Tchéky Karyo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tchéky Karyo
Description de cette image, également commentée ci-après

Tchéky Karyo en juin 2013 au festival du film de Cabourg.

Nom de naissance Baruh Djaki Karyo
Naissance (63 ans)
Istanbul, Drapeau de la Turquie Turquie
Nationalité Drapeau de la France Française
Profession Acteur
Films notables L'Ours
Nikita
1492 : Christophe Colomb
Bad Boys
Crying Freeman
Dobermann
Jeanne d'Arc
Un long dimanche de fiançailles
Séries notables The Missing

Baruh Djaki Karyo, dit Tchéky Karyo, né le à Istanbul (Turquie), est un acteur et chanteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille juive d'ascendance espagnole installée depuis plusieurs siècles en Turquie[1], Tchéky Karyo est le fils d'un chauffeur routier turc et d'une mère grecque. Il grandit à Paris, où son père s'était établi comme tailleur. Il a une sœur et un frère.

Après le lycée Arago, il entreprend des études de comptabilité et de gestion au Conservatoire national des arts et métiers, mais ce n'est pas sa voie. Il étudie l'art dramatique, il s'oriente d'abord vers le théâtre, intègre la compagnie Daniel Sorano, puis l'école du Théâtre national de Strasbourg. Il découvre alors les divers aspects du théâtre contemporain qui vont nourrir sa curiosité pour cet art du jeu qu'il cultive depuis son adolescence.

Carrière[modifier | modifier le code]

Né à Istanbul, c’est pourtant à Paris que Tchéky Karyo passe sa jeunesse et étudie la comédie au Théâtre Cyrano avant de rejoindre la Compagnie Daniel Sorano. Entré au Théâtre National de Strasbourg, il s'y produit dans les grands classiques (Tartuffe, Macbeth, Othello), ainsi que dans des pièces contemporaines. En 1982, Tchéky Karyo apparaît pour la première fois au cinéma dans Toute une nuit de Chantal Akerman.

La même année, il est cité au César du Meilleur espoir masculin pour son rôle de Petrovic dans La Balance. Dès lors, l'acteur se spécialise dans les rôles violents : truand dans Le Marginal (1983), il assassine Sophie Marceau dans L' Amour braque (1985). Parallèlement, Tchéky Karyo incarne des personnages plus nuancés comme Rémi, un mari délaissé par Pascale Ogier, dans Les Nuits de la pleine lune (1984), ou encore Etienne de Bourbon, un abbé traquant des hérétiques, dans Le Moine et la sorcière (1987).

En 1988, sa prestation de chasseur dans L'Ours lui ouvre les portes de la célébrité. Le grand public l'identifie ensuite au mentor d'Anne Parillaud dans Nikita (1990). Il retrouvera le réalisateur Luc Besson pour les besoins de Jeanne d'Arc en 1999 et dans l'une de ses productions, Le Baiser mortel du dragon, en 2001.

Dans les années 90, la notoriété qu'il acquiert en France lui permet d'orienter sa carrière vers l'international. Apparaissant aux côtés de Gérard Depardieu dans 1492 : Christophe Colomb (1992), Tchéky Karyo fait face à Will Smith et Martin Lawrence en dangereux criminel dans Bad boys (1995). Il interprète également un flic corrompu dans Crying Freeman (id.), un ministre de la défense russe dans GoldenEye (id.), un soldat français prêtant main forte à Mel Gibson dans The Patriot, le chemin de la liberté (2000), un scientifique dans Fusion - The Core (2003) ou encore un flic, complice de Nick Nolte, dans L'Homme de la Riviera (id.).

Il fait également une incursion dans la comédie romantique en jouant dans Addicted to love (1997) de Griffin Dunne et tourne régulièrement en Italie (Coup de lune (1995), Terre lointaine (id.), Albergo Roma (1996)). De retour en France, Tchéky Karyo traque inlassablement Vincent Cassel et Monica Bellucci dans Dobermann (1997) de Jan Kounen, et incarne tour à tour Nemrod dans le film fantastique Babel (1998) ainsi que Molière dans Le Roi danse (2000) de Gérard Corbiau. Après un détour par Montréal pour donner la réplique à Angelina Jolie dans le polar Taking lives, destins violés (2004), il revient en Europe intégrer les castings du drame Utopia (id.), de la comédie d'Arthur Joffé Ne quittez pas ! (id.) et du drame historique Un Long dimanche de fiançailles (2004) de Jean-Pierre Jeunet. En 2005, il endosse le rôle du chevalier dans l'adaptation du roman d'aventure Jacquou Le Croquant.

Après la coproduction franco-italienne Le Mas des Allouettes (2007), il tourne sous la direction de Jane Birkin dans Boxes (id.). Il se consacre en 2008 aussi bien à la production télévisuelle avec L'Affaire Bruay-en-Artois qu’au cinéma dans la comédie horrifique Les Dents de la nuit et Un homme et son chien, qui signe le retour de Jean-Paul Belmondo sur le grand écran. En 2009, la télévision continue à lui faire les yeux doux : il apparaît en chef de guerre dans 7 épisodes de la série d’Alexandre Astier, Kaamelott. En 2011, 11 ans après Nikita, il incarne une nouvelle fois un mentor, celui de la tueuse à gages Mélanie Laurent dans Requiem pour une tueuse, puis il intègre les Forces spéciales aux cotés de Benoît Magimel avant de faire partie du gang des Lyonnais avec Gérard Lanvin.

Si, en 2012 l'acteur se fait plutôt discret devant les caméras, 2013 est une année plus faste puisqu'on le voit à l'affiche des succès Jappeloup de Christian Duguay et Belle et Sébastien de Nicolas Vanier. Le comédien continue également de travailler pour le cinéma d'auteur en tournant sous la direction de Nolwenn Lemesle dans Des Morceaux de moi au côté de la débutante Adèle Exarchopoulos. Mais surtout, Tchéky Karyo se fait de plus en plus présent à la télévision, en incarnant un gangster dans la deuxième saison de No Limit ainsi qu'un policier dans la série anglaise The Missing.

Indissociable d'une certaine mouvance du polar à la française, Tchéky Karyo compte parmi ses derniers films les très sombres De guerre lasse d'Olivier Panchot et La Résistance de l'air de Fred Grivois. Il continue d'explorer ce registre dans Les Brigands du tandem Pol Cruchten et Frank Hoffmann, tout en reprenant son rôle de César dans Belle et Sébastien : l'aventure continue.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Marié, le 21 décembre 1995, à l'actrice française Isabelle Pasco, ils n'ont pas eu d'enfant ensemble, il a ensuite divorcé[2].

Née d'une autre union, sa fille Live Karyo est la maman de Daniel né en 2005.

Tcheky vit actuellement avec la comédienne Valérie Kéruzoré et leur fille Louise.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Années 1980[modifier | modifier le code]

Années 1990[modifier | modifier le code]

Années 2000[modifier | modifier le code]

Années 2010[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

Tchéky Karyo en 1992 à la 17e cérémonie des César.

En 2005, il participe au clip musical L'avenir est à nous de Kool Shen, réalisé par John Gabriel Biggs. Ainsi qu'à l'album de Wenta en chantant avec elle la chanson Games of love.

En 2006, il se lance dans la musique et sort un premier album, Ce lien qui nous unit.

Il a participé au concert de Blankass en tant qu'invité sur un titre[Lequel ?], le à la Cigale à Paris[réf. nécessaire].

En 2013, il sort son deuxième album Crédo dont les paroles sont écrites en collaboration avec le poète Zéno Bianu, Jean Fauque collaborateur de Alain Bashung, Christiane Cohendy. L'univers visuel est, quant à lui, réalisé avec l'artiste Enki Bilal

Voix off et doublage[modifier | modifier le code]

Tchéky Karyo en 2014.
Tchéky Karyo au festival de Cannes 2011.

Il se double généralement lui-même dans la version française des films américains qu'il interprète.

Récompenses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Doux comme un Turc : brève rencontre avec... Tchéky Karyo, Le Nouvel Observateur, 17 juillet 1997
  2. « Biographie de Tchéky Karyo », sur gala.fr (consulté le 27 novembre 2011)
  3. « Tchéky Karyo en tournage à Brest », sur brest.maville.com, (consulté le 11 décembre 2014)
  4. Tchéky Karyo au Luxembourg pour un monologue dédié à Jimi Hendrix, sur lequotidien.lu, consulté le 5 mai 2016

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :