Église copte orthodoxe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Copte (homonymie).
Église copte orthodoxe
Image illustrative de l'article Église copte orthodoxe
Croix orthodoxe copte avec l'inscription copte traditionnelle : « Jésus Christ, le fils de Dieu ».

Fondateur(s) Saint Marc
Primat actuel Tawadros II
Siège Alexandrie, Égypte
Territoire primaire Égypte
Rite copte
Langue(s) liturgique(s) copte, ge'ez, arabe, tamazight
Population estimée 15 000 000

L'Église copte orthodoxe est une Église orthodoxe orientale, autocéphale. Elle fait partie de l'ensemble des Églises des trois conciles. Son chef porte le titre de pape d'Alexandrie et patriarche de la Prédication de saint Marc et de toute l'Afrique, avec résidence au Caire (siège occupé depuis le 4 novembre 2012 par Tawadros II, successeur de Chenouda III décédé le 17 mars 2012[1]).

Le titre de patriarche d'Alexandrie est actuellement porté également par deux autres chefs d'Église. Cette Église professe le miaphysisme, qu'il ne faut pas confondre avec le monophysisme : elle ne reconnaît pas le concile de Chalcédoine pour des motifs dogmatiques, canoniques et politiques.

Elle incluait jusqu'en 1959 l'Église éthiopienne orthodoxe, qui a obtenu son propre patriarche à cette date.

Noms[modifier | modifier le code]

L'Église copte orthodoxe est également connue sous d'autres noms :

  • Église copte d'Alexandrie
  • Église orthodoxe copte
  • Église orthodoxe d'Égypte
  • Église orthodoxe égyptienne

Histoire[modifier | modifier le code]

Icône copte de saint Marc
Article détaillé : Église d'Alexandrie.

L'Église d'Alexandrie existe depuis les temps apostoliques. Elle s'est divisée en deux branches après le Concile de Chalcédoine, la majorité formant l'Église copte orthodoxe et la minorité l'Église grecque-orthodoxe d'Alexandrie (communion orthodoxe).

Selon différentes traditions largement remises en cause par la critique moderne, elle aurait été fondée par l'évangéliste Marc.[2]

Organisation[modifier | modifier le code]

Siège patriarcal[modifier | modifier le code]

Le chef de l'Église porte toujours le titre de patriarche d'Alexandrie, même si le siège patriarcal a été déplacé à plusieurs reprises :

  • d'abord dans différents monastères du désert, afin d'échapper à la répression byzantine
  • à Alexandrie, à partir de 626, après la conquête arabo-musulmane
  • dans différents monastères du delta du Nil, entre le début du IXe siècle et la fin du XIe siècle
  • au Caire depuis le patriarcat de Cyrille II (1078-1092)

Organisation territoriale[modifier | modifier le code]

L'Église copte orthodoxe compte (fin 2006) 11 métropoles et 51 diocèses.

Égypte

  • Archidiocèse d'Alexandrie (siège au Caire)
  • Métropole d'Assiout
  • Métropole de Gizeh et Atfieh
  • Métropole de Beheira, Mariout, Mersa Matrouh et de la Libye
  • Métropole de Damiette, Kafr El Sheikh et Belquas
Cathédrale copte d'Assouan (Égypte)
  • Métropole d'Assouan
  • Métropole de Balyanna, Berdis et Awlad Tokh
  • Métropole de El Menia at Abou Qurquas
  • Métropole de Girga
  • Diocèse de Louxor, Esna et Armant
  • Diocèse de Menoufia
  • Diocèse de Samalot et Taha El Aaameda
  • Diocèse de El Sharqueya
  • Diocèse de Port-Saïd
  • Diocèse de Suez
  • Diocèse de Zagazig et Mina El Qamh
  • Diocèse de Nag Hammadi et Abou Tesht
  • Diocèse de Tanta
  • Diocèse de Shoubra El Kheima
  • Diocèse de Tahta et Ghehena
  • Diocèse de Tema
  • Diocèse de Akhmim et Saqualta
  • Diocèse de Abou Tig, Sedfa et Ghanayem
  • Diocèse de El Fayoum
  • Diocèse de Malawy, Anssanna et El Ashmounin
Cathédrale copte orthodoxe de Khartoum au Soudan
  • Diocèse de Abnoub et El Fatt'h
  • Diocèse de Sohag, Mansha'a et Maragha
  • Diocèse de Dairut et Sanabou
  • Diocèse de Manfalot
  • Diocèse de Helwan et Maasara
  • Diocèse de Deir Mouwas et Delgua
  • Diocèse de El Quousseya et Meir
  • Diocèse de El Mahala El Kobra
  • Diocèse de Quena et Qift
  • Diocèse de Nekada et Qous
  • Diocèse de Dishna
  • Diocèse de Hurghada et de la mer Rouge
  • Diocèse de Benha et Quouwaysena
  • Diocèse de Beni Suef et Bahnasa
  • Diocèse de Matay
  • Diocèse de Beba, Samasta et El Fashn
  • Diocèse d'Ismaïlia
  • Diocèse de El-Tor, Charm el-Cheikh et de tout le Sud Sinaï
  • Diocèse de Beni Mazar
  • Diocèse de Maghagha et 'Edwa
  • Diocèse de El-Arich, Port Tawfik, El Quantara et de tout le Nord Sinaï
  • Diocèse de Mansourah
  • Diocèse de Shebin El Quanater, Toukh et El Khanka

Moyen-Orient

Église copte orthodoxe d'Amman en Jordanie
  • Archidiocèse de Jérusalem, du Golfe et du Moyen-Orient

Afrique

  • Diocèse d'Atbara, Omdourman et du Nord du Soudan
  • Diocèse de Khartoum et du Sud du Soudan
  • Exarchat patriarcal d'Afrique occidentale et australe (Johannesburg)
  • Exarchat patriarcal d'Afrique orientale et centrale (Nairobi)

Amérique

Europe

Océanie

Relations avec les autres Églises[modifier | modifier le code]

L'Église est membre du Conseil œcuménique des Églises ainsi que du Conseil des Églises du Moyen-Orient.

Le patriarche participe chaque année à la Rencontre des Primats des Églises orthodoxes orientales du Moyen-Orient.

Dialogue avec l’Église catholique[modifier | modifier le code]

Dialogue bilatéral[modifier | modifier le code]

À la suite de cette rencontre fut constituée la « Commission mixte entre l’Église catholique et l'Église copte orthodoxe ».
Parmi les documents produits par la commission il y a lieu de souligner :

« Nous croyons que notre seigneur, Dieu et Sauveur, Jésus-Christ, le Verbe Incarné est parfait dans Sa Divinité et parfait dans Son Humanité. Il fit Son Humanité Une avec Sa Divinité, sans mélange, sans amalgame, sans confusion. Sa Divinité n'a pas été séparée de Son Humanité à un seul instant, même pas le temps d’un clin d'œil.
Nous anathématisons à la fois les doctrines de Nestorius et Eutychès »
  • Février 2000. Entretien au Caire entre le Patriarche Shenouda III et le Pape Jean-Paul II.
  • Mai 2013. Visite à Rome et entretien du Patriarche Tawadros II avec le pape François.

Dialogue dans la cadre de la « Commission mixte internationale entre l’Église catholique et les Églises orthodoxes orientales »[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Christine Chaillot, Vie et spiritualité des Églises orthodoxes orientales des traditions syriaque, arménienne, copte et éthiopienne, Le Cerf, Paris, 2011. (ISBN 978-2-204-08979-1)
  • Laurence Albert, Les coptes. La foi du désert, Éd. De Vecchi, Paris, 1998 (ISBN 2732833967)
  • Christian Cannuyer, Les Coptes, Brepols (col. Fils d'Abraham), Turnhout, 1998 (ISBN 2503505325)
  • Wolfgang Kosack:Novum Testamentum Coptice. Neues Testament, Bohairisch, ediert von Wolfgang Kosack. Novum Testamentum, Bohairice, curavit Wolfgang Kosack. / Wolfgang Kosack. neue Ausgabe, Christoph Brunner, Basel 2014. ISBN 978-3-906206-04-2.
  • Jean-Pierre Valognes, Vie et mort des Chrétiens d'Orient, Fayard, Paris, 1994 (ISBN 2213030642)
  • Magdi Sami Zaki, Histoire des coptes d'Égypte, Éd. de Paris, Versailles, 2005 (ISBN 2851621254)

Références[modifier | modifier le code]

  1. RTBF infos
  2. Guillaume Bourin, « 5 raisons pour lesquelles Marc n'a pas fondé l'Eglise d'Alexandrie », sur www.leboncombat.fr,‎ 04/09/2014 (consulté le 06/09/2014)