Ferencváros TC (football)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ferencváros

Logo du Ferencváros
Généralités
Nom complet Ferencvárosi Torna Club
Surnoms Fradi
Fondation 3 mai 1899
Couleurs vert et blanc
Stade Groupama Aréna
(23 700 (22 000 UEFA) [1] places)
Siège IX. Üllői út 129
H-1091 Budapest
Championnat actuel OTP Liga
Président Drapeau : Hongrie Gábor Kubatov
Entraîneur Drapeau : Allemagne Thomas Doll
Site web www.ftc.hu

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur

Le Ferencvárosi Torna Club, souvent appelé Ferencváros, est un club de football hongrois issu du club omnisport Ferencváros TC. Créé en 1899 par Ferenc Springer, il est l'un des clubs du pays les plus populaires. Il est situé dans le 9e district de Budapest (capitale de la Hongrie).

Au cours de son histoire, il a remporté 28 Championnats de Hongrie, 20 Coupes de Hongrie, quatre Supercoupes de Hongrie, une Coupe de la Ligue hongroise, une Coupe des villes de foires (ancêtre de la Coupe UEFA) et deux Coupes Mitropa. Par ailleurs le club a atteint la finale de la Coupe d'Europe des vainqueurs de coupe 1975 contre le Dynamo Kiev. Il s'agit du seul club hongrois à avoir conquis un titre continental.

Histoire[modifier | modifier le code]

affiche d'un match entre Ferencváros et Magyar AC en 1913.

De la création de la première division hongroise en 1901 à la saison 2007, Ferencváros avait participé à toutes les éditions. Mais en raison de difficultés financières, le club est relégué pour la première fois en deuxième division lors de la saison 2006-07. Il s'agit également du seul club hongrois à avoir remporté un titre européen avec la Coupe des villes de foires 1965 tout comme il s'agit, avec Debrecen, d'un des deux seuls club hongrois qualifiés pour une phase de poule en Ligue des champions (en 1995) après avoir battu le RSC Anderlecht en phase qualificative.

Après trois années dans l'antichambre, Ferencváros remonte en première division pour la saison 2009-10.

Dates clés[modifier | modifier le code]

  • 1899 : fondation du club sous le nom de Ferencvárosi TC
  • 1926 : le club est renommé Ferencváros FC
  • 1944 : le club est renommé Ferencvárosi TC
  • 1950 : le club est renommé EDOSZ Budapest
  • 1951 : le club est renommé Budapesti Kinizsi SE
  • 1957 : le club est renommé Ferencvárosi TC
  • 1960 : première participation à une Coupe d'Europe (C2) (saison 1960/61)

Années 1960-1970[modifier | modifier le code]

Titre continental en 1965[modifier | modifier le code]

Les années 1960-1970 coïncident avec les meilleurs années à l'échelon européen du club.

Lors de la saison 1962-63, Ferencváros atteint les demi-finales de la Coupe des villes de foires, il bat le club allemand du Viktoria Cologne puis le club italien UC Sampdoria. En quart-de-finale, les Roumains du FC Petrolul Ploieşti offrent une bonne mais vaine résistance mais en demi-finale ils sont défaits par le club yougoslave du Dinamo Zagreb, ce dernier remportant les deux matchs (0-1, 1-2).

En 1964-65, Ferencváros entame une campagne européenne qui l'envoie en finale comptant dans ses rangs Flórián Albert, Zoltán Varga, Dezső Novák, Gyula Rákosi ou Máté Fenyvesi. Ils éliminent notamment l'AS Rome, l'Athletic Bilbao et Manchester United avant de battre sur un unique but de Fenyvesi la Juventus à Turin.

En 1966, ils sont battus en quart-de-finale de la Coupe des champions par l'Inter Milan puis au 3e tour de la Coupe des Foires par l'Eintracht Francfort en 1967.

Finale européenne en 1968[modifier | modifier le code]

En 1968, le club parvient pour la seconde fois de son histoire en finale. Malgré des qualifications difficiles au début de la compétition, tout d'abord contre les Roumains du FC Argeş Piteşti, ces derniers remportent 3-1 le match aller avant de perdre 4-0 puis contre le club espagnol du Real Saragosse qui bat également en match aller Ferencváros 2-1 avant de perdre 3-0, il affronte Liverpool FC. Les Anglais perdent ses deux rencontres sur le même score de 1-0, tout l'Athletic Bilbao en quart-de-finale sur le score de 2-1. En demi-finale, contre Bologne FC, les Hongrois s'imposent 3-2 au match aller après avoir été mené 2-0 puis obtient un match nul 2-2 au retour pour se qualifier pour la finale. Ils sont opposés à Leeds United. Les Hongrois s'inclinent à Elland Road 1-0 sur un but de Michael Jones et malgré le soutien de 70 000 spectateurs au match retour à Budapest, ils sont tenus en échec 0-0 laissant leurs adversaires remporter son premier titre continental.

Lors de la saison 1971-72, ils atteignent les demi-finales après avoir écarté successivement Fenerbahçe SK, Panionios Athènes, Eintracht Braunschweig et le FK Željezničar Sarajevo. En demi-finale, ils sont tenus en échec à domicile par Wolverhampton Wanderers avant de perdre 2-1 au retour.

Finale européenne en 1975[modifier | modifier le code]

Lors de la saison 1974-75, Ferencváros parvient en finale de la Coupe d'Europe des vainqueurs de coupes. Pour y parvenir, il élimine au premier tour le club gallois Cardiff City FC (2-0, 4-1), en huitième-de-finale il affronte le club anglais du Liverpool FC qu'il élimine sans gagner de match à la faveur d'un match aller 1-1 à Anfield (0-0 au match retour), en quart-de-finale c'est le club suédois Malmö FF qui est écarté (3-1, 1-1) puis en demi-finale le club yougoslave de l'Étoile rouge de Belgrade ne peut rien pour empêcher Ferencváros de poursuivre sa route (2-1, 2-2). En finale, c'est une rencontre entre deux clubs de pays de l'Est qui détermine le vainqueur puisque Ferencváros sous la houlette de Jenő Dalnoki affronte le club soviétique du Dynamo Kiev. Ce dernier emmené par Oleg Blokhine et Vladimir Onischenko prend de vitesse le club hongrois (qui déplore la suspension de László Bálint et la blessure de László Pusztai[2]) au Parc des Princes (Paris) et s'impose 3-0.

Années 1980-1990[modifier | modifier le code]

Depuis 1975, Ferencváros n'est jamais parvenu à se qualifier pour le dernier carré d'une compétition européenne malgré de nombreuses participations et est même éliminé à plusieurs reprises au premier tour. Les exploits européens se font plus rares, à l'exception d'une qualification acquise contre l'Athletic Bilbao en 1983 (2-1, 1-1) ou sa qualification en phase de poules de la Ligue des champions en 1996 acquise contre RSC Anderlecht, ils affrontent alors l'Ajax Amsterdam (1-5, 0-4 - tenant du titre), les Grasshopper Zurich (3-3, 3-0) et le Real Madrid qu'ils tiennent en échec 1-1 à domicile après avoir été battu 6-1 en Espagne.

Années 2000[modifier | modifier le code]

Relégation de Ferencváros en 2006[modifier | modifier le code]

Après 105 années d'existence, Ferencváros connaît de graves difficultés financières et se trouve dans l'incapacité de combler des dettes que le club doit à d'anciens dirigeants et entraîneurs[3]. À quelques jours de la reprises du championnat de Hongrie 2006, la fédération hongroise décide de rétrograder le club en deuxième division en lui refusant la licence, c'est la première fois que le club est relégué dans son histoire.

Désireuse de défendre ses intérêts auprès de la justice, le tribunal de Budapest donne raison au club en juillet 2007 en stipulant qu'« il y avait eu des erreurs dans l'attribution des licences et que la Fédération n'aurait pas du reléguer le club en deuxième division. »[4]. Le club menace d'engager un nouveau procès pour obtenir des compensations financières (d'un montant de 1,62 million d'euros) mais se met finalement d'accord avec la fédération hongroise en août 2007. Cette dernière décide d'organiser un match amical entre l'équipe nationale de Hongrie et Ferencváros dont les recettes sont reversées au club, de plus elle renonce à une procédure disciplinaire pour radier le club (elle estimait que le club devait passer devant les juridictions sportives et non la justice civile). Cependant, le club reste en deuxième division[5].

Reprise du club par un investisseur anglais en 2008[modifier | modifier le code]

Criblé de dettes et évoluant en deuxième division depuis 2006, Ferencváros est mal-en-point. Un investisseur immobilier anglais, Kevin McCabe (patron d'Esplanade Real Estate), décide alors de reprendre le club et d'y investir environ 15 millions d'euros, épongeant du même coup les dettes et en garantissant un nouveau stade dont la capacité est portée à 25 000 places au lieu des 18 000 places d'ici 2011[6].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Palmarès en compétitions officielles
Compétitions nationales Compétitions internationales

Joueurs et personnalités du club[modifier | modifier le code]

Entraîneurs[modifier | modifier le code]

Tóth-Potya (1926-30) • Blum (1930-37) • Bródy (1937) • Sándor (1937) • Rauchmaul (1937-38) • Hlavay (1938-39) • Dimény (1939-42) • Tóth-Potya (1943) • Schaffer (1943-44) • Szabó (1945) • Mike (1945) • Urbancsik (1945-46) • Dimény (1946-47) • Opata (1947) • Lyka (1948-50) • Vadas (1950) • Urbancsik (1951) • Deák (1952) • Soós (1953-56) • Csanádi (1957) • Tátrai (1958-61) • Mészáros (1961-65) • Vilezsál (1965) • Tátrai (1966) • Lakat (1967-69) • Kalocsay (1970) • Dalnoki (1970) • Csanádi (1970-73) • Novák (1973) • Dalnoki (1973-78) • Friedmanszky (1978-80) • Novák (1980-83) • Vincze (1984-85) • Dalnoki (1985-87) • Rákosi (1987-90) • Nyilasi (1990-94) • Novák (1994-96) • Mucha (1996) • Varga (1996-97) • Nyilasi (1997-98) • Vlak (1999) • Mucha (1999) • Poklepović (1999-00) • Csank (2000-01) • Garami (2002-03) • Pintér (2004) • László (2004-05) • Gellei (2005-07) • Kuntic (2007) • Csank (2007-08) • Davison (2008--) •

Joueurs célèbres[modifier | modifier le code]

Effectif actuel[8][modifier | modifier le code]

No. Nat. Position Nom du joueur
1 Drapeau de la Slovénie G Marko Ranilovic
3 Drapeau des Pays-Bas D Mark Otten
4 Drapeau de la Hongrie D Dániel Sváb
5 Drapeau de l'Allemagne D Philipp Bönig
7 Drapeau de la Bosnie-Herzégovine M Aleksandar Jovanovic
8 Drapeau de la Hongrie M Józsi György
10 Drapeau : Serbie A Milan Peric
13 Drapeau de la Hongrie A Böde Dániel
14 Drapeau : Roumanie M Andrei Ionescu
17 Drapeau de la Hongrie M Batik Bence
18 Drapeau de la Hongrie M Gárdos András
19 Drapeau de la Hongrie M Gyömbér Gábor
21 Drapeau de l'Allemagne D Muhamed Bešić
No. Nat. Position Nom du joueur
22 Drapeau de la Hongrie M Busai Attila
27 Drapeau des Pays-Bas M Julian Jenner
28 Drapeau de la Hongrie G Gyenes Dávid
30 Drapeau de la Hongrie M Vladan Cukic
39 Drapeau de la Hongrie A Orosz Márk
41 Drapeau de la Hongrie G Kunsági Roland
44 Drapeau de la République tchèque D Martin Klein
51 Drapeau de la Hongrie M Vass Máté
55 Drapeau de la Hongrie G Jova Levente
66 Drapeau : Serbie M Aleksandar Alempijevic
77 Drapeau de la Finlande M Juha Hakola
88 Drapeau du Brésil A Somalia
Drapeau du Brésil A Leonardo

Supporters[modifier | modifier le code]

Les supporters de Ferencváros, à l'instar de ceux d'Újpest FC se sont signalés dans les années 1990 et 2000 pour leurs propos racistes quand des joueurs noirs sont venus en Hongrie. Lors d'une rencontre dans le cadre de la Coupe d'Europe en octobre 1995 contre l'Ajax Amsterdam, l'association des Pays-Bas de football a vivement protesté auprès de l'UEFA en raison d'injures racistes contre les joueurs noirs de l'Ajax. En 2002, l'UEFA punit le club pour comportements racistes de ses supporters après un match contre le club du VfB Stuttgart à un match à huit clos[9]. En avril 2004, la rencontre Ferencváros - MTK Hungária FC se dispute sous des chants anti-juifs de la part d'une cinquantaine d'individus en raison des liens étroits qu'a entretenu le MTK avec la communauté juive dans son histoire[10]. Cependant, l'arrivée au club du joueur nigerian Thomas Sowunmi qui effectue de bonnes prestations lors de son passage au club entre 2003 et 2005 et la sévérité des sanctions effectuées depuis par la fédération hongroise pour combattre le racisme allant jusqu'à retirer des points au classement (Ujpest est sanctionné avec la perte de trois points en championnat lors de la saison 2006-07 pour comportements racistes de ses supporters), les supporters se sont assagis et ont été salués pour des initiatives anti-racistes[11].

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (hu) <http://groupamaarena.com/?menu=stadion_fakt.html> « <Statistiques du Stade à partir du site officiel> » (consulté le 10 juillet 2014).
  2. (fr) 1974/75 : Le Dynamo parmi les grands, uefa.com.
  3. (fr) Ferencvaros sanctionné, francefootball.fr, 26 juillet 2006.
  4. (fr) Ferencvaros gagne son procès contre sa rétrogradation, fifia.com, AFP, 18 juillet 2007.
  5. (fr) Ferencvaros et la fédération font la paix, mais le club reste en D2, fifa.com, AFP, 3 août 2007.
  6. (fr) Le club Ferencvaros sauvé par un investisseur britannique, rtlinfo.be, 13 février 2008.
  7. Championnat officiel. À cause de la guerre, le championnat 1944-1945 a été interrompu, mais la Fédération hongroise a décidé au printemps 1945 d'organiser un championnat à Budapest.
  8. (hu) Liste des joueurs sur le site officiel, ftc.hu, 31 janvier 2013.
  9. (en) Ferencvaros face rap over violent fans, John Ley and William Johnson, telegraph.co.uk, 1 octobre 2004.
  10. (en) Hungarian match marred by racism, kickitout.org, 23 avril 2004.
  11. (fr) La Hongrie face au racisme dans les stades de football, dhnet.be, 30 juillet 2007.

Lien externe[modifier | modifier le code]