Avi Assouly

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Avi Assouly
Illustration.
Avi Assouly en 2012.
Fonctions
Député des Bouches-du-Rhône
Élu dans la 5e circonscription

(1 an, 9 mois et 10 jours)
Élection 17 juin 2012
Législature XIVe
Prédécesseur Marie-Arlette Carlotti
Successeur Marie-Arlette Carlotti
Biographie
Date de naissance (69 ans)
Lieu de naissance Aïn El Arbaa (Algérie)
Nationalité Drapeau de la France Française
Drapeau d’Israël Israélienne
Parti politique PS
Profession Journaliste

Avi Assouly, né le à Aïn El Arbaa (Algérie), est un journaliste sportif et homme politique franco-israélien[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Dans sa jeunesse, il est d'abord footballeur au RCFC Besançon où il dispute seulement cinq rencontres du Championnat de France de football D2[2]. Il devient ensuite gardien de kibboutz en 1973[3], avant de servir dans l'armée israélienne pendant la guerre du Kippour[1] puis il travaille pour la compagnie aérienne israélienne El Al à Paris, New York puis Marseille[2].

Il a grandi à Besançon dans le Doubs où il a effectué ses études secondaires et supérieures. Il réussit un concours qui lui permet d'entrer au Tribunal de Grande Instance de Besançon pour exercer la fonction de greffier d'instruction. En 1975, il s'installe à Marseille pour y entamer une nouvelle vie professionnelle en créant sa marque de vêtements, Nino Pucci (jeans et sportswear).

Journalisme[modifier | modifier le code]

Il ne rejoint le monde du journalisme sportif qu'en 1984 en écrivant pour le magazine Crampons. Avi Assouly passe rapidement à la radio ; démarrant à Fun Radio, il rejoint ensuite NRJ et Radio Star, avant que France Bleu Provence ne le recrute en 1992, pour commenter les matchs du club de football de l'Olympique de Marseille. Il est d'ailleurs blessé très gravement lors de l'un de ces matchs, le 5 mai 1992 lors de la catastrophe de Furiani[4],[5],[6]. Il arrête sa carrière radiophonique en décembre 2009 avec le titre de Grand Reporter.

Durant sa période d'activité, Avi Assouly collabore avec de nombreux médias tels que M6, LCM, OM TV, Le Soir, The Sun ou encore Reuters[7]. Il termine sa carrière comme Grand Reporter, en 2009 France Bleu Provence

Lors de la saison 2007-2008, le , il annonce précipitamment la qualification de l'Olympique de Marseille lors du match FK Mladá Boleslav-OM, l'équipe tchèque s'imposant finalement 4 à 2 et se qualifiant aux dépens de l'équipe marseillaise. Cette erreur est par la suite reprise et moquée sur les réseaux sociaux[8].

Politique[modifier | modifier le code]

En janvier 2010, Avi Assouly rejoint Michel Vauzelle sur la liste socialiste des Bouches-du-Rhône pour les élections régionales PACA de 2010, sans être lui-même membre du PS, à la 15e position. Il est élu conseiller régional, siège dans le groupe « Socialiste, Radical et Républicain » et est nommé délégué aux grands événements sportifs. Lors des élections législatives de 2012, il est le suppléant de Marie-Arlette Carlotti sur la 5e circonscription des Bouches-du-Rhône. Ils sont élus au second tour face au député sortant Renaud Muselier[9]. Marie-Arlette Carlotti intégrant le gouvernement, il siège à l'Assemblée nationale où il est membre de la commission des Affaires étrangères jusqu'au 2 mai 2014, lorsque Marie-Arlette Carlotti retrouve son siège après sa sortie du gouvernement.

Décorations et honneurs[modifier | modifier le code]

Le Assouly est nommé chevalier dans l'ordre National du Mérite[10].

Le , il reçoit médaille d'or de la jeunesse et des sports.[réf. nécessaire]

Le , il reçoit la médaille d'honneur du travail (30 années de journalisme).[réf. nécessaire]

Le , le président de l'Université d'Aix-Marseille II lui remet le diplôme de master sciences et techniques technologies du mouvement humain, spécialité management des organisations et services sportifs, au titre de l'année universitaire 2007-2008.[réf. nécessaire]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Avi Assouly : la politique du cœur, The Jerusalem Post, Myriam Kalfon, 21 janvier 2013
  2. a et b Mario Albano, « Avi Assouly rentre aux vestiaires », sur www.laprovence.com, (consulté le 24 avril 2010)
  3. Article de Laure BRUMONT pour l'AFP, « Avi Assouly, des gradins du stade Vélodrome aux bancs de l'Assemblée », AFP, édition du 21 juillet 2012.
  4. « Une vingtaine de journalistes blessés », L'Humanité,‎ (lire en ligne)
  5. « 5 mai 1992, 20h23. Avi Assouly témoigne... », sur OM-Passion.com, (consulté le 12 mai 2012)
  6. Jean Ferrara, Quinze ans après Furiani : L'ombre furtive des souvenirs, Société des Écrivains, 297 p. (ISBN 9782748042016), « Un retour en classe tous risques », p. 116
  7. Fred Guilledoux, « Régionales : commentateur star de l'OM, Avi Assouly sur les listes Vauzelle », sur www.laprovence.com, (consulté le 24 avril 2010)
  8. « Avi Assouly : "Boleslav, souvenir douloureux" », sur lephoceen.fr, .
  9. Marie-Arlette Carlotti a gagné son difficile défi face à Renaud Muselier
  10. Décret no 112 du 14 mai 1997.

Liens externes[modifier | modifier le code]