Frankie Andreu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Andreu.
Frankie Andreu
Image illustrative de l'article Frankie Andreu
Informations
Nom Frankie Andreu
Date de naissance 26 septembre 1966 (48 ans)
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
Équipe actuelle 5 Hour Energy
Équipes professionnelles
1989-1990
1991-1996
1997
1998-2000
7 Eleven
Motorola
Cofidis
US Postal Service
Équipes dirigées
2002
2003
2005
2006
2008
2010
2011-2012
2013
US Postal Service
Schroeder Iron
TIAA-CREF
Toyota-United
Rock Racing
Kenda-Gear Grinder
Kenda-5 Hour Energy
5 Hour Energy

Frankie Andreu, né le 26 septembre 1966 à Dearborn, est un coureur cycliste américain. Professionnel de 1989 à 2000. Il a été coéquipier de Lance Armstrong au sein des équipes Motorola, Cofidis et US Postal Service, et a participé aux deux premières de sept victoires au Tour de France, en 1999 et 2000. Depuis 2000, il est directeur sportif d'équipes cyclistes. En 2010, il exerce cette fonction dans l'équipe continentale américaine Kenda-Gear Grinder devenue par la suite Kenda-5 Hour Energy puis 5 Hour Energy[1].

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Il a commencé sa carrière sur la piste, gagnant le Championnat Junior de 1984 à Trexlertown en Pennsylvanie. En 1985, il obtient la première place du madison pendant les championnats nationaux à Indianapolis, et se classe second dans la course aux points et la poursuite par équipes. En 1988, Andreu se qualifie pour représenter les États-Unis aux Jeux olympiques de Séoul, où il finit huitième de la course à points.

Andreu abandonne la piste pour se convertir à la route après avoir signé un contrat avec 7-Eleven en 1989 où il a l'occasion de participer au Tour d'Italie. En 1990, il s'adjuge la deuxième place du classement général de l'International Cycling Classic derrière l'Italien Roberto Gaggioli, après avoir raflé deux étapes au passage. L'année suivante, il enregistre deux places de huitième lors de grandes courses, soit la classique Paris-Tours et la course à étapes Tour d'Andalousie. Il prend deux autres top dix lors des deux années suivantes en faisant septième à la classique Belge Het Volk (maintenant appelée Omloop Het Nieuwsblad) en 1993 et neuvième de Paris-Roubaix en 1994. Cette même année, il remporte le classement général de la West Virginia Classic aux États-Unis de même que deux étapes. Il ajoute à son palmarès une étape du Tour de Pologne. Lors de la dernière étape du Tour de France, il fait partie d'un groupe de quatre coureurs échappés que le peloton ne parvient pas à rattraper. Il attaque à 1 500 mètres de l'arrivée puis est rattrapé et doublé par Eddy Seigneur, qui gagne l'étape sur les Champs-Élysées[2]. Andreu prend la deuxième place. En 1995, Andreu tente de défendre son titre de vainqueur à la West Virginia Classic, mais termine deuxième derrière son coéquipier de Motorola Lance Armstrong[3]. Il décroche néanmoins la victoire lors de la première étape.

Il obtient un bon résultat aux Jeux olympiques d'Atlanta, manquant le podium de peu avec une quatrième place devant le Français Richard Virenque[4]. Il réussit également quelques places de second lors d'étapes du Tour de France, soit en 1993, 1994 et 1999.

Il est reconnu comme étant un excellent équipier aidant ses leaders lors de grandes courses, comme le Tour de France.

Dopage[modifier | modifier le code]

Dans le cadre d'une entrevue avec le New York Times en septembre 2006, Andreu admet avoir utilisé de l'EPO afin de se préparer au Tour de France 1999, quand il évoluait pour son leader Lance Armstrong au sein de l'US Postal[5]. Andreu relate avoir eu un premier contact avec le dopage en 1995 alors qu'il faisait partie de l'équipe Motorola[6].

Témoignages contre Armstrong[modifier | modifier le code]

En 2006, Andreu et son épouse Betsy ont témoigné sous serment qu'ils étaient dans une salle d'hôpital avec Lance Armstrong en 1996 lorsqu'un médecin lui posa la question : "Avez-vous déja consommé des produits dopants?" Armstrong a répliqué qu'il a utilisé lors de sa carrière de la cortisone, de la testostérone, de l'hormone de croissance et de l'EPO[7]. Le témoignage des Andreu devait demeurer confidentiel et fait partie de la poursuite intentée par Armstrong aux assureurs SCA Promotions. Ces derniers ne voulaient pas payer le bonus de 5 millions $US dû à Armstrong pour sa victoire sur le Tour de France 2004 car ils soupçonnaient que l'Américain était dopé. SCA Promotions a finalement perdu la poursuite en arbitrage en 2006[8].

Au cours des années suivantes, Betsy Andreu soutient qu'elle est certaine d'avoir entendu les paroles d'Armstrong avouant qu'il s'était dopé à ses médecins. Elle est alors victime d'intimidation de la part des associés de Lance[9]. Elle reçoit notamment d'inquiétants messages sur son répondeur laissés par la représentante d'Oakley auprès d'Armstrong, Stéphanie Mcllvain. Un d'entre eux dit « J'espère que quelqu'un va casser une batte de baseball sur ta tête (I hope someone breaks a baseball bat over your head) [...] J'espère que tu vas avoir de l'adversité dans ta vie (I hope you suffer some adversity in your life) [...] Tu est une pute (You're a bitch) »[10],[11]. Ces messages font maintenant partie de la 'décision raisonnée' de l'USADA. En 2012, peu avant la décision de l'UCI de déchoir Armstrong de ses titres, une partie des témoignages vidéos de l'affaire SCA Promotions sont relâchés au public par la chaîne Australienne ABC. Le tout fait partie d'un documentaire réalisé à propos de la chute de l'athlète Américain, The World According to Lance[12].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Résultats sur les grands tours[modifier | modifier le code]

Tour d'Italie[modifier | modifier le code]

1 participation

Tour de France[modifier | modifier le code]

9 participations

Tour d'Espagne[modifier | modifier le code]

3 participations

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « 2011 Staff », sur infernoracing.org (consulté le 17 avril 2011)
  2. « Abdoujaparov et Seigneur pour terminer », sur lesoir.be,‎ 25 juillet 1994 (consulté le 30 novembre 2012)
  3. « West Virginia Classic 1995 », sur cyclingarchives.com (consulté le 30 novembre 2012)
  4. (en) « Men's Olympic Road Race », sur cyclingnews.com,‎ juillet 1996 (consulté le 23 novembre 2012)
  5. (en) Juliet Macur, « 2 Ex-Teammates of Cycling Star Admit Drug Use », sur New York Times,‎ 12 septembre 2006 (consulté le 1 décembre 2012)
  6. (en) « Former US Postal riders admit EPO use », sur Cyclingnews.com,‎ 12 septembre 2006 (consulté le 1 décembre 2012)
  7. Stéphane Mandard, « Lance Armstrong aurait reconnu avoir pris de l'EPO avant son cancer », sur veloptimum.net,‎ 23 juin 2006 (consulté le 2 décembre 2012)
  8. Thomas Lecloux, « SCA Promotions réclame 7,5 M de dollars », sur cyclismactu.net,‎ 23 octobre 2012 (consulté le 2 décembre 2012)
  9. (en) « Betsy Andreu describes intimidation campaign, calls Lance Armstrong ‘chameleon’ », sur velonews.competitor.com,‎ 14 octobre 2012 (consulté le 2 décembre 2012)
  10. (en) « Voicemails now part of Armstron's probe », sur video.nydailynews.com,‎ 18 septembre 2010 (consulté le 2 décembre 2012)
  11. (en) John Clarke, « Betsy Andreu said all along Lance was pedaling lies », sur nydailynews.com,‎ 11 octobre 2012 (consulté le 2 décembre 2012)
  12. (en) Quentin McDermott et Clay Hichens, « The World according to Lance », sur abc.net.au,‎ 15 octobre 2012 (consulté le 2 décembre 2012)

Liens externes[modifier | modifier le code]