Veyrac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Veyrac
Veyrac
Pont-colombier.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Haute-Vienne
Arrondissement Limoges
Canton Couzeix
Intercommunalité Communauté urbaine Limoges Métropole
Maire
Mandat
Jean-Yves Rigout
2018-2020
Code postal 87520
Code commune 87202
Démographie
Population
municipale
2 047 hab. (2016 en augmentation de 1,79 % par rapport à 2011)
Densité 61 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 53′ 47″ nord, 1° 06′ 24″ est
Altitude Min. 220 m
Max. 391 m
Superficie 33,70 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Vienne

Voir sur la carte administrative de la Haute-Vienne
City locator 14.svg
Veyrac

Géolocalisation sur la carte : Haute-Vienne

Voir sur la carte topographique de la Haute-Vienne
City locator 14.svg
Veyrac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Veyrac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Veyrac
Liens
Site web veyrac.fr

Veyrac (Vairac en occitan) est une commune française située dans le département de la Haute-Vienne en région Nouvelle-Aquitaine. Ses habitants sont appelés les Veyracois[1] en français et lous Vairacauds en occitan.

Géographie[modifier | modifier le code]

Veyrac est une commune de l'Ouest de la Haute-Vienne, situé à une quinzaine de kilomètres au nord-ouest du centre-ville de Limoges. Située entre la vallée de la Vienne, au sud, et celle de la Glane au nord, la commune de Veyrac subit de plus en plus l'influence de la capitale régionale, devenant désormais un village de la grande couronne limougeaude.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Veyrac
Oradour-sur-Glane Peyrilhac
Veyrac Saint-Gence
Saint-Victurnien Verneuil-sur-Vienne

Lieux-dits[modifier | modifier le code]

La commune de Veyrac comprend 60 villages : l'Abattoir, Aigues-Mortes, la Barre, Beauvalet, Bellevue, la Bergerie, la Boine, la Borie, la Bouteille, le Buisson, Chantelauve, la Chapelle-du-Queyroix, les Chataigneraies, le Châtain-de-l'Amour, la Châtrusse, la Cheise, Chez-Grenier, les Cinq-Routes, les Cosjanots, la Cosse, la Côte-d'Or, la Croix-de-l'Ange, l'Ebourliat, l’Étang, Etivaux (ou Estivaud), la Gautaud, Glane, le Grand-Moulin, la Grange-de-Boeil, Isle, les Landes, les Lunades, la Madeleine, le Mas-de-Glane, le Mas-Doumy, le Mas-Martin, le Montaudeix, le Moulin, le Moulin-du-Mas-de-Glane, le Moulin-du-Puy-Imbart, la Pacaille, Pellechevent, les Pellinches, le Petit-Buisson, le Petit-Moulin, Peury, Peyruche, la Plaine, le Plounty, le Poirier, le Pouyol, le Priaulet, Prinsabaud, Puy-Imbart, Rejasseville, les Roches, Route-de-la-Châtrusse, Saint-Quentin, la Valade, la Vergne, Villeneuve.

Elle compte également des habitations isolées ou lotissements nouveaux qui ne sont pas considérés comme des villages.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1977 novembre 1998 Édouard Mazière    
novembre 1998 avril 2018
(démission)
Nancette Mazière[2] PCF Retraitée
Conseillère générale du canton de Nieul (2001 → 2015)
avril 2018[3] En cours Jean-Yves Rigout DVG Fonctionnaire
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[5].

En 2016, la commune comptait 2 047 habitants[Note 1], en augmentation de 1,79 % par rapport à 2011 (Haute-Vienne : -0,29 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 2051 1441 0201 3781 5181 5071 5531 6301 718
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 7581 6851 7001 6801 7421 7111 7551 7531 717
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 6411 6141 6031 5031 4591 3661 4851 2971 250
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
1 1271 0701 0191 2021 3391 5391 8341 9652 038
2016 - - - - - - - -
2 047--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Abbaye de Bœuil : de cet établissement cistercien fondé au XIIe siècle, il ne subsiste rien sinon un toponyme la Grange au Boeuil et les vestiges d'une digue et d'étangs.
  • Château d'Estivaux (ou Eytivaud ou Etivaud) (XVIIIe siècle).
  • Château de la Cosse (XVIIIe siècle) : ce château fut construit par l'architecte Joseph Brousseau pour un riche drapier de Limoges. De style classique, il unit à la fois la monumentalité classique et la simplicité rurale.
  • Château du Buisson (XVIIe siècle).
  • Église Saint-Martin (XIe siècle).
  • Pont-colombier (XVIIe siècle) : appartenant initialement aux propriétaires du château de Veyrac, il est unique en France par sa structure.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Veyrac (Haute-Vienne).svg

Les armoiries de Veyrac se blasonnent ainsi :

De vair au franc-quartier d'azur chargé de trois fasces ondées d'argent, au chef de gueules.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]