1492 : Christophe Colomb

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Christophe Colomb (homonymie).
1492 : Christophe Colomb
Titre original 1492: Conquest of Paradise
Réalisation Ridley Scott
Scénario Roselyne Bosch
Acteurs principaux
Sociétés de production Gaumont
Légende Entreprises
France 3 Cinéma
Due West
Cyrkfilms
Pays d’origine Drapeau de la France France
Drapeau de l'Espagne Espagne
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre historique
Durée 149 minutes
Sortie 1992

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

1492 : Christophe Colomb (1492: Conquest of Paradise), est un film franco-britannico-espagnol, réalisé par Ridley Scott et écrit par Roselyne Bosch, sorti en 1992. Il met en scène Gérard Depardieu dans le rôle du navigateur génois au service des monarques catholiques espagnols, Christophe Colomb.

Le film est sorti dans le monde la semaine du 12 octobre 1992, cinq cents ans jour pour jour après que Christophe Colomb ait posé le pied sur l'île de Guanahani, lors de la première expédition européenne jusqu'à l'Amérique[1].

Synopsis[modifier | modifier le code]

Christophe Colomb arrivant à Guanahani en 1492 (peinture de John Vanderlyn)

En 1492, à la fin de la Reconquista, les souverains espagnols donnent finalement leur accord à Christophe Colomb pour un projet qui a comme ambition d'ouvrir une nouvelle route maritime en direction des Indes en naviguant vers l'ouest. Le navigateur ne se doute pas que cette expédition va aboutir à la découverte de l'Amérique. Il découvre plusieurs îles dont l'Île d'Hispaniola (aujourd'hui Haïti et la République dominicaine). À sa deuxième expédition, il fonde sur cette île, début 1494, la ville de La Isabela qui va rapidement péricliter car l'emplacement choisi n'est pas favorable.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Source et légende : version française (VF) sur Voxofilm[4]

Production[modifier | modifier le code]

Genèse, développement et distribution des rôles[modifier | modifier le code]

Au début des années 1990, Roselyne Bosch, alors journaliste au Point, doit écrire une série d'articles sur la ville de Séville qui s'apprête à célébrer les 500 ans de la première expédition de Christophe Colomb[5]. Durant ses longues recherches, elle découvre de nombreux documents dont des parchemins non traduits. Rêvant alors de cinéma, elle débute alors l'écriture d'un scénario de long métrage. Elle va alors tenter de monter le projet avec Alain Goldman, qui débute lui aussi dans le cinéma. Ils veulent que le film soit mis en scène par un réalisateur prestigieux. Francis Ford Coppola, Roland Joffé et Oliver Stone sont alors approchés[1]. Le projet reste en suspens quelque temps, jusqu'à ce que le Britannique Ridley Scott accepte de le réaliser. Ce dernier souhaite depuis longtemps faire un film sur Christophe Colomb. Il exige cependant, avant de donner son accord, que Gérard Depardieu obtienne le rôle-titre. Contacté, l'acteur français accepte aussitôt[1].

Le scénario connait de multiples versions pour trouver son financement, qui se fait sans quasiment aucun grand studio. Il s'agit d'une coproduction totalement européenne, franco-hispano-britannique. La production du film est par ailleurs en compétition avec celle de Christophe Colomb : La Découverte de John Glen, produit par Ilya Salkind[1]. Contrairement à ce dernier, Ridley Scott souhaite cependant éviter un ton trop « image d'Épinal », glorieux et cliché. Il jouit d'une liberté artistique totale de la part des producteurs[5].

Pour le rôle de la reine Isabelle de Castille, Sigourney Weaver est le premier choix de Ridley Scott, qui l'avait dirigée dans Alien, le huitième passager (1979). Gérard Depardieu avait quant à lui suggéré Sylvia Kristel pour le rôle. Sigourney Weaver donne son accord mais le tournage de Alien 3 prend plus de temps que prévu. Anjelica Huston est alors contactée pour la remplacer. Finalement, Sigourney Weaver se rend disponible à la dernière minute. Par ailleurs, elle doit porte une perruque lors du tournage car elle a eu la tête rasée pour Alien 3[1].

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage s'étale sur 16 semaines[1].

Le film est tourné dans la jungle costaricienne et dans la région de Salamanque en Espagne. Le tournage en mer a été fait près des côtes de la République dominicaine et des Îles Vierges américaines[6].

Deux caravelles, répliques de la Pinta et de la Niña, et une nef, réplique de la Santa Maria, sont construites dans le port de Bristol durant deux ans. Elles entreprennent, cinq cents ans après, le même voyage que Christophe Colomb pour rejoindre les lieux de tournage[6].

Lieux de tournage

Musique[modifier | modifier le code]

La bande originale du film a été composée par Vangelis, alors que Hans Zimmer était initialement envisagé[1].

Accueil[modifier | modifier le code]

Critique[modifier | modifier le code]

Le film reçoit des critiques plutôt négatives aux Etats-Unis. Sur l'agrégateur américain Rotten Tomatoes, il récolte 32% d'opinions favorables pour 22 critiques et une note moyenne de 4,0210[7]. Sur Metacritic, il obtient une note moyenne de 47100 pour 21 critiques[8].

Box-office[modifier | modifier le code]

En France, le film est l'un des succès de l'année avec plus de 3 millions d'entrées, soit le 8e meilleur résultat au box-office annuel français.

Le film marche également très bien sur les écrans européens et enregistre plusieurs millions d’entrées en Allemagne. Cependant, il connait un échec aux États-Unis, les Américains étant guère sensibles aux films historiques et mettent en avant l’accent maladroit de Gérard Depardieu[5].

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau du Canada Canada
7 191 399 $[2] [9] 2[9]
Drapeau de la France France 3 082 110 entrées[10] 1992

Monde Total Monde n/a - -

Distinctions[modifier | modifier le code]

Sorties vidéo[modifier | modifier le code]

Le film est sorti en DVD et une première fois en Blu-ray en octobre 2010, tous les deux édités par TF1 Vidéo[12]. En novembre 2018, la Gaumont édite un nouveau Blu-ray du film[13]. Les deux éditions ont un bonus documentaire sur la production du film avec une entrevue du producteur Ilan Goldman et de sa femme Rose Bosch, scénariste du film.

Commentaire[modifier | modifier le code]

Le générique d'entrée utilise des gravures de Théodore de Bry[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f et g (en) Trivia sur l’Internet Movie Database
  2. a et b (en) « 1492: Conquest of Paradise », sur Box Office Mojo (consulté le 22 septembre 2019)
  3. (en) Release info sur l’Internet Movie Database
  4. « Fiche du doublage français du film » sur Voxofilm, consulté le 28 janvier 2013.
  5. a b c et d Claude Monnier, « Critique de 1492 : Christophe Colomb », sur DVD Classik, (consulté le 22 septembre 2019)
  6. a et b « 1492, D17 : 6 choses à savoir sur Christophe Colomb », sur Télé Star, (consulté le 22 septembre 2019)
  7. (en) « 1492: Conquest of Paradise (1992) », sur Rotten Tomatoes, Fandango Media (consulté le 22 septembre 2019)
  8. (en) « 1492: Conquest of Paradise Reviews », sur Metacritic, CBS Interactive (consulté le 22 septembre 2019)
  9. a et b (en) « 1492: Conquest of Paradise - weekly », sur Box Office Mojo (consulté le 22 septembre 2019)
  10. « 1492 : Christophe Colomb », sur JP's Box-office (consulté le 22 septembre 2019)
  11. (en) Awards sur l’Internet Movie Database
  12. [1]
  13. [2]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]