Supporters du Racing Club de Lens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Supporters du Racing Club de Lens
Le public lensois lors de la finale de la Coupe de la Ligue en 2008.

Le public lensois lors de la finale de la Coupe de la Ligue en 2008.

Généralités
Club soutenu RC Lens
Stade principal Stade Bollaert-Delelis
(38 223 places)
Principaux groupes Red Tigers
North Devils
Kop sang et or
Le 12 Lensois
Chiffres clés
Meilleure affluence moyenne ??? spectateurs par match
Meilleure affluence en un match ??? spectateurs

Dernière mise à jour : 28 mars 2017.

Crystal Clear app kworldclock.png
Pour la compétition en cours, voir :
Saison 2016-2017 du Racing Club de Lens

Cet article décrit les principaux groupes de supporters du Racing Club de Lens. Le public lensois, un des plus fervents de France, a été nommé à plusieurs reprises « meilleur public ».[réf. nécessaire]

Il existe plusieurs groupes de supporters à Lens. La plus grande partie de ces groupes composent le « KOP lensois », situé tribune Tony Marek. D'autres se trouvent en « tribunes populaires », Delacourt et Trannin.

Historique[modifier | modifier le code]

En France, l'une des premières association de supporters « respectable » est créée à Lens en 1926. Elle se nomme le Supporter club lensois[1],[2].

Groupes de supporters[modifier | modifier le code]

Le 12 Lensois[modifier | modifier le code]

12 Lensois à Auxerre.

Organe officiel des supporters du Racing Club de Lens, le 12 Lensois est l’appellation récente du plus ancien groupe de fans Sang et Or créé en 1926. Anciennement « Allez Lens », puis « Supporter Club lensois » et « Supp’R Lens », le numéro douze a été offert par Gervais Martel au 12 Lensois afin de rendre hommage au douzième homme. Plusieurs milliers de membres composent le 12 Lensois et se placent dans toutes les tribunes de Bollaert. Ils sont réunis en 78 sections réparties en 18 départements. Le 12 compte également deux sections en Belgique. C’est la plus grande association enregistrée au sein de la Fédération Française des Supporters. Récemment, le 12 Lensois a décidé de lancer les Galiboys, en 2005. Ce groupe de jeunes supporters, âgés de seize à vingt-cinq ans, a pour but de moderniser quelque peu l'image du 12 Lensois.

Aujourd’hui, les Galiboys sont placés en Tribune Marek et comptent, officiellement, cent-cinquante membres. Le 12 Lensois est aussi souvent représenté dans le Sud de la France par ses sections exilées, ou dans la région Rhône-Alpes par les Ch'tis Boys 69. On peut citer les sections les plus actives du 12 Lensois comme celles de Sars-Poteries, Capt'ain Siko, du Germinal 68 ou de Chez Muriel. Le 12 Lensois est aujourd’hui en pleine reconstruction. Et il veut poursuivre sa marche en avant en gardant ses valeurs traditionnelles de fair-play et de convivialité.

En 2011, le club de supporters regroupe environ 7 500 membres, réparties en 80 sections, implantées majoritairement dans le Pas-de-Calais, le Nord et la Somme puis dans d'autres régions françaises et en Belgique[2].

Les Tigers ou Red Tigers[modifier | modifier le code]

Créés en 1994, les Red Tigers représentent aujourd’hui le groupe le plus vindicatif de Bollaert. Avec leurs 350 membres cartés et des dizaines de sympathisants, les Tigers sont le nouveau moteur de la tribune Marek et du Stade Bollaert. Ils n’hésitent pas à montrer leurs griffes lorsque le club prend une direction qui ne leur plait guère.

Indépendants du club, les Red Tigers ont su se faire accepter du public lensois même si leurs opinions divisent parfois. Leurs Tifos sont très appréciés dans les travées de Bollaert. Ils sont nombreux à se déplacer pour encourager le Racing et posent leur bâche partout où celui-ci se produit. Ils sont désormais acceptés en tribune Marek, et symbolisent le mouvement ultra à Lens, notamment en possédant les deux principaux « capos » du kop Lensois.

Ils possèdent de nombreuses sections actives au sein de la région Nord-Pas-de-Calais et autres notamment en Île-de-France et sont désormais le plus gros groupe ultra de la Marek.

Les KSO (Kop sang et or) 1993[modifier | modifier le code]

Les KSO 93' sont le premier véritable groupe ultra du RC Lens. Suivis par les North Warriors (dissous par la suite) et les Red Tigers, les KSO n'explosent jamais et restent un groupe modeste aujourd'hui.

Ils sont néanmoins à l'origine de nombreuses initiatives, comme l'idée d'un kop en tribune Trannin, en Delacourt (Le club ne leur permet plus de s'installer dans les virages) et ils sont toujours un groupe actif à domicile comme en déplacement.

Les North Devils[modifier | modifier le code]

Tifo des North Devils lors de Lens-Sochaux, le 20 mars 2010.

Les North Devils ont été créés en 1999 et ont cessé leur activité en 2003. Le groupe reprendra du service en 2008 malgré la relégation en Ligue 2 et s'imposeront assez vite en déplacement comme à domicile. Les ND ne se revendiquent pas ultras même s'ils en adoptes certaines traditions (tifos, chants soutenus, produits dérivés, fanzine, etc.) et proposent une alternative au sein d'un public tiraillé entre des ultras d'un côté et un public plus traditionnel.

Ils militent pour le retour à une ambiance plus en phase avec la réputation qu'est celle du Stade Félix Bollaert, notamment par la fin des places assises en tribunes populaires.

Autres clubs de supporters[modifier | modifier le code]

Le Racing Club de Lens est également soutenu par le Kop 2000, créé au printemps 1998,

  • Les Bollaërt Boys & Bollaërt Girls, créé le 28 septembre 1994,
  • La Génération Sang et Or, créé en 1998,
  • Les Blood & Gold', créé en avril 1999,
  • Les Ch'tis Gavroches,
  • Les Germinal 68, créé en 2002,
  • Les Ch'tis boys 69, créé en 2000, qui est la section officielle du 12 Lensois de la région lyonnaise.
  • Les Gueules Noires créé en 2014,
  • Les Atrébates fondé en 2015,
  • Les Bloody Arvern',
  • Les Enfants du Racing créé en 2016.
  • Les Magic's Lens

Le Collectif Tony Marek[modifier | modifier le code]

Supporters du Racing Club de Lens, à la sortie du match face à l'AJ Auxerre, le , au Stade Bollaert-Delelis.

Créé en 2004, et regroupant toutes les associations de supporters de la tribune Tony Marek, celle où se situe le Kop lensois, le CTM se réunit régulièrement afin d'harmoniser et améliorer l'animation globale des anciennes secondes.

Rapprochement des groupes, installation d'une sono, tifos communs, harmonisation des chants, installation d'un perchoir pour les capos, instauration du placement libre sont les innovations obtenues par le Collectif. Des rencontres avec dirigeants, entraîneurs ou joueurs ont lieu régulièrement afin d'échanger leurs point de vue.

Affluence et abonnement[modifier | modifier le code]

Évolution de l'affluence[modifier | modifier le code]

Abonnements[modifier | modifier le code]

Les supporters, au stade et en dehors[modifier | modifier le code]

Ambiance[modifier | modifier le code]

Le club est souvent désigné[Par qui ?] comme le meilleur public de football de France[réf. nécessaire] . Les supporters sont nombreux en déplacement tout comme à domicile même en division inférieur à la Ligue 1. L'ambiance se trouve dans la tribune Tony Marek en face de la présidentielle animé souvent par les capos des Red Tigers.

Popularité et notoriété[modifier | modifier le code]

En 2010, le club artésien est désigné comme le club préféré des régions du Nord-Pas-de-Calais et de Picardie[3].

Dans les médias nationaux français, l'image des supporters lensois est souvent décrit comme beaux-joueurs et joyeux[4].

Rivalité et amitié[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Derby du Nord.

En outre, bien qu'il ne s'agisse pas d'une amitié revendiquée officiellement par des associations de supporters, les supporters du Racing ont un respect particulier pour ceux du RC Strasbourg. En effet, de par leur dénomination commune (Racing Club), et la ferveur qui entoure ces deux clubs, ces clubs se respectent mutuellement, car ils ont tous deux connus des déboires financiers et se retrouvent en 2017 en Ligue 2. Les supporters lensois ayant été nombreux à la Meinau au match aller, les strasbourgeois, pour le match retour, ont pu chanter avec les lensois avant la rencontre, et ont surpris les médias par leur fraternité[5],[6].

Supporters célèbres[modifier | modifier le code]

Aspects socio-culturels[modifier | modifier le code]

Baraque à frites[modifier | modifier le code]

Les baraques à frites se trouvent derrière les tribune du Stade Bollaert-Delelis.

Chants et musique[modifier | modifier le code]

La Lensoise est le chant chanté par tous les supporters du Racing Club de Lens juste avant le début du match, quand les deux équipes entrent sur la pelouse.

Depuis la mort du chanteur Pierre Bachelet, le 15 février 2005, tous les supporters lensois entonnent à la mi-temps de chaque match une partie des Corons.

Lens a connu des saisons difficiles, les supporters chantent souvent « dans le malheur ou la gloire ».

Mascotte et géant[modifier | modifier le code]

Depuis le 25 avril 2002, Ch'meneu[N 1] est le géant du Racing Club de Lens. Haut de ses 3,5 mètres, il a été financé à hauteur de 86 000 francs par le groupe de supporters « Le 12 Lensois ». Il doit son nom au « ch'meneu de quévaux », celui qui tirait les chevaux attelés aux trains de berlines dans la mine[11].

Sociologie des tribunes[modifier | modifier le code]

Lors de la rencontre Lens-Strasbourg, qui a été fixée le lundi 8 mai 2017 à 20h45, les associations de supporters ont décidé de publier un communiqué de presse dénonçant une telle programmation, pour un choc de la Ligue 2. Ce communiqué fait écho à celui de leurs homolgues strasbourgeois qui ont dénoncé une « indécence » de programmer un tel match à cet horaire[12]. Aussi, lors de cette même rencontre, les supporters lensois ont déployé une banderole commune avec celle des supporters strasbourgeois, qui visait la Ligue de football professionnel ainsi que la direction nationale de lutte contre le hooliganisme, qui disait « Toujours aussi incompétents / DNLH, LFP : changement de dirigeants »[13]. Ils ont par là appelé à des changements dans les instances dirigeantes du football français.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Cela signifie « Le meneur » en ch'ti

Références[modifier | modifier le code]

  1. Fontaine 2010, p. 87
  2. a et b Duret 2011
  3. Gilles Tanguy, « OL-OM : qui gagnera le ballon d'or du business ? », Capital, no 227,‎ , p. 44 (ISSN 1162-6704)
  4. William Nuytens, « Le supporter de football et la règle : entre la faire et la défaire », Déviance et Société, vol. 29,‎ (lire en ligne)
  5. « Lens - Strasbourg : les supporters alsaciens en force! - France 3 Grand Est », France 3 Grand Est,‎ (lire en ligne)
  6. « Ligue 2 : Strasbourg - Lens, le choc des Racing - France 3 Grand Est », France 3 Grand Est,‎ (lire en ligne)
  7. « JL Reichmann toujours au rendez-vous! », sur allomatch.com, (consulté le 25 décembre 2013)
  8. « Daniel Percheron : « Je resterai supporter du RC Lens » », sur lensois.com, (consulté le 11 juin 2016).
  9. Christophe Schaad, « Cali: "Très fier de venir à Bollaert" », sur lensois.com (consulté le 25 décembre 2013)
  10. « Nando de Colo : En Espagne, tout est au-dessus », La Voix des Sports, no 3298,‎ , p. 61
  11. Gaëlle Caron, « Ch'meneu, grand supporter de Lens », Nord Éclair, (consulté le 26 décembre 2013)
  12. « Les supporters du RC Strasbourg exigent le report du match contre Lens - France 3 Grand Est », France 3 Grand Est,‎ (lire en ligne)
  13. « Ligue 2: Strasbourg tient le choc à Lens et se rapproche de la Ligue 1 », leparisien.fr,‎ (lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Williams Nuytens, La popularité du football : sociologie des supporters à Lens et à Lille, Artois Presses Université, , 391 p. (lire en ligne)
  • David Delporte, Les supporters lensois, Éditions Alan Sutton, , 157 p. (lire en ligne)
  • Marion Fontaine, Le Racing Club de Lens et les « Gueules noires » : Essai d'histoire sociale, Indes Savantes, coll. « Boutique de l'histoire », , 291 p. (ISBN 2846542481) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Pascal Duret, Faire équipe, Armand Colin, , 176 p. (lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article