Les Lyonnais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Les Lyonnais
Description de l'image Les Lyonnais.jpg.
Réalisation Olivier Marchal
Scénario Olivier Marchal
Acteurs principaux
Sociétés de production Gaumont
France 2 Cinéma
LGM Productions
Pays de production Drapeau de la France France
Genre Policier
Durée 102 minutes
Sortie 2011

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Les Lyonnais est un film français réalisé par Olivier Marchal, sorti en 2011. Le titre fait référence au gang des Lyonnais qui a sévi dans les années 1970 dans la région lyonnaise. Olivier Marchal dédie son film « à la mémoire de Bernard Giraudeau ».

Synopsis[modifier | modifier le code]

Edmond Vidal, surnommé « Momon », a grandi dans un camp de Gitans. Il en a retenu le sens de la famille, la loyauté et la fierté de ses origines. Il est resté très proche de Serge Suttel, son ami d’enfance, avec qui il est allé en prison pour un vol de cerises.

Momon et Serge ont ensuite plongé dans le grand banditisme, avant de connaître leurs « heures de gloire » avec le gang des Lyonnais, une bande de braqueurs célèbres au début des années 1970. Mais en 1974, lors d’une arrestation spectaculaire, l’aventure prend fin.

Momon, âgé aujourd’hui de 67 ans, essaie d’oublier cette période de sa vie. Il s’est retiré des « affaires » et vit avec son épouse Janou. De son côté, Serge n’a pas changé ses habitudes.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Années 2010[modifier | modifier le code]

Années 1970[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

C'est la rencontre entre Olivier Marchal et Edmond Vidal qui donne envie au premier de faire un film sur le gang des Lyonnais[3]. Marchal et son coscénariste Edgar Marie rencontrent Edmond Vidal à plusieurs reprises lors de l'élaboration du scénario[3]. Les deux scénaristes ne souhaitent pas écrire un film biographique ni une apologie des personnages mais plutôt évoquer un « état d'esprit » qui permettrait de mélanger histoire vraie et fiction[3]. Une version du scénario de plus de 300 pages aurait nécessité un film de plus de quatre heures, puis les deux scénaristes ont considéré qu'une autre version, réduite à un peu moins de trois heures, était encore trop longue et ennuyeuse[3].

En 1980, dans la mini-série télévisée en 4 épisodes La Traque de Philippe Lefebvre, Gérard Lanvin était le chef du gang. Trente ans après, il interprète le second du gang.

Olivier Marchal voulait confier le rôle de Serge Suttel à Bernard Giraudeau (pour réunir le duo du film Les Spécialistes), mais celui-ci dû décliner en raison de son état de santé. Le film lui est dédié[4].

Le montage du film a duré 9 mois, avec 23 versions différentes dont la plus longue durait 3h10[5]. Selon le compositeur Erwann Kermorvant, qui évoque une autre version de 2h35, la vision de Marchal ne coïncidait pas avec celle des producteurs, ces derniers voulant un film plus court.

Autour du film[modifier | modifier le code]

Michel Neyret, ancien numéro 2 de la PJ de Lyon, a reçu une montre "Pacha" de Cartier estimée à 30 000 euros, de la part du malfrat Gilles Benichou, alors son indic, en remerciement de sa participation au film (où Neyret était conseiller et où l'indic a fait une figuration)[6].

Lieux de tournage[modifier | modifier le code]

Info Simple.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section proviennent du générique de fin de l'œuvre audiovisuelle présentée ici.

Trois mois de tournage ont été nécessaires dans la région lyonnaise[3]. Les scènes de la maison d'Edmond Vidal ont été filmées à Tassin-la-Demi-Lune[3] et le QG du gang se trouvait au château de Saint-Bonnet-le-Froid entre Pollionnay et Courzieu (Rhône 69)

Lieux de tournage à Lyon :

  • Générique : voûtes de Perrache
  • Baptême : église d'Ainay (2e arrondissement)
  • Arrestation : École primaire Robert-Doisneau rue Sergent-Blandan (1er arrondissement)
  • Vol de la cagette de cerises : rue Saint-Paul (5e arrondissement)
  • Incarcération : prison Montluc (3e arrondissement)
  • Casse trésorerie générale de Chambéry : ex hôpital Hôtel-Dieu (2e arrondissement)
  • Assassinat du chef de gang ennemi : place Saint-Jean (5e arrondissement)
  • Assassinat : Café du Soleil rue Saint-Georges (5e arrondissement)
  • Réception : Château de Fléchères à Fareins (Ain)
  • Attaque et évasion de l'hôpital : Lycée de la Côtière à La Boisse (Ain).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) sur l’Internet Movie Database
  2. (fr) François-Guillaume Lorrain, « Hollywood aime la France », Le Point, no 2038,‎
  3. a b c d e et f « Interview de Olivier Marchal, Edgar Marie, Gérard Lanvin, Tchéky Karyo pour le film LYONNAIS (LES) », sur Abus de ciné, www.abusdecine.com (consulté le ).
  4. « Les secrets de tournage du film Les Lyonnais » [vidéo], sur Allociné (consulté le ).
  5. « Les Lyonnais - Olivier Marchal : «Ça a été mon film le plus difficile à monter» », sur ladepeche.fr (consulté le )
  6. « Procès Neyret: l'ex-super flic reconnaît son imprudence, pas la corruption », sur LExpress.fr (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]