Supporters de l'Olympique de Marseille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Supporters de l'Olympique de Marseille
Tifo marseillais pour la finale de la Coupe de France 2006 Marseille - Paris SG.
Tifo marseillais pour la finale de la Coupe de France 2006 Marseille - Paris SG.
Généralités
Club soutenu Olympique de Marseille
Stade principal Stade Orange Vélodrome
(67 394 places)
Principaux groupes Commando Ultra '84
South Winners
Marseille Trop Puissant
Fanatics
Dodger's
Chiffres clés
Meilleure affluence moyenne spectateurs par match
Meilleure affluence en un match 65 421 spectateurs contre Lyon en 2019
Records d'affluence

Dernière mise à jour : 21 mai 2017.

Les supporters de l’Olympique de Marseille sont prépondérants dans la vie du club depuis plus d'un siècle. Ce sont eux qui financent ainsi les travaux d'aménagement du stade de l'Huveaune dans les années 1920. Mis en sommeil durant les années 1950 et 1960, les supporters marseillais retrouvent à nouveau des couleurs à l'occasion de la présidence Leclerc avec la création de l'Association des Supporters de l'OM. Pour l'exemple, la section parisienne des supporters de l'OM compte alors plus de 2 000 membres actifs (1970). Sonnés par les secousses de la fin des années 1970, les supporters de l'OM effectuent un retour en force avec la présidence Tapie. La vague Ultra en provenance d'Italie donne alors naissance à de nombreux groupes : South Winners, CU84 ou Yankee, notamment. L'enthousiasme ne se dément pas malgré les travaux du Vélodrome avant la Coupe du monde et de nouvelles déconvenues qui marquent la fin de la présidence Tapie. Celui-ci a d'ailleurs cédé la gestion des abonnements des virages aux groupes de supporter, jusqu'à ce que la direction en reprenne la gestion en 2016. Un club de supporters de l'OM est même recensé à New York, il compte une centaine de membres, des Français comme des Américains. À domicile, ils sont situés au Stade Orange Vélodrome.

Généralités[modifier | modifier le code]

Les supporters de l'OM fédérés en groupe ne sont pas présents qu'à Marseille[G 1] et le club compte une centaine de groupe distants en 2010. Un groupe de supporters à distance se caractérise par le fait que ce groupe est basé hors de la ville et que dans une large majorité, les gens qui le compose n'ont pas d'attache familiale ou résidentielle avec Marseille. À la différence d'un autre club tel que l'AS Saint-Étienne qui possède des groupes distants indépendants des groupes de supporters stéphanois, le modèle marseillais se base sur le principe de sections affiliées à l'un des groupes officiels. La création de ces groupes distants apparaît en grande partie après le sacre européen de 1993 et les dirigeants marseillais constatant une demande croissante et massive de billets pour venir assister aux matchs au stade Vélodrome, ils décident que les associations de supporters deviennent les interlocuteurs des groupes distants[1]. On peut citer en exemple que le Commando Ultra' compte une vingtaine de sections dont une en Suisse[2] ou que les Yankee possèdent six sections : Belgique, Centre, Champagne-Ardenne, Île-de-France, La Réunion et Pays de la Loire[3].

Influencé par la devise Droit au but[D 1], le supporter marseillais a toujours montré une sympathie envers deux types de footballeurs. Le joueur au style de jeu fantasque, efficace, plein de panache et que l'on peut résumer par l'expression « Il fait le spectacle »[D 1]. À défaut de posséder ces qualités, les fans aiment aussi le joueur qui compensera par de la virilité, du caractère et de l'allant. Une expression est consacrée à ces joueurs avec « Mouiller le maillot »[D 2]. À l'inverse, des joueurs habiles balle au pied mais considéré comme nonchalant ne sont pas devenus des légendes du Vélodrome[D 3].

Groupes de supporters[modifier | modifier le code]

Nom Abréviation[4] Date de création[4] Emplacement Stade
Commando Ultra '84 CU'84 1984 Virage Sud (Chevalier Roze)
Club des Amis de l'OM CAOM 1987 Virage nord (Patrice De Peretti)
South Winners SW87 1987 Virage Sud (Chevalier Roze)
Fanatics FAN 88 1988 Virage Nord (Patrice De Peretti)
Dodger's DM92 1992 Virage Nord (Patrice De Peretti)
Marseille Trop Puissant MTP 1994 Virage Nord (Patrice De Peretti)
Handi Fan Club 2005 Tribune Ganay

Commando Ultra '84[modifier | modifier le code]

Supporters marseillais au Parc des Princes lors du PSG-OM du 15 mars 2009.

Le , alors que l'OM reçoit le Matra Racing, le plus ancien des groupes ultras de France, le Commando Ultra '84 voit le jour. À cette époque, la majorité des supporters marseillais issus des quartiers populaires et ouvriers se retrouvent dans le virage Nord. Quelques semaines plus tard, a lieu le premier déplacement du groupe lors d’un PSG-OM au Parc des Princes. De nombreux supporters marseillais font alors partie de la « mouvance » ultra, sans avoir toutefois encore de liens officiels avec le Commando Ultra. La 1re bâche «Commando Ultra Curva Nord» apparaît dans le virage Nord en décembre 1984, lors d’un OM-Toulon, derby de la Méditerranée qui provoque durant plusieurs années de violents affrontements entre supporters des deux équipes. Les multiples incidents et affrontements principalement en Italie et en Angleterre font que l’appellation « Commando » et la tête de mort qui sert d’emblème au groupe sont proscrites du Vélodrome par des autorités sportives et judiciaires. Le Commando Ultra est alors tenu de changer officiellement son nom en « Ultras Marseille » et de remplacer son emblème par la main de Zeus, faisant référence à l’origine grecque de Marseille. Malgré tout, fort de plus de 150 abonnés pour la saison 86/87, le groupe investit la partie supérieure du virage Sud pour des raisons pratiques de cohabitation avec les supporters «traditionnels». C’est pendant cette même saison qu'est organisé à Split, le premier déplacement en Coupe d’Europe des Ultras. Depuis ce match, la bâche «Ultras» utilisée pour les déplacements est présente sans discontinuer dans tous les stades européens pour chaque match de l’OM. La saison 86/87 se termine par un déplacement au Parc des Princes pour la finale de la Coupe de France, qui donne lieu au premier « tifo géant » mis en place lors d’un match hors du Vélodrome. Des incidents lors du déplacement des supporters pour assister au match Atletico Madrid-Olympique de Marseille, le 1er octobre 2008, entrainent l'incarcération de l'un de ses membres, Santos Mirasierra. Le local du groupe se trouve désormais sur le boulevard Rabatau.

South Winners 87[modifier | modifier le code]

Fondé par des jeunes du centre-ville, le nom se réfère à leur première bâche « Win for us! » inspirée d'une bâche qui existait en Italie[5]. Ils sont alors situés en tribune Ganay sud. Puis ils décident de migrer vers le virage Sud. Le premier match du groupe se déroule le 27 novembre 1987 contre Bordeaux[5]. En 1989, lors d’un PSG-OM, ils retournent leurs bombers en manifestation anti-fasciste contre les skinheads du Kop of Boulogne. L’orange des bombers devient petit à petit la couleur emblématique du groupe, marquant gadgets, tifos et bâches. Fédérés pendant plusieurs années avec les Fanatics et le CU84 dans le FUW (Fanatics Ultras Winners), la coopération est rompue sur un différend à propos de l’emplacement au stade. Aujourd’hui, les Winners forment le plus grand groupe marseillais avec 7 000 membres[6].

Club des Amis de l'OM[modifier | modifier le code]

Le CAOM qui compte environ 4 000 membres, est un groupe de supporters fondé en 1987. Présent dans toutes les tribunes, ils ont été regroupés par la direction de l Olympique de Marseille dans le bas du virage nord en 2018.

Le groupe a été fondé en 1987 par Albert Manoukian , Francis Tollinche et Patrick Hamou qui en est le Président actuel.

Fanatics[modifier | modifier le code]

Les Fanatics, qui comptent en 2018 2 200 membres[6], font la première apparition lors de la demi-finale de coupe d'Europe contre l’Ajax le 6 avril 1988[7]. De la seconde Nord Ganay, ils changent rapidement vers le virage Sud, où ils se regroupent avec les Winners et les CU84 pour former le FUW (Fanatics Ultras Winners). Après la dissolution du FUW, ils retournent au virage Nord lors de la saison 1995/1996[7]. Le nombre de membres triple lors de la saison 1998/1999 et le groupe peut ouvrir son propre local en 1999[7]. Ils sont très attachés à la Provence, en brandissant systématiquement le drapeau provençal aux côtés du drapeau marseillais. La majorité des premiers membres ne sont plus dans le groupe, à la suite de nombreux avis divergents quant à sa direction et sa philosophie. Leur devise est « Marseillais Avant Tout ».

Dodger's[modifier | modifier le code]

Les Dodger's en déplacement à Porto

Les Dodger's ont vu le jour le 26 mai 1992, soit un an tout juste avant la victoire des Olympiens en Ligue des Champions, à la suite d'un désaccord avec le groupe des Yankee[8].Leur nom vient du lieutenant Dodge qui avait quitté l'armée Yankee[9]. Le groupe, d'une vingtaine de personnes en 1992, s'est agrandi à une centaine de membres en 1993, élargissement dû en grande partie à l'épopée européenne de l'Olympique de Marseille. Le club se développe en proposant des déplacements, des lotos et possède même une équipe de foot. Les Dodgers disposent d'un local et leur site Internet est le seul à se présenter en français et en provençal. Les Dodger's comptent 3 200 membres[6].

Marseille Trop Puissant[modifier | modifier le code]

Le groupe des MTP est fondé en 1994 par Patrice de Peretti, dit Depé. Au cours des déplacements en D2, le groupe gagne rapidement en notoriété et le nombre d’adhérents explose lors du retour dans l'élite. En coopération avec l'association de la Caravane des Quartiers, le groupe s’efforce d'intégrer les jeunes des quartiers défavorisés. Démarré à 10 membres, le groupe en a 3 700[6] aujourd’hui, la base du groupe étant toujours le quartier de La Plaine, où se trouve leur local. Un grave accident de car le 23 août 2008 leur fait perdre 2 membres.

Patrice de Peretti[modifier | modifier le code]

Patrice de Peretti (né à Marseille le , décédé dans la même ville le ) est un supporter célèbre de l'Olympique de Marseille. Le virage nord du Stade Vélodrome porte désormais son nom en son hommage[10]. Aujourd'hui de nombreux chants à son effigie sont repris à chaque match, comme le "chanter comme Depé".

Handi Fan Club[modifier | modifier le code]

Créé en 2005, le Handi Fan Club est le groupe des supporters handicapés de l'Olympique de Marseille. Lors des matchs au Stade Vélodrome, ils sont encadrés par une vingtaine de bénévoles et sont situés en bas de la tribune Ganay.

Supporters indépendants[modifier | modifier le code]

En plus de toutes les sections des groupes de supporters venus de toute la France, les ventes de billets électroniques permettent de montrer la présence de supporters non affiliés à des clubs de supporters de 85 départements différents en moyenne pour la saison 2007-2008 [11]. Lors du match OM-Olympique lyonnais de cette même saison, l’ensemble des 96 départements de France métropolitaine ont été représentés au Stade Vélodrome ainsi que la Belgique et la Suisse[12].
Ces supporters ont accès aux virages du Stade Vélodrome.

Sections de supporters à l'étranger[modifier | modifier le code]

Les supporters de l'Olympique de Marseille dépassent les frontières. D'ailleurs, certains ont créé leur section :

  • Drapeau : Suisse Commando Ultra '84, Section Suisse
  • Drapeau : Belgique Yankee Belgique
  • Drapeau : Pologne Polish Hussars
  • Drapeau : Italie OM Firenze
  • Drapeau : États-Unis OM Los Angeles
  • Drapeau : États-Unis OM Miami
  • Drapeau : États-Unis OM New York
  • Drapeau : Canada OM Montréal
  • Drapeau : États-Unis OM San Francisco
  • Drapeau : Israël OM Israël Fan Club
  • Drapeau : Russie Drapeau : Ukraine Drapeau : Kazakhstan Supporters Russophones de l'Olympique de Marseille
  • Drapeau : Japon OM Shuriken
  • Drapeau : Sénégal Association des supporters de l'Olympique de Marseille du Sénégal[13]
  • Drapeau : Sénégal Yankee Sénégal
  • Drapeau : Finlande OM Commandos Irréductibles, Section Munksnas
  • Drapeau : Émirats arabes unis OM Dubaï, SuppJo
  • Drapeau : Polynésie française Club des Supporters Tahitiens de l'Olympique de Marseille[14],[15]
  • Drapeau : Algérie OM Oran
  • Drapeau : Algérie OM Alger

Anciens groupes de supporters[modifier | modifier le code]

Club Central des Supporters[modifier | modifier le code]

Association la plus ancienne du Stade Vélodrome, fondée en 1972, le Club Central des Supporters est le premier à organiser des déplacements. Le fondateur est Jacques Pélissier, surnommé Pelo, qui est mort en janvier 2006. D'abord nommé Club des Supporters Marseillais, il devient ensuite le C.C.S, le Club Central des Supporters de l'OM en 1982. Les membres de cette association se regroupaient en bas du virage nord à côté des Yankees, mais également dans l'ensemble du stade. En 2016, le groupe refuse de signer une convention avec le club concernant la commercialisation des billets et abonnements dans les virages (dont la responsabilité appartenait jusque lors aux groupes de supporter), puis attaque le club pour «rupture abusive des relations commerciales», procès perdu par le CCS, alors condamné à disparaître.

À l'étranger :

  • Drapeau : Argentine CCS OM La Plata (City Bell)

Yankee Nord[modifier | modifier le code]

Fumigènes chez les Yankee lors du match OM-FC Metz.

Aussi connu sous le sigle YNM87 (Yankee Nord Marseille 1987), créé en 1987 puis supprimé en 2018. Ce groupe, qui a été créé par une bande d’amis des frères Tonini, était le plus important du virage Nord avec plus de 5000 abonnés. À l'origine, ils s'appelaient les Yankee North Army, et ont réalisé leur première bannière sur une banderole « empruntée » à la SNCF. Danièle Tonini, a été longtemps l'un des piliers des Yankee jusqu'à sa mort en 2002. Mais ses deux fils Lionel et Michel ont toujours animé le groupe et assuré la présidence et la vice-présidence.

Les Yankee Nord Marseille ont aussi plusieurs sections : les Yankee IDF, les Yankee OM 12, les Yankee Champagne, les Yankee Anjou Maine, les Yankee Centre mais aussi les Yankee Béziers, Yankee Nord Isère... qui font tous les déplacements à domicile, à l'extérieur et en Europe.

Le 4 juin 2018, le club annonce aux membres du groupe ne plus les reconnaître. De ce fait ils perdent leur statut d'association officielle reconnue par le club et ne peuvent désormais plus délivrer d'abonnements au Vélodrome condamnant ainsi les Yankee à disparaître. Le club leur reproche notamment des faits supposés de revente de billets au noir en marge de la réception de Lyon, le 18 mars de la même année[16].

Au cours du premier match de la saison 2018-2019, le 10 août 2018 contre Toulouse, des heurts ont opposé des ex-membres des Yankees et certains membres du Club des Amis de l'OM[17]. La semaine suivante, les Yankees produisaient un communiqué affirmant que des négociations étaient en cours avec le CAOM pour une future alliance [18].

Brava Massalia[modifier | modifier le code]

Club de supporters créé en 2008

Records d'affluence[modifier | modifier le code]

Amitiés[modifier | modifier le code]

Il existe le concept d'amitié/jumelage lorsque deux groupes de supporter s'apprécient. Le Commando Ultra'84 est connu pour ses amitiés européennes avec des fans de Sankt Pauli en Allemagne, de l'AEK Athènes en Grèce, de la Sampdoria de Gênes et de l'AS Livourne en Italie [31]. Parmi ces amitiés, le lien le plus fort est celui qu'entretient le CU'84 avec les Génois des Ultras Tito Cucchiaroni et qui date depuis 1987. Afin d'illustrer, on peut citer la présence de supporters marseillais lors du match Auxerre-Livourne et la présence d'une banderole anti-PSG lors du match AEK Athènes-Paris SG, tous deux en Coupe UEFA 2006-2007, ainsi que la présence de supporters génois et livournais pour le match OM-AC Milan en Ligue des champions 2009-2010. Durant le match amical Sampdoria-OM en août 2013, les supporters des deux clubs sont mélangés dans la même tribune. De bons liens existent aussi entre certains groupes de suppoters de l'OM et du Standard de Liège[32],[33].

Incidents[modifier | modifier le code]

Affaire OM - Atlético[modifier | modifier le code]

Santos Mirassiera, membre des Ultras, est condamné à trois ans et demi de prison ferme[34] à la suite d'incidents avec la police espagnole en marge du match de Ligue des champions entre l'Atlético de Madrid et l'Olympique de Marseille, le . Cette affaire mobilise le monde des supporters ainsi que les hommes politiques en France et en Espagne[35]. Par la suite, celui-ci ne fait cependant pas preuve d'un comportement exemplaire et est rattrapé par les médias à la suite de son placement en garde à vue dans le cadre d'un déplacement à Lille[36].

Affaire OM - Shakhtar[modifier | modifier le code]

Lors de la rencontre entre l'Olympique de Marseille et le Shakhtar comptant pour les 1/4 de finale de la Coupe UEFA 2009, une violente bagarre éclate entre supporters olympiens de la Cosa Ultra et des South Winners. Un différend d'ordre financier est à l'origine de cette bagarre[37],[38],[39].

Chants[modifier | modifier le code]

« Aux armes ! », chant le plus connu des supporters de l'OM, est une reprise de « All'armi », entonné par les troupes de Benito Mussolini dans les années 1940[40],[41]. Il est importé dans les années 1980 par les supporters CU84 après qu'ils ont assisté à un derby entre le Milan AC et l'Inter Milan[41]. Il est ensuite repris dans d'autres stades d'Europe, notamment par les ultras du FC Sankt Pauli qui le chantent en français[40],[41].

Célèbres supporters[modifier | modifier le code]

Marc Lavoine est supporter de l'OM.

Parmi les millions de supporters du club marseillais, on peut citer diverses personnalités masculines issues de différents milieux. Sport hors football : Sébastien Grosjean[42], Christophe Lemaitre[43], Brahim Asloum[44], Arnaud Clément[45], Benoît Paire[46], Camille Lacourt[47], Fabien Gilot[48], Frédérick Bousquet[49], Richard Virenque[50], Yannick Nyanga[51], Maxime Bouet[52], Ronny Turiaf[53], Jean-Charles Orioli[54], Marc et Ugo Crousillat[55], Sébastien Ogier[56] ou Erwann Le Péchoux[57]. Radio et télévision : René Malleville[58], Camille Combal[59], Bruno Guillon[60], Jean-Pierre Foucault[61], Avi Assouly[62], Patrice Laffont[63], Laurent Weil[64], Thomas Vergara[65], Cyril Lignac[66], Laurent Ruquier[67], Marcel Rufo[68] ou Stéphane Plaza[69]. Musique : Grégory Lemarchal[70], Akhenaton[71], Sefyu[72], Jessy Matador[73], Youssoupha[51], Quentin Mosimann[51], Baptiste Giabiconi[74], Marc Lavoine[75], Jo Corbeau[76], Matt Pokora[77], Alonzo[78], Sya Styles[79] ou Soprano[63]. Littérature : Éric Naulleau[80], Franz-Olivier Giesbert[81] ou Christian Authier[82]. Cinéma : Harry Baur[83], Fernandel[OG 2], Jean-Pierre Darroussin[84], Omar Sy[85], Olivier Dahan[86], Richard Anconina[55], Avy Marciano[87], Moussa Maaskri[88], Stéphane Henon[89], Éric Lavaine[55] ou Thierry Neuvic[90]. Humour : Patrick Bosso[91], Mathieu Madénian[92], Ahmed Sylla[93], Anthony Joubert[94], Cyril Lecomte[95] ou Titoff[91]. Politique : Emmanuel Macron[96], Benoît Hamon[97], Sacha Houlié[55] ou Karim Zéribi[98].

Le club compte également des supportrices telles qu'Alice Pol[99], Marion Bartoli[100], Clara Morgane[101], Diam’s[102], Nathalie Simon[103] ou Virginie Dedieu[104] qui sont invitées aux matchs et à communiquer sur leur passion du club olympien. L'OM compte également parmi ses supportrices Alexandra Rosenfeld[105], élue Miss France en 2006. La rencontre contre Valenciennes en 2009, qui se joue la veille de la Journée internationale de la femme, voit l'OM célébrer ses fans féminins.

Dans l'optique de la rivalité OM-PSG, des personnalités comme Manu Chao[106] ou encore Renaud[107] présentent la particularité d'être natifs de Paris mais supporters du club olympien. S'ils sont des exemples dans ce sens, la réciproque n'est pas vraie et aucun Marseillais notoire n'est connu pour être fan du PSG,[108].

L'OM possède également des fans étrangers tels que la comédienne belge Émilie Dequenne[109] ou le réalisateur britannique Adrian Lyne[110].

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références bibliographique[modifier | modifier le code]

  1. Lestrelin 2010, Quatrième de couverture.
  1. a et b Bromberger 1995, « Droit au but », p. 124.
  2. Bromberger 1995, « Droit au but », p. 128.
  3. Bromberger 1995, « Droit au but », p. 129.
  1. Dominique Auzias, Guide de l'amateur de football, Nouvelles Editions de l'Université, , 360 p. (ISBN 978-2746951884), pages multiples.
  2. Jean-Jacques Jelot-Blanc, Pagnol inconnu, Flammarion, , 561 p. (ISBN 9782081267688).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jérôme Latta, « Tout ce qui les sépare », sur www.cahiersdufootball.net, (consulté le 28 août 2014).
  2. « Sections », sur www.commandoultra84.com (consulté le 28 août 2014).
  3. « Liste des sections Yankee en France », sur www.yankeeom12.net (consulté le 28 août 2014).
  4. a et b « Les Winners ont 20 ans », sur om.net, (consulté le 12 novembre 2008)
  5. a et b OM plus, janvier 1991
  6. a b c et d « OM : une saison sans les Yankee et avec des virages new-look », sur LaProvence.com, (consulté le 24 juin 2019)
  7. a b et c « historique du groupe », sur fanatics-marseille.net, fantatics 1988 (consulté le 7 octobre 2011)
  8. « Histoire des Dodgers », sur dodgers1992.com (consulté le 12 novembre 2008)
  9. Laurent Oreggia, Tout (et même plus) sur l'OM, Hugo et Compagnie, , 128 p. (ISBN 9782755603262), « Supporters », p. 23
  10. « L'Hommage à Depé », sur planetemarseille2002.ifrance.com (consulté le 12 novembre 2008)
  11. « OM Entreprises : L’OM, une véritable plateforme de communication globale », sur om.net, (consulté le 12 novembre 2008).
  12. Laurent Oreggia, « Toute la France au Vél' », sur om.net, (consulté le 12 novembre 2008)
  13. Mame Fatou Ndoye, « Echos d'Afrique », sur lefigaro.fr, (consulté le 7 janvier 2009)
  14. « Bienvenue à « Te Mana OM », sur om.net,
  15. « Supporters de l'OM du bout du monde », sur metrofrance.com, Métro France,
  16. « Supporters : Les Yankee Nord plus reconnus par l'OM », L'Équipe, (consulté le 4 juin 2018).
  17. « Yankee : Des heurts dans le Virage Nord », sur Foot Marseille,
  18. « SUPPORTERS OM : RÉCONCILIATION CAOM/YANKEE ! », sur Football Club de Marseille,
  19. « Guide saison 2014-2015 », Le Foot Magazine, no 105H,‎ , pages multiples.
  20. « Record de spectateurs des stades », sur www.stades-spectateurs.com (consulté le 1er juin 2015).
  21. a et b Brigitte Challiol, « L'Olympique de Marseille reste dans le flou financier », sur www.lesechos.fr, (consulté le 3 octobre 2014).
  22. a et b « Le plein pour un OM-Auxerre déjà décisif », sur www.ladepeche.fr, (consulté le 3 octobre 2014).
  23. a b et c « Le nombre d'abonnés en hausse », sur www.lephoceen.fr, (consulté le 3 octobre 2014).
  24. a b c et d « Le nombre d'abonnés au Vél connu », sur www.lephoceen.fr, (consulté le 3 octobre 2014).
  25. « Il reste des places au Vélodrome », sur www.rmcsport.bfmtv.com, (consulté le 3 octobre 2014).
  26. a et b « ASSE, PSG, OM... Le point sur les abonnements en Ligue 1 », sur www.sportune.fr, (consulté le 3 octobre 2014)
  27. « FC Metz - Nombre d'abonnés : 5ème de Ligue 1 ! », sur www.fcmetz.com, (consulté le 19 septembre 2014).
  28. « Ligue 1 : un nombre d'abonnés en baisse partout... ou presque », sur topmercato.com, (consulté le 12 août 2017).
  29. a et b « OM : le nombre d'abonnés en hausse », sur sofoot.com, (consulté le 14 novembre 2017).
  30. « OM : 38.000 abonnés au Vélodrome, l'OM fait toujours rêver ! », sur Foot01.com, (consulté le 29 juillet 2020).
  31. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées sofoot 169190
  32. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées calciomio 25863
  33. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées om.net 68357
  34. (fr) Thierry Muratelle, « Info La Provence : le dernier recours de Santos rejeté », sur www.laprovence.com, (consulté le 15 décembre 2009)
  35. (fr) Rémi Leroux, « OM : « Le procès de Santos est devenu une affaire politique » », sur www.rue89.com, (consulté le 15 décembre 2009)
  36. Santos Mirasierra: impardonnable
  37. « Bagarre rangée chez les utras », sur La Provence,
  38. « Des plaintes suite à la bagarre dans le virage sud », sur La Provence,
  39. « Trois leaders en garde à vue », sur La Provence,
  40. a et b Antoine Aubrey, Guillaume Fleury, Ali Farhat et Quentin Blandin, « Top 10 : les meilleurs chants de supporters », sur So Foot.com, (consulté le 5 mai 2020).
  41. a b et c « VIDÉOS - Les chants les plus emblématiques des supporters dans les stades de foot en France », sur France Bleu.fr, (consulté le 5 mai 2020).
  42. Paul Gibson, « Grosjean : « On m'a rejeté car j'étais trop petit » », sur www.leparisien.fr, (consulté le 25 janvier 2001)
  43. « Christophe Lemaitre supporter de l'OM », sur www.le10sport.com, (consulté le 19 août 2016).
  44. Jérémy Talbot, « Sportifs amis - Franck Ribéry et Brahim Asloum », sur www.linternaute.com, (consulté le 5 août 2014)
  45. « Clément droit au but », sur www.eurosport.fr, (consulté le 4 août 2014)
  46. « Paire mordu de l'OM », sur www.tennisleader.fr, (consulté le 5 avril 2015).
  47. Jérôme Andréacchio, « Camille Lacourt : «Ma première au Vélodrome !» », sur www.om.net, (consulté le 4 août 2014)
  48. « Fabien Gilot : "Une grande fierté pour moi." », sur www.om.net, (consulté le 19 mai 2016)
  49. « Natation : Ce coup de gueule de Frederick Bousquet sur le Classico PSG/OM », sur www.le10sport.com, (consulté le 19 mai 2016)
  50. « OM : Virenque rend hommage à RLD », sur www.news.maxifoot.fr, (consulté le 5 août 2014)
  51. a b et c « Les VIPs donnent leur soutien à l'OM! », sur www.om.net, (consulté le 19 mai 2016)
  52. « Maxime Bouet affiche son soutien à l'oM avant le contre-la-montre », sur www.lequipe.fr, (consulté le 23 juillet 2017)
  53. « Tony Parker et Ronny Turiaf avec l'OM ! », sur www.om.net, (consulté le 20 août 2017)
  54. La rédaction RMC Sport, « OM – PSG Bastareaud : « Je me ferai tout petit » », sur www.rmcsport.bfmtv.com, (consulté le 10 mars 2018)
  55. a b c et d « OM - Dijon : Les VIP à l'Orange Vélodrome », sur om.net, (consulté le 12 août 2017)
  56. La rédaction, « Omnisport : Ce pilote français qui dévoile sa passion pour… l’OM ! », sur www.le10sport.com, (consulté le 12 mars 2018)
  57. « Erwann Le Péchoux, l'estoc du gaucher », sur www.vsd.fr, (consulté le 27 août 2016)
  58. « La vie selon Néné », La Marseillaise, (consulté le 17 avril 2020)
  59. « Camille Combal, fou de l'OM », sur www.laprovence.com, (consulté le 22 mai 2014)
  60. Tiffanie Bonneau, « Bruno Guillon : « Je me verrais bien vivre à Marseille » », sur www.citypost.fr, (consulté le 20 décembre 2014)
  61. Arthur Guyard, « Jean-Pierre Foucault a l’OM au cœur », sur www.gala.fr, (consulté le 3 août 2014)
  62. « Clip : Hommage à Avi Assouly », sur www.om.net, (consulté le 12 mars 2018)
  63. a et b Thibault Lécuyer, « Top 10 : Les pires people du football », sur www.cahiersdufootball.net, (consulté le 3 août 2014)
  64. Allan Chaussard, « Laurent Weil : « Le moment de frapper un grand coup » », sur www.om.net, (consulté le 10 mars 2018)
  65. « L'OM joue mal mais gagne c'est l'essentiel », sur www.twitter.com, (consulté le 10 mars 2018)
  66. « M. Pokora, Omar Sy, Cyril Hanouna...: PSG ou OM, les people ont choisi leur camp », sur www.purebreak.comjessy, (consulté le 19 mai 2016)
  67. « Laurent Ruquier : "Allez l'OM !" », sur www.laprovence.com, (consulté le 4 août 2014)
  68. « OM-PSG vu par le pédopsychiatre Marcel Rufo », sur www.rtl.fr, (consulté le 2 avril 2015)
  69. « « Si je peux amener des sponsors » Le club vise désormais la Ligue 2 dans cinq ans », sur www.20minutes.fr, (consulté le 4 août 2014)
  70. « Hommage à Gregory Lemarchal », sur www.om.net, (consulté le 9 mai 2007)
  71. « Akhenaton : « Je m’attendais à mieux de la part du PSG » », sur www.parolesdefoot.com, (consulté le 5 août 2014)
  72. « Sefyu supporter de l'OM », sur www.surfacemagazine.fr, (consulté le 19 mai 2016)
  73. « Je retrouve enfin mon Olympique de Marseille. », sur www.twitter.com, (consulté le 28 mars 2015)
  74. « Baptiste Giabiconi "je suis un grand supporter de l'OM !" », sur www.maritima.info, (consulté le 25 février 2015)
  75. N Barenghi, « Marc Lavoine rédac' chef d'un jour », sur www.aufeminin.com, (consulté le 4 août 2014)
  76. J. Mars, « #ITW Entretien avec un cOMPatriote : Jo Corbeau », sur www.ohaime-passion.com, (consulté le 12 mars 2018)
  77. « M.Pokora : "C'est l'OM depuis tout petit" », sur www.eurosport.fr, (consulté le 4 août 2014)
  78. Roch Serpagli, « Alonzo : "À Marseille, dès que tu nais, il y a un tampon OM sur le livret de famille" », sur www.footballstories.konbini.com, (consulté le 12 mars 2018)
  79. Thomas Robert, « Psy 4 de la Rime : le groupe rend hommage à Sya Styles », sur www.programme-tv.net, (consulté le 12 mars 2018)
  80. Caroline Bonacossa, « Éric Naulleau : un gars rangé », sur www.parismatch.com, (consulté le 21 décembre 2010)
  81. « FranzOlivier Giesbert », sur www.surfacemagazine.fr (consulté le 28 juin 2012)
  82. « Le hussard noir de la ville rose », sur bibliobs.nouvelobs.com, (consulté le 15 septembre 2008)
  83. « Les débuts de l'Histoire olympienne », sur om4ever.com (consulté le 11 août 2017)
  84. Fred Azilazian, «Je vois l'OM champion», sur www.20minutes.fr, (consulté le 4 août 2014).
  85. « Omar Sy : "Je ne suis pas un traître" », sur www.om.net, (consulté le 19 mai 2016)
  86. Emmanuel Jean, « «Les seigneurs» ont rendu visite aux Bleus », sur www.om.net, (consulté le 5 août 2014)
  87. « Biographie d'Avy Marciano », sur www.avymarciano.com (consulté le 4 août 2014)
  88. Jean-Claude Leblois, « Maaskri : "L'OM, une machine à gagner" », sur www.laprovence.com, (consulté le 4 août 2014)
  89. « Avant OM-OL : La presse s’y presse », sur www.om.net, (consulté le 10 mars 2018)
  90. « D'hOMme à hOMme avec Thierry Neuvic », sur www.dailymotion.com, (consulté le 10 mars 2018)
  91. a et b Nicolas Lagavardan, « OM : Bosso et Titoff au paradis », sur www.news.maxifoot.fr, (consulté le 5 août 2014)
  92. Ronan Tésorière, « Madénian : avec l'OM, c'est spécial, j'ai grandi au Vélodrome », sur www.sportmag.fr, (consulté le 5 avril 2015)
  93. Vincent Duluc, « Pas de Rihanna au Vélodrome pour OM-PSG », sur www.lequipe.fr, (consulté le 20 mai 2016)
  94. Benjamin Courmes, « La réponse d'Anthony Joubert à un rap anti-OM », sur www.footballclubdemarseille.fr, (consulté le 10 mars 2018)
  95. Benjamin Asseraf, « Une histoire de Collègues », sur www.sofoot.com, (consulté le 10 mars 2018)
  96. Alexandre Alain, « OM-PSG: Emmanuel Macron ose un pronostic », sur http://rmcsport.bfmtv.com, (consulté le 14 mars 2017)
  97. LP, « Benoît Hamon est supporter de l'OM et pour le retour de Benzema », sur http://rmcsport.bfmtv.com, (consulté le 28 mars 2017)
  98. Julien Chabrout, « Portrait - Karim Zéribi, un ambitieux à Marseille », sur http://www.parismatch.com, (consulté le 8 août 2017)
  99. « Une journée avec Alice Pol », sur www.elle.fr, (consulté le 14 juin 2013)
  100. Damien Mercereau, « Marion Bartoli, première supportrice de l'OM », sur www.lemag.eurosport.fr, (consulté le 4 août 2014)
  101. « Clara Morgane, supportrice de l'OM », sur www.ladepeche.fr, (consulté le 4 août 2014)
  102. « Le message de Diam's aux supporters de l'OM », sur www.om.net, (consulté le 19 mai 2016)
  103. Frédéric Rostain, « L’inauguration du nouveau bâtiment sportif », sur www.om.net, (consulté le 10 mars 2018)
  104. « L’OM rend hommage à ses supportrices », sur www.om.net, (consulté le 4 août 2014)
  105. Damien Mercereau, « Le GP des Miss vu par Alexandra Rosenfeld », sur www.tvmag.lefigaro.fr, (consulté le 4 août 2014)
  106. Imanol Corcostegui, « Eh oui, être marseillais et supporter du PSG, c’est possible », sur www.rue89.nouvelobs.com, (consulté le 4 août 2014)
  107. « Ecole Renaud Séchan - Semaine du 9 au 14 juin », sur www.ac-grenoble.fr, (consulté le 11 mars 2018)
  108. « Weil : « Mandanda pourrait jouer un rôle de bad boy » », sur www.parolesdefoot.com, (consulté le 5 août 2014)
  109. Jacques Morice, « Emilie Dequenne, la tornade tranquille », sur www.telerama.fr, (consulté le 4 août 2014)
  110. Emmanuel Jean, « Adrian Lyne lecteur d'OM.net ! », sur www.om.net, (consulté le 5 août 2014)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Christian Bromberger (avec la collaboration de Alain Hayot et Jean-Marc Mariottini), Le Match de football : Ethnologie d'une passion partisane à Marseille, Naples et Turin, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, (ISBN 2735106683)
  • Michel Ficetola, La tchatche du supporter de l'OM, (ISBN 2953447237)
  • Ludovic Lestrelin, L'autre public des matchs de football : Sociologie des supporters à distance de l'Olympique de Marseille, Éditions de l'EHESS, (ISBN 9782713222733)

Filmographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]