Chânes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne pas confondre avec Chânes, hameau de Béligneux dans l'Ain.

Chânes
Chânes
Église et village.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Saône-et-Loire
Arrondissement Arrondissement de Mâcon
Canton Canton de Chapelle-de-Guinchay
Intercommunalité Communauté d'agglomération Mâconnais Beaujolais Agglomération
Maire
Mandat
Brigitte Darmedru
2014-2020
Code postal 71570
Code commune 71084
Démographie
Population
municipale
546 hab. (2016 en diminution de 3,7 % par rapport à 2011)
Densité 244 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 15′ 10″ nord, 4° 45′ 18″ est
Altitude Min. 196 m
Max. 264 m
Superficie 2,24 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chânes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chânes
Liens
Site web chanes.fr

Chânes est une commune française située dans le département de Saône-et-Loire, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Chânes, avec une superficie de 2,24 km², est la quatrième plus petite des 567 communes de Saône-et-Loire[1].

Chânes est située au sud de Mâcon, sur les premières hauteurs du Beaujolais. La commune se distribue de part et d'autre d'un petit affluent de la Saône : l'Arlois. Sur la rive gauche de l'Arlois, le bourg de Chânes est dominé par son église romane. Le long de l'Arlois, le hameau du Bourg-Neuf longe la route principale qui mène à la RN 6. Enfin, sur la rive droite de la rivière, l'ancien lieu-dit les Préaux s'est étendu avec la construction d'un important lotissement à la fin des années 1970 et dans les années 1980 (voir l'évolution démographique ci-dessous). La commune regroupe une importante activité viticole. Situé entre les crus du Maconnais et ceux du Beaujolais, le terroir produit principalement du Saint-Véran (blanc, cru du maconnais). Chânes est le siège de l'une des principales usines de mise en bouteilles de la région.

Rose des vents Leynes Chaintré Chaintré Rose des vents
Saint-Amour-Bellevue, Saint-Vérand N Crêches-sur-Saône
O    Chânes    E
S
Saint-Amour-Bellevue La Chapelle-de-Guinchay Crêches-sur-Saône

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Chânes est issu du gaulois cassanos, signifiant chêne[2].

Un second toponyme local est lié à la viticulture et à l'œnologie[3]. où le mot Chânes se réfère à la maladie de la fleur (Chânes désignant les fleurs blanches d'un vin qui commence à tourner).

Histoire[modifier | modifier le code]

Chânes était fortifiée dès la plus haute antiquité (dépendance de l'abbaye de Cluny, puis du chapitre de Saint-Vincent de Mâcon). En 1601, son château appartenait à messire Jean de La Chambre puis à Louis Charrier de la Roche, seigneur de Crêches et de Chânes. La construction de ce château a eu lieu au Xe siècle. Autrefois, le hameau du « Dracé les Ollières » appartenait à la commune de Chânes, ce dernier est désormais rattaché à la commune de Crêches-sur-Saône depuis 1805 (décret napoléonien). Ce décret semble faire suite à de nombreuses disputes et tractations entre les deux villages concernant des droits de passage et les propriétés de l’un ou l’autre.

La dénomination de Chânes a fréquemment évolué au cours de l'Histoire passant de Chesne à Chasne pour enfin arriver à Chânes.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
juin 1995 mars 2008 Hélène Curial UMP  
mars 2008 en cours Brigitte Darmedru Sans étiquette  
Les données manquantes sont à compléter.

La commune de Chânes appartient au canton de la Chapelle de Guinchay avec 10 autres communes avoisinantes et à la communauté de commune du Mâconnais-Beaujolais.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[5].

En 2016, la commune comptait 546 habitants[Note 1], en diminution de 3,7 % par rapport à 2011 (Saône-et-Loire : -0,18 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
735789515600625480512520505
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
422403415449465434411381380
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
369404366326338344351313295
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
293270287502530510523567546
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Pierre-et-Saint-Paul, édifice roman des XIe et XIIe siècles, récemment restaurée par la commune avec le soutien de l'Association pour la restauration de l'église de Chânes (APREC)[8]. Elle est remarquable par son clocher de plan octogonal allongé, qui s’élève au-dessus du transept, présente trois étages (soubassement aveugle décoré sur chacune de ses faces d'un encadrement de bandes lombardes et d'arcatures en plein cintre, étage intermédiaire orné de baies géminées, étage supérieur percé de baies trigéminées) et est coiffé d'une flèche en ardoise soutenue par une charpente munie de coyaux (éléments permettant de rejeter l’eau loin des murs). Ce clocher abrite une cloche fondue en 1689[9]. Brochure de présentation de l'église Saint-Pierre-et-Saint-Paul téléchargeable ici.
  • Le château, qui date du règne du roi Louis XIII (mais aurait été bâti à l'emplacement d'une construction plus ancienne remontant au Xe siècle, édifiée pour protéger une dépendance de l'abbaye de Cluny) et qui appartenait à la veille de la Révolution à sire Émilien Nely, trésorier des États du Mâconnais[10].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Traditions et manifestations[modifier | modifier le code]

  • Les villages de Chânes, Saint-Vérand et Saint-Amour-Bellevue fêtent ensemble les conscrits.
  • Chaque année est organisée une randonnée pédestre (le 1er mai). Celle-ci traverse le village mais aussi les communes limitrophes. Cette manifestation marque une certaine notoriété dans la région maconnaise depuis plus d'une dizaine d'années. Les parcours proposent à la fois divertissement, découverte et sport.
  • Depuis 3 ans, Chânes ouvre ses rues, cours et jardins le 1er week-end de juillet pour accueillir plusieurs dizaines d'artistes et diverses animations dans le cadre de sa fête de village « FestiChânes ». Cette manifestation, déjà renommée dans la région, rencontre un succès croissant en raison de la convivialité et du charme de la promenade, ainsi que de la qualité des artistes.

Sports[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'un complexe sportif comprenant un terrain de football et des terrains extérieurs de basket-ball et de handball. L'équipe de football de la commune évolue sous l'appellation ASL Chânes crée en 1978.

Culte[modifier | modifier le code]

Chânes appartient à l'une des sept paroisses composant le doyenné de Mâcon (doyenné relevant du diocèse d'Autun) : la paroisse Notre-Dame-des-Vignes en Sud-Mâconnais, paroisse qui a son siège à La Chapelle-de-Guinchay et qui regroupe quatorze villages du Mâconnais.

Chânes eut notamment pour curé Abraham-Joseph Clerc, qui ne prêta serment à la Constitution qu'avec restriction, fut remplacé le 15 mai 1791, quitta la Saône-et-Loire pour Chambéry en 1792... et redevint curé de Chânes après la période révolutionnaire, lors du rétablissement du culte catholique[11].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Fernand Nicolas, « Voyage à la découverte de nos communes », Images de Saône-et-Loire, no 100,‎ , p. 20-27
  2. Henriette Walter, L'aventure des mots français venus d'ailleurs, Paris, Robert Laffont, (ISBN 978-2-221-14158-8, lire en ligne), p. 44
  3. Gilbert Garrier, L'étonnante histoire du Beaujolais nouveau, Larousse, , 168 p. (ISBN 2035053412), p. 132
  4. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  8. Jean-Claude Curtil et Françoise Verdier, « L'église Saint-Pierre et Saint-Paul de Chânes », Images de Saône-et-Loire, no 195,‎ , p. 2-4.
  9. Cloche ayant Anne de Lamartine pour marraine et l'abbé Michel Duchesne, curé de Chânes, pour parrain.
  10. « Le château de Chânes », Images de Saône-et-Loire, no 32,‎ , p. 14
  11. Source : revue bimensuelle Église d'Autun, Chalon & Mâcon, n° 16-17 du 21 juillet 1989, p. 430.


Liens externes[modifier | modifier le code]