Maxime Monfort

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Monfort.
Maxime Monfort
Image illustrative de l'article Maxime Monfort
Maxime Monfort lors du Tour du Pays basque 2013
Informations
Nom Monfort
Prénom Maxime
Date de naissance 14 janvier 1983 (1983-01-14) (31 ans)
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Équipe actuelle Lotto-Belisol
Spécialité courses par étapes, contre-la-montre[1]
Équipe professionnelle
2004-2005
2006-2008
2009
2010
2011
2012
2013
2014-
Landbouwkrediet
Cofidis
Team Columbia
Team HTC-Columbia
Team Leopard
RadioShack-Nissan
RadioShack-Leopard
Lotto-Belisol
Principales victoires

1 championnat
MaillotBélgica.svg Champion de Belgique du contre-la-montre 2009

Maxime Monfort est un coureur cycliste belge, né le 14 janvier 1983 à Bastogne, membre de l'équipe Lotto-Belisol.

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts professionnels chez Landbouwkrediet[modifier | modifier le code]

À la fin de l'été 2003, Maxime Monfort intègre l'équipe belge Landbouwkrediet-Colnago en tant que stagiaire. Il y obtient de bons résultats, notamment au Ster Elektrotoer (14e) et aux championnats du monde espoirs (17e), ce qui lui permet de signer un premier contrat professionnel avec l'équipe dirigée par Gérard Bulens[2]. Il débute ainsi sa carrière en 2004, tout en poursuivant ses études de journalisme[2].

Au cours de ses deux premières saisons, Monfort s'affirme comme un coureur très prometteur dans les courses par étapes. Dès le mois de mai 2004, il remporte son premier succès lors de la 1re étape du Tour de Luxembourg, non loin de chez lui, et s'adjuge le classement final de l'épreuve. La même année, il termine dans les dix premiers de plusieurs courses par étapes, prenant notamment la quatrième place du Ster Elektrotoer.

En 2005, Monfort confirme ces prédispositions. Dès le début de la saison, sur l'Étoile de Bessèges, il prend la deuxième place derrière le Français Freddy Bichot, avec qui il s'est échappé dans la 2e étape. Au fil de la saison, il accumule de nouvelles bonnes performances, dont une cinquième place sur le Tour de Luxembourg, et une troisième sur le Regio Tour, grâce à un très bon contre-la-montre en côte. En fin de saison, il termine quatrième du Tour de l'Avenir.

2006-2008 : Monfort chez Cofidis[modifier | modifier le code]

2006[modifier | modifier le code]

En juillet 2005, Monfort s'engage pour les saisons 2006 et 2007 avec l'équipe française Cofidis[3]. Mais Monfort tarde à confirmer dans sa nouvelle équipe le talent qu'on lui connaît, et profite de sa première saison à ce niveau pour découvrir les plus grandes courses. Ainsi, en mai 2006, il participe à son premier Tour d'Italie.

2007[modifier | modifier le code]

Le début de saison 2007 est tout aussi difficile pour Monfort. Terminant 22e de Paris-Nice, 21e du Tour de Suisse, il se rapproche des meilleurs, mais tarde à confirmer. Préparant le Tour d'Espagne, il s'illustre enfin sur le Tour d'Allemagne. Il termine 13e de la grande étape de montagne menant à Sölden, puis 14e du contre-la-montre final, ce qui lui permet de gagner trois places et de terminer septième.

En septembre, il prend part à la Vuelta, où il termine à trois reprises dans les dix premiers d'une étape. Cinquième de la 4e étape arrivant aux Lacs de Covadonga, et s'empare de la quatrième place du classement général. Moins à l'aise dans les Pyrénées, Monfort recule à la 12e place, qu'il conserve jusqu'à la 18e étape. Au cours des quatre dernières étapes, il reprend progressivement du terrain au classement général, mais ne parvient pas à reprendre la dixième place à Carlos Barredo, et termine 11e.

2008[modifier | modifier le code]

Il confirme ces bons résultats en 2008. Dès sa seconde course par étape, il termine 9e du Tour de la Communauté de Valence. Quelques jours plus tard, durant Paris-Nice, il se montre régulier et vient à l'aide son coéquipier Sylvain Chavanel, qui porte le maillot jaune dans la 4e étape, qui se termine au mont Serein. Chavanel ne garde pas la tête du classement général à l'arrivée au Ventoux. Monfort y perd toute chance de victoire finale, mais se fait remarquer lors de la 7e et dernière étape, où il manque de dépasser le vainqueur de l'étape, Luis León Sánchez. Il termine deuxième sur la ligne, et finit 14e du classement final.

À la fin du mois de mars, au Critérium international, il se classe à la septième place du contre-la-montre, ce qui lui permet d'être quatrième du classement général et deuxième du classement du meilleur jeune, derrière Luis León Sánchez. Il poursuit sa saison en avril avec le Tour du Pays basque. Il y termine 8e de la 1re étape, puis de la 5e étape, prenant la septième place du classement général. Dans la dernière étape contre-la-montre, Monfort termine 6e, ce qui lui vaut la 5e place du classement final.

Après avoir participé sans grand succès aux classiques ardennaises et au Tour de Catalogne, il prend part au Critérium du Dauphiné libéré, se classe quatrième du prologue puis cinquième de la 3e étape contre-la-montre. Il est ainsi quatrième au pied de la montagne, mais y rétrograde progressivement. Incapable de se placer dans les dix premiers des étapes de montagne, il termine neuvième du classement général à Grenoble, à trois semaines du départ du Tour de France, malgré une attaque infructueuse dans la 7e et dernière étape.

Lors du Tour de France, ses ambitions au classement général sont rapidement contrariées. Dès la première étape de montagne, dans les Pyrénées, il concède plus de 7 minutes, et rétrograde à la 20e place au classement général. Il fait néanmoins preuve d'une certaine régularité qui lui permet d'occuper la 17e place du classement à Jausiers, après avoir attaqué dans le col de la Lombarde. Mais il subit dès le lendemain le contre-coup de cette attitude offensive, et est victime d'une défaillance dans le col de la Croix-de-Fer. Il termine tout de même 23e de sa première « Grande Boucle », et même 21e suite au déclassement pour dopage de deux des coureurs qui le précédaient.

À l'occasion des championnats du monde de Varèse, il signe avec l'équipe Team Columbia, pour la saison 2009.

2009-2010 : Monfort chez Columbia[modifier | modifier le code]

Après une préparation en Espagne et au Portugal marquée par une cinquième place au Trofeo Bunyola, Monfort prend le départ de Paris-Nice dans une forme encore insuffisante. Seulement 22e de l'étape reine, il prend la 12e place finale. Deux semaines plus tard, il prend la quatrième place du Critérium international de la route. Au mois de mai, il remporte le Tour de Bavière.

2011 : Leopard Trek[modifier | modifier le code]

Au début de la saison, il se classe dixième de Paris-Nice et dixième du Tour de Suisse. Il s'illustre ensuite lors du Tour de France et de la 18e étape qui se termine par l'ascension du col du Galibier, en aidant son leader, Andy Schleck, à creuser un écart significatif sur les autres favoris, contribuant ainsi à sa victoire d'étape.

Puis s'ensuit le Tour d'Espagne où il se classe 6e du classement général.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Résultats sur les grands tours[modifier | modifier le code]

Tour de France[modifier | modifier le code]

Tour d'Italie[modifier | modifier le code]

Tour d'Espagne[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Maxime Monfort », sur radioshacknissantrek.com (consulté le 26 février 2012)
  2. a et b Interview de Maxime Monfort, sur le site Velo101.com, 17 septembre 2004
  3. « Monfort signe », Velo101.com, 26 juillet 2005

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :