Le Vigen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Vigen
Église Saint-Mathurin - façade.
Église Saint-Mathurin - façade.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Haute-Vienne
Arrondissement Limoges
Canton Condat-sur-Vienne
Intercommunalité Communauté d'agglomération Limoges Métropole
Maire
Mandat
Jean-Claude Chanconie
2014-2020
Code postal 87110
Code commune 87205
Démographie
Population
municipale
2 089 hab. (2014)
Densité 71 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 45′ 08″ nord, 1° 17′ 22″ est
Altitude Min. 220 m – Max. 423 m
Superficie 29,51 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Vigen

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Vigen
Nef de l'église Saint-Mathurin.

Le Vigen, Lo Vijan[1] en occitan, est une commune française située dans le département de la Haute-Vienne, en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le Vigen est une commune périurbaine située à environ 11 kilomètres au sud de Limoges, sur la Briance. Le village est accolé au bourg voisin de Solignac, avec qui il partage une gare SNCF.

Histoire[modifier | modifier le code]

Sous la Révolution Le Vigen devient une commune. Son territoire est celui des actuelles communes du Vigen et de Solignac, moins une petite enclave, la commune de Solignac, dont le territoire est en gros celui de la ville d'aujourd'hui[2]. Solignac est rattachée au Vigen par l'ordonnance du 25 février 1818. En 1871, une large fraction du Vigen est détachée de cette commune pour devenir la commune de Solignac actuelle. La commune du Vigen perd ainsi environ 40 % de sa superficie. Cette décision, prise irrégulièrement par le conseil général en 1875, est régularisée par la loi du 29 juillet 1890.

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Le Vigen (Haute-Vienne).svg

Les armoiries de Le Vigen se blasonnent ainsi :

D'argent au clocher de gueules, au chef d'azur chargé d'un pont de cinq arches du champ.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 2001 Dominique Cosson PS  
2001 2008 Michel Peymirat    
2008 2014 Jeanne-Marie Leybros SE  
2014 en cours Jean-Claude Chanconie DVD  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 2 089 habitants, en augmentation de 2,1 % par rapport à 2009 (Haute-Vienne : 0,36 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 793 1 506 1 779 2 033 2 139 2 214 2 523 1 706 1 724
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 688 1 685 1 612 1 369 1 293 1 314 1 339 1 285 1 204
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
1 098 1 044 1 055 1 263 1 550 1 704 1 976 2 049 2 089
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Pierre Guillaume Frédéric Le Play (1806-1882) Polytechnicien, ingénieur du corps des mines et sociologue paternaliste français se revendiquant de la tradition contre-révolutionnaire. Auteur d'une enquête demeurée célèbre sur les "ouvriers européens" (1855). Fondateur de la Société internationale des études pratiques d'économie sociale et de l'Union de la paix sociale.
  • De 1940 à 1945 a vécu au Vigen Georges Sogny[10], dessinateur de talent, malheureusement tombé dans l'oubli sauf pour des collectionneurs avertis. Il a illustré de nombreux romans populaires et policiers aux éditions Ferenczi. Pour en savoir plus :

Actualités[modifier | modifier le code]

  • Le , le train Corail Paris - Cahors déraille vers 20 h 40 dans la commune du Vigen à une dizaine de kilomètres au sud de Limoges, après avoir percuté la remorque chargée de foin d'un tracteur qui s'était renversée sur les voies. 13 personnes seraient blessées dont 2 grièvement sur les 450 transportées[11].
  • Le , un champ de blé du Vigen a subi une « intervention » d'un genre particulier : le premier agroglyphe (crop circles) en Limousin[12].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sit Toponimia occitana
  2. « Plan du cadastre napoléonien du Vigen », sur www.archives-hautevienne.com (consulté le 29 août 2014). - L'enclave a sa partie Est sur le plan d'assemblage de la commune, où le Nord est à droite, entre le "Le" et le "Vigen" qui y indique cette ville.
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  7. « Parc du Reynou, laissez-vous regarder », sur www.parczooreynou.com (consulté le 25 juin 2009)
  8. Base Mérimée : Église Saint-Mathurin
  9. Renaissance de Solignac-Le Vigen : église du Vigen
  10. Georges Sogny
  11. Le Figaro.fr, Limoges : un train de voyageurs déraille
  12. Staranne.net