Chaptelat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chaptelat
Image illustrative de l'article Chaptelat
Blason de Chaptelat
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Haute-Vienne
Arrondissement Limoges
Canton Couzeix
Intercommunalité Communauté d'agglomération Limoges Métropole
Maire
Mandat
Julie Lenfant
2014-2020
Code postal 87270
Code commune 87038
Démographie
Gentilé Catalacois, Catalacoises
Population
municipale
2 050 hab. (2014)
Densité 114 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 54′ 36″ nord, 1° 15′ 37″ est
Altitude Min. 324 m – Max. 481 m
Superficie 17,92 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chaptelat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chaptelat

Chaptelat (Chaptalac en occitan) est une commune française située dans le département de la Haute-Vienne en région Nouvelle-Aquitaine.

Ses habitants s'appellent les Catalacois et les Catalacoises[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

C'est une commune de la banlieue nord de Limoges, sur laquelle l'Aurence prend sa source.

Communes limitrophes de Chaptelat
Saint-Jouvent Bonnac-la-Côte
Nieul Chaptelat Limoges
Couzeix Rilhac-Rancon

Histoire[modifier | modifier le code]

Elle est connue comme le berceau de saint Éloi. À Chaptelat, tout parle de saint Éloi. Il y naquit en 588. Il fut orfèvre et ministre de Dagobert. Il fonda l’abbaye de Solignac avant de devenir évêque de Noyon. Il mourut en 660. Il est toujours vénéré dans de nombreuses villes d’Europe et jusqu’au Canada et en Afrique. Saint patron des métiers du métal, il est fêté le 1er décembre par les orpailleurs, les orfèvres, les émailleurs, les maréchaux-ferrants, les mécaniciens, les numismates et par bien d’autres encore. Il est plus particulièrement honoré à Chaptelat, tous les sept ans, à l’occasion de l’ostension de ses reliques. Les dernières ont eu lieu le 7 juin 2009, les précédentes ayant été célébrées le premier mai 2002. le 10 juin 1944 une autre unité de la Das Reich que celle du massacre Oradour-sur-Glane le chateau de Morcheval fut pillé et incendié par cette colonne.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Chaptelat 87.svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi : Parti : au 1) d’azur au fer à cheval d’or ajourée du champ soutenu d’un besant aussi d’or, au 2) d’or à la crosse contournée d’azur ; le tout sommé d’un chef d’argent chargé de quatre mouchetures d’hermine de sable et d’une filière de gueules.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[2]
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2014 en cours Julie Lenfant [3] PS  
1995 2014 Stéphane Cambou PS  
1971 1995 Robert Aymard    
1969 1971 Georges Rodier    
1947 1969 André Foussat PS Cultivateur - député de 1945 à 1956
1945 1947 Henry Chabrelie    
1935 1945 François Paris    
1925 1935 Lemasson    
1919 1925 Texier    
1900 1919 François Mondy    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[7],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 2 050 habitants, en augmentation de 18,5 % par rapport à 2009 (Haute-Vienne : 0,36 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
462 470 469 553 535 532 563 558 555
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
545 805 559 623 617 815 875 1 003 931
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 035 727 694 647 607 629 653 656 651
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
636 564 612 943 1 288 1 465 1 556 1 817 2 050
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église[10] du XIIe siècle, remaniée au XVe siècle serait, selon la légende, construite à l’emplacement de la maison natale de saint Éloi.
  • La fontaine Saint-Eloi[11] dans le parc du château de Sourue (propriété privée).
  • L'ancienne école normale qui forma des centaines d'instituteurs, à l'initiative de l'abbé Rousseau, curé de la paroisse, de 1846 à 1886.
  • Le site de Mazérétas (point de vue 484 m ).- Les aurières antiques.- La rivière aurifère l'Aurence.
  • Un ferme école construite en 1808 et qui a servi aussi d'orphelinat et de prison[12].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Résistant pendant la guerre, il est responsable cantonal des MUR (avec Jean Moulin) et propagandiste clandestin de la confédération générale agricole. Après la Libération, il devient maire de Chaptelat - réélu en 1947 et en 1953 - et conseiller général de Nieul, mandat qui lui sera renouvelé en 1951 et en 1958. Il décède le 13 janvier 1969 à Chaptelat.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Nom des habitants », sur www.habitants.fr (consulté le 17 mars 2011)
  2. « Les maires de la commune » (consulté le 17 mars 2011)
  3. Site officiel de la préfecture de Haute-Vienne - liste des maires (doc pdf)
  4. Le S ancien ressemblant à un F, l'erreur commune est de l'appeler Feneque
  5. Dénoncé le 13 nivôse de l'an II (1793)
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  10. « Mérimée : Église Paroissiale Saint Eloi », sur www.culture.gouv.fr (consulté le 17 mars 2011)
  11. « Mérimée : Fontaine de Dévotion Saint Eloi », sur www.culture.gouv.fr (consulté le 17 mars 2011)
  12. « Mérimée : Ferme, Ecole », sur www.culture.gouv.fr (consulté le 17 mars 2011)
  13. Thèse de Sylvester Van Het Geloof, Les romans médiévaux et le mouvement romantique : essai de démonstration sur l'influence des romans issus de la culture littéraire médiévale sur la culture littéraire francophone d'inspiration post-romantique entre le 16 juin 1881 et le 15 novembre 1884, Bruxelles, 1904.