque le but décisif lors du match final face au Brésil.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ghiggia grandit dans une famille appréciant le football, dans la nostalgie de la victoire en Coupe du monde de 1930[1]. Il s'essaie dans sa jeunesse à différents sports avant de décider de se consacrer définitivement au football à partir de 1946, au Sud América de Montevideo. Il effectue l'année suivante un essai - infructueux - au Club Atlético Atlanta de Buenos Aires, où il côtoie un de ses modèles Adolfo Pedernera. En 1948, à 21 ans, il signe finalement au Club Atlético Peñarol, un des principaux clubs d'Uruguay[1].

Usant de sa technique, de sa vitesse et de son abnégation, l'ailier s'y fait vite remarquer au sein de la fameuse Escuadrilla de la Muerte, le cinq offensif composé de Ghiggia, Míguez, Vidal, Schiaffino et Hohberg qui permet au club de remporter le championnat en 1949[1]. Il se trouve sélectionné en équipe nationale en mai 1950, à l'occasion de la Copa Rio Branco[2]. Deux mois plus tard, il part à la Coupe du monde organisée par le Brésil. Il y dispute le 3e match de groupe face à la Bolivie, où il marque son premier but avec la Celeste qui clôt la marque à 8-0, et gagne sa place de titulaire pour les matchs du tour final. Il ouvre le score contre l'Espagne (2-2) puis égalise contre la Suède (3-2)[3]. Lors du match décisif face au Brésil, véritable finale du tournoi, il offre une passe décisive à son coéquipier Juan Schiaffino pour l'égalisation puis marque lui-même le but du 2-1, qui permet aux siens de remporter la Coupe du monde, au grand dam des 200 000 spectateurs brésiliens. L'épisode reste connu comme le Maracanazo[4],[5].

En 1952, alors qu'il est devenu une grande vedette, Ghiggia agresse l'arbitre du derby Peñarol-Nacional et se trouve suspendu 15 mois. Il décide alors de quitter le pays et part en Europe, à l'AS Roma. Son départ du pays clôt sa carrière avec la sélection uruguayenne[1].

Ghiggia est une grande vedette à Rome, où il mène grande vie. Entre juin 1957 et février 1959, Ghiggia est sélectionné à cinq reprises avec l'équipe d'Italie, pour laquelle il marque un but[2]. Il gagne à Rome un seul trophée, la Coupe des villes de foires en 1961, sans jouer la finale. Après une dernière saison en pointillé à Rome, il signe au Milan AC, où il ne joue que quatre matchs de championnat lors de la saison 1961-1962, ce qui lui suffit à remporter officiellement le titre de champion d'Italie[1].

À 37 ans, il rentre en Uruguay, où le Danubio FC lui offre de poursuivre sa carrière, ce qu'il fera cinq saisons[1].

En 1980, il est nommé entraîneur du Club Atlético Peñarol, mais l'expérience ne dure pas. En 2007, il a été fait citoyen d'honneur de la ville de Montevideo, en même temps qu'Aníbal Paz, autre survivant de la finale 1950 remportée face au Brésil. Il est depuis 2009 le dernier survivant de cette finale[5].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Avec l'Uruguay
Avec le Peñarol
Avec l'AS Roma
Avec l'AC Milan

Références[modifier | modifier le code]