Robert C. Bak

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Robert C. Bak
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Autres informations
Membre de

Robert C. Bak, né en 1908 à Budapest et mort à New York en 1974, est un psychiatre, professeur de psychiatrie et psychanalyste américain d'origine hongroise. Il a été président de la New York Psychoanalytic Society.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père dirige une exploitation agricole. Il fait des études de médecine à l'université de Budapest et obtient son diplôme de médecin en 1933[1]. Il se forme comme analyste avec Imre Hermann, au sein de l'Association psychanalytique hongroise dont il devient membre en juin 1938[2]. Contraint de s'exiler du fait de ses origines juives, il s'embarque, avec son épouse, sur le dernier bateau quittant Casablanca, à destination de New York, en 1941[3]. Il rejoint la New York Psychoanalytic Society, dont il devient rapidement une figure marquante. Il devient analyste didacticien en 1947, et président de la société (1957-1959)[4]. Il est professeur de psychiatrie au Albert Einstein College of Medicine.

Recherches[modifier | modifier le code]

Il reste lié toute sa vie avec Imre Hermann, et travaille également avec Phyllis Greenacre, Edith Jacobson et Margaret Mahler[1]. Ses recherches, représentatives de sa première formation au sein de l'Association psychanalytique hongroise, sont représentatives des orientations de l'« école hongroise de psychanalyse » qui s'est structurée autour des recherches de Sándor Ferenczi, puis de Vilma Kovács, Michael Balint et Alice Balint notamment[5]. Il s'est particulièrement intéressé aux questions en lien avec la psychose.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Temperamentur-Orientierung und Überfliessen der Ichgrenzen in der Schizophrenie, Schweizer Archiv für Neurologie, Neurochirurgie und Psychiatrie, 46, 1941, 158-177.
  • Fetishism, Journal of the American Psychoanalytical Association, 1953, 1-2, 285-297.
  • Aggression and Perversion, in Sándor Lorand (éd.), Perversions: Psychodynamics and Therapy, p. 231-240, New York: Random House, 1956.
  • The Phallic Woman: The Ubiquitous Fantasy, Psychoanalytic Study of the Child, 23, 1968, 16-36.
  • Being in Love and Object Loss, International Journal of Psycho-Analysis, 54, 1973, 1-8.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Bak, Robert C., p. 178-179, Dictionnaire international de la psychanalyse, cf. bibliographie.
  2. Mészàros 2014, p. 163.
  3. Judith Mészáros, « Le succès tragique de la psychanalyse européenne. : « L’École de Budapest » », Le Coq-Héron, no 155,‎ (réed. Filigrane, printemps 2000, p.43-53, [lire en ligne] [PDF], p. 50.
  4. Mészàros 2014, p. 162-164.
  5. Michelle Moreau Ricaud, Michael Balint. Le renouveau de l’École de Budapest, Ramonville Saint-Agne, Erès, 2000 (rééd. 2012).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]