Supporters du Standard de Liège

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Supporters du Standard de Liège
Tifo des Ultras Inferno '96, afin de fêter leurs 15 années d'existence.
Tifo des Ultras Inferno '96, afin de fêter leurs 15 années d'existence.
Généralités
Club soutenu Standard de Liège
Stade principal Stade de Sclessin
(38 034 places)
Principaux groupes Ultra inferno 96 (UI96)
Publik Hysterik Kaos 04 (PHK 04)
Hell Side 81 (HS81)
Kop Rouches 68
RSCL Youth
Chiffres clés
Meilleure affluence moyenne 26 525 spectateurs par match en 2008-2009
Meilleure affluence en un match 39 033 spectateurs contre Juventus FC en 1982

Dernière mise à jour : 21 avril 2017.

Crystal Clear app kworldclock.png
Pour la compétition en cours, voir :
Saison 2016-2017 du Standard de Liège

Le Standard de Liège est connu comme l'un des plus grands clubs de Belgique et est également réputé pour ses supporters qui se distinguent des autres comme étant le meilleur public de Belgique[1],[2].

L'ambiance du club est régie par plusieurs groupes de supporters, dont les plus connus le Kop Rouches 68 (KR68), le Hell Side 81 (HS81), les Ultras Inferno 96 (UI96) et le Publik Hysterik Kaos 04 (PHK 04), qui sont fédérés par La Famille des Rouches qui regroupe environ 70 clubs de supporters réparties dans toute la Belgique, ce qui représente environ 14.000 membres abonnés. À noter que pour la saison 2011-2012, il y a 25.000 abonnés permanent pour chaque match à domicile. Comme beaucoup de clubs comptant un grand nombre de supporteurs, le Standard de Liège bénéficie également du support de nombreuses personnalités belges, telles que Michel Daerden, Philippe Gilbert, Didier Reynders, Guy Quaden, Yves Leterme, Jean-Louis Lahaye, Melchior Wathelet, Martin Charlier ou encore Jean-Michel Javaux.

L'enfer de Sclessin[modifier | modifier le code]

Le Stade de Sclessin ou Stade Maurice Dufrasne est surnommé « Enfer de Sclessin », cette appellation est apparue pour la première fois le 4 février 1959, après le succès du Standard de Liège face au Stade de Reims, 2 à 0 lors des quarts de final de la Coupe des clubs champions et c'est un journaliste français qui émit ce surnom.

Un surnom qui sera popularisé trois ans plus tard par Luc Varenne (RTBF) et Raymond Arets (Les Sports), toujours lors des quarts de finale de la Coupe des clubs champions où le Standard infligent un 4 à 1 au Rangers Football Club.

L'expression « Chaudron de Sclessin » est également dérivé de celle-ci, faisant référence aux usines ArcelorMittal situées en face du stade.

La famille des Rouches[modifier | modifier le code]

Logo de la famille des Rouches.

Une asbl officielle, la Famille des Rouches, regroupe environ 70 clubs de supporters dans tout le pays qui représentent 14.000 membres abonnés[3].

Son but est d'être l'intermédiaire entre la direction du club et les groupes de supporters. L'adhésion des clubs à cette asbl est obligatoire pour être reconnu officiellement par le Standard. La Famille des Rouches asbl a été fondée le . Elle est présidée par Louis Smal. L'association comprend des membres de la direction, du conseil d'administration du club et des représentants des supporters (francophones et néerlandophones), des Ultras et du Fan Coaching.

Les buts de l'asbl sont:

  • organiser, avec les clubs de supporters reconnus, des animations lors des matchs de l'équipe première et rechercher les budgets nécessaires.
  • faire appliquer et mettre en pratique les réglementations légales en matière de sécurité pour les supporters dans le stade.
  • définir une politique d'actions sociales.
  • négocier avec la S.A. Standard de Liège les actions et avantages promotionnels des clubs officiels de supporters.
  • gérer la représentation des joueurs, entraîneurs, membres du staff technique et dirigeants aux activités organisées par les clubs officiels de supporters[4].

Kop Rouches 68[modifier | modifier le code]

Tribune II du Kop rouche.

Le Kop Rouches 68 fut le premier club de supporters du Standard de Liège, ils occupaient la Tribune II du Kop rouche[5].

Fondé en 1968 par quelques jeunes dont Daniel Renard (La Meuse), le groupe s'était inspiré du spectacle offert par les supporters de Manchester United FC lors de la finale de la Coupe des clubs champions 1967-1968 qui les opposait au Benfica Lisbonne. C'est ainsi que des jeunes viennent animer le KOP de l'enfer de sclessin avec leurs différents drapeaux ou trompettes[5].

Ils se retrouvaient pour confectionner tout cela, au-dessus du Café-Restaurant « Le Bois d'Avroy », juste à côté du Parking Terril, sans savoir que près de 35 ans plus tard, un local naîtra de ce même Café[5].

En effet il s'agit de la COSA SL, une ASBL fondé à l'initiative des Ultras Inferno et en partenariat avec le Hell Side 81, les Utras Inferno 96, le Publik Hysterik Kaos 04[5].

Hell Side 81 (HS81)[modifier | modifier le code]

Les Hell Side 81 sont un des principaux clubs de supporters du Standard, groupe Hooligan du Standard bien connu les membres de ce groupe sont basés en Tribune 3 avec les Ulras Inferno[6].

Vers le début des années 1980, de jeunes membres du Kop Rouches 68 commencent à scander des chants agressifs du à l’influence Hooligans des clubs britanniques alors que les anciens du Kop ne voient pas d’un très bon œil l’introduction de ces chants parmi leur répertoire[7]. Ces jeunes quittent dès lors, le Kop Rouches 68 pour former le Hell Side 81 qui voit le jour lors de la saison 1981-1982, Hell Side signifie "les bas-côtés de l’enfer".

C'est comme ça qu'un mouvement hooligan naît à Sclessin[7].

Au début, le groupe est composé d'un petit nombre de personnes et font pâle figure face au Hooligan d'Anderlecht, de l'Antwerp ou encore du Club de Bruges mais avec l'Affaire Standard-Waterschei, les résultats du Standard de Liège sont très décevants, de plus les autres supporters se moquent du club liégeois et la presse belge ne lui pardonne rien[7].

Et c'est en partie pour ça que de plus en plus de supporter du Standard viennent en masse dans le groupe et d'un peu partout en Belgique, du Hainaut à la Flandre en passant par Bruxelles et qu'un autre groupe hooligan se forme, le Wallons Casuals Firm (WCF)[7].

Ainsi de 1985 à 1992, bien que le Standard de Liège est très décevant au point de vu des résultats, il fut connu comme le club ayant un des plus dangereux groupe de Hooligans du pays, provoquant même un rapport du ministère de l’intérieur le 18 mai 1990 mentionnent un accroissement très net des difficultés au Standard[7].

Le bilan de la saison 1991-1992 place sans équivoque le Hell-Side au sommet de la violence en Belgique : 57 % des matchs à domicile et 55 % des rencontres à l’extérieur du Standard ont connu de sérieux incidents, il est aussi reconnu comme le groupe de supporters le plus haïs du pays car c'est le seul club de supporters réellement dangereux en Wallonie[7].

C'est pour ça qu'à chaque déplacement du club en Flandre, fleurissent dans les stades les drapeaux flamands ainsi que les chants anti-wallon[7].

Ce mouvement hooligan s'atténua lors de la fin des années 1990 grâce à un autre mouvement, le mouvement Ultra et donc plusieurs membres du HS81 le quittèrent pour aller rejoindre le UI96[7].

Ultras Inferno 96 (UI96)[modifier | modifier le code]

Les trois tifo célébrant les 20 ans des Ultras inferno 1996

Les Ultras Inferno 96 sont un des principaux groupes de supporters du Standard; les membres de ce groupe sont basés en Tribune 3 avec le Hell Side 81.

Surnommés UI96, ils se définissent comme un groupe de supporters anti-fasciste et anti-raciste[8].

Fondé en 1996, ils incluent le mouvement Ultra au sein du Stade de Sclessin, surnommé l'Enfer de Sclessin dont le nom Ultra Inferno. Ce groupe montre qu'il soutient l'équipe du Standard à l'aide de tifos, banderoles ou encore divers chants.

Pour ce faire, une ASBL fut créée en 2002, à savoir la COSA SL (Cellule d’Organisation de Spectacles et Animations Standard de Liège).

Cette association met à la disposition du groupe un local avec plusieurs pièces, 2 étages, 2 bars, une cour, etc[9]...

L’association est gérée de manière autonome par les UI96 mais aussi le Kop Rouches 68, le Hell Side 81 et le PHK04 depuis[9].

Les Ultras Inferno sont répartis en cinq sections : les Ultras Inferno Hainaut, les Ultras Inferno Bruxelles-Brabant, les Inferno Girls, les Gioventù Inferno et les Ultras Ganja Crew ou Freak Group[10].

  • Ultras Inferno Hainaut: C'est lors de la saison 2001/2002, que deux membres actifs du groupe eurent l’idée de créer une section UI96 dans la région de « Mons-Borinage », dans le Hainaut. La Section Mons-Borinage devient donc la première section du groupe[11].
  • Ultras Inferno Bruxelles-Brabant: C'est lors de la saison 2002/2003, que deux membres actifs du groupe eurent l’idée de créer une section UI96 pour Bruxelles, afin de faire connaître le groupe dans cette région. Des membres de Bruxelles, mais aussi des Brabants[12].
  • Inferno Girls: Elle a été créée en 2006 et est composée exclusivement de filles[13].
  • Gioventù Inferno: Crée en 2008, cette section est en quelque sorte la « jeune garde » des UI96, autrement dit la relève du groupe, les membres qui la compose sont âgés entre 15 et 20 ans[14].
  • Ultras Ganja Crew ou Freak Group: Cette section est à la base un délire entre quelques UI96 amateurs de Canabis[15].

Publik Hysterik Kaos 04 (PHK 04)[modifier | modifier le code]

Vue de la T4 avec les supporters du PHK04, depuis la T2.

Les Publik Hysterik Kaos 04 sont un des principaux clubs de supporters du Standard, les membres de ce groupe sont basés en Tribune 4.

Depuis la rénovation du Stade de Sclessin pour l'Euro 2000, la tribune "Vercourt", mieux connue sous le nom de T4, était parfois vide, voir fermée hormis les supporters adverses et quelques actions de promotion à caractère socio-culturel.

Face à ce problème, la réputation du Standard de Liège et de ses supporters était entachée, c'est pour cela que quelques amis se lancèrent un pari fou: ramener l’animation en T4.

Ce projet va donc voir naitre en 2004 un nouveau groupe de supporters, le Publik Hysterik Kaos 04 (PHK 04).

Depuis, la tribune est renommée Torcida Meuse par le PHK04[16].

À noter que le club se compose tout comme les UI96 d'une section dans la Province de Hainaut, dénommée PHK Hainaut[17].

RSCL Youth (2013)[modifier | modifier le code]

En 2013, un nouveau groupe de supporters voit le jour, les RSCL Youth. Ils se caractérisent par leur côté free-fighteur, une forme moderne du hooliganisme. Ce sont avant tout des jeunes supporters comme les autres venant des autres groupes comme les UI ou le PHK à la différence qu'ils aiment se battre pour l'honneur du blason. Ils se donnent la plupart du temps rendez-vous dans les bois à l'abri des regards, contre un autre groupe identique d'un autre club belge ou européen et se battent à mains nues après avoir au préalable décidé du nombre de participants.

Liste des 68 clubs de supporters[modifier | modifier le code]

Le Standard de Liège, compte 68 clubs de supporters, dont 54 en Wallonie et 13 en Flandre[18].

  • Wallonie (55)
    • Province de Liège (19)
      • Club de Aywaille
      • Club de Baelen
      • Club de Hermalle Matricule 16
      • Club Le Rustique
      • Fanatik Standard
      • Kop Rouge
      • La Vieille Garde
      • Les Gais Lurons Amaytois
      • Les Rouches de la Vallée du Geer
      • Les Six Cents Rouches
      • Les Rouches du Plateau
      • Les Yankees d'Herstal
      • Publik Hysterik Kaos
      • Red Bull Mosan
      • Les Rouches de Saint-Servais
      • Rouche Passion Hannut
      • Standard@Internet
      • Ultras Inferno
      • Lès Djoyeûs Dragons d'Mâm'dî
    • Province de Namur (12)
      • Central Rouge
      • Club de Florennes
      • Club Red Gunners
      • Coin des Rouges
      • Fan Club Namur
      • Les Bivouacs Rouges
      • Les Frontaliers du Standard
      • Rouges et Blancs de la Marka
      • Standard Famenne Ardenne
      • Standardmen du Bocq
      • Red Derby Boys
      • Enfer de Sclessin
    • Province de Hainaut (11)
      • Club de Basècles
      • Club de Givry
      • Club de Naast
      • Le Peuple Rouche
      • Les Reds du Centre
      • Les Rouches Tournaisiens
      • Les Rouges et Blancs de Quaregnon
      • Red Boys Jemappes
      • Red Fanatics
      • StandardLiege.Allez
      • The Red Geants Ath
    • Province de Luxembourg (6)
      • Club Ardennes Ultras
      • Famenne Ardenne
      • Club Centre Ardenne Bastogne
      • Fanatik6940
      • Fidel's Ardennes (Vaux-sur-Sûre)
      • Les Fidèles du Sud
      • Stavelot-Salm-Amblève
    • Province du Brabant wallon (7)
      • Club de Tubize
      • Colisée Lessines
      • Les Rouge et Blanc de Jodoigne
      • Les Standardmen du N-S Centre de Jodoigne
      • Matricule 16 - Passion
      • Red Angels Beauvechain
      • Rouches de l'Orne
    • Région de Bruxelles-Capitale (1)
      • The Red Champions
  • Flandre (13)

Film[modifier | modifier le code]

Deux films ont été réalisés sur le Standard de Liège, ces deux films montrent la ferveur et la fidélité des supporters du matricule 16.

Assistances[modifier | modifier le code]

Les assistances maximum ont été observées au début des années 1980 (40 000). En moyenne, ce sont les dernières saisons qui ont connu les plus grandes affluences (depuis 2005). À l'inverse, les moins bonnes années (en moyenne) se situent à la fin des années 1980.

Saison Moyenne Maximum
1963-1964 16 133 30 000
1964-1965 15 233 30 000
1965-1966 16 267 28 000
1966-1967 16 500 36 000
1967-1968 15 100 32 000
1968-1969 20 600 35 000
1969-1970 22 487 38 000
1970-1971 21 267 35 000
1971-1972 19 533 40 000
1972-1973 15 300 25 000
1973-1974 20 333 35 000
1974-1975 18 210 35 000
1975-1976 14 294 30 800
1976-1977 14 059 31 000
1977-1978 18 118 40 000
1978-1979 16 882 30 000
Saison Moyenne Maximum
1979-1980 22 236 40 000
1980-1981 17 824 40 000
1981-1982 18 882 40 000
1982-1983 17 914 36 000
1983-1984 14 324 27 000
1984-1985 10 118 35 000
1985-1986 14 235 38 000
1986-1987 8 500 32 000
1987-1988 9 106 17 000
1988-1989 11 353 25 000
1989-1990 12 706 25 000
1990-1991 15 324 25 000
1991-1992 15 429 25 000
1992-1993 13 024 26 400
1993-1994 12 020 18 000
1994-1995 16 206 28 000
Saison Moyenne Maximum
1995-1996 11 147 18 000
1996-1997 13 011 27 000
1997-1998 12 517 20 000
1998-1999 13 638 25 000
1999-2000 16 801 29 000
2000-2001 15 974 30 000
2001-2002 12 729 23 000
2002-2003 14 743 19 755
2003-2004 16 888 26 000
2004-2005 16 882 27 000
2005-2006 22 735 26 000
2006-2007 22 846 26 600
2007-2008 25 785 29 173
2008-2009 26 525 28 000
2009-2010 26 213 27 398
2010-2011 25 638 27 544
Saison Moyenne Maximum
2011-2012 25 113 27 696
2012-2013 21 949 27 500
2013-2014 24 967 29 000
2014-2015 24 474 27 721
2015-2016 22 493 27 750

Incidents et faits[modifier | modifier le code]

Manifestation de 5000 supporters, contre la direction du club - 27/07/2015
Le tifo contesté lors de la rencontre Standard - Anderlecht du 25/01/2015
  • 15/03/1991 : Confrontation entre les deux noyaux durs des supporters du Standard (Hell-Side) et de La Gantoise (Rebel Side) au pied du vieux "terril" d'Ougrée après avoir affronté ensemble les forces de l'ordre. La police procède dès lors à une vingtaine arrestation[19].
  • 06/04/1991 : Énorme bagarre sur la pelouse de Sclessin entre le Hell-Side du Standard et le O-Side d'Anderlecht au coup de sifflet final, à la suite de la défaite 1-2 des rouches mais également du aux incidents en gare de Schaerbeek lors du match aller. On dénombre 20 à 25 blessés léger et une vingtaine d'arrestation administrative et juridique[20].
  • 30/08/2009: Lors du match opposant le Sporting Anderlecht au Standard de Liège lors de la saison 2009-2010, l'international belge et standardman Axel Witsel commet une faute sur le défenseur polonais Marcin Wasilewski, lui causant une double fracture ouverte du tibia et du péroné droit[21],[22]. Axel Witsel reconnaît sa faute, mais nie avoir voulu blesser le joueur adverse. Witsel reçoit un carton rouge pour cette faute et se voit suspendu pendant 8 matchs de championnat[23].
  • 07/10/2012 : Après une série de quatre match sans victoire, le Standard recevait l'ennemi héréditaire, le RSC Anderlecht. C'est le Sporting d'Anderlecht qui ouvre la marque grâce à Milan Jovanovic, conséquence le terrain est envahis par des fumigènes et des chants anti-Duchatelet retentissent dans les tribunes, le match reprend par la suite et le Standard gagne 2 à 1 grâce à Frédéric Bulot[24].
  • 27/07/2013 : 5000 supporters du Standard ont manifesté contre le président Roland Duchatelet, ceux-ci ont montré leur mécontentement en défilant dans les rues et en lançant des pétards, des fumigènes et en scandant des chants anti-Duchatelet. Les supporters ont ensuite envahis le Stade de Sclessin[25].
  • 22/12/2013 : Affichage par les Publik Hysterik Kaos 04 (PHK 04), lors de la rencontre Standard-Anderlecht, d'un tifo représentant Tony Montana, héros du film Scarface, tirant sur une personnes au sang mauves avec une phrase ironique "Dites bonjour à votre pire ennemi"[26].
  • 02/10/2014 : Affrontement entre les supporters du Standard de Liège et du Feyenoord Rotterdam, lors de la deuxième journée de l'Europa League, les supporters liégeois envahissent la zone-tampon du stade pour provoquer les supporters néerlandais, 28 supporters liégeois sont arrêtés, cependant la police néerlandaise fait une généralité de 2000 supporters, et des innocents ont reçu des coups de matraque sans raison de la part des policiers[27].
  • 19/10/2014 : Les supporters du Standard qui voit leur équipe perde 2 à 0, jettent des fumigènes ou encore des sièges sur le terrains, la rencontre est alors arrêtée à la 89e minute, elle reprend mais le but de Paul-José M'Poku ne changera rien les jets reprennent suivis de l’invasion du terrain, la rencontre est alors annulé et le Standard se voit infligé une amende de 5 000 euros pour ses débordements[28].
  • 07/12/2014 : Affrontement entre des supporters du Standard de Liège et du Sporting de Charleroi, 46 hooligans liégeois sont arrêtés à Charleroi[29].
  • 11/12/2014 : Affrontement entre les supporters du Standard de Liège et la police belge, après la rencontre Standard-Feyenoord, lors de la sixième journée de l'Europa League, 200 à 300 jeunes hooligan, ne faisant pas tous partie des supporters du Standard, s'en prenne à la police belge qui compte 16 policiers locaux et fédéraux blessés ainsi que d'important dégâts sur six de leur véhicule. La police procède dès lors à 26 arrestations[30].
  • 25/01/2015 : Affichage par les Ultras Inferno, lors de la rencontre Standard-Anderlecht, d'un tifo représentant un Steven Defour décapité par un personnage repris des films Vendredi 13, avec la légende "Red or Dead" ("Rouge ou mort"). L'action a été réalisée à l'insu des dirigeants du club, qui évoquent des sanctions possibles[31],[32]. L'action coïncide notamment avec la décapitation la veille d'un ressortissant japonais par l'État islamique, alors que le Standard compte deux joueurs nippons, largement suivis par la presse japonaise[33]. À la suite des polémiques suscitées, les responsables de la confection du tifo indiquent que l'ouvrage a été envisagé dès novembre 2014, impliquant que « c’est l’actualité qui nous a rattrapés et non l’inverse »[34]
  • 25/10/2015 : Choc wallon sous haute tension à Charleroi, la rencontre est tout d'abord retardée à cause des importants fumigènes déployés par les supporters du Standard. Le Standard ouvre la marque mais encaisse deux buts, le mécontentement des rouches se fait entendre et des jets de pétards font suspendre le match[35]. La rencontre se poursuit et le Standard remporte finalement le match 2 à 3[35].
  • 20/03/2016 : Finale de la Coupe de Belgique, des supporters provoquent les policiers et des débordements ont lieu devant la Bourse de Bruxelles, les stations de la Bourse et Anneessens sont temporairement fermées, les supporters se sont également fait remarquer dans le piétonnier ainsi que dans le hall de la Gare de Bruxelles-Central, plus de 100 personnes sont arrêtées[36],[37].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Tu sais que tu supportes le Standard quand… », sur http://www.sofoot.com sofoot.com, (consulté le 15 décembre 2014)
  2. « Plongée dans le monde des Ultras du Standard », sur http://www.moustique.be, (consulté le 15 décembre 2014)
  3. « Histoire du Kop Rouches », sur http://www.lafamilledesrouches.be/ (consulté le 16 décembre 2014)
  4. Standard.be La Famille des Rouches. Consulté le 7 juin 2008.
  5. a, b, c et d « Histoire du Kop Rouches », sur rootsmovement.skyrock.com (consulté le 16 décembre 2014)
  6. « UI96 : Historique », sur http://www.ui96.net (consulté le 15 décembre 2014)
  7. a, b, c, d, e, f, g et h « L'histoire du Hell Side », sur http://www.ui96.net/ (consulté le 16 décembre 2014)
  8. « UI96: Présentation », sur http://www.ui96.net/ (consulté le 15 décembre 2014)
  9. a et b « UI96:La Cosa », sur http://www.ui96.net/ (consulté le 15 décembre 2014)
  10. « UI96 : Sections », sur http://www.ui96.net (consulté le 17 décembre 2014)
  11. « UI96 Section Hainaut », sur http://www.ui96.net/ (consulté le 15 décembre 2014)
  12. « UI96 Section Bruxelles-Brabant », sur http://www.ui96.net/ (consulté le 15 décembre 2014)
  13. « UI96 Inferno Girls », sur http://www.ui96.net/ (consulté le 15 décembre 2014)
  14. « Gioventù Inferno », sur http://www.ui96.net/ (consulté le 15 décembre 2014)
  15. « Ultras Ganja Crew », sur http://www.ui96.net/ (consulté le 15 décembre 2014)
  16. « Historiques : PHK04Crew », sur www.phk04.be (consulté le 16 décembre 2014)
  17. « PHK Hainaut », sur http://www.phk04.be (consulté le 16 décembre 2014)
  18. « Clubs de supporters du RSCL », sur http://www.standard.be/ (consulté le 16 décembre 2014)
  19. « APPEL AU FAIR-PLAY...SUR LES GRADINS », sur http://www.lesoir.be, (consulté le 28 février 2015)
  20. « LES INCIDENTS DE STANDARD-ANDERLECHT ONT PROVOQUE UNE VIVE REACTION DU MINISTRE DE L'INTERIEUR LES EXCITES IRONT POINTER... », sur http://www.lesoir.be, (consulté le 28 février 2015)
  21. « Le choc sous haute tension », sur dhnet.be, (consulté le 31 août 2009)
  22. « Marcin Wasilewski a été opéré une première fois dimanche soir », sur dhnet.be, (consulté le 31 août 2009)
  23. « Sanction allégée », sur dhnet.be, (consulté le 6 septembre 2009)
  24. « La vidéo qui fait froid dans le dos: Le Standard se relance contre Anderlecht (2-1) », sur http://www.lesoir.be, (consulté le 16 décembre 2014)
  25. « 5.000 personnes à la manifestation des fans du Standard" », sur https://www.rtbf.be, (consulté le 16 décembre 2014)
  26. « "DITES BONJOUR À VOTRE PIRE ENNEMI": CE TIFO DES SUPPORTERS DU STANDARD VA-T-IL TROP LOIN? », sur http://www.sudinfo.be, (consulté le 27 juillet 2015)
  27. « La vidéo qui fait froid dans le dos: Des supporters du Standard, innocents, ont reçu des coups de matraque sans raison de la part des policiers! », sur http://www.lameuse.be (consulté le 16 décembre 2014)
  28. « Débordements des supporters lors de Standard - Zulte : pas de sanction pour le club ! », sur http://www.rtl.be (consulté le 16 décembre 2014)
  29. « Charleroi - Standard vire à la castagne : 46 hooligans liégeois arrêtés (vidéo exclusive) », sur http://www.lameuse.be (consulté le 16 décembre 2014)
  30. « Débordements après Standard-Feyenoord : 200 jeunes hooligans belges s'en prennent à la police, 16 policiers blessés (vidéo) », sur http://www.lameuse.be (consulté le 16 décembre 2014)
  31. Des interdictions de stade possibles après la banderole polémique au Standard - La Libre,
  32. Defour "décapité" par les supporters du Standard: le tifo qui choque et scandalise (Photos) - La Libre,
  33. Tokyo sous le choc de la possible décapitation d'un otage de l'EI - Les Échos,
  34. Le tifo anti-Defour coûtait 10.000 euros et était en préparation depuis novembre: voici les coulisses des Ultras du Standard - La Meuse,
  35. a et b Michaël Bouche, « Le Standard s'impose après un derby... enflammé », 7s7,‎ (lire en ligne)
  36. Incidents dans le centre de Bruxelles: 100 fans du Standard arrêtés - Dernière Heure,
  37. Débordements des supporters du Standard de Liège à la Bourse de Bruxelles - RTL,