Walter Salles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Salles.
Walter Salles
Description de cette image, également commentée ci-après
Nom de naissance Walther Moreira Salles Jr.
Naissance (62 ans)
Rio de Janeiro
Brésil
Nationalité Drapeau du Brésil Brésilien
Profession réalisateur, scénariste, producteur
Films notables Central do Brasil
Avril brisé
Carnets de voyage

Walter Salles est un réalisateur, scénariste, monteur et producteur brésilien né le à Rio de Janeiro au Brésil.

Son film Central do Brasil, lauréat de l'Ours d'or 1998 et du Golden Globe du meilleur film en langue étrangère, replace son pays sur la carte du cinéma mondial, quarante ans après le Cinema Novo des années 1960, et inaugure une nouvelle vague de films brésiliens par une génération de réalisateurs remarquables (Fernando Meirelles, José Padilha, Kleber Mendonça Filho).

Biographie[modifier | modifier le code]

Walter Salles est le fils du banquier, politicien et philanthrope Walter Moreira Salles (1912-2001), fondateur de l'Instituto Moreira Salles. Sa mère est Eliza Gonçalves, son frère aîné est le président d'Itau Unibanco Pedro Moreira Salles, et son frère cadet le réalisateur documentariste João Moreira Salles. Son demi-frère aîné est l'éditeur Fernando Moreira Salles.

Il commence sa carrière cinématographique dans les années 1980 en réalisant quelques documentaires. En 1991, il réalise sa première fiction : A grande arte. Mais la crise économique qui sévit au Brésil l'empêche de poursuivre dans la fiction. Il marque son retour en 1995 avec le thriller Terre lointaine. En 1997, il réalise pour la chaîne de télévision européenne Arte le premier épisode Le premier jour pour la série de courts métrages L'an 2000 vu par....

L'année suivante, il obtient une reconnaissance internationale avec la réalisation du film Central do Brasil qui se voit décerner l'Ours d'or à Berlin. Il réalise ensuite en 2001 le drame familial Avril brisé dans la campagne de Bahia.

En 2004, c'est à lui que revient la tâche de réaliser un film sur la pré-révolution de Che Guevara avec Carnets de voyage qui est présenté aux festivals de Sundance et de Cannes avant de rencontrer un gros succès, et entre autres prix un deuxième British Academy Film Award du meilleur film en langue étrangère.

Il reçoit le prix Robert-Bresson en 2009, reconnaissance de compatibilité de son œuvre avec l'Évangile.

Ayant vécu très jeune entre la France et les États-Unis, il parle couramment le français et l'anglais et, après ses deux road movies sud-américains réussis (Central do Brasil et Carnets de voyage), il adapte en 2012 Sur la route de Jack Kerouac. Le film convainc moins[1]. Il réalise ensuite un documentaire sur Jia Zhangke, et prépare un film biographique sur le mystificateur Christian Gerhartsreiter, qui se faisait passer pour un membre de la famille Rockefeller.

Walter Salles a également coproduit plusieurs films importants de ses confrères, tels La Cité de Dieu de Fernando Meirelles, Le Ciel de Suely de Karim Aïnouz et Aquarius de Kleber Mendonça Filho.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Réalisateur[modifier | modifier le code]

Longs métrages[modifier | modifier le code]

Courts métrages[modifier | modifier le code]

Producteur[modifier | modifier le code]

Prix[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pour les Cahiers du cinéma, Walter Salles « nous vend une publicité au lieu de nous transmettre une expérience ». Télérama parle d'une « version light » du roman, Libération d'un « naufrage absolu ». (http://www.allocine.fr/film/fichefilm-181593/critiques/presse/)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Laurent Desbois, L´Odyssée du cinéma brésilien de l´Atlantide à la Cité de Dieu, Paris, Editions L´Harmattan,
  • Laurent Desbois, La Renaissance du cinéma brésilien, Paris, Editions L´Harmattan,
  • (pt) Laurent Desbois (préf. Walter SALLES : Cinema em construção), A Odisseia do Cinema Brasileiro, da Atlântida à Cidade de Deus, Companhia das Letras,

Liens externes[modifier | modifier le code]