Charm el-Cheikh

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Charm el-Cheikh
شرم الشيخ
Image illustrative de l'article Charm el-Cheikh
Administration
Pays Drapeau de l'Égypte Égypte
Gouvernorat Sinaï Sud
Démographie
Population 35 000 hab. (2008)
Géographie
Coordonnées 27° 54′ 44″ N 34° 19′ 47″ E / 27.912222, 34.32972227° 54′ 44″ Nord 34° 19′ 47″ Est / 27.912222, 34.329722  
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Égypte

Voir la carte administrative d'Égypte
City locator 14.svg
Charm el-Cheikh

Géolocalisation sur la carte : Égypte

Voir la carte topographique d'Égypte
City locator 14.svg
Charm el-Cheikh
La plage de Naama.

Charm el-Cheikh (arabe : شرم الشيخ, Sharm al-Shaykh, prononcé ˈʃɑɾm eʃˈʃeːx, littéralement la Baie du Cheikh) est une ville d’Égypte et un important port de commerce et de tourisme à la pointe sud du désert du Sinaï.

Depuis 1985, cette ville est une destination de villégiature très appréciée (en particulier, des plongeurs sous-marins amateurs qui y trouvent une infrastructure accueillante et une mer dont la transparence est appréciée).

La localisation de la ville en fait une position stratégique au croisement de la mer Rouge et du golfe d'Aqaba, âprement disputée pendant les conflits entre Israël et l’Égypte.

La station balnéaire de Charm el-Cheikh est surtout célèbre en Égypte pour être le lieu de villégiature de l'ancien président de la République égyptienne, Mohammed Hosni Moubarak; ce dernier s'y exile le 11 février 2011 après avoir démissionné de la présidence égyptienne, qu'il occupait depuis 1981.

Géographie[modifier | modifier le code]

Site[modifier | modifier le code]

Carte de situation

Charm el-Cheikh est situé entre la mer Rouge d’une part et les montagnes du Sinaï d’autre part. Cette station balnéaire s’étend sur une quinzaine de kilomètres, et comporte plusieurs sites :

  • Sharm el-Maya : au sud, également qualifié de « Old Sharm » (vieux Charm). Comporte une plage publique ainsi que plusieurs restaurants, dont quelques petits situés dans le « Old Market » (vieux marché). Un port, surveillé par la Force multinationale et observateurs au Sinaï (FMO), est aussi situé dans ce quartier.
  • Hadaba : au nord de Sharm el-Maya. C’est le quartier résidentiel de la ville. Quelques criques, des hôtels de luxe et des maisons bourgeoises. Un phare domine la pointe de Ras Umm Sid.
  • Naama Bay : quartier touristique de la ville. Présence de restaurants, de bars, d’hôtels et de boutiques. Le quartier est presque entièrement réservé aux piétons.
  • Shark's Bay : au cours de l’urbanisation rapide de la ville, cet endroit était le dernier à être occupé par les bédouins.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat est sec, les températures atteignant souvent +40 °C l’été. L’hiver est plus frais, avec des températures de 16-18 °C. L’automne et le printemps sont les meilleurs moments pour se rendre à Charm el-Cheikh.

Histoire[modifier | modifier le code]

Village de pêcheurs à l’origine, Charm el-Cheikh devient une base stratégique pour la marine égyptienne.

Entre 1956 et 1957 a lieu la guerre de Suez entre Israel et l’Égypte. Les Israéliens occupent puis évacuent le Sinaï. Une force de paix internationale stationne à Charm el-Cheikh de 1957 à 1967. Mais en juin 1967, Nasser occupe la commune, bloque le détroit de Tiran, et coupe ainsi l’accès de la mer Rouge aux bateaux de la flotte maritime Israélienne, ce qui entraine l’intervention d’Israël : c’est la guerre des Six Jours. Suite à la défaite égyptienne, Israël occupe le Sinaï. La ville est alors rebaptisée. En 1968, Les Israéliens construisent une colonie appelée Ophira à Ras Umm Sid pour y installer 500 familles, et font de Naama Bay un centre touristique.

La mosquée de Charm el-Cheikh, en 2005.

L’aéroport est ouvert en 1976. En 1978, les récifs de Naama Bay sont détruits par une inondation.

En 1982 la commune est restituée aux Égyptiens, qui encouragent le développement de la ville. Une base de la Force multinationale et observateurs au Sinaï est créé à la même date.

Le 4 septembre 1999 a lieu la signature du Mémorandum de Charm el-Cheikh entre Israël et l’Autorité palestinienne en présence de Madeleine Albright, du président Hosni Moubarak et du roi de Jordanie Abdallah II.

Le 3 janvier 2004 a lieu l’accident d'avion du Vol Flash Airlines FSH 604 de la compagnie Flash Airlines faisant 148 morts en s’abîmant dans la mer Rouge.

La ville est victime d’attentats le 23 juillet 2005. Le Old Market à Sharm el-Maya, les hôtels Ghazala gardens et Moevenpick à Naama Bay sont touchés.

Le 5 décembre 2010, à Charm el-Cheikh, une touriste allemande a été tuée par un requin longimane (peut-être un requin mako) alors qu'elle nageait dans la Mer Rouge devant son hôtel. Deux attaques contre des baigneurs russes et ukrainiens la semaine précédente lui sont également attribuées[1].

Le 11 février 2011, à la suite d'une vague de protestations populaires en janvier, le président de l'Égypte, Hosni Moubarak et son épouse Suzie quittent le palais présidentiel d'el-Orouba au Caire pour rejoindre Charm el-Cheikh; quelques heures plus tard, il allait démissionner et rendre ses pouvoirs présidentiels à Mohamed Hussein Tantawi, ministre de la Défense et chef de l'État par intérim en tant que chef du Conseil militaire suprême de la République arabe d'Égypte.

Économie[modifier | modifier le code]

Charm el-Cheikh est un ancien port, mais des lois environnementales strictes apparues dans les années 1990 ont réduit la navigation commerciale. Jusqu’en 1982, il n’y avait qu’un port militaire situé à Marsa Bareka. Le port civil se développa à la fin des années 1980, lorsque Sharm el-Maya devint le principal port civil.

La principale activité économique de la ville est le tourisme, grâce à ses plages, et à un climat sec et agréable. La mer y est aussi claire que calme. De plus, l’endroit est favorable à la pratique de la plongée sous-marine. Enfin, à quelques kilomètres au sud de la ville se situe le parc national de Ras Mohammed. Le tourisme se remarque par la présence d’hôtels de luxe et de semi-luxe, notamment à Naama Bay.

Transports[modifier | modifier le code]

Il est possible de se déplacer dans Charm el-Cheikh ou de se rendre depuis cette ville vers d’autres destinations grâce à plusieurs moyens de transport :

Galerie photographique[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes[modifier | modifier le code]

  1. [1] Attaque d'un requin longimane à Charm el Cheikh |Journal Le Monde