Laurent Roux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Roux.
Laurent Roux
Image illustrative de l'article Laurent Roux
Laurent Roux au Critérium de Lèves 1999
Informations
Nom Roux
Prénom Laurent
Date de naissance 3 décembre 1972 (41 ans)
Pays Drapeau de la France France
Équipe amateur
1991
1992
1993
Toulouse Sprint
US Montauban
Tarbes Cycliste
Équipe professionnelle
1994-1995
1996-1998
1999
2000
2001-2002
2003
Castorama
TVM
Casino
Mobilvetta Design - Rossin
Jean Delatour
Flanders - iTeamNova
Principales victoires
1 étape du Tour d'Italie

Laurent Roux est un ancien coureur cycliste français, né le 3 décembre 1972 à Cahors. Professionnel de 1994 à 2003, il a notamment remporté le Tour de l'Avenir en 1997 et une étape du Tour d'Italie 1998, ce qui lui a permis de porter le maillot rose de leader du classement général pendant une journée. Il a subi deux contrôles antidopage positifs, le second lui valant une suspension de 4 ans qui a mis fin à sa carrière.

Biographie[modifier | modifier le code]

Durant sa carrière amateur, Laurent Roux remporte le Tour du Tarn-et-Garonne et la Ronde de l'Isard en 1992, et le championnat de France militaire en 1993.

Il devient cycliste professionnel en 1994 dans l'équipe française Castorama, dans laquelle il a été stagiaire en 1993. Durant cette saison, il est vainqueur de La Côte Picarde, course du calendrier national, et se classe 2e de la Classique des Alpes, 3e du Tour du Limousin, 5e de Paris-Nice, 9e du Tour de l'Avenir. En août, il est sélectionné en équipe de France pour les championnats du monde sur route à Agrigento en Italie. Il y prend la 55e place de la course en ligne, remporté par le Français Luc Leblanc, devant l'Italien Claudio Chiappucci et un autre Français, Richard Virenque. En 1995, Laurent Roux remporte une étape du Tour de l'Avenir, dont il prend la troisième place finale. Il est également troisième du Tour du Poitou-Charentes. Il participe à nouveau aux championnats du monde avec l'équipe de France, en octobre, à Duitama en Colombie.

En 1996, il est recruté par l'équipe néerlandaise TVM. Il participe une première fois au Tour d'Italie (42e) et au Tour de France (44e). Vainqueur d'étapes de la Route du Sud et du Tour de l'Avenir, il est vice-champion de France derrière Stéphane Heulot. En octobre, il connaît sa troisième sélection consécutive en équipe de France pour les championnats du monde, qui ont lieu à Lugano en Suisse. À l'issue de cette saison, son contrat avec TVM est prolongé de deux ans, jusqu'à la fin de l'année 1998[1].

Laurent Roux obtient plusieurs places d'honneur en début de saison puis au printemps 1997. Sixième de l'Étoile de Bessèges en février, il se classe 4e de l'Amstel Gold Race et 19e de Liège-Bastogne-Liège, deux manches de la Coupe du monde, en avril. Il est ensuite 4e du Grand Prix de Francfort et 3e du Trophée des grimpeurs en mai. En juin, il gagne la Classique des Alpes et une étape de la Route du Sud. Il prend la 23e place de son deuxième Tour de France. Il gagne ensuite le Tour de l'Avenir, course par étapes désormais réservée aux coureurs de moins de 25 ans. Il y prend la première place du classement général lors de l'avant-dernière étape, qu'il gagne à Piau-Engaly. Au début du mois d'octobre, il remporte Paris-Bourges, puis participe pour la quatrième et dernière fois aux championnats du monde, à Saint-Sébastien en Espagne. Il termine 44e de la course en ligne, remportée par Laurent Brochard. À l'issue de cette saison, close par une 14e place au Tour de Lombardie, Laurent Roux est 37e au classement UCI, le meilleur classement de fin de saison de sa carrière[2]. En 1998, il remporte la 12e étape du Tour d'Italie à Carpi, et porte le lendemain le maillot rose de leader au classement général. En juillet, pendant le Tour de France marqué par l'affaire Festina, la police française trouve des « produits dopants et masquants dans les camions de TVM et dans un hôtel de Pamiers où [séjourne] l'équipe ». Cette découverte relance une enquête débutée en mars 1998, « par la saisie de 104 doses d'EPO (érythropoïétine) à bord d'un véhicule de l'équipe néerlandaise par les douanes près de Reims ». Laurent Roux a alors déjà quitté la course, lors de la 10e étape. Au matin de la 19e étape, à La Chaux-de-Fond, les cinq derniers membres de l'équipe encore en course décident de ne pas prendre le départ[3]. En 2001, le directeur sportif et le médecin de l'équipe, Cees Priem et Andreï Mikhaïlov, sont condamnés respectivement à 18 et 6 mois de prison avec sursis pour des faits de « dopage organisé »[4].

En 1999, Laurent Roux court dans l'équipe française Casino-AG2R. Il se classe 5e de l'Amstel Gold Race et dixième de Liège-Bastogne-Liège. Le 1er mai, il remporte le Trophée des grimpeurs. Il est ensuite mis à pied par son équipe, à la suite de la révélation par le journal L'Équipe de son contrôle antidopage positif à l'amphétamine lors de la Flèche wallonne. Trois mois plus tard, une suspension de 6 mois est prononcée à son encontre, et il est licencié par son équipe.

En 2000, Laurent Roux est membre de l'équipe italienne Mobilvetta Design - Rossin, avec laquelle il est autorisé à courir à partir du 1er avril, à l'issue de sa suspension[5].

En mars 2001, il revient dans une équipe française, Jean Delatour[6]. En juin, il remporte une étape de la Route du Sud, dont il prend la sixième place finale, et une étape du Critérium du Dauphiné libéré, ce qui lui permet d'occuper pendant une journée la tête du classement général. Il participe en juillet au Tour de France. Troisième de la 7e étape à Colmar, il s'illustre lors de la dixième étape, qui s'achève à l'Alpe d'Huez. Échappé en compagnie de Antonio Tauler et Eladio Jiménez, il franchit en tête le col de la Madeleine puis part seul dans l'ascension vers le col du Glandon. Il est rattrapé dans les lacets menant à l'Alpe d'Huez et termine à la septième place de l'étape, 4 minutes après le vainqueur Lance Armstrong. Il s'empare à cette occasion du maillot à pois de meilleur grimpeur[7]. Il le garde trois jours. Il termine le Tour à la troisième place du classement de la montagne et à la 50e place du classement général. En mai 2002, il est mis à pied par son équipe après la révélation d'un contrôle antidopage positif à l'amphétamine, le 27 avril 2002, la veille du départ du Tour de Vendée[8],[9].

En 2003, il rejoint l'équipe Flanders - iTeamNova. En mai, le Tribunal arbitral du sport, saisi par l'Union cycliste internationale (UCI), prononce à son encontre une suspension de 4 ans pour dopage. La Fédération française de cyclisme (FFC) n'avait pas suspendu Laurent Roux pour le contrôle antidopage positif à l'amphétamine de 2002, « [estimant] contraire à la législation française ce contrôle » diligenté par l'UCI. Cette suspension met fin à la carrière de coureur de Laurent Roux[9].

Laurent Roux a été condamné à 4 ans de suspension et de 2 600 euros d'amende pour affaire de dopage aux amphétamines en 2003, ce qui mit fin à sa carrière professionnelle. Suite à une enquête de justice dans le milieu amateur en 2005, son frère et lui ont été inculpés en tant que revendeurs de produits dopants (« pots belges ») dans la région de Cahors. En juin 2006, il est condamné par le Tribunal correctionnel de Bordeaux à une peine de prison de 30 mois, dont 20 avec sursis[10].

Palmarès[modifier | modifier le code]

  • 1993
    • Champion de France militaire
    • Champion de Midi-Pyrénées
    • Tour de Bigorre
    • Prix de la tomate
    • 2e du Tour du Loir-et-Cher

Résultats sur les grands tours[modifier | modifier le code]

Tour de France[modifier | modifier le code]

4 participations

Tour d'Italie[modifier | modifier le code]

2 participations

  • 1996 : 42e
  • 1998 : 28e, vainqueur d'étape, Jersey pink.svg maillot rose pendant une étape

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Transferts », sur lesoir.be,‎ 28 octobre 1996 (consulté le 30 décembre 2011)
  2. « Laurent Roux », sur ag2rnonofficiel.free.fr (consulté le 30 décembre 2011)
  3. « Les coureurs TVM filent en Suisse, la "famille du vélo" implose toujours », sur humanite.fr,‎ 1er août 1998 (consulté le 30 décembre 2011)
  4. « Procès TVM: dirigeants condamnés », sur lesoir.be,‎ 18 juillet 2001 (consulté le 30 décembre 2011)
  5. « Laurent Roux: « Je repars de zéro » », sur ladepeche.fr,‎ 9 avril 2011 (consulté le 27 décembre 2011)
  6. « Le Tour à portée de Roux », sur ladepeche.fr,‎ 10 juin 2001 (consulté le 27 décembre 2011)
  7. « Laurent Roux : « C'était dantesque ! » », sur leparisien.fr,‎ 18 juillet 2001 (consulté le 27 décembre 2011)
  8. « Laurent Roux fait appel à des huissiers », sur sport.fr,‎ 1er juillet 2002 (consulté le 27 décembre 2011)
  9. a et b « Laurent Roux suspendu 4 ans », sur lequipe.fr,‎ 28 mai 2003 (consulté le 27 décembre 2011)
  10. « Pot belge : la justice plus clémente en appel », sur lefigaro.fr,‎ 10 mai 2007 (consulté le 27 décembre 2011)

Liens externes[modifier | modifier le code]